AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


FORUM FERME
Retrouvez nous sur Whispers of Dawn, la V2 de Réversa! :
http://whispersofdawn.forumactif.com/

Partagez | .
 

 Merchurochrome, le pansement des héros - Groupe 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Narrateur
❝ Let me tell you a story... ❞
Nombre de messages : 2483
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 31 Mai - 21:59, vous pouvez
Merchurochrome, le pansement des héros


Je vais très bien, bordel !

Une jeune femme hurlait et se débattait, tentant de se libérer de la poigne de ses frères. Ceux-ci avaient décidé de l'emmener à l'hôpital en rentrant de leurs cours comme l'état de leur cadette ne semblait pas s'améliorer. Fiévreuse, elle avait constamment faim et avait fait cinq malaises depuis une semaine. L'adolescente affirmait pourtant que ce n'était qu'un problème de menstruations... Ils ne s'y connaissaient peut-être pas des masses, mais ils peinaient à le croire. Puisqu'elle ne prendrait pas l'initiative elle-même, ils l'emmenaient de force.

Arrête tes airs, Alise ! Tu fais vraiment chier, là.

L'aîné souleva sa soeur pour la porter sur son épaule, tandis que l'autre essayait d'immobiliser ses jambes. Hargneuse, elle donnait des coups dans tous les sens, prête à leur faire mal pour s'enfuir. Elle détestait les médecins, les piqûres, les check-up comme elle détestait passer pour une gamine quand elle commençait à paniquer. La force lui manquait pour leur faire lâcher prise,

A l'aide ! Au secours !

Plan B: Faire passer ses frères pour des kidnappeurs. Avec un peu de chance, un beau passant musclé la sauverait.


Note aux joueurs:
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Invité
❝ Invité ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Sam 2 Juin - 10:31, vous pouvez
« Non, je ne sais pas ce qu’il se passe Monsieur. Nos meilleurs médecins travaillent d’arrache pied sans aucun résultats pour le moment. Le service d’urgence est saturé, nous avons dût ouvrir d’autres services qui ne sont malheureusement pas adaptés…Oui…Oui, je comprends très bien… »

Le cellulaire coincé contre mon oreille, je traversai rapidement le parking de l’hôpital, mes talons claquant sur l’asphalte à un rythme soutenu. J’étais fatiguée mais cela ne se voyait qu’à peine, je devais peut être en être contente, mais ce n’était pas le cas du tout. L’hôpital était, depuis quelques jours, prit d’assaut, les medecins courraient dans tout les sens et j’avais dût doubler certaines équipes pour éviter que le personnel ne s’épuise. Moi, je ne m’étais pas doublée hélàs et mes journées s’étiraient à l’infini, j’avais l’impression de ne pas en voir le bout et cela faisait longtemps que je n’avais pas vu le soleil.

Je ne savais pas ce qui parcourait la ville, mais cette maladie me donnait des frissons lorsque je voyais arriver de nouveaux cas par demi douzaine. Tout les lits étaient prit, j’avais même dût demander l’autorisation au Conseil d’user de tout les moyens nécessaire pour accueillir de nouveau malade chaque jour, certains étaient même dans les couloirs. Les infirmières enchainaient les heures supplémentaires et leur état de fatigue me faisait craindre à tout moment une erreur médicale. Mais il n’était pas question de refuser du monde, même si j’avais pris contact avec un hôpital voisin pour voir si nous pouvions leur transférer quelques malades.

« Oui, Monsieur. Je vous tiens au courant. Au revoir. »

Le Conseil devenait anxieux et je pouvais le comprendre, même moi, malgré ma froideur apparente, sentais l’angoisse m’étreindre par moment. Nous n’avancions pas. Nous pouvions soulager les symptômes ma is pas guérir totalement. Nous nagions en eaux troubles.

Les vitres automatiques de l’hôpital s’ouvrirent devant moi et je me passai une main sur le front. Mes lèvres se crispèrent légèrement lorsque j’entendis des cris et je tournai la tête pour voir deux hommes tenter d’immobiliser une jeune fille. Intriguée, je m’approchai et lorsque je vis l’éclat des yeux de l’enfant…

« Adam ! Luke ! Allez aider ces deux hommes ! Elle doit être hospitalisée au plus vite. »

Comme un seul homme les deux lycans chargés de la sécurité délestèrent les deux hommes de leur fardeau, plus habitués qu’eux a retenir une jouvencelle en colère. Colère qu’elle exprima de manière très imagée d’ailleurs. Je soupirai…

« Quand est ce que cela va s’arrêter ? »

Demandai je d’un ton las.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Invité
❝ Invité ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 12 Juin - 23:04, vous pouvez
[Bon ben, euh, je poste, c'est mon tour en toute logique xD]

J'étais éreinté. Et pour crever un vampire, il fallait quand même que la situation soit critique. Et il me semblait qu'elle l'était. J'avais rarement connu une crise aussi forte. Ce n'était pas encore la panique, mais cela ne tarderait pas. Il ne pouvait en être autrement alors qu'un mal étrange frappait soudainement la ville. Je me demandais si Reversa n'était pas une ville maudite en définitive. Il semblerait qu'il était impossible d'y trouver le moindre repos. Les accalmies étaient rares et les catastrophes, les bouleversements s'enchainaient à une vitesse étourdissante. Nous pensions tous que les anges étaient la cause de nos malheurs, qu'une fois débarrassés d'eux, tout irait mieux et nous avions totalement tort.

Finalement, d'où venait le plus grand danger ?

Les gens tombaient malades. Ce qui n'avait rien d'extraordinaire en soi. Ce qui était plus inquiétant, c'étaient que les malades étaient vampires ou lycans. Hors, je ne me souvenais pas que nous puissions être malades, sauf empoisonnés par le sang d'une de nos victimes. Je le savais pour l'avoir moi même testé et pensé trépasser à cause du poison. Mais après quelques investigations, il s'était avéré que les vampires malades ne l'étaient pas après avoir bu du sang angélique ou elfique. Ils avaient bu du sang humain, rien fait de spécial et ils tombaient malade.

Et ils mourraient.

Et comment savoir d'où venait la maladie finalement ? Du coup, chasser devenait problématique, alors que je ne savais pas vraiment comment cela nous contaminait. Je n'avais pas spécialement envie de tomber malade, alors je me sevrais de sang. Sauf que quand on est vampire et qu'on travaille dans un hôpital saturé d'odeurs, de sang, c'était quelque peu problématique. Je tenais le coup pour le moment, mais la soif grandissait doucement, surement, grondant en moi de plus en plus violemment.

Perdu dans mon boulot, je n'y pensais guère, mais cela me tourmentait de plus en plus. J'avais de la volonté, oui, mais pas assez pour lutter contre cette soif qui réveillait la bête tapie en moi.

Les derniers jours avaient été étourdissants et tout le personnel médical était sur le pied de guerre. Nous ne comptions plus nos heures et nous étions épuisés. J'avais à peine vu Iris ces derniers jours et je ne parlais même pas de Sixte. Les services étaient saturés, il fallait des lits supplémentaires... On aurait dit une pandémie de grippe. Genre la grippe espagnole qui avait décimé une bonne partie de la population au début du 20e siècle. Les scientifiques devaient se pencher là dessus, mais cela prendrait du temps.

Une trio faisait des siennes vers l’accueil et je vis Iris prendre la situation en charge. Silencieux comme une ombre, je me glissais derrière elle, las également, avant de souffler à sa question posée à la cantonade :

- J'ai bien peur que cela ne soit que le début. Ça me rappelle l'épidémie de grippe espagnole de 1918...

Oui, j'y étais, et à cette époque, j'étais même encore humain et j'en avais heureusement réchappé. Mais il y avait eu tellement de morts...

- Tu as l'air épuisé.

Nous l'étions tous. Je m'approchai alors de la demoiselle qui continuait de brailler malgré la poigne des deux lycans, je lui saisis le visage d'autorité.

- Qu'est-ce qui lui arrive ?

- Elle fait des malaises depuis une semaine, elle est tout le temps fatiguée... Et elle mange comme un ogre.

Je hochai la tête. Cela coïncidait avec les symptômes des autres malades. Cette asthénie inexplicable, cet appétit décuplé. Il y avait aussi l'agressivité et les hallucinations. Nous commencions à recenser les symptômes, à établir une chronologie, mais nous manquions d'éléments.

- Désolé jeune fille, mais il va falloir que vous restiez parmi nous.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Invité
❝ Invité ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 13 Juin - 13:06, vous pouvez
[HJ : désolé, je n’ai pas fait attention que c’était à mon tour, comme Isaac et Lile n’ont pas répondu et que j’étais en exam ><]

Tous ces malades, ça devenait de pire en pire, tant de gens que je vois en rue, avec toute cette agressivité, ces fringales abusives. J’ai même dû en frapper un qui a essayé de me mordre, le pauvre devait encore être couché par terre, en train de compter le nombre de dents qui lui rester dans la bouche, après tout une de mes droites, c’est un coup assez dévastateur. Mais je sens que tous ces malades, ça annonce une vague de boulot qui ne va pas tarder pour moi, dans un mois, voir moins, je devrais peut-être même devoir regarder pour engager quelqu’un en plus.

Mais bon ici je n’avais pas beaucoup de temps à perdre, j’avais mon rendez-vous mensuel à l’hôpital pour contrôler mon état, comme si j’avais que ça à faire. Je vais encore voir le toubib, lui dire que je vais bien, il va m’ausculter, me poser des questions, je vais encore m’énerver dessus, casser quelque chose et partir en claquant la porte.

Enfin c’est ce que je pensais, mais c’est vrai qu’ici il y avait la vague de malade en plus, une fois dans l’entrée, je vis pas mal de monde et un trio qui attirait l’attention, deux hommes qui traînaient de force une femme qui visiblement était malade, son agressivité ne trompait pas, elle était comme les autres malades. Une maladie qui touche beaucoup de monde, mais visiblement moi je n’avais rien, mon agressivité est un élément normal de mon caractère, enfin plus précisément de son caractère.

J’entendis la directrice donner des ordres pour que l’on s’occupe de la jeune fille. Je me rappelais du visage de la directrice, je l’avais déjà croisée à Noël, près du parc, elle se promenait avec un chaton. J’avançais lentement et je vis un homme arriver juste derrière elle, rapidement, trop même pour être humain. Encore une saloperie de moustique !

Je pense que ce n’est pas prêt de s’arrêter, c’est une épidémie qui touche la ville un peu partout, d’ailleurs je vous conseille d’envoyer une ambulance dans Preacher's Street.

Mais une telle agressivité est loin d’être étonnant, pas mal de personnes peuvent être agressive sans pour autant être malade, je sais de quoi je parle de ce côté-là, et au pire faites examiner ces personnes par un psychologue, c’est peut-être juste un problème mental pour ça.

Je ne prêtais aucune attention à l’homme, je n’ai jamais supporté les vampires et je ne voyais pas pourquoi je devrais commencer aujourd’hui, c’est déjà bien que l’autre ne se soit pas manifesté en le voyant.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Métier/Etudes : Etudes d'ingénieur
Nombre de messages : 1065
Opinions Politiques : Neutre
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 14 Juin - 23:01, vous pouvez
Spoiler:
 

Bon, il savait pas trop ce qui se passait exactement, mais c’était le bordel. D’accord, d’habitude aussi c’était le bordel, et il resterait installé par ici sûrement pour un bon moment. Après tout, il avait prit ses petites habitudes le bordel, à Réversa. Mais avant, les gens, ils ne se mettaient pas à bouffer comme des ogres comme s’ils avaient un puis sans fond dans le gosier. Et en général, des coups de folies comme il y en avait en ce moment, c’était pas courant non plus. Lyle en venait à se dire ça surtout parce qu’à l’Université, le réfectoire était quasi en rupture de stock, et parce qu’il y avait de plus en plus d’absents. Et aussi parce qu’il avait faillit se faire renverser il n’y a même pas cinq minutes par un type hurlant qu’il était Mickael Schumacher. Sans commentaire. Il avait été tellement surpris que sur le coup il n’avait même pas réussi à balancer une insulte.

Et puis en plus, si ça venait d’une maladie, c’était pas vraiment de leur faute. Enfin bon. Ça ne l’empêchait toujours pas de sortir. En passant par l’hôpital, il entendit d’un coup des cris d’une gosse, visiblement malade elle aussi, et s’arrêta pour regarder ce qui se passait. Des gros bras attrapèrent la gamine sous l’ordre d’une femme qui, d’après son aura, semblait être une Ange. Tien tien. Marrant, elle avait l’air d’être celle qui commandait ici. Et pourtant, après le renversement de gouvernement, ils étaient rares, les Ange qui étaient restés au pouvoir. Et puis, elle n’avait pas l’air non plus de saquer le vampire à côté d’elle. Rare aussi. Mais bon, elle était toujours moins originale que la folle qui s’allongeait dans l’herbe. A côté de l’Eden’s. Peut-être qu’elle aussi elle était malade en fait. Mais non, au fond, elle avait parlé de manière totalement lucide, ça n’avait sans doute pas été ça.

Continuant d’écouter en silence ce qui se passait, Lyle tiqua quand même un peu en attendant le vamp’ mentionner la grippe espagnole. Et hop là, encore une autre momie sur patte bien conservée. Comme son opposé. Opposé dont il connaissait l’âge pour avoir légèrement piraté le système de l’Eden’s. Mais rien à faire, la tête de ce type ne lui disait rien. Les photos étaient celles des locataires, donc, il n’y habitait peut-être pas, c’était possible après tout.

Il devait être médecin, ou un truc de ce genre. Un elfe baraqué débarqua ensuite, et lui aussi avait l’air d’être d’avis que ça n’allait pas s’arrêter de sitôt. Wouhou, ça allait être la fête. Il comptait partir quand le type qui avait faillit le renverser passa devant lui en tenant une sacoche de travail qu’il avait l’air de prendre pour un volant. Mais où était passé la voiture ? Pas la moindre idée. Il n’était pas sûr de vraiment vouloir le savoir. Quand le dingue passa devant le trio multi races qui discutaient tout à l’heure, l’étudiant ne put retenir un ricanement. Et oui, le Lyle moqueur et langue de vipère ne disparaissait que rarement, et surtout, peu longtemps. Même dans les pires moments. Comme celui là. Mais il ne pouvait pas s’empêcher de trouver la situation comique. Oui, il avait un humour de merde.

«J’en connais un qui a dû rêver d’être pilote de formule un quand il était petit. Il aurait peut-être besoin de soin lui aussi… »

Ton ironique, bien sûr qu’il avait besoin de se faire soigner. Et pas qu’un peu. Sourire moqueur aux lèvres, il s’appuya contre le mur et observa le trio. Il avait envie de voir la suite.


img

Je n’ai jamais été fidèle Et je n’ai jamais été quelqu’un de confiance Limite schizophrène Et fouteur de merde indiscutable Je n’ai jamais été loyal Si ce n’est à mon propre plaisir Je suis un marginal à jamais Le résultat d’un foyer brisé Je n’ai jamais été fidèle Et je n’ai jamais été quelqu’un de confiance Limite maniaco-dépressif Toujours à te casser les couilles Je n’ai jamais été reconnaissant C’est pourquoi je passe mes journées seul Je suis un marginal à jamais Le produit d’un foyer brisé

Traduction Black-Eyed - Placebo
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Invité
❝ Invité ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 19 Juin - 15:08, vous pouvez
La voix de Seth faillit me faire sursauter et pourtant, je n’étais que plus habituée a l’entendre murmurer ainsi. Je soupirai doucement. La tension nerveuse de mes épaules ne semblaient pas vouloir s’effacer, bien au contraire, elle semblait s’alourdir d’heure en heure, comme le nombre des malades. Bientôt l’hopîtal ne pourrait plus faire face, ce n’était qu’une question de temps…Je ne répondis rien a Seth sur le moment, me contentant de lui jeter un coup d’œil rapide mais empreint de lassitude et en même temps de joie de le savoir présent. J’aurais sans doute aimé me blottir contre lui en cet instant mais je me devais de rester neutre, voir impassible et c’était un exercice que je réussissais avec brio. Fronçant imperceptiblement les sourcils, je le regardai s’approcher de la jeune furie que Luke et Adam maintenait d’une poigne de fer dans un gant de soie. Luke se raidit a l’approche du vampire mais il ne dit rien, se contentant de serrer les mâchoires et je faillis lâcher un rire nerveux, comme si c’était le moment de se laisser aller a ses penchants naturels tiens ! Rien de tel que le chef de ma sécurité sautant à la gorge de mon infirmier et amant pour égayer la journée…

Lorsque l’un des jeunes hommes expliqua les symptômes de sa sœur, je retins un gémissement. Encore une. Je me massai l’arête du nez avant de lever les yeux sur Luke.

« Conduisez là au service de traumatologie, on a plus de place ailleurs s’il vous plait Luke. »

Le lycan hocha la tête avant de trainer la jeune fille avec lui, aidé d’Adam. Je m’approchai de ses deux frères.

« Rentrez chez vous, nous nous chargeons de son admission et vous tiendrons au courant. »
-Nos parents voudront la voir !
« Hors de question pour le moment, pas tant que nous ne sommes pas sûrs de ce qu’elle a. »
-Mais…

Le second frère attrapa le bras du jeune homme et secoua la tête avec lassitude. Ils avaient fait ce qu’ils pouvaient c’était tout. Je les regardai partir avant de lever les yeux sur Seth pour murmurer doucement :

« Je crois que l’on est tous sur les rotules…Ca va toi ? »

Mais avant qu’il ne puisse répondre, je vis une ombre s’agrandir presque démesurément sur le sol, haussant les sourcils, je me retournais soudainement pour tomber nez à nez avec un monstre de la nature. Une silhouette haute et imposante, aussi noir que l’ébène et il ne me fallut que quelque seconde pour le reconnaitre. Un tel visage ou une telle présence ne s’oubliait pas facilement. Sa voix résonna avec profondeur. Un instant muette, je le fixai quelques secondes avant qu’un léger sourire ne vienne se peindre sur mon visage las.

« On dirait que nos rencontres ne se passent jamais sous les meilleurs auspices n’est ce pas ? »

Et encore, si j’avais sus. Mais ce n’était rien face a ce qui m’attendait. Si je n’avais pas été distraite par une voix juvénile et bizarrement sarcastique, j’aurais sans doute prêter plus d’attention a cet homme étrange qui venait d’entrer, tenant a bout de bras une sacoche, comme si il tenait un bouclier. Oui, sans doute l’aurais je fais. Je fusillai le jeune homme du regard, non la situation ne me faisait pas rire du tout, vraiment pas et j’allais vertement remettre en place ce jeune impertinent lorsqu’une main d’airain bloqua l’air dans ma gorge. Surprise, j’y portai aussitôt les ongles, me souvenant avec acuité de la sensation d’étouffement qui m’avait saisit lorsque je m’étais faite agressée…Seth avait déjà esquisser un pas vers moi mais c’était trop tard, d’autre entrait et il ne me fallut qu’une seconde pour comprendre. Des vampires. Des vampires mort de faim ou presque…Jeune, supposai je alors que mon agresseur soufflait fortement dans mon dos, me tétanisant avant de lécher avec gourmandise une partie de ma gorge…oui jeune parce qu’alors, il saurait que moi, j’étais beaucoup plus un poison qu’autre chose…J’attendais presque la morsure et la douleur qui s’accompagnerait lorsqu’il hoqueta…

-Une saleté d’ange…Imbouffable…

Je me forçais au calme, un masque de marbre tombant sur mon visage a une vitesse effroyable, aussi terrifiante sans doute que celle avec laquelle se déplaçait les vampires, humant l’air. Du regard, j’en comptais quatre. Quatre idiots…Je tentai d’atteindre mon bip d’urgence à ma ceinture mais une seconde poigne m’écrasa le poignet et les doigts qui enserraient ma gorge creusèrent un peu plus mes chairs, m’empêchant même de déglutir.

-Vous savez pourquoi on est là non ?

Un jeune blondinet a l’allure punk ricana grassement…Et je posai un regard froid sur lui. Il ne fallait pas être sortir de la cuisse de Jupiter pour comprendre ce qu’ils venaient faire là. Ils voulaient la reserve de sang et, pourquoi pas, les quelques malades sains que nous soignions…Malheureusement, notre système de sécurité était tel que seuls moi et le personnel compétents avions accès a la réserve…

-Bien sur que vous le savez…Alors on se bouge gentiment ou je lui arrache la tête.

Ce qu’il serait physiquement capable de faire…Bizarrement, malgré la peur qui me tordait les entrailles, mon cœur battait à un rythme régulier, lentement…Etrange paradoxe que celui là. Mon regard passa du géant, à Seth, au jeune humains…Une infirmière s’était figée à l’autre bout de la salle, comme prise par les feux d’une voiture…Un silence étrange c’était abattu sur le hall…Tellement rapidement…comme eux. Ils avaient été trop rapides…Beaucoup trop.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Invité
❝ Invité ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Ven 29 Juin - 20:02, vous pouvez
L’hôpital était bondé, il y avait des gens partout, aussi bien des malades que leur famille et pourtant les médecins leur demandaient de rentrer chez eux tant que l’on ne saura pas ce qu’ils ont attrapé comme maladie, mais les familles trop inquiètes ne démordaient pas, ils voulaient rester à tout prix.

L’ange me reconnut facilement, je dois dire que cela ne m’étonnait pas du tout, elle regrettait néanmoins les circonstances de nos « retrouvailles ». J’avoue qu’il y a mieux, mais d’un côté pour moi qui vit entouré de morts toute la journée, n’importe quelle circonstance est bonne.

Oui j’avoue que les circonstances pourraient être meilleures, mais d’un côté, les choses seraient monotones si on pouvait contrôler tout ça. Mais si jamais vous avez besoin d’aide pour calmer les gens, n’hésitez pas à m’appeler.

À peine eu-je fini ma phrase qu’un homme entra en courant, faisant le bruit d’une voiture et utilisant sa sacoche comme un volant. Encore une victime de la maladie je présume. La folie, la faim et l’agressivité, tels étaient les symptômes que j’avais pu remarquer jusqu’à maintenant. C’est étrange, mais en voyant les gens comme ça, j’avais l’impression de me voir par moment, du moins quand c’était l’autre qui prenait le contrôle de mon corps, la rage était sa force et même si désormais ça allait mieux et que j’arrivais à le maintenir en état de sommeil plus souvent, il était toujours là et il se faisait de plus en plus puissant.

La remarque d’un homme un peu plus loin me fit me retourner. Une remarque moqueuse envers l’homme qui venait d’entrer. Je sentis la colère monter en moi, qui était-il pour oser se moquer ainsi d’une personne qui n’avait plus aucun contrôle sur elle-même ? J’avançais à grands pas, la rage montante, ce n’était pas bon signe, mais parfois je préférais ne pas le retenir, il fallait qu’il sorte et qu’il s’exprime, car parfois c’est extrêmement épuisant de retenir une telle boule de colère.

Je posai une main ferme sur l’épaule de l’homme, mes yeux noirs de colère, aussi noirs que ma peau d’ébène, me dressant devant lui de toute ma hauteur.

Ne vous moquez pas d’une telle situation ! Vous ignorez ce que cela fait que de perdre la raison et d’être complètement sans contrôle de votre propre corps ! Ne jugez pas sans connaître !

Il était venu, d’une traite, sans sourciller. L’autre le toisait, prêt à frapper s’il le fallait, avoir deux personnalités n’était vraiment pas de tout repos. Mais je n’acceptais pas que l’on se moque d’un problème mental.

Mais je n’eus pas le temps de continuer à répliquer à l’homme, le fond de ma pensée qu’une petite troupe de vampires venait de faire irruption dans le hall de l’hôpital. L’un d’eux prit Iris en otage, la menaçant pour avoir la réserve de sang. Décidément ça me fait une raison de plus pour ne pas aimer ses déchets.

L’un d’eux fit pour avancer vers la directrice également, j’eus le temps de l’attraper par le crâne au dernier moment, le soulevant du sol et compressant la boîte crânienne de toute ma force, jusqu’à l’entendre se fissurer, j’étais pour beaucoup un colosse et je le savais. Du haut de mes plus de deux mètres pour cent cinquante kilos, ma force ne pardonnait pas, surtout sur un os creux. Je relâchais le suceur de sang, une fois que celui-ci cessa de bouger, la tête explosée.

Je fis craquer ma nuque en avançant vers les autres, montrant un sourire carnassier. Il était temps de laisser l’autre s’amuser entièrement. Ce soir, c’est soupe de moustiques !

Et si vous veniez vous frotter à quelqu'un de votre niveau?
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Invité
❝ Invité ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 1 Juil - 15:13, vous pouvez
[Toutes mes excuses, IRL trop chargée pour rp >.<]

Iris eut tôt fait d’aiguiller la jeune femme récalcitrante vers un lit, malgré les protestations de ses frères. Il n'y avait pas à tergiverser, elle était malade, elle avait besoin de soins. Je m'étais approché en catimini, commençant le boulot, qu'elle termina, de façon professionnelle, presque froide, entre nous.
Il n'y avait pas de place pour les effusions, quelles qu'elles soient et surtout pas entre une directrice et un de ses employés. L'hôpital était pris d'assaut par les malades, toujours plus nombreux et surtout insoignables. Nous n'avions aucun remède. Les scientifiques pouvaient bien se démener, ils faisaient chou blanc. L'origine n'était pas identifiée avec exactitude malheureusement, ni même le mode de contamination. Pour la première fois de ma vie immortelle, je me retrouvais à devoir faire attention, à craindre pour ma vie, car des vampires avaient été infectés également. Sans doute en buvant du sang d'un humain malade. Mais si nous ne pouvions attraper une maladie virale ou bactérienne classique, celle-ci était inédite, pouvant même nous infecter. Du coup, il devenait difficile de se nourrir efficacement. Comment savoir qui était sain et qui était malade ? Il y avait une période d'incubation, muette et les symptômes ne se déclaraient qu'ensuite, quand il était déjà trop tard. Iris était lasse et j'allais répondre à sa question quand quelque chose m'interrompit.

Je jetai un regard à une montagne de muscles ébène qui venait de faire son apparition et qu'Iris semblait connaître. Un elfe. Un elfe comme je n'en avais jamais vu d'ailleurs. Ni même des humains de cet acabit d'ailleurs. Il était du genre taureau, bien loin de l'idée surannée que l'on pouvait avoir de la race elfique, censée être délicate et gracieuse. Ce type, c'était un ours et au vu du coup d’œil peu amène dont il me fit grâce, il savait que j'étais un vampire et il ne me portait déjà pas dans son cœur. Ce n'était pas comme si je n'étais pas habitué à ce genre de situation. Les choses ne changeaient pas au niveau mentalité. Mais il se montra très poli avec Iris, à mon grand étonnement.

Un homme déboula alors en prenant son attaché case pour un volant, complètement dément et un jeune homme se fit alors remarquer par une remarque grinçante, totalement inutile dans ce genre de situation. En voilà un qui ne connaissait absolument rien des pathologies mentales et ne semblait avoir aucun respect pour la vie. Ironique alors qu'il était humain, j'étais plus respectueux que lui en étant vampire. Et sa petite remarque ne tomba pas dans l'oreille d'un sourd, alors que le colosse lui fonçait dessus et lui faisait la morale de façon fort persuasive. Bon, comme je m'en doutais, il valait mieux être copain avec cet elfe hors normes que se le mettre à dos. Iris avait une longueur d'avance sur le jeune humain et moi à ce niveau.

Je me tendis brutalement quand les odeurs de mes congénères me montèrent aux narines, trop tard cependant pour les empêcher de prendre Iris en otage et de jouer aux petits caïds. Mon regard s'assombrit dangereusement quand ils la menacèrent et je dus faire appel à toute ma volonté pour ne pas bêtement leur sauter dessus, en espérant être plus rapide et plus fort qu'eux, avant qu'ils ne réagissent et blessent celle qui comptait tant à mes yeux. Sous la menace, je perdis mon masque affable et décontracté pour ne laisser que la fureur prendre le pas, grognant à leur encontre, de façon presque primitive. Abruti, même pas fichu de reconnaître un ange, sauf au dernier moment. Heureusement, il ne planta pas ses crocs dans la gorge de la jeune femme

J'esquissai un geste quand je le vis resserrer son emprise sur Iris, qui commençait à manquer d'air. Les réserves de sang, voilà ce qu'ils voulaient. En d'autres circonstances, j'aurais pu éprouver de la compassion pour eux, qui étaient affamés à cause de cette fichue maladie, comme je pouvais l'être moi-même. S'en seraient-ils pris à n'importe qui d'autre, que j'aurais compris. Mais pas à elle. Un silence de mort s'abattit sur l'hôpital, alors que je croisais le regard étrangement calme d'Iris. Elle n'était pas affolée. Pourquoi ? Était-elle certaine que le géant, l'humain ou moi, allions être de taille à la sortir de ce mauvais pas ?

Un des vampires fit l'erreur de bouger et le colosse noir l'attrapa alors. Je ne regardais pas ce qu'il se passait, ne perdant pas de temps et profitant de cette diversion pour attaquer celui qui tenait Iris, lui faisant lâcher prise en lui mordant le poignet avec violence, déchirant presque les chairs, avant de le frapper violemment au visage pour le mettre à terre, libérant ainsi Iris, le temps que la sécurité fasse son boulot. Je remarquai alors que l'elfe avait... explosé la boîte crânienne du vampire. A mains nues. Je lui jetai un regard abasourdi. Il était définitivement à classer dans les copains et non les ennemis. Et il invitait les deux vampires restants à se mesurer à lui.

Deux options : ou ils se jetaient sur lui, par fureur ou défi, ou ils l'évitaient soigneusement, en s'en prenant à plus faible, histoire de faire pression. Je lâchai le vampire que j'avais frappé, pour récupérer Iris par le bras, déterminé à ne plus laisser personne l'attaquer elle.

- Il a tué un vampire à mains nues...

J'avais murmuré, mais sans doute assez fort pour que l'elfe concerné, Iris, l'humain et les deux autres vampires m'entendent. J'étais encore sous le choc, abasourdi par la force herculéenne de ce type. Mais quelle brute...

- Il est champion de catch ton copain ?

Ça, c'était pour Iris. Je grognai à l'intention d'un des deux vampires qui nous regardaient avec haine.

- J'peux savoir pourquoi tu t'opposes à nous ? t'es dans notre cas ! A moins que tu pioches gratis dans la réserve, c'est ça ?

Je tressaillis devant cette accusation, totalement fausse en plus. Non, je ne piochais pas dans les poches de sang. Pas encore du moins...

- Y'a d'autres moyens que de prendre d'assaut un hôpital, crétins.

Le vampire gronda. En plus des malades, des vampires en manque... Vraiment génial.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Métier/Etudes : Etudes d'ingénieur
Nombre de messages : 1065
Opinions Politiques : Neutre
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 3 Juil - 19:01, vous pouvez
Comme d’habitude, il aurait peut-être dû se taire. Les trois n’avaient pas eu l’air d’apprécier. Il s’en doutait, et s’en serait foutu si Hulk n’avait pas décidé de prendre la mouche tout de suite. Le visage de l’humain se ferma de suite et il lui lança un regard glacial.

« Mais qui a dit que c’était de ce type que je me moquais ? »

C’était surtout de la provocation et de l’insolence en fait, mais en réalité il riait plus de la situation que du malade. Il s’était détaché petit à petit des gens, il regardait les choses presque comme s’il n’était qu’un observateur et comme si tout cela ne l’atteignait pas. En fait, peu de choses l’atteignaient, il suffisait juste de voir sa réaction quand il s’était fait mordre par une vamp. Il avait été paniqué et surpris sur le coup, certes, mais dès qu’il avait été lâché il était redevenu cynique et insolent. C’était plus fort que lui. Pourtant il aimait bien la vie, fallait pas croire. C’était juste sa manière d’être qui faisait penser le contraire.

Ce à quoi il ne s’attendait pas, c’était à ce que des vampires malades débarquent. Sur le coup, il en bougea, préférant attendre. Ils étaient visiblement affamés, et se faire remarquer alors qu’il n’était qu’un casse croute pour eux serait vraiment idiot. L’humain regarda autour de lui. Un peu plus loin, une employée était rentrée et les regardaient, tétanisée. Elle avait tellement peur qu’elle ne ferait rien si on ne le lui disait pas. Lyle lui fit discrètement signer d’appeler de l’aide en haut. Elle avait eu l’air de comprendre, car elle retourna tout de suite d’où elle venait. Bien. Quand il retourna la tête, il découvrit un spectacle qui le fit écarquiller les yeux de surprise.

Hulk avait la tête d’un des vampires entre ses mains, et celle-ci était en train de craquer. Puis, l’elfe le lâcha au sol, et provoqua les deux autres. D’accord, ce mec n’était pas normal. Il avait même beaucoup de mal à lui coller l’étiquette « elfe », sur le front. Tous ceux qui pensaient que les elfes étaient raffinés et pacifiques tomberaient sûrement dans les pommes en le voyant. En fait, ils tomberaient dans les pommes aussi en voyant une Maë très punk et une Anthea qui avait un léger problème avec les explosifs. Quels farceurs ces elfes, pleins de surprises. Pas forcément bonnes d’ailleurs. Et dire qu’il avait été provoquer ce type. Mauvaise idée.

Le vampire n’avait vraiment pas l’air d’en revenir. Tu m’étonnes. Et d’ailleurs, l’elfe aussi ne devait sûrement pas être très net dans sa tête. Ça expliquerait pourquoi il avait piqué la mouche quand il s’était moqué. Lui, il devait très bien savoir ce que ça faisait de ne plus rien contrôler… Enfin, ce n’était qu’une supposition, mais qui pourrait tenir la route.

Les deux colosses de tout à l’heure réapparurent. Bien, l’autre avait appelé du renfort. Merde, c’était des lycans. Mais bon, c’était toujours mieux que la situation actuelle. Disons qu’il n’était pas tout à fait taillé pour la cogne. Il ne savait pas si c’était un bien ou un mal, un peu des deux en fait. Un bien parce que sinon il ne compterait sûrement plus le nombre de bagarres, déjà que le nombre actuel n’était pas moindre, mais c’était aussi un mal parce que faire le con ne l’aidait pas à se faire des amis. Et déjà pas mal de monde avait voulu lui péter la gueule. C’était clair qu’en étant plus imposant ça donne mois envie. Mais tant pis, il n’allait pas en faire tout un plat, il faisait comme d’habitude. Il se débrouillait.

Chacun attrapa un des vampires qui se débattirent violemment. L’humain grogna. Bons pour l’asile. Il espérait vraiment que Sanchez faisait gaffe.

« Ca va être sympa quand les lycans vont vraiment s’y mettre… »

Cynique jusqu’au bout, et encore, les vampires deviendrait affamé et il semblerait qu’il faisait partit des casses croutes. Et merde. D’un coup, le bruit d’une voiture qui partait en trombe retentit, quelqu’un hurla qu’il allait gagner le grand prix et Lyle eut juste le temps d’esquiver la voiture qui fonça droit dans le mur. Et qui la conduisait comme par hasard ? Michael Schumacher bis. Il aurait dû s’en douter. L’humain passa une main sur le visage. Mais comment avait-il réussi à avoir un minimum de lucidité pour trafiquer les câbles de manière à mettre en route la voiture sans clés ? On allait dire qu’il était motivé. Apparemment, il était inconscient. Inconscient ou mort. L’étudiant ouvrit la portière et vérifia le pouls du type.

« Je crois qu’il est vivant, mais vous devriez vérifier. »

Ce n’était pas lui le médecin, il pouvait largement se tromper.


img

Je n’ai jamais été fidèle Et je n’ai jamais été quelqu’un de confiance Limite schizophrène Et fouteur de merde indiscutable Je n’ai jamais été loyal Si ce n’est à mon propre plaisir Je suis un marginal à jamais Le résultat d’un foyer brisé Je n’ai jamais été fidèle Et je n’ai jamais été quelqu’un de confiance Limite maniaco-dépressif Toujours à te casser les couilles Je n’ai jamais été reconnaissant C’est pourquoi je passe mes journées seul Je suis un marginal à jamais Le produit d’un foyer brisé

Traduction Black-Eyed - Placebo
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Invité
❝ Invité ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 9 Juil - 21:05, vous pouvez
En vérité, je ne savais pas pourquoi j’étais capable de garder mon sang froid avec un vampire prêt a m’étrangler dans le dos. Sans doute des années d’expériences, d’habitude, mais je savais aussi que laisser voir ma peur ou ma panique, ne ferait que les exciter. Ne pouvaient ils pas comprendre que cela ne servait à rien ? Que je ne leur donnerais pas ce qu’ils voulaient ? Qu’ils avaient beau être des vampires, ils n’étaient que quatre ? Que j’avais deux lycans dans mon service de sécurité ? Par contre, je ne m’attendais pas a ce que ce soit l’elfe qui réagit le premier. Estomaquée, je le vis se mouvoir avec une agilité que jamais je n’aurais imaginé de la part d’un homme aussi massif. Il semblait être fait pour la force, par la force pas pour la vitesse, ni même la souplesse et mes yeux s’écarquillèrent lorsqu’il empoigna le premier vampire, qu’un craquement écoeurant retentissait dans le silence soudain du hall. Je réprimais une nausée, un spasme de mon estomac face à une telle sauvagerie, même si je savais que les vampires n’auraient sans doute pas prit plus de gants.

Je fermai les yeux une demi seconde, mais ce fut juste assez pour entendre le grognement de douleur qui s’éleva derrière moi tandis que l’on me tirait violemment en avant et que j’atterrissais dans les bras de Seth. Je m’accrochai a ses épaules tandis que mes battements de cœur s’accéléraient subitement maintenant que j’étais en sécurité, en sécurité prêt de lui tout simplement.

Son murmure me fit froid dans le dos…

«J’ai vu… »

Soufflai je à mon tour, regardant avec horreur le cadavre du vampire sur le sol, mais..était-il seulement mort ? Réellement mort ? Je frissonnai, enfonçant mes ongles dans les avants bras de Seth. Je ne vis même pas le signe que l’humain fit à l’infirmière, je ne compris réellement que lorsque Luke et Adam surgirent a leur tour. De leur gorge s’échappait des grondements presque inhumains mais je savais qu’ils ne changeraient pas de forme, parce que leur loup risquait de leur faire attaquer la mauvaise personne, mais malgré tout, ils restaient dangereux. Lentement, très lentement, ils se mirent a décrir des cercles, à pas lents, ne quittant pas les vampires du regard. Vampires qui prenaient enfin conscience de leur erreur. Un elfe, un vampire, deux lycans, étaient ils seulement de taille ? étaient-ils a ce point désespéré ? J’espérais fortement que non…Franchement pas…

Je retins un sursaut lorsque, dans un bel ensemble, parfaitement synchronisés, Luke et Adam fondirent sur deux vampires restant. Je clignai des yeux. Etaient ils donc si rapides ? Ma poitrine se comprimait au rythme de ma respiration difficile lorsqu’Je clignai des yeux. Etaient ils donc si rapides ? Ma poitrine se comprimait au rythme de ma respiration difficile lorsqu’une voiture…oui, une voiture, défonça littéralement le hall. Sans réfléchir, je jetai mes bras autour de Seth pour le forcer à reculer, craignant qu’il ne soit dans la trajectoire…mes gardes émirent un son étrange mais ne lâchèrent pas les vampires pour autant et….

« NE LE TOUCHEZ PAS ! »

Trop tard ! Abruti d’humain ! C’était contagieux ! Terriblement contagieux ! C’est là que je me rendis compte que j’étais toujours agrippée à Seth. Je le lâchai doucement, captant son regard du mien, un sourire léger aux lèvres avant de m’éloigner un peu. Je regardais mes deux gardes avec gratitude.

« Ils sont malades, alors surtout, faites très attention. »

Les prévins je avant de soupirer doucement.

« Qu’on les enferme dans les sous sols en attendant de voir l’évolution de la maladie…. »

Un mal de crâne pointa subitement sous mes tempes et je grimaçai légèrement…

« S’il vous plait Malkavian, pouvez-vous les aider ? On ne sait jamais et…je crois que vous avez fait montre de votre force. »

Et pas qu’un peu, en regardant ses mains, j’en étais presque terrifiée.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Invité
❝ Invité ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 9 Juil - 22:43, vous pouvez
La rage montait en moi, j’étais en train de perdre tout contrôle, je sentais que l’autre se réveillait complètement et qu’il était en colère, je n’étais pas de taille pour le retenir. C’était un peu ma faute, je n’aurai pas dû le laisser filtrer légèrement pour affronter ce vampire, mais je préférai que ce soit lui qui le fasse.

Le corps du vampire gisait à mes pieds. Le crâne était fendu sur une partie, comme je le pensais même s’ils sont surhumains leurs os ne sont pas plus résistants et une fois brisés, ils ne se ressoudent pas. Et même si avec un bras cassé ils peuvent continuer à se battre, il est complètement improbable que ce soit pareil si la tête n’est plus là, après tout dans leur tête ils ont le principal, les yeux, les crocs, le nez, les oreilles. Donc même s’ils étaient capables de vivre avec le crâne pété, ils mouraient très vites sans tout ça.

À voir la tête des autres personnes, cela les étonnait que j’aie pu faire une telle chose à ce vampire. Ma foi, cela peut se comprendre, une personne normale ne pourrait peut-être pas le faire. Mais je me suis entraîné pendant des années pour pouvoir vaincre des vampires à mains nues, j’ai passé de longues journées à ça, dans la forêt, à frapper le plus fort possible sur des arbres. Je me rappelle encore les jours où je rentrais les mains ensanglantées suite aux nombreux impacts. À présent j’étais bien décidé d’éliminer tous vampires se dressant devant moi.

D’ailleurs avoir un vampire comme allié était assez ironique pour moi, mais il avait sauvé Iris, il faut croire que je ne dois pas tous les mettre sur mon tableau de chasse. Mais au moins il a vu de quoi j’étais capable, il sait que s’il est du mauvais côté je l’éliminerai aussi.

Ensuite les lycans arrivèrent dans le hall, alerté ils se mirent en position d’attaque, grognant sur les suceurs de sang. Il restait deux vampires et nous nous étions quatre à pouvoir nous battre, car je me doutais bien qu’Iris n’allait pas se battre contre eux et ce minable humain encore moins, car ce n’est pas avec des remarques cyniques que l’on gagne un combat.

Je vis soudainement l’humain faire un mouvement sur le côté pour éviter une voiture qui venait de s’encastrer dans le hall. Et au volant ce n’était personne d’autre que l’humain de tout à l’heure qui était en pleine crise d’hallucination en se prenant pour un pilote automobile. Il aurait mieux fallu s’occuper de lui directement, cela aurait évité l’accident, maintenant d’ici je ne pouvais pas savoir s’il était encore en vie ou non, d’après l’humain oui, mais il demanda à quelqu’un de vérifier quand même.

Les lycans étaient occupés avec les vampires, les tenants fermement, se battant pour savoir qui des deux était le plus fort, entre un lycan chargé de protéger et un vampire hors de contrôle. Je fis un léger pas en avant puis je fus pris d’un mal de tête.

Et en même temps j’entendais Iris me demandant d’aider les lycans, j’en connais un qui ne demandait pas mieux, mais cela serait risqué. Mais mon mal de crâne s’intensifiait de plus en plus. Je tenais ma tête entre mes deux mains. C’était fini, je ne pouvais plus le retenir, il prenait ma place et me renvoyait au fond de ma tête. Les choses sérieuses allaient vraiment commencer maintenant !

Écartez-vous ! Il arrive ! Je ne tiendrai pas plus longtemps, il est temps de bouger !

Je relevais ma tête lentement, mes yeux étaient d’un noir ébène, plus noir que la nuit encore et tout le tour était rouge de sang, la rage explosait en moi, mais moi ce n’était nullement dû à la maladie, non, moi c’était normal, c’était parce que l’autre était là, il était sorti !

Je fis un pas en avant posant mon pied sur le crâne craquelé du vampire et je mis tout mon poids sur ce pied, jusqu’au moment où l’os céda sous mon poids, je préférai être sûr qu’il soit bien mort.

Je fixai les deux vampires tout en avançant dans leur direction. Une fois à leur niveau, je plongeais mes yeux dans ceux du lycan qui était devant moi, il se demandait probablement ce que je comptais faire. Posant mon pied sur la poitrine du vampire pour l’immobiliser, je fis un signe de tête au lycan dans la direction de son compère.

Tenez moi l’autre au chaud pendant que je calme celui-ci ! Il est temps de leur faire comprendre leur erreur !

Le calmer ? Oui c’est cela, le lycan avait à peine bougé que je soulevais le suceur de temps pour l’encastrer dans le mur. Le maintenant d’une main posée puissamment sur sa poitrine, je lui assenais de grands coups de poing avec l’autre. Frappant encore et encore, de plus en plus fort. J’étais comme enragé, je ne voulais pas m’arrêter, le vampire se débattait comme il pouvait, mais une telle pluie de coups était un enfer pour lui et sa résistance lui offrait une durée prolongée. Le sang coulait de sa tête, son nez, sa bouche, l’arcade sourcilière. Le vampire saignait de partout. Mon poing était couvert de ce liquide rouge, mais cela m’importait peu, je continuais mon déluge de coups sur ce cafard. Un sourire sadique, féroce, carnassier était clairement visible sur mon visage. L’autre qui contrôlait mon corps prenait un plaisir fou à malmener ce moustique et je dois avouer que voir une de ces saloperies en prendre plein la gueule m’amusait aussi.

Voyant que le vampire résistait de moins en moins, je le plaquais au sol, me plaçant au-dessus de lui et continuant de le frapper, mais cette fois-ci mes deux mains étaient libres, pour son plus grand malheur. J’étais complètement hors de contrôle, je riais en même temps, toujours avec mon sourire marqué. Je sentais le crâne de cette créature plier sous les coups. Mais je continuais à le marteler, cette créature répugnante a mal choisi son jour pour venir prendre d’assaut l’hôpital. Dire qu’à la base je venais uniquement pour voir le psychiatre, me voilà dans le hall de l’hôpital en train de tabasser un vampire.

Mais je m’en moquais totalement, je continuais à le frapper toujours plus fort. Voyant le sang de celui-ci couler à flot sur mes mains, je recevais de temps en temps quelques éclaboussures sur le visage, mais cela n’entachait en rien mon sourire et mon rire non plus. L’autre était devenu complètement fou, j’étais hors de contrôle et je n’étais pas assez fort pour reprendre le dessus quand il est dans cet état-là.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Invité
❝ Invité ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 10 Juil - 14:09, vous pouvez
C'était fou comme une situation pouvait basculer en un battement de cils. Une seconde auparavant, Iris était prise en otage et tout le monde se regardait en chien de faïence et la seconde d'après, il y avait le colosse noir qui s'amusait à éclater le crâne d'un vampire comme on fait exploser une pastèque et moi qui débarrassait Iris de son agresseur en un tournemain, la récupérant contre moi, loin du danger que pouvaient représenter ces vampires en manque. Serrant l'ange dans mes bras, je la sentit s'accrocher à moi comme à une bouée de sauvetage, alors que les battements désordonnés de son cœur reprenaient un rythme à peu près normal. Je sentais l'adrénaline courir dans mes veines, alors que la bête en moi ne demandait qu'à se déchainer, mais le parfum de la jeune femme me permettait de me contrôler. Sans compter les performances du grand black. Je n'en revenais pas de ce qu'il avait pu faire à un vampire, ressentant une peur mélangée à du respect pour lui. J'entendis le murmure aussi estomaqué que le mien d'Iris concernant les prouesses de son copain.

Tout comme j'entendis la remarque cynique de l'humain qui attendait de voir ce que cela allait donner avec les lycans. Lycans qui débarquèrent d'ailleurs rapidement. Il y avait déjà deux vampires au sol, dont un mort. Il en restait deux et les deux loups ne tardèrent pas à s'en emparer. Ils étaient puissants, moins rapides que des vampires, mais plus sages que ces gosses en manque de sang. Je ne pouvais que compatir, la ressentant également, de façon moindre, fort heureusement. Mais combien de temps avant que la soif ne me pousse dans mes retranchements, me rendant aussi incontrôlable que ceux là ? Combien de temps avant que la bête ne surgisse, prenant les rênes et me faisant perdre toute humanité, me rendant dangereux pour mes proches ?

C'étaient là des questions dérangeantes, sur lesquelles je préférais ne pas m'attarder. Ce n'était pas vraiment le moment en fait. Je sentis alors Iris me repousser alors qu'une voiture faisait irruption dans l'hôpital, fréquentant tout au passage. Je sortis de mes divagations qui étaient dangereuses pour ma sécurité en cet instant. Iris était pendue à mon cou, faisant fi de la plus élémentaire des prudences qui voulait que nous cachions notre relation, avant de s'écarter légèrement et de me sourire. Sourire que je lui rendis, un peu crispé, avant que l'humain ne décide de s'approcher du conducteur, le touchant pour s'assurer qu'il était vivant, s'attirant ainsi une protestation de la part de l'ange qui était à mes côtés.

Le personnel médical approcha précautionneusement du conducteur, avec des masques. On ne savait pas trop comment cela s'attrapait, mais je ne pouvais même pas approcher sans risques, puisque des vampires étaient malades également. Et même morts. Iris donna quelques ordres alors que j'approchais de l'humain cynique.

- Tu sais comment s'attrape cette étrange maladie pour toucher un malade sans la plus élémentaire des prudences ?

Qui sait ? Peut-être que certaines personnes avaient des informations qui nous échappaient. Qu'on m'annonce que ce truc avait été lancé comme une arme biologique par un groupuscule d'extrémistes que cela ne m'aurait même pas étonné. C'est alors que l'elfe se mit à agir bizarrement, parlant de quelqu'un qui arrivait.

- Merde, j'espère qu'il n'est pas malade lui, parce qu'une fois hors de contrôler, je n'ose même pas imaginer les dégâts qu'il peut faire...

Je m'adressais à l'humain qui était à côté de moi, avant de récupérer le poignet d'Iris et de la tirer vers nous, sous ma protection. Quelque chose avait changé chez l'elfe, je le vis à son regard. Étant vampire, sans cesse en quête de contrôle et sachant bien ce que c'était quand je perdais la bataille, je savais reconnaître quand quelqu'un n'était plus lui même et c'était le cas du grand black. Et nous étions dans une merde noire. Il se saisit de l'un des vampires et le prit pour un punching ball. Je serrai les poings, les mâchoires crispées en le voyant tabasser ainsi un être de ma race, quel qu'ai pu être son crime. C'était bon, ils étaient sous le contrôle des lycans, là, c'était de la vengeance gratuite et sadique et chaque craquement faisait monter la colère en moi. Finalement, je grondai, avant de fondre sur l'elfe, l'empoignant par le col pour le tirer en arrière, lui faisant lâcher le vampire en bouillie.

- Arrête, c'est bon, il a eu son compte ! C'est comme un drogué en manque, il a soif et il peut pas se nourrir puisque n'importe qui peut être malade, alors merde, arrête.

C'était complètement idiot... Idiot de se mettre entre le colosse taré et le vampire... Idiot de se retrouver comme cible alors qu'il pouvait défoncer une boite crânienne à mains nues. Et je n'avais pas l'intention de mourir maintenant.

- T'as pas chopé cette foutue maladie quand même !

Non parce qu'un bestiau de cet acabit en proie à des hallucinations et des crises d'agressivité... Au secours, sortez le fusil à fléchettes anesthésiantes pour éléphant !

[Voilà, voilà, magnifique suicide de Seth *PAN* Sois pas trop méchant Malkav >.>]
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Métier/Etudes : Etudes d'ingénieur
Nombre de messages : 1065
Opinions Politiques : Neutre
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 10 Juil - 16:10, vous pouvez
Il ne s’attendait sûrement pas à ce que l’Ange l’agresse verbalement pour un truc aussi con. Bah quoi ? Il ne risquait pas la contamination rien qu’en touchant ce type. D’après Maë, ce n’était pas par l’air et le contact que ça se transmettait, et il pensait qu’elle avait raison. Sinon, toute la ville aurait été contaminée, et le campus serait sûrement désert à l’heure qu’il est. Trop d’échanges, ils étaient jeunes et donc ces échanges allaient encore plus vite. Sans compter qu’ils étaient plusieurs centaines à circuler dans des couloirs où il fallait parfois savoir jouer des coudes pour passer. Non, si ça se transmettait comme ça, alors il serait déjà malade.

Il se recula pour laisser passer les médecins avec des masques et observa le vampire s’approcher de lui.

- Tu sais comment s'attrape cette étrange maladie pour toucher un malade sans la plus élémentaire des prudences ?
« Ca ne vous a jamais effleuré l’esprit que si cette merde s’attrapait par le contact, vous et moi on serait déjà atteint depuis un bail ? Réfléchissez, les dernière fois qu’il y a eu ce genre de maladie, ça s’est transmit par la bouffe. Les humains sont vulnérables. Et ils sont de la bouffe pour les vampires et les lycans. Donc j’imagine que ça se transmet par le sang surtout. »

Pour Maë c’était ça, et c’était pas con du tout, il suffisait juste d’être logique. En attendant, l’elfe pétait les plombs. Et pas qu’un peu, si bien que le vamp attira celle qui semblait être la cheffe de l’hôpital vers eux. Lyle leur jeta un regard un coin. Un employé avec son employeur, un vampire avec une Ange. Même pas original le couple. Ah oui, parce que même si de toute évidence, et c’était compréhensible, ils tentaient de le cacher, la peur avait fait voler en éclat leur couverture, pour lui du moins. En tout cas, il y avait quelque chose de partagé entre eux, c’était certain.

- Merde, j'espère qu'il n'est pas malade lui, parce qu'une fois hors de contrôler, je n'ose même pas imaginer les dégâts qu'il peut faire...
« Evidemment qu’il est malade. Mais je crois qu’il l’était déjà avant que le virus débarque. »

Ce mec était fou. Mais vraiment, schizophrène ou un truc qui y ressemblait vaguement. Ils étaient plusieurs dans sa tête apparemment… Il prenait carrément le vamp’ pour un punshing ball. Désolé, mais il avait beau ne pas être très net dans sa tête, ça c’était quelque chose qu’il ne serait ni capable de faire endurer à quelqu’un, ni de regarder en restant les bras croisés. Ce qui ne serait pas une si mauvaise idée vu sa musculature quasi inexistante. Mais depuis quand il se préoccupait de si l’idée était bonne ou pas, hein ?

Il allait ouvrir la bouche quand le vampire attrapa l’elfe et le fit se plaquer contre le mur en essayant de le raisonner. Il avait le gout du risque. Sans compter que de toute évidence, ce mec haïssait les vampires, pour une raison ou un autre qui lui était inconnue. Donc il serait peut-être temps d’intervenir lui aussi, histoire de l’occuper avant qu’il lui explose le crane comme il l’avait fait avec l’autre.

« Il a raison. Sans compter que là, vous frappez une personne qui ne se contrôle plus et maitrisée par ces types. Ca serait un meurtre avec témoins, et plus de la légitime défense, continuer serait stupide. »

Il parlait de manière concrète, mais s’il était vraiment dingue il ne comprendrait pas. Il essaierait juste de buter le vampire et lui. Magnifique. Mais de toute évidence il aimait bien l’Ange. Etrange d’ailleurs mais tant pis. On allait passer par là.

« Et puis, la dame ici présente doit avoir déjà pas mal de problèmes avec les malades. Vous lui rajouterez des ennuis en commettant plusieurs meurtres, et en s’attaquant à son… Employé. »

Lyle lança un regard perçant au vampire à côté de lui qui signifiait clairement qu’il avait comprit. En revanche, il n’était pas idiot et comprenait bien que ces deux là n’avaient pas intérêt à ce que ça se sache. Pour le moment, les autres n’avaient pas eu l’air de s’en rendre compte à cause de l’agitation, mais si ça continuait de se voir de trop, quelqu’un d’autre que lui le remarquerait aussi. Et là, ça serait sûrement la merde. Pour eux.


img

Je n’ai jamais été fidèle Et je n’ai jamais été quelqu’un de confiance Limite schizophrène Et fouteur de merde indiscutable Je n’ai jamais été loyal Si ce n’est à mon propre plaisir Je suis un marginal à jamais Le résultat d’un foyer brisé Je n’ai jamais été fidèle Et je n’ai jamais été quelqu’un de confiance Limite maniaco-dépressif Toujours à te casser les couilles Je n’ai jamais été reconnaissant C’est pourquoi je passe mes journées seul Je suis un marginal à jamais Le produit d’un foyer brisé

Traduction Black-Eyed - Placebo
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Invité
❝ Invité ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 10 Juil - 20:45, vous pouvez
Je levai les yeux au ciel.

« Si, cela nous a effleuré l’esprit mais voyez-vous. Tripotez un bout de viande crue suffit si vous ne vous désinfectez pas les mains, ensuite, serrez la main de quelqu’un d’autre et, voyons…déballez un chewing gum. Il n’en faut pas plus, surtout lorsqu’on ne sait pas le degré de résistance d’un virus, si cela en est un. »

C’était bien gentil de me faire la morale mais je savais exactement quelle était les capacités d’un virus ou d’un microbe, hors là, nous ne savions même pas ce que c’était. Il y avait des points commun oui, mais…C’était tout. Je ne voulais prendre aucun risque. Je sursautai subitement a l’ éclat de l’elfe. Indécise, je le regardai fixement. Il parlait de lui à la troisième personne, même sa voix se faisait…Etrange…Et en un éclair, le souvenir de cette nuit de noël me revint en mémoire. Je blêmis. Schizophrénie…Sauf que son alter égo n’était pas un gentil bisounours…

« Seth NON ! »

Trop tard, je restai impuissante à regarder le vampire sauter sur le dos de la montagne d'ébène enragée ! Je jurai violemment, moi qui ne le faisait jamais d’ordinaire alors que mon amant sautait allégrement sur le dos du géant. Géant qui massacrait sans sourciller, a mains nues, des vampires…Qui riait de le faire…Un géant qui me faisait soudainement froid dans le dos, terriblement froid dans le dos. Ecarquillant les yeux Luke ne réagit pas et Adam lui jetait des regards nerveux…Déglutissant difficilement, je leur intimai d’un geste de ne pas bouger. Il me fallait agir, avec sang-froid, repousser la panique, mon dégout du sang. Je déployai toute mon aura, me glissant devant les hommes.

« Laissez Malkavian revenir, votre rage destructrice ne saurait l’apaiser lui et encore moins le mettre à l’abri des représailles…S’il vous plait…Personne ne s’en prendra à lui ou à vous. »

Malheureusement, je ne savais pas si j’usai des bons mots, je n’étais pas psychologue et, pour une fois, j’aurais eu envie de prier pour voir arriver le Docteur May. Vraiment. Je ne savais pas si il m’écouterait ou même si mes mots pouvaient atteindre la conscience de l’elfe profondément enfouit dans son âme. Alors, et sans doute était ce totalement fou, je posai ma main sur son poing rougit de sang, une arme meurtrière.

« Je vous en prie. »

Répétai-je doucement, dans un murmure à peine audible mais sans quitter son visage des yeux. Plongeant dans les iris noires qui me faisait face sans laisser une seule once de peur traverser mes propres yeux. Pas de haine. Pas de jugement. Juste un regard franc, direct. Nulle moquerie dans mon regard, juste la volonté de voir la situation s’apaiser.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Invité
❝ Invité ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 10 Juil - 21:58, vous pouvez
Tout allait si vite, je sentais le sang couler le long de mon visage. La rage montait à son paroxysme, je ne répondais plus de rien, je laissais l’autre se déchaîner. Il était temps de montrer que nous les elfes ne sommes pas de simples petites créatures de la forêt. Il est temps de montrer à ces infectes créatures qu’elles ne sont pas toutes puissantes, qu’elles ne sont pas aussi immortelles qu’elles le pensent.

Je continuais de me défouler sur le vampire, ou ce qu’il en reste du moins, car celui-ci ne s’en sortirait sûrement pas. Il avait bien dégusté, il était clairement en bouillie. Le colosse que je suis mélangé à la rage de l’autre, une fusion explosive et dangereuse. Je pourrai faire une arme redoutable dans une armée ou un champion de boxe hors pair. Sauf qu’à la boxe, il est interdit de tuer son adversaire et l’autre, lui était un véritable psychopathe, s’il pouvait tuer, il le faisait.

Soudainement je sentis une main m’attraper par le col et me tirer en arrière. Je fus surpris sur le moment, la personne me plaqua contre le mur. Je le fixai dans les yeux, c’était le vampire qui était auprès d’Iris. Il me demanda si j’étais malade moi aussi. Malade ? Oui c’est sûr, mais ce n’est pas ce virus qui m’a touché. J’eus un léger sourire en le regardant, ce cloporte voulait me défier ? Très bien alors on va pouvoir jouer tous les deux. À la base je ne voulais pas m’en prendre à lui vu qu’il était du côté d’Iris.

J’attrapai le cou du vampire en le décollant du sol. S’il le fallait, je broierais sa trachée, ça ne me causerait aucun problème de conscience. Après tout, est-ce que j’en ai vraiment une ? Puis l’humain vint s’en mêler, plongeant mon regard dans le sien, je regrettais de ne pas avoir un bras supplémentaire pour pouvoir l’attraper.

Vous…Vous n’avez aucune idée de ce dont vous parlez ! Cette race tue pour le plaisir, je le sais, j’ai vu tout mon clan se faire éliminer par ces créatures. Je suis le seul survivant de ce massacre ! Et vous voudriez m’arrêter pour en avoir éliminé un ou deux ? Essayez pour voir !

Iris approcha, essayant de calmer l’autre qui fulminait. Qu’elle idée stupide, personne n’a jamais réussi, croyait-elle pouvoir y arriver parce qu’elle est un ange peut-être ?

Des mots doux et gentils, mais cela fit sourire l’autre, cela ne changerait sûrement rien.

Vous pensez que je fais ça pour le protéger ? Regardez ce corps ! Même lui sait se défendre ! Je n’ai pas peur d’être blessé, la douleur n’est qu’un mot !

Elle posa sa main sur la mienne. Cela me surprit légèrement.

Je suis endormi depuis trop longtemps pour refuser cette liberté que je viens de gagner ! Si vous devez vous plaindre, ce sera à lui, c’est lui qui m’a laissé sortir pour vous protéger ! Mais maintenant que je suis libre, je compte bien le rester encore un moment !

En finissant ma phrase, je lâchai le cou du vampire, le laissant tomber au sol. Si je devais me battre, je le ferais sans problèmes et sans crainte.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Invité
❝ Invité ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 10 Juil - 23:20, vous pouvez
Je jetai un regard à l'humain qui me faisait part de ses déductions sur la mode de transmission de cette fichue maladie qui était encore non répertoriée. En voilà une raisonnement poussé pour un si jeune homme. Cela était sorti de son petit cerveau ou bien lui avait-on soufflé l'idée ? Et dans ce cas, qui ? Mais Iris me devança en lui répondant d'un air un peu agacé. Oui, bon, de toutes façons, ce n'était certes pas le moment de se lancer dans de grandes théories alors que l'hôpital se muait en champ de bataille. J'évitais de regarder le vampire écrabouillé au sol. Je n'étais pas une âme sensible, loin de là, mais la façon dont l'elfe avait écrasé la tête de ce vampire était presque... révulsante.

Et soudain, je vis quelque chose changer chez le colosse noir. Son regard n'était plus le même, pas plus que le timbre de sa voix... Et si lui aussi était malade ? L'humain à mes côtés me fit remarquer qu'il l'était surement mais que ça ne datait pas de cette étrange épidémie. Ah mais merveilleux, nous avions à faire à un psychopathe maintenant ? Ce n'étaient plus les vampires le danger, mais lui... Sauf qu'il savait exactement à qui s'en prendre, ne frappant pas au hasard et il attrapa le troisième vampire par le col, avant de le frapper avec une rage qui me donna presque la nausée. C'était de la haine et un plaisir sadique.

Et soudain, je me laissais également aller à mes instincts, attrapant ce fou par le col et l'empêchant de frapper encore sa victime. C'était de la folie. D'ordinaire, je n'aurais eu aucun mal à maîtriser un elfe, aussi faible qu'un humain, mais ce type là dépassait l'entendement et repoussait les concepts de normalité. J'entendis bien Iris tenter de me retenir, mais c'était trop tard et nous nous faisions face maintenant. Et il m'attrapa comme l'autre, ses doigts se resserrant sur ma trachée avec une force que j'avais soupçonné mais que j'aurais préféré ne pas expérimenter. Mes mains agrippèrent son poignet alors que je suffoquais. Cela faisait une éternité que je n'avais pas ressenti cette peur primitive de mourir. Parce que lui, il avait les moyens de me tuer.

J'étais incapable d'émettre le moindre son, mes jambes battant l'air sans que mes pieds ne touchent le sol. L'humain intervint alors, à ma grande surprise puis ce fut le tour d'Iris qui alla même jusqu'à toucher l'elfe, souillant sa peau blanche du sang qui maculait ses poings. Je sentis la pression se relâcher et je tombais au sol, m'effondrant sans la moindre grâce, une main sur ma gorge.

Les esprits me revinrent alors. D'accord, on avait vraiment à faire à un schizophrène et il n'y avait pas 36 façons de calmer un psychotique de son envergure. Je me relevais en 4e vitesse, tant pis si je passais pour un couard, mais j'avais une idée en tête et je comptais bien la mettre à exécution. J'interpellais les deux lycans qui n'osaient plus bouger :

- Vous deux, empêchez le de faire des dégâts.

Ma voix était méchamment éraillée, signe que les cordes vocales avaient été lésées. Si j'avais été humain, je serais sans doute mort, mais je récupérais vite, heureusement. Encore plus vite quand je me nourrissais, mais c'était malheureusement hors de question pour le moment. Je fonçai vers le premier chariot d'urgence tirant les tiroirs et fouillant à la recherche de calmants et seringues. Je me dépêchais de récupérer ce dont j'avais besoin mettant une dose massive afin d'être certain de calmer cet énergumène. La seringue dans la main, je me tournais vers le petit groupe, faisant oublier ma présence, prêt à sauter sur le colosse et l'anesthésier en express dés que l'occasion se présenterait.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Métier/Etudes : Etudes d'ingénieur
Nombre de messages : 1065
Opinions Politiques : Neutre
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 18 Juil - 23:40, vous pouvez
L’ange était coriace. Ou aussi suicidaire que son copain. Voir les deux. Un peu agaçante aussi, mais pour le coup elle avait du cran, surtout à aller volontairement toucher un mec pareil. Il la félicitait intérieurement, même lui n’avait jamais réussi à avoir de pires mauvaises idées qu’elle. Quoique. Il y réfléchirait peut-être un peu plus tard.

Ce mec était un grand malade, pire, un grand malade ayant la haine. Pas bon mélange. Après, aller dire qu’il ne le comprenait pas était faux. Il savait parfaitement ce que ça faisait d’avoir la haine envers une race en particulier. Mais si une chose était sûre c’était que tous les Vampires ne tuaient pas pour le plaisir. Et même si ça lui faisait très mal de l’avouer, même tous les Lycans ne tuaient pas pour le plaisir. Ca, c’était quelque chose de très présent chez les Humains par contre. Chez toutes les races se rapprochant de l’humanité en fait. Mais il n’avait pas l’impression qu’il mentait, alors à ce moment là cet événement traumatisant l’avait carrément fait péter les plombs. Et il se trouvait à proximité de lui. L’humain était doué pour se foutre dans la merde, mais maintenant c’était trop tard.

Néanmoins, le jeu de l’Ange fonctionna, et il lâcha l’autre qui s’éloigna à grande vitesse. Alors, on a plus envie de sauver tout le monde ? Ca l’étonnait. Ce mec avait écrit « Gentil » sur le front, tandis que sur celui de Lyle il y avait écrit « Emmerdeur ». Certains voyaient carrément écrit « Connard ». En attendant, il cherchait quelque chose dans le tiroir pendant que les deux lycans bloquaient l’elfe. Ils étaient deux, ils y arriveraient sûrement plus facilement. Mais seulement si on l’occupait. Bon, tant qu’à être suicidaire on allait l’être jusqu’au bout hein ! Et puis au pire, s’il se prenait un coup dans la gueule et qu’il survivait, Alejandro aurait mal aussi, c’était rassurant.

L’autre cherchait sûrement une aiguille, avec des anesthésiant sans aucun doute, maintenant il fallait juste l’occuper. Super, il était le roi des cons aux pays des emmerdeurs, occuper les gens ça il savait faire. Il les occupait de manière désagréable, mais il le faisait c’était le principal non ? Quoique celui là, il allait pour la première fois de sa vie faire gaffe, disons que ce mec était un peu trop cinglé à son gout et qu’il voulait laisser le temps au vampire de le calmer.

Lyle se rapprocha légèrement mais pas assez pour qu’il lui envoie un coup, et refixa son regard dans le sien.

« Pas besoin de les buter, vous allez juste réussir à vous trouver à l’asile. Ils crèveront tout seul, tous petit à petit. »

Gni ? Bah quoi ? Ce mec était cinglé, il avait la haine, tellement qu’il aimerait que les Vampires meurent tous. Il comprenait, il n’était pas encore à ce stade avec les Lycans, mais il comprenait quand même. A un moment, la haine avait été beaucoup plus vive, surtout à l’adolescence. Maintenant, ça s’était calmé, il savait encore se contrôler alors qu’avant le foutre à proximité d’un lycan était le meilleur moyen pour qu’il pique une crise de nerf. Dans un délai très court et pour un motif plus qu’incompréhensible.

« Petit à petit, pas mal tomberont malades. Et pas mal aussi clamseront avant que l’on trouve un remède, tout comme les humains ou les lycans. »

Oui, comme ça il avait l’air bien malade lui aussi. Il était assez doué pour se faire passer pour ce genre de personnes. Sa présence dérangeante accentuait cet effet, mais il n’était pas encore fou. D’ailleurs, les regards qu’il lançait à l’Ange le montraient parfaitement. Si elle pouvait intervenir, puisqu’elle semblait influencer sur ce type, ça serait pas mal. Le temps que le vampire calme ce mec du moins. Parce que sinon, il risquerait plus encore sa vie, et vu qu’elle avait l’air de tenir à lui…


img

Je n’ai jamais été fidèle Et je n’ai jamais été quelqu’un de confiance Limite schizophrène Et fouteur de merde indiscutable Je n’ai jamais été loyal Si ce n’est à mon propre plaisir Je suis un marginal à jamais Le résultat d’un foyer brisé Je n’ai jamais été fidèle Et je n’ai jamais été quelqu’un de confiance Limite maniaco-dépressif Toujours à te casser les couilles Je n’ai jamais été reconnaissant C’est pourquoi je passe mes journées seul Je suis un marginal à jamais Le produit d’un foyer brisé

Traduction Black-Eyed - Placebo
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Invité
❝ Invité ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Sam 21 Juil - 18:50, vous pouvez
« Non je ne m’en prendrais pas à lui. Pourquoi le ferais-je ? »

Répliquais je prenant conscience que Malkavien n’avait fait que nous protéger, jusqu'à s’effacer pour laisser la place à son alter égo.

« Cette race, les miens les ont torturés. Traqués. Tout comme ils ont brûlé votre si chère forêt…Pourtant…Suis-je une menace ? Doit-il payé individuellement des actes d’une race entière ? Sera-t-il le martyr d’un massacre dont il ignore tout ? Serais-je le martyr d’une tuerie que je n’ai pu empêcher ? »

C’était dangereux. C’était le détourner de Seth pour le focaliser sur moi. Tenter de le raisonner était sans doute vain, après tout, je connaissais l’elfe, pas la fury. Pourtant, j’attirais sans honte ni peur son attention, lui rappelant des actes immondes commis par les miens. Tout ce que je voulais, c’était qu’il lâche Seth, qu’il redevienne cet elfe doux malgré la violence apparente. Je me fis violence pour ne pas me jeter contre Seth, tater sa peau, sa gorge, juste savoir si il allait bien. Mais en le voyant se ruer vers un chariot, je sus qu’il allait bien. Mais pour combien de temps ? Je ne me permis pas d’être déconcertée par les paroles de l’humain mais je pouvais saluer sa témérité d’une certaine façon.

« Pourtant les miens les ont tués, sans égard…Mais il est mon opposé…Le seul que j’aurais jamais…Vous dites connaitre la douleur ? Non, celle-là n’est rien comparée à une perte comme celle là et a ce moment-là, que ferez-vous ? Serez-vous aussi heureux d’être libre ? Libre mais à moitié mort. Détruit.»

Je mentais. Seth n’était pas mon opposé, mais je savais que jamais douleur ne serait aussi intense si on devait me l’enlever. Alors, était ce réellement un mensonge ? Quelque part non. Sans doute était ce pour ça que ma voix vibrait avec sincérité et vérité.

« Tuez tous les miens. Tous les siens…Si la conscience qui vous habite vous permet d’oublier la souffrance. »

Je jouais mon va tout. J’avais compris voilà un moment que son opposé était un ange, sans savoir que c’était Morgane évidemment. Cela, je ne pouvais pas le savoir, mais j’espérais ébranler un peu cette âme pleine de rage et de colère.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Invité
❝ Invité ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 22 Juil - 17:23, vous pouvez
Heureusement, l'humain et Iris étaient dégourdis et comprirent vite où je voulais en venir. Ils parlaient au gros malabar noir, essayant de le distraire pour me permettre de le neutraliser. Ce que je devais réussir à tout prix. Ce type était dangereux. Si son alter ego était quelqu'un de hum... gentil ou normal, cette personnalité là était totalement psychopathe. On taxait les vampires d'être des monstres mais pour s'acharner avec un tel plaisir sur une victime, quelle que soit sa race, il ne fallait pas être bien net non plus. Et pour avoir vu passer plusieurs cas psy dans ma vie, je savais qu'on en avait là un bon. Il devait être suivi ici, c'était sans doute la raison de sa présence, sauf que, manque de chance, les vampires avaient déboulé, déclenchant une sorte de crise.

J'avais de la chance qu'il se soit contenté de m'étrangler. Je ne pouvais pas en mourir. Mais je comprenais enfin ce qu'avait pu ressentir Iris quand je lui avais sauvé la vie, il y a de longs mois de cela. très désagréable de se retrouver ainsi épinglé comme un papillon, à battre inutilement des pieds dans le vide. Je n'étais pas habitué à être ainsi... vulnérable. Je m'étais déjà battu contre des lycans et d'autres vampires, mais jamais je n'avais été ainsi coincé. Et j'en concevais une rancœur totalement irrationnelle. Je voulais abattre ce géant. venger le vampire. D'accord, ils s'en étaient prit à Iris et ils méritaient d'être mis hors d'état de nuire, mais pas de mourir, massacrés par un taré. Ils avaient faim, ils étaient désespérés... Personne ne pouvait comprendre ce qui se logeait en nous, ce serpent monstrueux qui ne demandait qu'à sortir et que nous tenions sous contrôle la plupart du temps.

Les autres ne savaient pas mais moi si et j'avais de la compassion pour eux, qui étaient sans doute jeunes.

j'écoutais à peine ce que l'humain et Iris pouvaient raconter à l'elfe, mais j'avais une conscience aiguë de cette dernière. J'aurais préféré qu'elle ne s'en mêle pas, mais elle était la directrice de l'hôpital et je la connaissais suffisamment pour savoir qu'elle ne laisserait personne faire le sale boulot à sa place. C'était pour cela que je l'aimais également, sa détermination, son calme, ses nerfs d'acier et je l'admirais. Et je devais reconnaître du cran à l'humain cynique, qui restait là, au lieu de se barrer avant d'être pris pour un hochet par un elfe schizophrène. Je révisais quelque peu mon jugement sur lui, même si ce qu'il racontait n'était pas très encourageant. Mais allait dans le sens des pensées de l'elfe.

Quant à Iris...

Elle essayait de faire appel à la raison, mais également à la compréhension et l'empathie en me qualifiant d'opposé. Son opposé ? bah, personne n'irait vérifier et cela expliquait que nous soyons proches, préférable à une quelconque relation sexuelle ou amoureuse entre nous. Une pierre deux coups. Mais pouvait-on atteindre la conscience de l'elfe ? Aucune idée et je n'avais pas l'intention d'attendre pour le savoir.

Si l'elfe avait une force colossale, je restais bien plus rapide que n'importe qui, hormis les vampires. Ce qui demandait quelques secondes à un humain ou un elfe, ne m'en demandait qu'une voire moins. Je bondis prêt de l'elfe, frappant l'arrière de son genou du pied pour le faire plier. Imparable, c'était physiologique. Il tomba à genou, mais la seringue était déjà plantée dans sa fesse, alors que j'injectais le produit en intra musculaire. Balèze l'aiguille, mais j'avais déjà du injecter des calmants en urgence sur des fous en plein délire et je savais m'y prendre, même à travers le tissu d'un pantalon. Pour le coup, j'avais chargé la dose, me doutant qu'il en faudrait beaucoup plus pour le sonner. En espérant ne pas avoir trop présumer de sa corpulence au risque de le tuer.

Tant pis, même si ça ferait tâche dans mon dossier.

Le tout se passa à la vitesse de l'éclair, ne laissant pas à l'elfe le temps de se rendre compte de ce qui lui arrivait, du moins pas avant d'avoir presque tout injecter.

La bonne nouvelle : le produit était injecté.

La mauvaise nouvelle, il y avait un court laps de temps avant qu'il ne soit sonné et ce temps, il l'utilisa pour ruer comme un taureau avant la mise à mort. Et je sus que si j'étais rapide, je ne l'étais pas assez pour m'en sortir totalement indemne.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Invité
❝ Invité ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Ven 27 Juil - 18:26, vous pouvez
Je vis le vampire partir de mon champ de vision, mais j’avais d’autres chats à fouetter, il y avait en Iris et l’autre humain devant moi et les deux lycans s’étaient rapprochés également. Je ne faisais plus attention au vampire que j’avais lâché, pour moi il était parti se mettre à l’abri.

Iris continuait à vouloir me résonner et l’humain commença à s’y mettre également. Il me disait que je n’avais qu’à attendre de les voir crever par la maladie, comme si cela me suffisait. Non pour venger les miens, je préfère les éliminer moi-même de mes mains. Ils n’ont eu aucune pitié pour les miens, je n’en aurai pas pour eux, je n’en ai jamais eu pour personne d’ailleurs.

Je posai mon regard noir sur Iris, pourquoi s’en prendre à lui ? Je dois lui rappeler la rafle et la fin de la forêt peut-être ? Les anges se sont toujours crus au sommet et puis, un jour ils sont tombés, il est temps que les vampires connaissent la sensation de chute.

« Tu me fais la remarque que je tue des vampires qui n’ont rien à voir avec mon passé ? Et quand est-il des vampires qui sont venus massacrer mon clan qui vivait sans faire de mal à personne ? Pour moi c’est la loi du Talion qui compte, œil pour œil et dent pour dent ! »

On est dans un monde où l’on meurt sans raison et où l’on tue sans raison également, je ne me suis jamais gêné pour tuer quelqu’un et puis surtout je n’irai jamais en prison, juste en hôpital spécialisé, je n’aurai qu’à rester endormi et laisser l’autre suivre les traitements et faire semblant de prendre les médicaments et puis on leur fera croire que l’on est guéri. Ce ne serait pas la première fois qu’on va là-bas.

« Être à moitié détruit ? J’ai déjà perdu une partie de moi-même, alors un peu plus ou un peu moins je m’en fous et puis l’avantage et que moi, je ne serai jamais vraiment seul. »

Je partis dans un fou rire grave avant de me reprendre en sentant un coup à l’arrière de mon genou, m’obligeant à le poser au sol. Je sentis une aiguille entrer dans ma fesse, tournant ma tête je vis le vampire, ce salaud avait profité de tout ça pour chercher de quoi me mettre KO. Je ne partirai pas seul. Même s’il s’était reculé après m’avoir injecté ça, je voyais encore plus rouge qu’avant, je fonçai vers ce moustique.

Je sentais mes jambes déjà commencer à vaciller, mais j’eus le temps d’envoyer un violent coup d’épaule dans la poitrine du vampire, utilisant toute l’impulsion que je pouvais et j’enchaînai avec un coup de poing puissant dans l’estomac. Titubant j’approchai du vampire, je me montrai menaçant, je fis craquer ma nuque et armant mon poing je me préparai à envoyer un coup décisif dans le crâne du buveur de sang, mais ma vue commença à devenir floue, puis sombre.

Mes yeux se fermèrent petit à petit et je sentis mon corps chuter et tomber lourdement au sol avant que je perde connaissance.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Métier/Etudes : Etudes d'ingénieur
Nombre de messages : 1065
Opinions Politiques : Neutre
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 31 Juil - 1:09, vous pouvez
L’elfe avait l’air de plus broncher à ce que disait Iris. Apparemment, il n’allait pas se laisser faire comme ça. Le vampire non plus. Il lui foutu l’aiguille dans une fesse. Pas mal. Par contre, pas sûr qu’il tombe K.O sans rien faire. Gagné. Il fonça sur le vampire comme un bourrin. L’humain jura tout haut. Et merde ! Le géant finit quand même par s’effondrer, visiblement le somnifère avait fait effet. C’était de toute évidence finit pour lui, il ne reverrait pas l’air libre avant un moment. Parce que pour lui, il n’y avait qu’une seule issue sur ce coup là : l’asile. Tant mieux, ce mec n’avait rien à foutre dehors, et rien que son air froid laissait deviner ses pensées. Il n’irait jamais jusqu’à tuer un lycan, même s’il les haïssait, et il avait une plutôt bonne raison. Mais la situation était différente, l’elfe avait vécu un traumatisme qui l’avait fait perdre la tête. Et il ne se gênait pas pour le faire payer à la race qu’il haïssait.

Alors que les infirmiers et les deux gardes du corps s’occupaient du gigantor au sol, l’immobilisant au cas où il se réveillerait, ce qui n’arriverait sûrement pas avant un moment, il s’approcha rapidement du vampire, surtout pour vérifier s’il était encore en vie. Il respirait. Bien. L’humain s’accroupit devant lui.

« Bien joué Superman. »

Lyle pencha la tête de côté en le dévisageant, légèrement cynique. Il avait un peu de mal à comprendre ce genre de personnes, qui étaient en général particulièrement gentille. L’humain lui même avait l’air assez particulier quand il le regardait ainsi. Froid. Quelque part, lui aussi s’était mis en danger. Mais pas autant que lui, surtout que l’autre avait un problème envers les vamps. Chevaleresque, mais suicidaire. L’humain eut un sourire amusé. Et c’était lui qui pensait ça, alors qu’il provoquait même plus fort que lui, et tout le temps. Mais lui, ça n’était pas par droiture, contrairement à lui, et au fond c’était ça qui l’intriguait. Se rendant compte qu’il fixait le vampire droit dans les yeux depuis un moment, et que les infirmiers commençaient à affluer autour de lui, Lyle se releva rapidement et partit. Sans se faire remarquer pour une fois.

Il n’aurait sans doute jamais dû rentrer dans ce foutu hôpital, curiosité de merde. Qui aurais bien pu lui coûter la vie. L’humain s’alluma une cigarette et repartit vers chez lui. Il était vivant, donc tant qu’il l’était ça voulait dire qu’il pouvait continuer à faire des conneries, hum ?

Spoiler:
 


img

Je n’ai jamais été fidèle Et je n’ai jamais été quelqu’un de confiance Limite schizophrène Et fouteur de merde indiscutable Je n’ai jamais été loyal Si ce n’est à mon propre plaisir Je suis un marginal à jamais Le résultat d’un foyer brisé Je n’ai jamais été fidèle Et je n’ai jamais été quelqu’un de confiance Limite maniaco-dépressif Toujours à te casser les couilles Je n’ai jamais été reconnaissant C’est pourquoi je passe mes journées seul Je suis un marginal à jamais Le produit d’un foyer brisé

Traduction Black-Eyed - Placebo
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Invité
❝ Invité ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 5 Aoû - 11:59, vous pouvez
Détourner l’attention de l’elfe sur moi eu au moins un avantage. Il ne fit plus attention a Seth. Seth qui s’apprêtait à enfoncer une aiguille dans le fessier du géant. Je ne pu empêcher un léger cri de s’échapper de ma bouche lorsque Malkavian se rendit compte de la supercherie et s’en prit a Seth, le catapultant dans les airs comme si il n’était qu’un fêtu de paille. Je plaquait vivement ma main sur ma bouche, pétrifiée quelque part, le regard fixé sur la montagne de muscles qui vacillait. Pourtant, il fumait encore comme un taureau furieux avant de finalement s’écrouler…Une pensée stupide me traversa, je m’étais presque attendue a sentir le sol trembler sous mes pieds…

« Luke ! Occupez-vous de lui – fis je en pointant l’elfe de l’index – Attachez le solidement surtout. »

Parce que si il se réveillait encore sous l’influence de son alter ego, je ne donnais pas cher de mes gardes. Un ou deux infirmiers leur prêtèrent main forte et je m’avançai vers mon amant, les genoux tremblant tandis que je faisais de mon mieux pour ne pas craquer alors que le soulagement déferlait en vagues puissantes en moi. J’entendis la reflexion de l’humain et un sourire ironique passa rapidement sur mon visage. Un superman hein ? Et bien le superman avait l’air bien amoché, le superman allait se faire passer un savon qu’il ne serait pas prêt d’oublier. Le superman m’avait flanqué la plus grosse peur de ma vie, le superman…Je secouai la tête, m’agenouillant a coté de lui.

« Tu peux te lever ? »

Je continuai a adopter une voix neutre devant témoin, même si je n’avais pas pu contrôler certaine de mes réactions dans le feu de l’action. Mon regard erra sur l’environnement. Les corps des vampires, le chaos qui régnait. Il allait falloir y mettre de l’ordre, je le craignais. Renforcer la sécurité aussi. Et dire que Louis m’avait mise en garde…Mais en attendant….

« Lève toi et viens avec moi. »

Je me redressai, avant d’enjoindre Seth a me suivre, la mâchoire crispée de colère. Je quittai le hall, laissant aux bons soins de mes infirmiers d’y remettre de l’ordre. J’avais quelque point a mettre sur des I.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Invité
❝ Invité ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 5 Aoû - 12:25, vous pouvez
Iris et l'humain remplirent parfaitement leur rôle en détournant l'attention du colosse de ma petite personne. Il commit l'erreur de m'oublier. Quelque part, au fond de moi, je ne pouvais pas vraiment lui en vouloir de détester les miens alors que son clan avait été décimé. Mais c'était comme détester tous les Anges pour leur règne de Terreur : c'était trop réducteur et incroyablement stupide. Et de toutes façons, c'était peine perdue de tenter de raisonner ce type, il était dingue, point final, et c'était un psychopathe en puissance, un tueur de vampires. Il fallait l'enfermer, il était un danger ambulant. Sous le règne de Anges, cela n'aurait pas été gênant qu'il nous extermine, mais les temps avaient changé et on ne pouvait pas vraiment massacrer du vampire à tout va sans en subir les conséquences. Finalement, nous lui rendions service.

Dommage que monsieur ne soit pas de cet avis. Parce que quand il sentit la piqûre, il me fonça dessus. Finalement, j'avais sous estimé sa force encore une fois, et ses réflexes. Son coup d'épaule fit craquer les os de ma cage thoracique et j'en eus le souffle coupé alors qu'il attaquait de nouveau, visant l'estomac. Je me pliais en deux,reculant encore. Un vrai taureau enragé. Et soudain, il fut sur moi. L'espace d'une seconde, je crus que j'allais mourir comme les autres, la boite crânienne défoncée par son poing monstrueux et sans doute cela se serait-il avéré exact s'il ne s'était finalement écroulé, vaincu par les médicaments.

Tremblant, je sentis mes jambes se dérober sous moi et m'effondrais à mon tour, sonné. Comme dans un brouillard, les paroles de l'humain me parvinrent. Oui, mais non, Superman, lui, il ne souffrait pas quand on le frappait, sauf s'il y avait de la kryptonite dans le coin.

- Superman a trouvé sa kryptonite, je crois.

Cela faisait une éternité que je n'étais pas passé si près de la mort en peu de temps... Sans compter que cet enfoiré m'avait défoncé la cage thoracique. J'émis un petit rire nerveux qui se transforma en quinte de toux extrêmement douloureuse. Je roulais sur le côté, à moitié recroquevillé. Du sang jaillit de ma bouche. Merveilleux... Hémothorax ? Pourvu que non... Je manquais trop de sang pour que cela soit anodin...

Cette fois, ce fut Iris qui se pencha vers moi en me demandant si je pouvais me lever. J'ouvris les yeux et accommodais ma vue pour voir son visage impassible, mais je sentais son inquiétude. Et sa colère. Je l'avais entendue émettre un petit cri d'horreur quand l'elfe m'avait frappé. Je hochai la tête et me remis péniblement à quatre pattes. Nom de dieu, ça faisait un mal de chien... La douleur irradiait dans tout mon corps. Iris, ne faisait preuve d'aucune pitié. Je ne savais pas si elle me punissait d'avoir agi ainsi en n'offrant pas son aide, si elle me croyait plus fort que je ne l'étais ou pensais que je refuserais toute aide, mais je dus faire un effort considérable pour me remettre sur mes jambes.

- Je vais bien, merci de t'en préoccuper.

Juste un murmure rauque. Ma main se porta machinalement à mes côtes, comme si les comprimer pouvait amoindrir la douleur. Je regardais le colosse inerte, les deux lycans et les deux infirmiers qui l'embarquaient. Et je sentais Iris ronger son frein en attendant que nous soyons seuls. J'allais me prendre un de ces savons... Mais j'avais fait ce que je devais faire. Pas ma faute si sa sécurité n'assurait pas. Un des lycans revint vers nous et me fila un coup de main, m'aidant à suivre Iris.

Dans le hall, le calme était revenu, mais portait encore les traces du drame qui s'était joué.

[Fini pour Iris et moi également, et merci pour le rp <3]
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le , vous pouvez
Revenir en haut Aller en bas
 

Merchurochrome, le pansement des héros - Groupe 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Joueur cherche groupe D&D ou Vampire ou Exalted ou SW
» BLINK-182[Groupe de Musique Punk Rock]
» MJ Dédale[Groupe Matt]
» Jarome Iginla joint un groupe sélect
» Le groupe T-vice victime d'un vol à main armé à Saint Domingue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Une question d'opposé? :: Flood Times :: Events-
Les Petits Plus

What's up?

REFONTE DU FORUM
La découvrir - La suivre

STATISTIQUES:
Anges: 7
Elfes: 7
Humains: 12
Conseil: 5
Prometheus: 3 Avalon: 3
Lycans: 8
Spectres: 4
Vampires: 8
Léviathan: 2
Mithra: 4 Gaïa: 1

Votez pour le forum ♥