AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


FORUM FERME
Retrouvez nous sur Whispers of Dawn, la V2 de Réversa! :
http://whispersofdawn.forumactif.com/

Partagez | .
 

 Prêt à camper ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Narrateur
❝ Let me tell you a story... ❞
Nombre de messages : 2483
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 18 Nov - 13:16, vous pouvez
Alors qu'ils voient la fumée des chiffons s'envoler vers le ciel, et que l'odeur âcre leur vient jusqu'au nez, observant les tags que Léviathan a posé sur les murs des bâtiments de la ville, une partie de la population se retrouve enfermé dans le bâtiment du forum par une nuée d'anciens Résistants prêts à en découdre pour montrer leur mécontentement de l'annonce. Les protestations des emprisonnés se font entendre et les voix s'élèvent, pour tenter de raisonner les membres de l'Assemblée... Comment la situation va-t-elle évoluer ?


Note aux joueurs :
Citation :
◘ Tour de jeu : Erin - Riley - Alicia - Keith - Lirya - Gina
◘ L'action se déroule juste après le discours de l'Assemblée qui annonce sa dissolution. A cette occasion, tout le monde avait été convié au forum.
◘ Vous avez 2 jours aux maximum pour poster... Vous perdez votre place dans l'event au second tour si vous n'avez pas posté.
◘ Votre personnage peut intervenir de la manière dont il a envie, oubliez juste le powergaming et restez logique avec votre ligne conductrice Wink
◘ Pour une intervention narrateur, il suffit de la demander dans le sujet d'interventions rps Wink
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Invité
❝ Invité ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 19 Nov - 17:31, vous pouvez
La dissolution de l’Assemblée, voilà l’annonce qui vous avait été faite. Tu te trouvais là, un peu contrainte et forcée d’assister à ce genre de séances de part ton éducation et l’intérêt pour la politique que l’on t’avait rentré dans le crâne. Ton esprit, pourtant, se trouvait à des années lumière. Tu avais retrouvé le chemin de Réversa, et ta première rencontre avait laissé des traces : Noah, Vampire de son état, ex-meilleur ami de son statut. Pourquoi ex ? Parce qu’en enterrant ton passé, tu avais enterré l’être humain transformé, sans pour autant le lui signaler. C’aurait été stupide de gâcher une potentielle conversion pour des états d’âmes que tu n’avais plus vraiment. Ce fut l’odeur âcre qui agressa tes narines qui te sortit de tes pensées. Que se passait-il donc ? Cette annonce faisait donc tant d’émules ? Il était plutôt satisfaisant, à ton regard de Spectre, que les choses prennent cette tournure. L’ordre serait rétablit, même s’il s’agit là d’un parfait jeu de mots. Dans ton petit tailleur noir si parfait, avec ton chemisier mauve, tu avais cet air si innocent, si inoffensif, qu’aucun des Résistants furieux qui commençaient à s’agiter ne pouvaient te considérer comme une potentielle menace. De ceux qui se trouvaient présent, pourtant, tu n’étais pas la moins dangereuse. Ton regard vert papillonna sur les environs. Coincée dans le mouvement désordonnés, entre protestataires et victimes de cette folie subite, tu cherchais le visage connu de tes camarade. Pas un Spectre à l’horizon. Etrange. Tu ne te souvenais pas avoir été lâchée seule, si longtemps, depuis ta transition, toi dont on se méfiait, tant ton calme et ton observation t’apportaient la suspicion. Tu étais, après tout, une ancienne folle enfermée à l’asile, et nul ne doute que tu ais des restes malgré la thérapie et la refonte de ton éducation. « Aïe… » entendis-tu tout près, alors qu’une femme heurtait lourdement le sol dans la cohue.

Le bruit des portes heurta, quant à lui, ton esprit. Tu te penchais pour apporter de l’aider à la malheureuse sans lâcher du regard les diverses ouvertures disparaissant, se verrouillant pour faire de vous de vulgaires moutons prêts pour l’abattoir. « Rien de cassé ? » Tu jouais ton rôle à la perfection, attentive à cette humanité si fragile, si précieuse, tandis que ton apparence froide et ton port altier trahissaient un milieu social prêtant au questionnement. « Vous devriez vous mettre à l’abri… » soufflas-tu finalement, tes sens se focalisant sur les potentiels dangers qui, tu en étais sûre, allaient vous tomber sur le coin du nez. Autant dire que la saleté de chasseuse impitoyable que tu pouvais être s’agitait en ton fort intérieur.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Invité
❝ Invité ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 19 Nov - 18:17, vous pouvez
Riley était venue avec Harald, puis ils s'étaient séparés. Elle s'était retrouvée avec Ahren avant que le discours ne soit annoncé. Elle s'était attendue à tout sauf à cela. Elle s'était séparée de son ancien bras-droit, chacun prenant sa route alors qu'elle était encore dans le forum. Elle ne savait pas où était son compagnon et un étrange sentiment étreignit son cœur. La rousse était complètement dans ses pensées quand elle entendit les portes claquer. Quelque chose n'allait pas et Riley observa les anciens résistants se masser devant une foule qui murmurait. Qu'est-ce que cela voulait dire ? Elle percevait leur rage, toute leur rage. Elle les regarda, choquée, ébahie par une telle scène. Non ce n'était pas possible, c'était irréel, quelle connerie !

« Que faites-vous ?! »

Sa voix s'éleva, autoritaire, et malgré ses vingt-six ans et ses cinq mois de grossesse elle n'avait pas peur. Elle aurait dû parce qu'elle était coincée ici avec des anciens résistants furieux et elle était l'ancienne consule et cheffe de la résistance. Vous parlez d'une poisse. Son regard clair fendit la foule, elle cherchait des têtes connues qui seraient de son côté, personne, bien entendu. C'était la théorie du complot à ce stade. Où était Harald ? Et de nouveau cette peur, que se passait-il dehors ? Le chaos, tout simplement le chaos. Riley avait voulu se débarrasser d'une patate chaude et maintenant ils hurlaient au scandale. Elle vit une femme tomber une sol mais être aidée par une jolie brune dans un tailleur élégant. La rousse qui était désormais personne, sans titre, sans rien, observa les gens s'agiter, le stress était mauvais avait dit le docteur. Du calme, elle devait rester calme. Au moins son compagnon n'était pas ici. Sauf qu'elle allait avoir un autre problème. On l'attrapa pas le bras et elle regarda droit dans les yeux le membre de l'ancienne résistante. Génial, on allait la pendre haut et court si cette histoire continuait.

On la tira mais Riley ne comptait pas se laisser faire. Elle enfonça son coude dans l'estomac du pauvre type. Elle était enceinte, cela ne se voyait pas trop, juste qu'elle avait des kilos en trop. Adieu le calme, adieu la non-violence. Son coude s'abattit sur le dos de l'homme plié en deux et froidement, elle lui fit une clef de bras. Des hurlements retentirent tandis qu'elle rapprocha sa bouche de l'oreille du pauvre con. Elle se tenait dans son dos, le maintenant avec dureté et autorité comme on lui avait appris dans les cours de combat. C'était précisément pour cela qu'il y avait eu une hiérarchie dans la résistance mais aussi dans l'Assemblée. Ces cons ne savaient rien, ne comprenaient rien, bêtes ignorants, moutons qui croyaient tout comprendre alors qu'ils ne comprenaient pas. Un instant Riley se demanda si les autres consuls avaient les mêmes problèmes qu'elle. Elle ne s'en faisait pas pour Hayden, mais pour Frederik oui...

« Tu nous fais honte, à l'esprit que nous étions. »

Elle repoussa l'homme et se tourna pour toiser les portes, furibonde. Son masque de calme glissait pour dévoiler un regard de haine. La Riley Jane Reid diplomate fondait. Si ses portes ne s'ouvraient pas, elle allait vraiment s'énerver. Inconsciente qu'elle aspirait la colère des autres, qu'elle devenait un calice dangereux pour lui-même.

« Vous allez nous faire quoi ? Dites-le moi ! Vous vous comportez exactement comme les anges ! »

Mots accusateurs, violence. Non elle ne les épargnerait pas, elle n'en n'avait plus envie. C'était pour cela qu'elle avait accepté de dissoudre l'Assemblée. Car plus rien ne tenait debout. Plus rien, même pas eux, même pas elle. Ils étaient tous détruits, jusqu'à la moelle. Ils n'étaient pas faits pour gouverner, ils avaient été faits pour libérer et rien d'autre. Elle avait distingué Gina dans la foule mais son ancienne alliée ne l'aiderait pas. Elles ne s'entendaient plus, Riley n'était pas dupe, on voulait sa tête. Un instant son regard se posa sur Lirya. Tout cela tournait vraiment mal et ce n'était pas ce qu'elle avait voulu à la base, vraiment pas.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Métier/Etudes : Directrice d'un garage
Nombre de messages : 248
Opinions Politiques : Agnès Fisher
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 20 Nov - 13:15, vous pouvez
Alicia soupira lourdement, soudainement blasée. Allez après le Pacte, les anges…Après les anges, la Rebellion…Après la Rebellion, l’Assemblée…Après l’Assemblé ? Ben un pseudo chaos ?

« Tu sais que ça commence a devenir redondant tout ça ? »

Marmonna-t-elle dans sa barbe à l’intention de Keath non loin d’elle. Non, c’était barbant à force quoi ! A croire que la ville était incapable de retrouver une stabilité qui permettait aux habitants de Reversa de vivre tranquille. La jeune femme raffermit son emprise sur son sac, glissant un bras autour de la taille de son compagnon.

« Je crois que j’ai assez entendu de conneries pour aujourd’hui, on va manger ? »

Sauf que, voyez-vous, si son estomac grondait et réclamait à manger, les portes du forum semblaient bien décidé le contraire puisqu’elles claquèrent sur leur gond. Alicia sursauta légèrement, sa haute taille lui permettant de voir au-dessus de la foule, perchée sur la pointe de ses pieds, elle tourna un coup d’œil estomaqué vers le pompier :

« Je rêve ou on vient de nous enfermer ?! »

Le fait est que la masse des personnes présentes semblaient bien décidé a transformer la pièce en boite de sardine songea-t-elle alors qu’on la bousculait légèrement, l’obligeant a se rattraper au pompier. Dans la cohue, elle remarqua une petite rousse à deux doigts de se faire molester et ouvrait déjà la bouche pour faire sentir au sale type ce qu’elle pensait de sa manière de faire quand la dite rousse, brisa le cher monsieur en deux…oups…Alicia haussa un sourcil, plutôt impressionnée sur le coup.

« Qu’est ce qu’on fait ? Tu crois qu’ils ont aussi bloqué les issues de secours ? »

Là, ça craignait si c’était le cas, déjà que je n’aimais pas l’odeur de brulé qui régnait dans la pièce. Quelqu’un la percuta dans le dos et elle faillit s’étaler comme une larve, crispant les lèvres :

« Connard ! »

Bien sentit d’ailleurs, elle n’aimait pas se laisser marcher sur les pieds même si le type en question faisait sans doute une tête de plus qu’elle.



This man is mine.
Et si tu n'as pas compris ma clé de 30 le fera pour moi.
(c)LUCKYRED.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Métier/Etudes : Pompier
Nombre de messages : 1001
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 20 Nov - 22:54, vous pouvez
    Merveilleux.

    Il se trouvait sur la place quand Riley avait annoncé la tricherie de Leviathan aux élections, remettant ainsi en cause les fondements d'une démocratie. Ils avaient été appelés à s'exprimer, à voter et le fait était que finalement, il y avait eu supercherie pour que ces extrémistes prennent le pouvoir. Quelque part, cela avait été rassurant, parce que ça signifiait que les réversiens n'étaient pas si radicaux. Mais c'était déplorable. Et il se retrouvait de nouveau en compagnie d'Alicia à attendre, attendre une annonce qui ébranla tout le monde alors que l'agitation régnait déjà, que Keith se crispait en sentant venir les ennuis. Dissolution de l'Assemblée, création de l'Ordre. En théorie, une police qui ramènerait l'ordre c'était bien. En théorie. Si cela ne tournait pas à la gestapo. S'il n'y avait pas d'abus. Trop de si.


    - Tu as remarqué aussi ?

    Le lycan se fendit d'un sourire lugubre.

    - L'Histoire est un éternel recommencement. Sauf qu'ici, les cycles sont très, très courts.

    Le bras d'Alicia glissa autour de la taille du lycan alors qu'elle disait en avoir assez entendu et vouloir diner. Cette fois, son sourire fut beaucoup plus sincère, alors qu'il l'emprisonnait entre ses bras et l'embrassait spontanément.

    - Excellente idée, j'ai une faim de loup !

    Sauf que voilà, apparemment, certaines personnes en avaient décidé autrement. Les portes se refermèrent, bloquées par plusieurs résistants qui semblaient décidés à garder piégés la population qui avait eu le malheur de se retrouver à l'intérieur. Là, le lycan changea totalement d'humeur. Il n'aimait pas être enfermé. Les gens commencèrent à paniquer, à se bousculer. Keith était grand et il fallait être vraiment balèze pour réussir à l'ébranler. Il n'en fallait pas autant pour Alicia qui trébucha et se rattrapa au lycan, qui l'agrippa solidement. Il y avait une petite brunette non loin d'eux et surtout, il repéra l'ex consule, Riley, cheftaine de la résistance au passage, qui s'offusqua de ce traitement, sans grand succès. On agrippa, mais elle sut mettre hors d'état de nuire son opposant. Keith prit la main d'Alicia dans la sienne, se frayant un chemin jusqu'à la rouquine qui méprisait ses anciennes troupes.

    - A mon avis, tout est condamné. Si on veut sortir, il va soit falloir négocier, soit... Utiliser la manière forte.

    Et il y répugnait. Quelqu'un la bouscula de nouveau et Keith prit sur lui pour ne pas allonger le type qui l'avait ainsi poussée, récupérant Alicia.

    - Tu restes près de moi et tu ne me lâches pas.

    Ils s'approchèrent de Riley et il souffla à la rouquine :

    - Aux dernières nouvelles, vous étiez leur chef, non ? Pourquoi se rebellent-ils ?

    Et cette odeur de brûlé qui incommodait le lycan, davantage encore que les autres aux sens si humains, si faibles. Il apostropha les résistants :

    - On peut savoir ce que vous comptez faire avec cette prise d'otage qui n'a aucun sens ? Vous voulez vraiment passer pour des terroristes ?

    Parce que là, c'était bien de cela dont il s'agissait. Le lycan affronta du regard les résistants qui le regardaient avec mépris, des rictus haineux au coin des lèvres. Les négociations allaient être rudes...


You are mine
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Invité
❝ Invité ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 21 Nov - 8:52, vous pouvez
Elle était tranquille, ce soir, elle n'avait rien de prévu, spécialement, mais était sortie, pour le plaisir. L'église avait déjà été nettoyée dans la journée, et donc, elle n'avait eu besoin d'y retourner dans la soirée. Marchant d'un pas léger, elle traçait sa route, passant par-ci, par-là. Mais au sortir d'un endroit, elle se fit claquer les portes au nez. Quoi, que se passe-t-il ? Elle était enfermée ?

Elle regarda bien autour d'elle. Elle n'était heureusement pas seule, et elle tenta de chercher une tête qu'elle connaissait. Bien mal lui en prit, puisque lorsqu'elle voulu lever la tête pour trouver une personne connue, elle se fit bousculer. Elle en tomba les fesses les premières, rien de bien gracieux pour une femme. On l'aida à se relever, elle remercia d'un regard la personne avant qu'elle ne se retrouve dans des problèmes qu'elle aurait préféré éviter.

Une fois remise sur pieds, elle continua sa recherche. Mais avec tout ce monde, sa vue se brouilla, et elle ne trouva personne qu'elle connaissait. De vue, encore, si, elle en connaissait, il lui semblait, mais pas plus intimement. Elle avait chaud, vraiment chaud, entourée de tous, alors, elle abandonna sa quête pour en commencer une nouvelle : trouver un coin moins encombré. Ce qu'elle réussit à faire avec un peu de mal, car les personnes présentes continuaient de bousculer, pousser, crier. Une fois au presque calme, elle posa son dos contre un mur, reposant sa tête.

Et l'odeur lui vint au nez. Qu'elle odeur, en plus ! Une qu'elle aurait préféré oublier, ne plus jamais ressentir. Trop de mauvais souvenir lui revenait en mémoire, et ce n'était pas le moment, dehors, sûrement, le bordel intégral, enfin, du moins, c'était l'intérieur. Elle ne comprenait quand même pas trop ce qui se passait, mais elle se doutait que cela était dû à un caractère politique. Le pouvoir était quelque chose dont elle ne se mêlait pas, se faisant au maximum oublier dans son lieu saint.

Maintenant, et profitant du fait qu'elle avait un mur contre lequel s'appuyer, elle y posa ses deux mains à plat, dans son dos, et se redressa le plus sur la pointe des pieds. Sauf que son corps n'était pas très content. Elle avait travaillé, déjà, aujourd'hui, et elle ressentait les courbatures habituelles. On l'avait aussi bousculé, tantôt, et sa cheville droite avait mal été réceptionnée. Sur le coup, elle ne l'avait pas senti, mais maintenant, elle ne sentait que ça. La douleur la lançait plus qu'autre chose, mais ce n'était sûrement qu'une légère foulure.

En tous cas, en tentant d'oublier le mal, elle plissa les yeux pour trouver quelqu'un qu'elle connaîtrait. La première quête était de retour. Et cette fois, par chance, elle aperçu Riley, plus loin. Il lui semblait qu'elle perdait patience face à la situation et au bordel qui régnait dans le lieu. Deux personnes venaient de la rejoindre, elle se souvenait de l'homme, il lui semblait. Elle savait qu'il n'était pas humain, et elle misait sur un lycan, mais elle pouvait tout à fait se tromper, maintenant.

Elle resta donc bien sage dans son coin, telle une petite fille prise en faute après avoir fait une bêtise, et pas la moindre des bêtises. Une grosse... Qui la hantait encore.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Invité
❝ Invité ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 21 Nov - 13:13, vous pouvez
La réaction de la population face à l'annonce ne se fait pas attendre et déjà, le paysage est dévoré par les lourdes portes qui se referment. Je salue mon inhumanité de me priver de ma claustrophobie qui, quelques dizaines d'années auparavant, m'aurait réduite à une poupée de chiffons comme celles que l'on a pendues sur la place publique ; une pendaison qui a un air de déjà vu, bizarrement. Peut-être qu'autrefois j'aurais été entre ces sauvages pour hurler mon mécontentement à ce gouvernement de merde ; cette ville était décidément pourrie jusqu'à la moelle.

Non loin de moi, un inconnu apostrophe ceux qui nous barrent la sortie de leurs corps convulsés. Un sourire étire mes lèvres. La situation demeure bien comique. Il me semble être revenue deux ans en arrière...

-Mais regardez-les, Monsieur. Ce sont des terroristes, ils ont toujours été comme ça. Ils se sentent trahis. Normal qu'ils réagissent ainsi.

J'écarte les bras en signe d'impuissance. Je connais leur façon de faire et pour avoir été moi-même dans la Résistance, je sais qu'ils le lâcheront pas prise facilement. En mon for intérieur, je jubile. Nous allons tendre des pièges au nouveau gouvernement, comme au bon vieux temps. Parce que c'est comme ça que ça marche et qu'il n'y a pas de raison que ça change.

-Un gouvernement, des gens contre et du chaos ; Réversa dans toute sa splendeur ! Tiens, qui a brûlé du chiffon ? On veut nous asphyxier ou quoi ?

Mon regard se pose sur Riley et la scrute, longuement. Je revois dans mes souvenirs tout ce que nous avons fait ensemble. Tous les pièges que nous avons concocté, les rapports que je lui amenait à trois heures du matin parce que l'heure était grave. Que devais-je faire ? Lui sauter dessus ? Je ne sais pas qui est caché derrière elle mais cette personne sent le sang pur et frais ; un enfant peut-être. Pauvre gosse, il ne doit pas comprendre ce qu'il se passe.

-Ils sont en colère, faut bien qu'ils passent leurs émotions sur quelqu'un. Il n'y a plus d'Assemblée et ça va provoquer des conséquences qu'ils imaginent déjà dans leur tête. Je ne pense pas qu'ils veulent réellement faire du mal...regardez leurs yeux. Je pense surtout qu'ils sont morts de peur.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Invité
❝ Invité ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Sam 24 Nov - 17:57, vous pouvez
Une odeur affreuse montait, l'odeur de brûlé. Ils pensaient faire quoi là ?! Riley les regardait, ébahie, choquée. Elle les connaissait pour la plupart, elle se doutait de ce qu'ils pensaient. La guerre allait revenir mais elle, elle tentait de faire comme si tout allait bien. Ce qui était parfaitement faux, on ne passait pas de résistant à quelqu'un de calme qui était bisounours. Elle n'avait aucun contrôle sur eux et elle vit les regards noirs glisser sur elle. Au fond d'eux, ils voyaient encore l'ancien visage de leur cheffe. Ils la prenaient pour responsable. Elle n'avait même pas été aux négociations. Hayden avait représenté l'Assemblée et un aristocrate les humains, fin de l'histoire. Sauf que tout maintenant s'aggravait. Riley attrapa son portable et écrit un texto à Harald qu'elle n'aurait jamais voulu écrire. Une prise d'otage, voila ce que c'était et elle allait devoir gérer. Elle tourna légèrement la tête pour toiser un grand brun qui était visiblement lycan vu son aura.

« Je ne suis plus leur cheffe depuis longtemps. Ils ne m'écoutent pas, vous vous trompez. »

Elle n'était rien et dans son dos Regina jouait la folle en puissance. Elle toisa la vampire. Non ce n'étaient pas des terroristes, c'étaient des hommes et des femmes qui s'étaient battus et qui se croyaient toujours au combat. La rousse se rendit compte alors qu'un enfant s'était caché derrière elle. L'humaine toussa bruyamment, gênée par la fumée. Elle défit son écharpe et la passa au cou de l'enfant pour lui couvrir la bouche et le nez en lui soufflant de ne jamais retirer cela. Tant pis pour elle, elle devait faire en sorte que cet enfant sorte ici. Elle percevait sa peur et lentement, elle le souleva dans ses bras. Le petit enfant s'accrocha à elle, cachant sa tête contre sa poitrine. Riley le maintint avec autorité contre elle et regarda les hommes et les femmes qui les retenaient, tentant d'argumenter. Regina avait raison, eux aussi ils avaient peur. Elle regarda le lycan qui tenait une petite blonde avec lui, une humaine, elle la reconnaissait pour l'avoir vue à la réunion. Riley rapporta son regard sur l'homme. Elle observa les fenêtres au-dessus d'eux.

« Les fenêtres, il y a aussi une issue de secours. Vous devez faire sortir les gens par les fenêtres ou l'issue de secours. Moi... Je m'occupe d'eux. »

Froidement elle fendit la foule, laissant son regard se poser sur son ancienne amie. Regina pourrait l'aider mais elle devait la haïr comme de nombreuses personnes. Elle ne l'aiderait pas, elle préférerait probablement voir son ancienne cheffe mourir, tant pis. Riley continua de bousculer les gens pour passer, consciente que son plan ne tenait pas, les fenêtres étaient bien trop hautes. Elle toussa de nouveau tandis que l'enfant se mit à pleurer, caché contre elle. L'ancienne cheffe se retrouva devant les anciens résistants qui bloquaient la porte. Ils la toisèrent puis regardèrent l'enfant qui était transis de peur. L'Ordre, ils craignaient l'Ordre, ils avaient peur d'être malmenés et tués à la fin. Riley resta silencieuse, ses yeux lui piquaient.

« Vous n'êtes pas des terroristes. Nous le savons. Prouvez-le que vous n'êtes pas des monstres. Laissez au moins les civils sortir. Si vous ne voulez pas, alors les enfants. Les enfants n'ont rien fait. »

Il y avait des enfants dans la pièce qui pleuraient, qui hurlaient et qui avaient perdu leurs parents dans la cohue. Aucun des anciens résistants ne lui répondit, ils ne semblaient pas avoir de chef à la tête de leur folie improvisée. Riley les toisa, un à un, espérant secrètement qu'ils céderaient. Ils se resserrèrent, menaçant mais ne voulant pas lancer le premier coup sur elle. Elle était perdante et la future maman le savait. Elle leva la tête, chercha le lycan du regard et lui fit un signe du menton. Les fenêtres, il pouvait les atteindre, il n'était pas humain. Son regard se posa à nouveau sur Regina, la vampire pouvait faire quelque chose aussi. Riley refusait de croire qu'elle était aussi folle que Freyja et prête à laisser des civils à mourir. Elle distingua Lirya dans un coin. La rousse soupira et posa l'enfant au sol, elle s'accroupit devant lui, lui sourit et lui murmura de rejoindre la blonde qui était avec Keith. Elle indiqua le couple et le petit enfant obéit. Riley le regarda avec tristesse. Elle refusait qu'un enfant meurt ici, mourir ici ne lui faisait pas peur, elle savait bien que ce jour arriverait.

Lentement elle se redressa, se murant dans un silence évident. Elle avertit les hommes et femmes devant la porte d'un regard lourd de sens. Soit ils agissaient avec une once d'humanité soit ils en payeraient le prix le plus fort. Croyaient-ils vraiment qu'on allait les laisser dans ce forum ? La police allait forcément arriver, intervenir, c'était obligé. Les gens continuaient à hurler, bousculer. En soi ils étaient plus nombreux que les anciens résistants devant la porte mais ils ne pensaient pas à se battre.

« Agissez avec intelligence. Vous ne voulez pas tuer des civils. Je le sais bien, vous voulez qu'on vous écoute. Ces gens ici n'ont rien fait, regardez-les et osez me dire qu'ils ont fait quelque chose. »

Elle se battait contre des moulins, c'était évident. Elle n'obtiendrait rien mais refusait de bouger. Se faisant bousculer mais revenant à chaque fois à sa place initiale. Elle coula un regard franc à Regina, un regard qui demandant qu'elle l'aide. Cela ne coûtait rien à l'ancienne consule de demander de l'aide. La vampire pouvait l'aider, la question était plutôt, en aurait-elle seulement envie ? Les yeux de l'humaine piquèrent, signe que la fumée augmentait et que le danger aussi. Sa toux s'intensifia aussi, rauque.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Métier/Etudes : Directrice d'un garage
Nombre de messages : 248
Opinions Politiques : Agnès Fisher
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 25 Nov - 13:30, vous pouvez
« Désolée mais moi, quand je suis morte de peur, je prend pas des gens en otage. »

Ironisa Ali en regardant la vampire. Non mais fallait pas déconner ! Elle aussi avait peur, elle aussi était en colère, mais elle n’irait pas prendre des inconnus en otage pour autant. C’était vraiment n’importe quoi cette affaire ! L’odeur de la fumée lui picota la gorge et elle regarda un instant avec inquiétude le ventre de l’Ancienne Consule. Là, ça craignait un max…Surtout que cela ne semblait pas vouloir se calmer. Serrée contre son lycan, Alicia s’arrimait au sol comme elle le pouvait mais c’était difficile. Tout le monde se précipitait sur les portes et, si rien n’était fait, si le calme ne revenait pas, il y aurait des morts, piétiné ou étouffé. Riley attrapa un petit garçon et Alicia chercha dans la foule ses parents, mais ils semblaient absents. Elle leva les yeux lorsque la rouquine parla des fenêtres..Elle, elle était athlétique mais elle ne pourrait jamais sauter aussi haut, Keith par contre, il avait peut être ses chances :

« Tu crois que tu peux l’atteindre ? »

Lui demanda-t-elle à l’oreille en regardant de nouveau autour d’elle. Comment faire monter ces gens pour les faire sortir a cette hauteur ? Se mordillant la lèvre, elle regarda la vampire…Mmmh…Pourquoi pas tiens ? Après tout, ils étaient tous dans le même bateau non ? Alors tandis que Riley tentait de calmer la foule en colère, Alicia interpella la vampire :

« Il va falloir aider les gens a monter, vous êtes forte non ? Vous pourriez filer un coup de main ? Au cas où l’issue de secours serait bloquée. »

Bon, allez, elle avait tenté, si la vampire refusait d’aider, elle se débrouillerait autrement en s’aidant du mobilier. Elle remarqua que Riley lâchait l’enfant en l’indiquant du menton et elle s’accroupit pour le récupérer, chuchotant doucement à son oreille pour qu’il calme ses pleurs. Du regard, elle supplia presque Keith de leur ouvrir les portes, elle n’était pas claustrophobe mais tout de même, hors de question qu’un gamin, et Alicia était sûre que ce n’était pas le seul, paye pour la folie des adultes.

« Une fois que tu seras passé, tu pourras prendre le petit et le mettre à l’abri dehors ? Si les issues sont bloquées, on sera obligés de passer par là… »

Puis, la blonde pointa un index sur une brune à l’ écart qui les écoutait :

« Hey ! Vous pouvez m’aider a réunir des chaises et des tables ? On pourra les empiler pour grimper ! »



This man is mine.
Et si tu n'as pas compris ma clé de 30 le fera pour moi.
(c)LUCKYRED.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Métier/Etudes : Pompier
Nombre de messages : 1001
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 27 Nov - 16:23, vous pouvez
    Il ne fallait surtout pas céder à la panique, malgré l'enfermement qui mettait le loup de Keith en ébullition, malgré le fait qu'ils étaient retenus en otage par des fous de la gâchette un peu trop nerveux, malgré le fait que la fumée s'infiltrait dans la bâtiment et rendait l'air nauséabond et peut-être irrespirable à un moment donné. Dans ces conditions, les anciens ennemis se devaient de s'allier pour sauver leur peau, c'était la solidarité. Le lycan avait cet esprit là même en temps normal, mais ce n'était pas forcément le cas de tout le monde. Il avisa bien évidemment Riley, celle qui avait dénoncé la supercherie de Leviathan, celle qui avait mené la résistance à prendre le pouvoir et à renversé le gouvernement des anges, celle qui se retrouvait aujourd'hui piégée avec eux et qui ne semblait avoir aucun contrôle, comme elle le lui confirma alors qu'il l'interrogeait. Dommage, ils allaient devoir faire autrement.

    Non loin d'eux, une vampire commentait ce qu'il se passait. Des terroristes, voilà comment elle désignait la résistance, trouvant normal qu'ils réagissent ainsi, avant de s'étonner de la fumée. Keith l'observa un instant, avant de sourire en coin :


    - Je doute que cela vous tue.

    Un vampire ne devait pas vraiment risquer de mourir asphyxiée.

    - Mais si cela nous incommode et à moins que ces résistants aient des masques, ils vont en souffrir aussi. Cela peut nous aider.

    La vampire conclut alors en disant qu'ils n'étaient pas animés par la haine mais par la peur, ce qu'Alicia reprit de volée de façon qui fit sourire son compagnon. Elle marquait un point là. L'air commençait vraiment à devenir difficilement respirable et le lycan se courba, sachant que la fumée était d'abord vers le plafond, avant de descendre, tandis que Riley récupérait un enfant dans ses bras et couvrait son visage pour l'empêcher d'inhaler les vapeurs. En ancienne cheffe, elle monta un plan, enjoignant le lycan à atteindre les fenêtres et évacuer par là, tandis que Riley s'occupait des résistants. Il toisa les fenêtres, les jaugeant du regard, alors qu'Alicia lui demandait s'il pouvait les atteindre.

    - Je pense oui.

    Riley fendit la foule et tenta le dialogue, avant de croiser le regard de Keith et de lui faire signe de tenter le plan B. Il acquiesça, avant de chuchoter à Alicia :

    - Rapproche-toi du sol. La fumée monte. L'air est plus respirable vers le sol. Je vais me dépêcher.

    Il l'embrassa brièvement, avant de se diriger vers les fenêtres, bousculant ceux qui le gênaient sur son passage, sa carrure et sa force de lycan le lui permettant assez facilement. Alicia avait récupéré l'enfant. Pour celui là, pour tous les autres, ils devaient faire équipe. Il laissa les autres gérer la situation, avant d'analyser les fenêtres. Finalement, il en trouva une un peu plus facile d'accès, avant de prendre son élan et de sauter agilement contre le mur qui faisait le coin, puis sur le rebord de la fenêtre, avant de retirer sa veste et de l'enrouler autour de son bras pour casser la vitre d'un coup puissant qui fit voler en éclats les morceaux de verre.

    Restait à espérer que les autres s'étaient organisés pour lui amener les personnes à évacuer.


You are mine
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Invité
❝ Invité ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 28 Nov - 19:17, vous pouvez
Elle se rappelait, en respirant tant bien que mal, l'énorme erreur qu'elle avait fait auparavant. Elle s'en souvenait comme si c'était hier, cet enfant, ce petit garçon, aussi, il était presque omniprésent dans sa mémoire, et elle ne pouvait pas refouler ses apparitions. Elle pensait déjà tellement à sa défunte opposée, elle lui manquait tellement, mais malgré les tentatives pour oublier ces deux douleurs, pas une seule ne voulait partir.

Elle se re-concentra sur la situation présente. Elle ne savait même plus pourquoi elle était là, l'agitation, les cris et pleurs lui faisaient plus que perdre la tête. Cette cohue était presque insupportable, elle voulait retourner chez elle, ou même se terrer au fin fond de l'église. Tout pour avoir du calme, rien que ça, cette petite chose, qui ne se voyait pas, qui ne se sentait pas, ne se mangeait ni ne se touchait, mais qui s'écoutait. Il ne produisait aucune mélodie, aucun son, mais il était tellement beau à écouter. Elle se l'imagina un court instant, mais ne put le faire durer, car au loin, on lui criait une instruction.

Enfin, elle pensait que c'était pour elle, mais comme elle ne voyait pas forcément les gens agir autour d'elle, mis à part un homme qui d'un bond atteignit l'une des fenêtres. Elle en déduisit qu'elle devait mettre des meubles ou autres sous lui pour qu'on lui passe les enfants, sûrement, ou tout simplement les civils pour les évacuer face au nuage de fumée qui commençait à bien intoxiquer l'espace ambiant.

Elle se mit donc rapidement en marche, ayant repéré quelques personnes, femmes et hommes, plus précisément, pour qu'ils l'aident. Elle en attrapa un par le bras, lui demandant du regard - pour garder l'air respirable qu'elle pouvait le plus longtemps possible - de l'aider à déplacer un bureau vers la fenêtre où l'homme venait de sauter. Elle était fière d'avoir un tant soit peu de muscles, ce qui était un bon atout pour déplacer de tas de bois. Certes, le bureau, mais c'est du bois pareil, et sa solidité apparente allait servir d'échelle. Ils le placèrent donc contre le mur, et par chance, quelques personnes avaient l'air d'avoir du bon sens. Elle pouvait actuellement voir deux femmes déplacer un autre bureau, puis un homme qui venait à leur secours, les voyant avoir des difficultés.

Bien vite, une partie de la population présente s'organisa, dans un coin, on mettait les plus jeunes, au ras du sol, ainsi que les femmes les plus faibles. Ensuite, d'un autre côté, tous le mobilier était placé de sorte à atteindre l'homme suspendu, de forme d'une échelle. Lirya osa jeter un coup d'oeil vers l'autre côté. Il y en avait encore beaucoup qui criaient leur mécontentement. Elle aperçu également Riley, elle savait qu'elle avait été la cheffe des résistants face aux anges, puisqu'elle même avait été résistante. Enfin, elle tenta de lui sourire, pour peut-être la rassurer que de son côté, tout s'organisait, que les gens avaient pris l'initiative de l'aider. Mais son sourire se fana lorsque par mégarde elle aspira une goulée de mauvais air.

Cela la fit tousser, et bien que consciente de ce qu'il lui arrivait, elle n'arrivait pas à se calmer. Elle commençait une crise d'angoisse. Cette fumée lui rappelait l'incendie. Celui dans lequel elle avait perdu l'une des personnes auxquelles elle tenait le plus. Ses yeux la piquaient, quelques larmes se formaient doucement là où dans quelques années se trouveraient ses pattes d'oie. Elle continuait de tousser, et se laissa tomber.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Invité
❝ Invité ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 29 Nov - 17:21, vous pouvez
[HRP : Si vous trouvez que je joue trop vos personnages, n'hésitez pas à me MP et je modifie sans aucun problème =)]

-Allez, cocotte, on se lève !

Je saisis la jeune femme brune par les épaules alors qu'elle se laisse tomber, secouée par son impuissance mortelle (il s'agit de Lyria). Alors je la maintiens contre moi, mon regard embrasse la pagaille inutile qui secoue l'assistance. La fumée gagne le forum, asphyxiant ceux qui sont pourvus d'un système respiratoire...soit la quasi totalité de la population. Je réalise alors que je suis l'une des seules personnes immunisée contre la fumée qui se propage comme un fléau dans cette boîte soudain si petite...
Il faut agir, je n'ai pas le choix.

Là haut, le Lycan a gagné habilement les fenêtres et a brisé l'une d'elles. La fumée commence à s'échapper au dehors...à moins qu'elle n'en profite pour rentrer davantage ? Putain. Putain, putain, si je ne me bouge pas le cul, ils vont tous crever devant mes yeux. Je tire le corps de la jeune femme.

-Allez, aide-moi un peu !

Je parviens à me glisser jusqu'à la fenêtre. Les enfants s'amassent dans un coin de la pièce, hurlant et criant, laissant planer l'indécision sur la force de leurs poumons. Les toux, de plus en plus rauques, finissent par remplacer les cris ; je ne sais pas ce qui est le pire. Je dépose la jeune femme contre le mur, cherche Riley des yeux. Riley qu'on n'entend plus. En tant normal, elle se serait déjà mise à hurler.

Je croise soudain son regard. Un regard franc. Un regard qui appelle à l'aide. Un regard qui en une seconde, m'a prié de faire table rase de toutes nos querelles passées. Un regard qui, suite à une violente toux, se voile soudain de larmes. Son corps autrefois si altier semble se courber en avant dans une faiblesse toute humaine.
Ce soir, c'est un autre temps qui commence.

Je me penche, saisis deux enfants qui s'accrochent chacun à une épaule. Ils n'ont pas plus de six ans et déjà, la mort se lit dans leurs yeux. Je bloque. Leurs lentilles de terreur accrochent mes yeux. Répulsion. Entrailles broyées. Et, la peur, pour la première fois de la soirée.
Je tends le premier enfant au Lycan, puis le second. Ma conscience se décroche de mon corps comme la respiration lâche les poumons de mes semblables mortels. La fumée transforme la moindre vision en cauchemar.

En bousculant quelques citoyens paniqués, je la trouve. Mon bras esquisse un mouvement, puis se bloque, paralysé par les souvenirs qui sont à mon esprit ce que la fumée est à mes yeux : un mélange nauséeux, quasi opaque. Je revois nos querelles et nos état d'âmes, notre camp dont les entrailles éclatent à la naissance de Léviathan. Les cris se transforment autour de moi en un bourdonnement insupportable rythmé par les toux d'agonie. Il faut que ça s'arrête. Il faut que ce chaos cesse avant que Réversa ne sombre dans le néant de sa connerie monumentale.

Je saisis le poignet de Riley.

-Viens.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Invité
❝ Invité ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 29 Nov - 21:02, vous pouvez
Sa toux s'intensifia alors qu'un bruit étrange retentit. Une des fenêtres explosa sous la pression. Une fenêtre loin du lycan. Riley le regarda faire, observa les gens s'activer et tout au fond d'elle, elle se dit avec utopie que les gens étaient peut-être capables de se soutenir. Les résistants devant elle s'agitèrent, comprenant enfin l'immense bêtise qu'ils avaient commis. L'air devint plus irrespirable, la jeune femme pensa alors au bébé qui grandissait en elle. Elle se plia en deux, une main au sol, la respiration sifflante. Harald, elle pensa à son compagnon. Elle entendait les enfants hurler, se faire soulever, mener vers la fenêtre. Les chaises s'étaient entassées pour aider. Au moins les gens se soutenaient, c'était un point positif. L'ancienne consule se leva, tituba, sa tête tournait comme sur un manège mais elle forçait son corps à plier. Son corps qui protestait, refusait d'obéir. Elle vit Lirya s'évanouir mais Riley n'avait pas la force de l'atteindre. Soudain ses jambes cédèrent, elle respirait de plus en plus fort. La rousse distingua Gina qui s'était approchée et avait attrapé son poignet. Une impulsion saisit son corps et elle força ses jambes à obéir. La vampire avait visiblement capté son regard de détresse.

« Gina... Nous ne voulions pas cela. »

Nous car Riley n'avait pas décidé seule. Elle s'appuya contre son ancienne amie, le souffle toujours rauque. L'enfant qui naissait en elle subissait ce que sa mère vivait. Elle vit plus clairement Keith et Alicia. Son corps luttait contre l'intrusion de la fumée alors que les premiers enfants sortaient à l'air libre. La nuée explosait sur la place publique dans un hurlement retentissant. Les anciens résistants dépassèrent Riley et la regardèrent tristement. Ce n'était plus l'heure de s'excuser car les plus mortels des mortels risquaient de mourir. L'humanité avait cette fragilité incomparable qui pouvait griser n'importe qui. A chaque pas l'humaine s'appuyait sur son amie, la fenêtre semblait si loin. Sa tête tournoyait de plus en plus et l'envie de vomir naquit. Son ventre se rebella, mais il n'y avait rien à rejeter. La suie dans l'air augmenta. L'air devenait de plus en plus difficile à respirer. Riley avisa le petit garçon auquel elle avait donné son écharpe atteindre la fenêtre et ainsi la sortie. L'air libre semblait si prêt. Un bruit rauque retentit et ce qui était avant fumée semblait devenir un ennemi plus affreux.

Le feu ? Y avait-il du feu ? Riley tourna la tête, elle avisa ce spectacle atroce. Tout se détruisait, tout partait en fumée. Les gens hurlaient, paniquaient. Une main attrapa sa cheville et elle baissa le regard sur une enfant terrifiée. Elle la souleva, tremblante, la maintenant contre son sein. L'enfant pleurait, et l'ancienne consule voyait cette fenêtre se faire de plus en plus proche.

« Hey... Finalement on l'aura fait ce feu de camps. »

Ironie quand tu nous tiens, autant tenter de dédramatiser le moment même s'il était extrêmement difficile de le faire. C'était une vieille histoire que les résistants se contaient de temps en temps. Le feu de camps qui serait signe de liberté lors des hivers rudes. Brûler les anges comme ils avaient brûlé les elfes. Brûler leur foyer comme ils avaient brûlé celui des elfes. Allait-elle détester l'Ordre ? Non vu qu'elle l'avait accepté avec les autres. Riley n'aurait bientôt plus le temps de se rebeller, et plus l'énergie. Elle allait être mère, un enfant avait besoin de stabilité pour grandir et elle se devait d'en offrir à son fils. Elle était humaine et suffisamment marqué par deux ans de lutte. En deux ans à peine sa psyché s'était complètement transformée et elle n'était pas la seule à y laisser les nerfs. Allaient-ils sortir vivant de cette histoire ? Au moins les enfants étaient-ils sauvés et c'était la priorité et rien d'autre. Elle s'approcha de Lirya, mince alors ! Posant une main sur l'épaule de la femme qu'elle avait rencontré dans l'église, elle la secoua inquiète.

« Lirya ! Oh mon Dieu Gina... »

Souffla-t-elle. Elle était inquiète et cela se voyait. Elle regarda de biais son ancienne amie puis l'humaine. La situation allait vraiment en empirant...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Métier/Etudes : Directrice d'un garage
Nombre de messages : 248
Opinions Politiques : Agnès Fisher
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 2 Déc - 14:16, vous pouvez
« Allez on se bouge ! »

Alicia avait passé l’enfant a Keith dès qu’il avait brisé la fenêtre, les mains, les bras libres, elle ne perdit pas de temps en vaines pensées, se secouant pour ne pas se laisser piéger par la peur. Parce que ce serait si facile ! Du coin de l’œil, elle vit la vampire faire passer des enfants. La brune, elle s’effondra et Alicia esquissa un pas vers elle, mais, plus rapide, la vampire l’avait déjà remise sur ses pieds.

Une quinte de toux la secoua mais, comme le lui avait conseillé Keith, elle se courba en avant, s’éloignant de la fenêtre alors que son instinct lui disait de s’y jeter. Mais pas encore, il y avait trop de monde a faire sortir. Elle était jeune, en bonne forme physique, elle devrait pouvoir aider. Regina faisait sortit l’ancienne consule et c’était tant mieux, une femme enceinte n’avait rien a faire là. Tendant un bras, envoyant sa main à l’aveuglette, Alicia rencontra un tissus doux et elle tira, recevant une petite mamie dans les bras. Une vieille femme terrorisée qui n’arrivait même plus a hurlé sa peur.

« Putain de bordel ! »

Jura la jeune femme avant de l’emmener avec elle jusqu'à la fenêtre devant laquelle s’entassait des meubles qu’elle espérait solidement empilé. Elle toussa.

« Grimpez ! Surtout ne vous arrêtez pas et grimpez ! »

Elle poussa la mamie sur la première marche avant de faire demi-tour. Elle avait entendu des enfants, en restait il ? Elle se redressa pour espérer voir mais la fumée opaque ne fit qu’agresser plus sournoisement ses poumons. Ses yeux la brûlaient. Chouette ! Elle allait avoir un regard façon lapin russe d’ici peu, songea-t-elle avec un étrange détachement, un sourire amusé aux lèvres. Elle agrippa un homme auquel une femme s’accrochait, elle lui tira le bras, pointant un index sur la fenêtre.

« Par-là ! Faites là sortir par-là, dépêchez-vous ! »

Il hocha la tête et se précipita dans la direction indiquée. Alicia se fit bousculer et retint un juron en manquant de s’étaler au sol. Manquerait plus que ça ! Elle se courba en deux, la poitrine déchirée avant de lever des yeux larmoyants sur un visage ravagé par le khôl. Devant elle, une ado totalement terrifiée, serrant son téléphone contre elle, aplatie contre un mur comme si elle allait y pénétrer. Alicia lui saisit les épaules, la secouant.

« La fenêtre, fonce vers la fenêtre ! »

Mais l’ado se contenta de claquer des dents, gémissant. La blonde n’avait pas de temps à perdre, elle la gifla, fort. Et l’ado glapit, outrée.

« Bouges tes fesses cocotte ! »

Une bonne bourrade et l’ado se rua en avant, esquivant un gros balourd. Alicia posa une main sur le mur, son organisme commençait sérieusement à manquer d’oxygène là, mais il restait tellement de monde, encore trop de monde, constata-t-elle en regardant autour d’elle, la vision brouillée par les larmes qui coulaient de ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Métier/Etudes : Pompier
Nombre de messages : 1001
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 3 Déc - 22:33, vous pouvez
    De son perchoir, il avait une vue imprenable que les évènements extérieurs et cela n'était pas forcément pour le réconforter. Au dehors, c'était la pagaille, mais au moins, l'air était plus respirable. C'était mieux que d'être ainsi enfermés, n'est-ce pas ? Il était la passerelle vers l'extérieur. Ils s'étaient organisés, un petit groupe, disparate, mais décidé à survivre. Si les humaines ne pouvaient qu'essayer d'organiser, la vampire et lui pouvaient porter les gens et les évacuer. Ce qu'ils firent. Un lycan et une vampire qui faisaient alliance. Cela avait de quoi faire sourire, mais les anciennes haines se taisaient pour cette fois. Regina portait les plus jeunes jusqu'à Keith. Efficace, le pompier s'emparait d'eux, les faisant passer par la fenêtre et les laissant glisser jusqu'au sol, du mieux qu'il le pouvait, sans qu'ils ne se blessent.

    Dans la salle, c'était la panique, alors que la fumée les agressait. Il n'était pas vampire, il respirait et était aussi incommodé par la fumée, présente dehors. Bon dieu, mais ils devaient tous filer d'ici et vite. Le lycan toussait, lui aussi, sa gorge lui brûlait, comme ses yeux, mais il était plus habitué, plus endurant et il ne mourrait surement pas de suffocation. Il continuait à évacuer les gens qui parvenaient jusqu'à lui, des enfants, des vieillards, des adolescents, que lui apportaient diverses personnes dont Alicia.

    Regina s'était arrêtée auprès de Riley et il y avait une autre femme avec elles. Alicia continuait son œuvre, malgré sa toux. Une toux qui vrillait les tympans du lycan, inquiet pour elle. Il continua pourtant, verrouillant son cœur, avant de finalement descendre de son perchoir en un bon souple et rejoindre Alicia. Il la saisit par les épaules.


    - Alicia, tu devrais sortir...

    Oui, il était inquiet pour elle, naturellement. Il la prit par la main et retourna près de Regina, Riley et la troisième femme.

    - Vous avez besoin d'aide ?

    Regina ne l'aidait plus, elle s'occupait de l'ancienne résistante. Il la regarda, fronçant les sourcils devant son visage pâle.

    - Vous deviez sortir vous aussi. Au lieu de rester là... De toutes façons, il me faut du monde dehors pour réceptionner et aiguiller les évacués.

    Au cas où elles rechigneraient à abandonner le navire... Qu'elles se rendent utiles mais de l'autre côté.


You are mine
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Invité
❝ Invité ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 4 Déc - 19:10, vous pouvez
Elle se sentait secouée, sûrement parce qu'elle se fait déplacer. Elle entendait autour d'elle, mais ses yeux restaient fermés, et elle n'arrivait pas à ouvrir la bouche pour lui dire qu'elle était là. Mais non, vraiment, elle n'était plus là, seul son esprit semblait présent. Est-ce la fin ? Elle ne l'avait pourtant pas imaginée comme ça, et quelque part, elle avait espéré que Dieu lui offre une mort plus décente. Puisque mourir avec pour presque dernière pensée de décéder de la même manière que son opposée n'était pas ce qu'elle aurait le plus voulu au monde. Elle voulait tout simplement mourir vieille, elle n'avait actuellement que trente-quatre années, soit moins de la moitié du temps de vie qu'elle espérait avoir.

Mais la Mort, cette chose, conscience, peut-être, n'avait-elle pas une liste qui lui disait qui serait le prochain à mourir, et de sa faux, elle viendrait lui faucher l'âme ? C'était une croyance comme une autre, certes. Elle était peut-être la suivante. Elle n'avait qu'à attendre de se ré-incarner. Elle voudrait renaître en humaine, peut-être même retourner en Pologne. Ou alors que son âme soit transférée dans un arbre. Un beau chêne qui serait centenaire un jour. Ce serait beau.

Cependant, de plus en plus, elle entendit les bruits distinctement, une certaine chaleur qui reprenait possession de son corps. Et sans qu'elle ne s'y attende vraiment, n'attendant pas de réaction de son corps, elle eut une quinte de toux qui lui fit vibrer les cordes vocales. Elle convulsait au rythme de sa toussotements, se cognant par la même occasion au mur contre lequel elle était appuyée. A un moment, elle tomba un peu sur le côté, et elle ouvrit d'un seul coup les yeux. La fumée avait l'air d'être pas mal descendue parce qu'au ras du sol, elle avait les yeux qui lui piquaient.

Mais trêve de fainéantise, elle rendait un dernier toussotement, puis reprenant contrôle sur ses membres endoloris, elle se mit en position assise pour reprendre un peu ses esprits. Sa tête lui faisait atrocement mal, mais il y avait d'autres chats à fouetter. S'aidant de ses mains, elle appuya le poids de son corps pour se relever. Elle n'avait pas vraiment regardé autour d'elle, mais maintenant le dos contre le mur, ses jambes flageolantes, elle voyait Riley en compagnie d'une autre femme. Elle pencha un peu la tête et vit aussi l'homme qui avait sauté à la fenêtre, et une autre femme, encore.

En pensant à la fenêtre, elle regarda. Tous les meubles étaient empilés à peu près convenablement, et elle pouvait voir une jeune fille grimper. Elle semblait terrorisée, ses membres tremblaient tellement qu'elle lâcha une prise. Lirya voulu se précipiter pour l'aider, pour ne pas qu'elle se fasse mal, mais elle se percuta contre un corps, un dos qui lui faisait face. Manque de chance, elle avait oublié qu'elle était quasi entourée. Mais d'un autre côté, de la chance, elle apercevait du coin de l'oeil, coincée tant bien que mal, l'adolescente qui était aidée par deux hommes. L'un lui tenait les cuisses et le bas du dos, tandis que le second lui tenait une main. Une bonne entraide.

Pendant ce ce laps de temps, elle avait oublié de se mettre en apnée, et lorsqu'elle s'en rendit compte, elle agrippa le haut de la personne contre laquelle elle était appuyée pour tousser encore un peu plus. Elle n'était pourtant pas une des personnes les plus à plaindre.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Invité
❝ Invité ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 6 Déc - 16:32, vous pouvez
Je sens monter la tension, et la fumée, qui les saisit dans ses voiles impalpables comme la toile d'une araignée. Ainsi plus aucune victime ne semble oser crier et même les Résistants commencent à renoncer à leur colère...sans pour autant ouvrir les portes du forum. Nous nous retrouvons ensemble autour de cette femme que j'ai aidé à se relever et qui, les yeux embués de larmes, reste pourtant très calme, comme si elle attendait la mort.
Les deux humaines qui m'encadrent ploient aussi sous la fumée qui leur gave les poumons. Je lève des yeux sans expression sur le visage de l'homme qui se tenait près de la fenêtre tout à l'heure...et je remarque, seulement maintenant, qu'il s'agit d'un Lycan.

J'hésite quelques instants, me demandant si je dois poursuivre mon entreprise avec lui, main dans la main, comme si nous étions deux amis. Ma réflexion est interrompue par le commentaire que le Lycan fait sur l'état de Riley. Je suis son regard de mes propres yeux avant de remarquer la légère bosse – trop ronde pour être graisseuse – qui se dessine sous les vêtements de l'ancienne Consule. Je comprends ainsi l'origine des battements de cœur trop rapides pour être humains que je sentais tout à l'heure...Je secoue la tête, la bouche tordue dans une mine faussement réprobatrice.

-Eh ben...heureusement qu'on a choisi de la dissoudre cette assemblée, hein...

Ma main trouve de nouveau le chemin de son avant bras lorsque le Lycan les conseille de sortir. Après tout deux humaines inoffensives – car Riley n'avait plus rien d'une machine de guerre étant donné son état – auraient davantage de chance de rassurer les victimes qu'un Lycan et un Vampire qui semblaient très (trop) bien s'entendre.
Même si l'humaine autour de laquelle nous nous sommes pressés paraît très mal en point, Riley est désormais ma priorité, elle et l'enfant qu'elle porte.

Sachant que secouée par sa toux et portant son gosse elle ne pourra jamais grimper notre échafaudage de meubles, je pose une main derrière son dos et, pressant ses cuisses, la prend dans mes bras avant de poser le pied sur le premier meuble. Puis je me retourne en direction du Lycan et des deux jeunes femmes.

-Venez ! Il a raison, vous serez plus utiles auprès des enfants et des autres victimes ! On n'a pas besoin de morts en plus dans cette histoire !

M'appuyant sur mes jambes, je me propulse alors de meubles en meubles, perçant la fumée de nos deux corps. Sans effort, je parviens alors jusqu'à la fenêtre dont le Lycan a cassé les carreaux. M'assurant du poids de Riley dans mes bras, je prends position sur le bord de la grande fenêtre et toise le sol, quelques mètres plus bas, sans que le vertige ne m'assaille.
Je sens alors battre contre mon ventre le petit cœur. Circuler le sang chaud et pur. Mes mains se crispent légèrement sur le bras et la cuisse de Riley, tandis que j'hésite. Je sens son odeur, imagine le fluide sur mes papilles, couler dans mon œsophage et rasséréner mon estomac qui déjà crie famine, attisé par la terreur de toute cette chair sur pattes.

Mon regard se plonge dans celui de l'humaine. Et j'imagine ce que je ressentirais, si cet enfant était le mien. Je ferme les yeux, tentant de contenir ma faim.

Et nous sautons.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Invité
❝ Invité ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Sam 8 Déc - 9:53, vous pouvez
Le monde évacuait sans se douter que dehors, le spectacle avait un autre visage. L'ancienne résistante se mit à rire aux paroles du Lycan. Il devait sentir qu'elle était enceinte au vue de son regard et Riley le regarda avec une certaine fierté. Enceinte mais pas malade, pour elle qui avait dirigé l'ancien mouvement rebelle, lâcher une affaire était très dure, plus que dure. Pourtant elle se tut et quand le regard de Regina glissa sur son ventre rond et que sa remarque fusa, l'ancienne consule agita un doigt fin et pâle devant le visage de son ancienne amie.

« Tss tss ! Ne va me materner Gina ! Je suis toujours une emmerdeuse. »

Dit-elle avec un petit sourire mutin. Un instant on aurait pu penser que les femmes s'étaient réconciliées, difficile à dire. Mais malgré la fumée, Riley se sentait en paix face à la vampire. Elle tourna la tête en voyant Lirya se relever et tousser. La rousse se fit entraîner par Gina, et ne pouvait lutter, même si elle n'était pas assez stupide pour le faire. Sa main se tendit et caressa la joue de l'autre humaine. Son empathie vibra, et elle sentit la paix qui habitait l'autre femme. L'étonnement joua dans le regard de Riley alors qu'elle sentit le sol se dérober sous ses pieds. Automatiquement ses bras s'enroulèrent autour de la nuque de la vampire tandis qu'elle se faisait porter. Une lueur d'orgueil passa dans son regard clair et elle soupira. Inquiète, elle regarda autour d'elle. Une grande partie des gens avait été évacué et se trouvait probablement dehors. Mais qu'y avait-il dehors ? Riley ne lâchait pas du regard Lirya, inquiète pour elle. Nul-doute qu'elles allaient se retrouver à l'hôpital ce soir. Son regard glissa sur le lycan et la femme qui l'accompagnait. Elle leur sourit, ils avaient été courageux.

Riley observa les objets se brouiller tandis que Regina filait à vive allure. Prise de nausées, elle se retint de vomir, devenant étrangement pâle alors qu'elles se retrouvèrent sur le rebord de la fenêtre. La future mère regarda en bas et en tressaillit en voyant la fumée des pantins enflammés, les gens qui se battaient avec rage. Harald ! Où était-il ?! L'enfant qui reposait dans son ventre donna des coups de pieds, se débattant et l'humaine poussa un bref murmure, quelques paroles d'une vieille chanson qui avait bercé ses nuits infantiles. Son empathie lui renvoya un sentiment étrange, un sentiment pas forcément humain. Lentement elle tourna la tête et capta le regard de Regina. La peur traversa l'humaine, la peur qui était à l'origine du mouvement de fuite de toute proie mais la rousse ne bougea pas. Habituée à la longue à son rôle de proie et que ce n'était pas forcément un destin scellé.

« Je te fais confiance. »

Un bref murmure que seule l'autre femme entendrait. Son regard bleu clair se teinta de chaleur, et calmement, elle posa sa main sur la joue de son amie. Ses lèvres effleurèrent sa joue, oui elle lui faisait confiance. Le monde tourbillonna soudainement et Riley en perdit le souffle, faisant de l'apnée, un vieux réflexe débile. Le sol fut enfin là et elle se débattit dans les bras de Regina pour se pencher en avant et vomir bruyamment. Toussant, d'une voix rauque qui prouvait que ses poumons avaient souffert de la fumée, elle tenta vainement de se redresser. La fierté d'une femme, la fierté d'une ancienne cheffe. Levant la tête, Riley regarda la fenêtre qui avait été sa porte de sortie, quand les autres sortiraient-ils ? La peur gouvernait ses tripes, ils devaient sortir. Elle regarda Regina puis autour d'elle. Estomaquée, elle regarda les anciens résistants se battre contre les anges, siffler de rage, mordre, s'entre-tuer.

« Mais... Où se croient-ils ?! »

Et voila une preuve qui montrait que l'Assemblée était morte. Un ancien résistant se fit bousculer et Riley le rattrapa, le toisant avec autorité. L'homme, automatiquement, baissa la tête, on n'effaçait pas les anciens réflexes. Tout penaud, il regardait les deux femmes. La rousse soupira, grommelant bien bas, c'était la meilleure quand même celle-là ! Un combat de rue ! Inquiète, elle regarda autour d'elle, où pouvait bien être le lycan et sa copine, et Lirya ? Harald aussi, pitié qu'il ait fui. C'était mal connaître son compagnon de penser qu'il fuirait...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Métier/Etudes : Directrice d'un garage
Nombre de messages : 248
Opinions Politiques : Agnès Fisher
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 11 Déc - 13:37, vous pouvez
Ses poumons la brûlaient. Ses yeux pleuraient sans s’arrêter et les larmes coulaient sur ses joues sans discontinuer. Une quinte de toux lui déchira la poitrine et Alicia jura intérieurement. Bon sang, elle n’y arriverait pas ! Il y avait tant de monde encore a faire sortir ! Mais Alicia oubliait une petite chose dans son raisonnement, certes très courageux, c’était qu’elle n’était pas un pompier, qu’elle n’avait pas l’entrainement nécessaire, ni la résistance. Aussi lorsque le bras de Keith s’enroula autour d’elle, elle leva des yeux rouges avec une étincelle de reconnaissance. Elle n’était pas sûre de tenir encore longtemps. Pourtant, elle aurait pu se précipiter plus rapidement vers la fenêtre, mais autant l’avouer, ses jambes tremblotaient un petit peu trop pour ça. Elle se laissa entrainer après avoir hocher la tête et rejoignit le petit groupe qui s’était formé au pied du mur.

Il réussit a les convaincre de grimper et Alicia envia un instant la force vampirique qui permettait à la vampire de faire sortir l’ancienne cheffe de la résistance. Elle repoussa des mèches blonde de sur son front en sueur et avisa l’autre femme qui, jusque là n’avais pas décroché un mot, peut-être était-elle muette ? En tout cas, elle trouva l’idée de Keith absolument séduisante. Juste sortir d’ici et sentir l’air sain.

« Aide là a monter, je sais pas si elle peut le faire toute seule… »

Croassa-t-elle entre deux toux, désignant l’autre du menton avant d’accrocher le premier palier de l’immense bric à brac qui les mènerait jusqu'à la fenêtre. Elle tira sur ses bras, refusant d’écouter ses poumons hurler de douleur et serra les dents. Alors monter était une chose, descendre une autre. Alicia se mordilla la lèvre, c’était haut tout de même ! Mais elle n’avait pas le choix, elle bloquait le passage et Keith n’était plus là pour assurer la descente…Crispant les doigts sur le rebord de la fenêtre, elle fit prudemment pendre ses jambes dans le vide avant de se laisser tomber, se contorsionnant pour arriver a plat ventre contre le mur. Allez, a vu de nez…Deux mètres…C’était rien ça si ? Elle ferma les yeux fort et compta lentement jusqu'à trois. Ses doigts s’ouvrirent.

Bon, allez, la réception ne méritait pas un 10 en technique, d’autant plus qu’elle trouva le moyen de se faire mal au passage, son genoux ayant râpé contre le mur. Note pour plus tard, la prochaine fois, se propulser le plus loin du mur…Elle grimaça avant de rejoindre la vampire et l’humaine…Et de découvrir le chaos qui régnait autour d’elles…

« Nom de… »

Les anges, les résistants….Ils se tapaient allègrement dessus sans même prêter attention au bâtiment en flamme ?!
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Métier/Etudes : Pompier
Nombre de messages : 1001
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 12 Déc - 11:55, vous pouvez
    Elles devaient sortir, toutes. Sauf la vampire à la rigueur, car elle, elle ne risquait rien de la fumée, plutôt de l'incendie, qui, heureusement, se trouvait dehors. C'était étrange de penser ainsi, de penser que c'était bien que cette vampire ne brûle pas maintenant. Keith ne concevait pas une hainte démesurée pour les vampires. Il ne les appréciait pas, mais pas au point de se chamailler avec l'une d'entre eux, simplement par principe, alors que des civils étaient en danger de mort. Sa formation de pompier lui avait apprit à être professionnel, à mettre ses sentiments de côté pour être efficace. Néanmoins, il laissa ces sentiments interférer quand il descendit de son perchoir pour demander à Riley, une femme et Alicia de sortir de là et maintenant. Riley parce qu'elle était enceinte. Cela se voyait à peine, mais il y avait certaines choses que les animaux sentaient, et Keith mélangeait habilement le loup et l'humain, jusqu'à les confondre, ses réactions entant qu'humain étant parfois plus animales et ses réactions en tant que loup étant parfois trop humaines.

    Cela fit d'ailleurs rire la rouquine, tandis que la vampire souhaitait effectivement la sortir de là, appuyant la proposition du lycan, ce à quoi Riley répondit qu'elle n'avait pas besoin d'être maternée, sans pour autant faire mine de refuser. Si bien que le petit groupe se dirigea vers la fenêtre. Oui, les trois humaines seraient plus efficaces à l'extérieur, à réceptionner les gens, à les aiguiller, les rassurer. Et accessoirement, ne seraient plus en danger de mort avec les fumées toxiques, qui incommodaient également le lycan, qui lui, avait besoin de respirer, contrairement à Vampirella.

    Elle s'empara d'ailleurs de Riley et grimpa jusqu'à la fenêtre, avant de disparaître dehors. Alicia indiqua l'humaine à Keith, pour qu'elle sorte elle aussi.


    - Et toi ?

    Alicia assura qu'elle pouvait se débrouiller et Keith hésita, avant de hocher la tête.

    - Dépêche toi et si tu as un problèmes, tu hurles.

    Il regarda alors la femme que Riley semblait connaitre. Elle n'avait pas décroché un mot depuis le début et semblait totalement absente.

    - Allez, venez, on sort de là, vous avez besoin d'air.

    Il prit Lirya dans ses bras, ridiculement légère, avant de faire comme la vampire un peu plus tôt. C'était ridiculement facile ainsi, quoique porter un corps n'était pas des plus aisés pour un saut ou une grimpette. Arrivés au rebord de la fenêtre, il sauta avec Lyria dans les bras, atterrissant sans dommage et la relâchant alors, avant de lever le nez vers la fenêtre. Et il eut le soulagement de voir Alicia débouler, sauter avant même qu'il n'ai eu le temps de lui dire qu'il la rattraperait et atterrir, avec moins d'élégance que le lycan ou la vampire, mais pas trop mal quand même. Il se rapprocha d'elle rapidement, et lui prit la main.

    - Il va falloir travailler ta souplesse, chérie.

    Mais trève de badinage. Autour d'eux, c'était un bordel sans nom alors que tout le monde se tapait dessus allègrement et que personne ne cherchait à aider les gens coincés dans le forum. Eux en l'occurrence.

    - Heureusement qu'on n'a pas attendu la cavalerie.

    Keith, Alicia, Regina, Riley et Lyria observaient tout cela avec horreur. Les gens étaient devenus fous.

    - Et qu'est-ce que fout la police ? Les secours ? Il serait temps que ce nouveau gouvernement porte bien son nom, merde !

    Ils étaient noirs de suie, les poumons en feu. Et le calvaire n'était même pas tout à fait terminé. Keith se dirigea alors vers les personnes qui souffraient le plus, essayant de mettre ses compétences à profit, mais il n'avait rien, aucun matériel. Le tout étant d'éviter la panique chez les sortants.


You are mine
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Invité
❝ Invité ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 13 Déc - 12:59, vous pouvez
Elle avait l’impression que tout s’était déroulé en moins de deux secondes, puisqu’elle ne savait vraiment comment, elle était actuellement entre une paire de bras assez forts en haut d’une fenêtre. Ses yeux s’étaient agrandit. Du feu. Il y avait du feu, partout. Elle voyait orange et jaune, ses yeux la piquaient, elle tenta de se débattre, et de retourner à l’intérieur de la pièce, mais elle n’avait pu dire un seul mot qu’elle était déjà au sol, debout sur ses deux pieds. L’homme, qu’elle reconnaissait être celui qui faisait partie du groupe de Riley, et des deux autres femmes, était reparti vers l’une d’entre elles. Il lui prit la main, et Lirya ne put que lui jeter un regard noir. Elle n’était pas méchante, mais maintenant qu’elle était sûre qu’il y avait du feu, elle allait encore plus paniquer. Elle ne voulait pas mourir.

Dans sa tête, les souvenirs affluaient. Une plainte sortie de sa bouche, et elle espérait que personne ne l’avait entendue, mais elle était trop proche de Riley et de son amie, semblait-il, pour qu’elle paraisse encore silencieuse. Il était vrai qu’elle n’avait pas décroché un mot, mais elle n’en voyait pas l’utilité, étant donné que la situation était plus que claire, et que les mots étaient sûrement de trop. Enfin, elle tenta de se rapprocher de Riley, la personne qu’elle pouvait dire qu’elle connaissait le mieux, peut-être, de ces gens-là. Mais adroite comme elle était ce soir, son pied gauche dévia sur une pierre, et glissa. Ça n’avait pas craqué, elle n’était pas tombée, mais elle aurait une jolie enflure, et même une belle petite entorse. Super, la journée, vraiment. Elle n’aurait pas dû se lever ce matin et rester bien au chaud dans son canapé, devant la télé, avec ses couvertures sur le dos pour bien se réchauffer.

« - Je vais voir si les enfants ont besoin d’aide, s’ils ne sont pas blessés, ou autre. »

Elle tenait à prévenir, si jamais on la cherchait. Alors comme elle l’avait dit, elle se dirigea vers le groupe d’enfants. Une petite fille blonde pleurait, seule dans un coin, Lily alla tout de suite vers elle. Elle tentait d’oublier qu’il y avait du feu partout, pour se concentrer sur plus important qu’elle. Elle avait pris la fillette dans ses bras, lui disant qu’elle allait l’aider. Elle lui demanda si elle avait mal quelque part, et l’enfant lui montra son bras droit, ne cessant de pleurer. Elle n’osait le toucher, une couleur bleuté avait rapidement fait son apparition, et elle eut l’hypothèse que soit son bras était cassé, et qu’il faudrait s’en occuper rapidement, soit qu’on l’avait serré un peu trop fort et que ça avait marqué.

Elle rassura la petite blonde avant d’aller voir si d’autres étaient blessés. Elle avait le cas d’égratignures superficielles, d’autres plus profondes, mais rien de bien grave, vraiment. Personne n’avait été blessé aussi fort que la petite. Elle lui prit la main de son bras valide, l’emmenant près du pompier.

« - Elle doit avoir le bras cassé, il faut rapidement faire quelque chose. Et les autres, ils sont seulement des blessures superficielles, mais il faudrait aussi s’en occuper. »

Elle avait dit sa dernière phrase en regardant la femme qui l’accompagnait d’un regard suppliant. Ça allait être dur de s’occuper de tout ce beau monde, alors, elle attendait une réponse de l’homme, pour savoir ce qu’elle devait faire, puisqu’il était un peu plus calé qu’elle sur le sujet.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Invité
❝ Invité ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Ven 14 Déc - 19:38, vous pouvez
Le spectacle que nous découvrons est terrifiant. Je masque aussitôt mes yeux de ma main, à la fois pour me débarrasser de ces images, mais aussi pour cacher aux autres à quel point je suis blasée. C'est à ce moment que la bonne femme qui n'avait pas pipé mot depuis le début se décide à parler et à prendre des initiatives. Je la regarde s'éloigner en direction d'enfants, esquisse un pas, me ravise. Est-ce que je dois faire pareil ? Me mêler à ce bordel ? Est-ce qu'on va me promettre une place de choix si je fais une nouvelle bonne action ?
Pff, la seule place de choix que je peux obtenir est celle d'un gibier. Après tout, ils ont prévu de tous nous exterminer.

Les trois autres qui restent à mes côtés demeurent horrifiés et impuissants. Les images ont remplacé les mots avec lesquels nous décrivions ce que nous ne pouvions voir. Maintenant que je me trouve devant ce spectacle de sueur et de sang, ma curiosité s'est envolée pour un dégoût sans nom. Je n'ai qu'une envie, monter là haut jusqu'à l'Eden's Manor, retrouver mes semblables plus âgés qui ont certainement préféré aller boire un bon vin en faisant un billard.

-Y'a plus rien à faire. On pourra pas sauver le monde toute notre vie, chérie, lancé-je à l'adresse de Riley qui conserve ses anciens réflexes.

Je lisse mes vêtements afin d'en retirer la poussière et me tourne en direction du forum dont les vitres sautent une à une tandis que les dernières victimes du forum s'extirpent de cette chambre à gaz. Je me rappelle alors que celui qui m'a aidée à sortir d'ici n'est autre qu'un Lycan. Je lui adresse, ainsi qu'à son amie, un signe de tête sans ambiguïté.

-Heureusement qu'il y a encore des gens comme vous qui pense à autre chose qu'à leur petit cul.

Je me demande où est Leann actuellement. Ce qu'elle en pense, ce qu'elle devient. Puis j'hausse les épaules avec dédain, sens que je dois me retirer.

-Ils ont voulu nous jarter du gouvernement ; maintenant, ils se démerdent.

Mes yeux suivant la courbe des flammes qui dansent et déchirent le ciel d'encre, je songe à l'amusement bientôt provoqué par les erreurs que vont accumuler les nouvelles têtes au pouvoir. Je vois d'ici les Anges revenir sur le trône. Je vois d'ici les tracts, la nouvelle résistance, les nouveaux emprisonnements, les pendaisons sur la place publique.
Je vois le retour du bon vieux temps. C'est pas trop tôt.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Narrateur
❝ Let me tell you a story... ❞
Nombre de messages : 2483
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Sam 15 Déc - 18:12, vous pouvez
Alors que les Réversiens enfermés sortaient péniblement du forum, ceux qui s'étaient enfermés dans un café se faisaient à leur tour prendre au piège, toutes issues de secours très vite condamnées par des Anges bourrés qui ne manquaient pas d'envie d'en découdre. La place publique, théâtre de bagarres et d'un brasier semblant sans fin, semblait accueillir à nouveau plus de personnes qu'elle ne pouvait réellement en contenir, de ça et là, des corps tombaient, raides morts. L'Ordre était rapidement arrivé sur place, et le calme reprenait peu à peu sa place, perturbés uniquement par endroits. Mais ne dit-on pas qu'en général celui-ci amène la tempête ? Si les morts ne s'entassaient à la base que sur la Place Publique, rapidement cela s'étendit à toute la ville. Sentez-vous la douleur à vôtre cuisse ? Le sang qui commence à en couler ? C'est pourtant le cas, vous venez d'être frappé par une ombre, que vous n'avez pas eu le temps de voir. Les hurlements de peur retentissent autour de vous et la panique gagne les rangs.

NOTE AUX JOUEURS :
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Invité
❝ Invité ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 16 Déc - 0:01, vous pouvez
La ville ne ressemblait plus à rien. Lyria préférait aller voir les enfants, Riley trouvait que c'était une très mauvaise idée à dire vrai. Pourtant elle n'esquissa pas un geste pour la retenir, figée dans quelque chose, probablement le choc en réalité. Le choc de ce qu'elle voyait et qu'elle n'y croyait pas. Jamais la rousse n'avait pensé qu'ils en arriveraient là. Une part d'elle vibrait de cette même rage et rêvait de se jeter dans le combat. C'était du suicide, comme tout le reste. Les hommes et les femmes qu'elle avait dirigés durant deux ans étaient devenus des étrangers en un rien de temps ce soir. Elle ne comprenait pas comment tout cela était possible. C'était probablement de la peine qu'elle ressentait, oui sûrement. Son empathie vibrait comme un second cœur, au moindre mouvement elle captait chacune des émotions. Rage, peur, euphorie, folie. Sa tête devint douloureuse et elle tourna son regard clair sur Gina, non on ne pouvait pas sauver le monde même si l'ancienne cheffe de la résistance y avait rêvé. Maintenant quoi ? Elle toisa un moment la vampire. La résistance allait renaître ? Non Riley n'avait pas le cœur à un nouveau combat, pas maintenant qu'elle allait devenir mère. Elle avait dit à Harald qu'elle arrêterait la politique, et elle avait arrêté. La jeune femme sourit quand Gina souligna le fait que le couple les avait aidés.

« Elle a raison. Vous êtes courageux.  »

Dit-elle en les remerciant d'un signe de tête. La rousse regarda Lyria revenir avec un enfant et expliquer ce qui se passait. Sa mine s'assombrit, ils ne pouvaient rien faire. Atteindre l'hôpital serait déjà bien difficile. Pourtant abandonner la population était difficile pour la future mère, une idée insoutenable qu'elle allait devoir intégrer si elle comptait survivre à l'avenir. Elle s'apprêtait à répondre quand elle vit des gens s'effondrer. Cela commença rapidement et surtout sans prévenir. Un frisson d'horreur courut le long de son échine. C'était quoi encore que ça ? Elle posa son regard sur les gens qui formaient leur groupe, tentant de voir s'ils voyaient la même chose qu'elle. Peut-être rêvait-elle se plaisait-elle à croire. Rêver, rien qu'un instant croire que tout ceci n'était que du rêve, de la poudre aux yeux mais non. Des gens se mirent à hurler tandis que les corps continuaient à tomber. Qu'est-ce que cela voulait dire ? La peur vibra en Riley, de la peur, beaucoup de peur. L'humaine tourna la tête, quelque chose n'allait pas, son souffle s'emballa alors que l'angoisse gonflait en elle. Peur, peur, pourquoi les gens tombaient-ils ?

Ses yeux n'arrivaient pas à suivre les mouvements rapides, les corps qui s'effondraient, les gens qui se bousculaient, terrifiés par ce qui se produisait. Il y avait aussi l'Ordre qui s'élevait, tentait de tenir les rênes de quelque chose. Mais tenir quoi ? Tout glissait, tout filait entre les doigts de tout le monde. Personne ne contrôlait rien, et c'était cela le plus terrifiant. Qu'est-ce qui se passait ici ? Qu'est-ce qui arrivait à cette ville, à cet instant même ? Les gens avaient cessé de s'agiter, le calme revenait, mais un calme morbide, un calme qui annonçait une tempête, une énorme tempête.

« Grand Dieu... Qu'est-ce qui se passe ?  »

Elle n'avait pas vu entre temps que deux des femmes du groupe avaient été touchées. Riley ne comprenait rien, elle ne comprenait rien aux cris de terreur, aux corps qui jonchaient le sol.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Métier/Etudes : Directrice d'un garage
Nombre de messages : 248
Opinions Politiques : Agnès Fisher
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 17 Déc - 16:28, vous pouvez
« D’habitude, tu ne t’en plains pas de ma souplesse… »

Répliqua aussi sec la blonde avant que son effet ne soit totalement raté par une quinte de toux suivie d’un juron. Dehors, c’était pire que dedans. Ca et là, des affrontements, des cris, des hurlements. Elle rentra la tête dans les épaules lorsque les fenêtres du bâtiment duquel ils venaient de sortir, exploser sous la poussée de ceux resté en arrière. Au moins, ils sortaient parce qu’ici…Personne ne semblait se soucier d’eux ! Attérée, Alicia regardait autour d’elle et faillit ricaner lorsque la rousse et la vampire les taxèrent, elle et Keith de courageux. Ouais, peut être mais en attendant, n’étaient il pas tombé de Charybde en Scylla ?

« Je ne sais pas si un gouvernement peut faire quoique ce soit pour cette ville en fait… »

Fit elle un peu absente avant de reprendre pied dans la réalité lorsque Lyria revint avec un enfant dans les bras, demandant conseil a Keith. Elle, elle n’y connaissait rien en corps humains. Réparer un moteur oui, réparer un corps, niet ! Alors, elle se sentait un peu impuissante, beaucoup trop. Bras ballants, elle regardait les enfants, repéra l’ado qu’elle avait claqué un peu plus tôt. Elle allait s’avancer vers elle lorsqu’un homme tomba devant elle. Comme ça, sans prévenir. Sans un souffle. Estomaquée, elle le fixa quelques secondes avant de se rendre compte qu’une étrange panique semblait prendre possession de la foule. Les cris redoublèrent et une femme tomba près des enfants. Comme l’homme…Par reflexe, elle se rapprocha de Keith et de leur groupe :

« Je ne sais pas ! »

Souffla-t-elle a l’interrogation de la rousse avant de sentir une douleur cuisante lui perforer le flanc. Elle gémit et y porta une main vive, étonnée de la sentir poisseuse…

« Qu’est ce que… »

Elle leva la main devant ses yeux avant de les baisser sur son flanc droit. Il était barré d’une coupure net, franche, profonde ? Elle n’osait pas le découvrir mais vacilla légèrement. Elle n’avait vu personne et pourtant, quelque chose se déplaçait parmi eux…

« Ca m’a touché… »

Remarqua-t-elle dans un murmure incrédule.



This man is mine.
Et si tu n'as pas compris ma clé de 30 le fera pour moi.
(c)LUCKYRED.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le , vous pouvez
Revenir en haut Aller en bas
 

Prêt à camper ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Une question d'opposé? :: Flood Times :: Events-
Les Petits Plus

What's up?

REFONTE DU FORUM
La découvrir - La suivre

STATISTIQUES:
Anges: 7
Elfes: 7
Humains: 12
Conseil: 5
Prometheus: 3 Avalon: 3
Lycans: 8
Spectres: 4
Vampires: 8
Léviathan: 2
Mithra: 4 Gaïa: 1

Votez pour le forum ♥