AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


FORUM FERME
Retrouvez nous sur Whispers of Dawn, la V2 de Réversa! :
http://whispersofdawn.forumactif.com/

Partagez | .
 

 The Rabit Hole | Event groupe 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Invité
❝ Invité ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 12 Oct - 9:01, vous pouvez

Oui, qu’on la laisse rentrer chez elle retourner aux affaires de Prometheus. Diable, elle aurait préféré être a son travail a superviser un idiot de stagiaire plutôt que d’être la. Tout, mais pas ca. Plus les secondes passaient, et pourtant elles passaient a une lenteur affolante, plus elle était exaspérée par ce qui l’entouraient. Oui, elle avait pointé du doigt sur l’ange, mais n’était-il pas celui qui avait voulu prendre la tête des opérations ? Il fallait savoir assumer ses choix. Il avait demandé de l’aide, elle n’était pas dans l’humeur d’aider, alors elle retira ses gants et les plaça dans la poubelle jaune de recyclage, par habitude surement, elle se doutait que les mettre ailleurs n’aurait rien changé. Et puis elle partie dans un coin, observant chacun s’activer a ses propres affaires. Ils étaient tous des pièces, mais ils ne s’étaient pas assemblés en machine. Voulant s’entre-aider, mais ne le pouvant pas. Pile le genre de situation qu’elle n’aimait pas. On était en équipe, ou on était seul ; on ne s’agréger pas en une semi-machine non fonctionnelle, c’était ridicule et contre productif. L’un philosophait, l’autre faisait des messes basses. Le loup s’était approché de la porte avant de révéler a tous qu’il fallait trouver une combinaison. Elle fut prononcée quelques secondes plus tard, par le gaffeur qui tenait un livre entre les mains. Couverture… De livre… Pitoyable. Et puis elle haussa un sourcil. N’était-il pas étrange que tout cela ait été résolu en si peu de temps ? N’était-il pas encore plus étrange que leur ‘sauveur’ avait aussi été leur empoisonneur ?

    C’est louche si vous voulez mon avis… Trop simple… Beaucoup trop simple.

Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Blerim D. Troshani
the Balkan wolf
Métier/Etudes : Aide-cuisinier au Roma's Restaurant
Nombre de messages : 5269
Opinions Politiques : Du moment qu'on lui fout la paix, il fera de même.
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 14 Oct - 16:33, vous pouvez
Une serrure électronique. Un code prononcé peu après que le loup ait fait cette découverte géniale, comme par hasard... Désolé hein, mais il trouvait tout ça louche lui aussi. Surtout que cet humain était celui qui avait brisé la foutue fiole quelques minutes auparavant, et qu'il avait l'impression que ces deux-là se connaissaient. Peut-être qu'il devenait parano et qu'il se faisait des films dans sa tête, mais l'instinct de James lui indiquait le contraire. Le policier décida cependant de ne pas le dire à voix haute, pour une fois. Parfois, il valait mieux la fermer et garder les yeux grands ouverts surtout. Cela dit, le visage de l'ange le trahissait si on l'observait attentivement. Taylor se posait des questions, particulièrement méfiant vis-à-vis d'Hélias et de l'autre brun. Malgré son envie de soutenir les propos de la blonde, le membre de l'Ordre se contenta de regarder le lycan d'un air blasé. En fait, il l'était vraiment.

« Voyons donc si ce code est le bon. Hâte de passer à l'étape suivante. »

R, ou qui qu'il ou elle soit, se foutait de leur gueule au plus haut point, les manipulait et les menaçait comme si de rien n'était. Ils sortaient d'une pièce pour aller dans une autre pièce et ce manège ridicule continuait... et au final, cela ne servait à rien. Cette histoire de mission était juste une connerie, tout ceci n'était qu'une blague de mauvais goût. Franchement, limite si James était "soulagé" de pouvoir sortir de cette pièce. A présent, ils n'étaient qu'un goupe de pantins manipulés par un connard invisible qui n'avait visiblement rien d'autre à faire.


where are you now ~ These shallow waters, Never met what I needed. I'm letting go, A deeper dive. Eternal silence of the sea. I'm breathing. Alive. Where are you now ? Where are you now ? - © Sian


Eh oui, je mords hmf:
 
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Invité
❝ Invité ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 15 Oct - 1:41, vous pouvez
Je croise le regard de James. Pour une fois, lui et moi avons échangé un bref regard dénué de haine. Cela nous change. J’observe également l’humaine à la chevelure d’or qui a osé protester face à ce miracle si soudain. Nous étions tous d’accord sur le fait que les choses s’enchaînent un peu trop vite à notre goût.

Pauvre humain … Au lieu de redresser son tort par un magnifique coup de chapeau, il ne fait que s’enfoncer dans la suspicion la plus troublante. Si lui, le loup ou n’importe qui abandonne leur sang-froid et recherche à foutre la merde en se basant sur un doute aussi minuscule, je m’arrangerai pour être le premier à frapper la grande gueule et à le calmer lui et ses ardeurs d’esprit fragile. J’ai déjà vécu cela en temps de guerre. Je revis tous ces moments où j’ai dû botter le cul à mes frères d’armes pour qu’ils se ressaisissent. Et aujourd’hui, baigné dans ma sérénité de guerrier, je me retrouve exactement dans les mêmes conditions.

Je regarde l’ange s’approcher de moi et me tenir soudainement compagnie. Elle partage intimement ses idées avec moi, ses lèvres roses murmurant des mots qui méritent réflexion. Ma tête hoche en signe d’acquiescement. Dans le même ton que le sien, je lui réponds sagement :

« Chaque avis compte pour moi. Le tien en fait pleinement partie. »

Sans m’en rendre compte, je constate que je raisonne comme à la guerre. Je plonge mon regard dans le sien et lui murmure avec une douceur particulière :

« C’est bien possible. S’il y a un traître parmi nous, je n’aurai pas de pitié à découper son ventre à la verticale. Mais nous ne devrions pas nous aventurer dans cette idée pour le moment … »

Ouvrons l’œil. La cible n’est pas encore clairement définie. Bien que je sois tout autant méfiant que les autres, je suis probablement la seule personne à accueillir les autres comme mes frères et sœurs de sang. Ce n’est pas une confiance aveugle que je partage envers eux mais une reconnaissance envers leurs aptitudes à survivre. Au moins, les choses bougent et nous sommes capable de faire face aux maladresses des autres. Moi qui suis le Lanius, le boucher de Black Alley … Je ressors peut-être le plus conciliant du groupe.

« Cherche à diviser un groupe déjà divisé et tu accueilleras le chaos à tes portes. »

Je lui adresse un faible sourire. Ce n'est pas tous les jours que je m'entretiens cordialement avec une ange. D’un geste fatigué, je plonge ma main gantée dans ma veste et ressort une petite boîte métallique. Avec douceur, je l’ouvre et en retire un cigarillo que je coince entre mes lèvres. Je n’aime pas vraiment fumer. Mais cela me rappelle que je le faisais autrefois quand j’étais coincé dans les tranchées avec des cadavres autour de moi dans le but de retrouver un semblant de paix avant la prochaine tempête. Avant de refermer le récipient, je relève la boîte métallique en direction de l’ange qui est à mes côtés. Ses yeux croisent les miens, ses cheveux sombres se reposant sur ses fines épaules. J’ignore si elle est fumeuse … Mais j’ai pensé que ce partage pourrait tuer un peu le temps et relâcher un brin l’atmosphère hostile. Après tout, si quelqu’un doit ouvrir cette porte, ce ne sera pas moi… J’ai les mains désormais occupées.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Métier/Etudes : Editrice
Nombre de messages : 544
Opinions Politiques : Ange
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Sam 17 Oct - 10:52, vous pouvez
    Pour le coup, j'en restais étonnée. Depuis que je m'étais rapprochée du vampire à la barbe puissante, les événements s'étaient enchaînés à une vitesse folle. Je n'y comprenais rien. J'étais pourtant sûre de mes capacités intellectuelles mes cette fois ci quelque chose m'échappait certainement.
    Comment pouvait-il bien savoir à quoi se référer ? Un livre, une couverture, après tout c'était bien logique. Quant au reste et à la façon de répondre si rapidement à cet énième jeu, qui pour moi, ressemblait toujours plus ou mois à la roulette russe, il fallait en savoir d'avantage dès le début...
    A cet instant, je me fondais donc dans la masse, suspicieuse à l'égard de celui qui nous délivrait de cette deuxième pièce éventuellement empoisonneuse. En effet, mon instinct devenait cochon en cherche de truffe et mon compagnon improvisé ne faisait qu'accentuer mes ressentis bien que lui même faisait preuve d'une grande sagesse à la musique douce et tranquille.

    Les paroles d'un vampire n'avaient pourtant pas grand intérêt jusqu'à aujourd'hui. Je dirais même que la race même m'effrayait en son essence. Peut être était ce là le moment de se montrer plus ouverte d'esprit... J'acceptais donc son offrande, moi qui avait tant besoin d'un verre quelques minutes plus tôt, ce cigarillo était le bienvenue. Le serrant entre mes lèvres à mon tour, je tins mes cheveux en m'avançant vers la flamme libératrice. Le geste m'apaisait tout autant que la première bouffée avalée, puis attentive à ses mots, mon regard fixait le sien et un sourire vint à lui communiquer mon accord. Qui aura l'audace, cette fois ci, d'avancer seul sur le sentier de la folie pour ainsi emmener le troupeau dans sa nouvelle cage qui saura, sans le moindre doute, encore des plus dorées...


“Quand on tue de grands rêves il coule beaucoup de sang.” Milan Kundera

(c) acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Elias Coverdale
❝ Stranger in a Strange Land ❞
Métier/Etudes : Traducteur et chroniqueur au Reversa's Paper
Nombre de messages : 1410
Opinions Politiques : Le camp "Foutez-moi la paix"
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 21 Oct - 12:39, vous pouvez
Quand on savait quoi chercher, ça allait tout de suite beaucoup plus vite. Très vite même. Comme les autres, Elias fut surpris de la vitesse à laquelle Lyle donna la solution. Cependant, ce n'était pas une raison suffisante pour douter de sa bonne foi. Il existait un tas d'explications plausibles. La première : la chance. Pourquoi refuser d'en bénéficier alors qu'ils se trouvaient dans une situation tellement merdique ? En tout cas, le lycan ne comptait pas rejeter leur permis de sortie sous couvert qu'il avait été découvert trop rapidement. Par ailleurs, il était bien placé pour savoir que son opposé ne travaillait pas contre eux. Tous les deux conservaient apparemment leur calme, mais intérieurement, la panique les rongeait.

La femme qui ne cachait pas son agitation eut le mérite de faire sourire le traducteur. "Si tu savais à quoi tu t'engages...", pensa-t-il. Aux autres, il se contenta de hausser les épaules.

"Et si on le testait d'abord, ce code, comme le suggère notre cher leader, avant de jeter peut-être la bonne solution ?"

N'est-ce pas miss pessimisme ? Il se tourna ensuite vers l'humain.

"A toi l'honneur, Sherlock.", déclara-t-il en s'écartant de la porte et l'invitant à approcher.


Some kind of monster This is the moment that needs to breathe. These are the screams that pierce your skin. This is the voice of silence no more. This is the test of flesh and soul. This is the feel that's not safe.
❝This is the face that you hide from.❞


Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Métier/Etudes : Etudes d'ingénieur
Nombre de messages : 1068
Opinions Politiques : Neutre
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 21 Oct - 22:50, vous pouvez

C’était génial. De mieux en mieux. Il avait peut-être trouvé ce que l’autre malade voulait dire – et encore, rien n’était certain – mais maintenant tout le monde avait l’air de penser qu’il faisait clairement partie de ceux qui les avait enfermés ici. Et l’indice « couverture » devait clairement les enfoncer dans cette idée. Pendant qu’ils buggaient, Lyle vérifia les autres bouquins, au cas où. Pas d’autres codes. Restait à savoir si l’autre taré les laisserait passer à la suite. Lyle lança le même regard que son opposé à la brunette dont les réactions montraient assez clairement qu’elle était sans doute la plus normale de tous. Elle avait pas l’air du coin elle. Et si elle le connaissait, elle ne dirait pas ça. Même pas pour déconner.

Il ne répondit pas à Hélias, se contentant de s’approcher du boitier et de taper rapidement le code. Non sans avoir inspiré un grand coup pour essayer de se calmer auparavant. Sa respiration se coupa un moment face au manque de réaction du boitier, avant de souffler légèrement de soulagement lorsque l’écran du boitier émit un son aigu en signe de bonne réponse . Mais il sentait tout de même que ce n’était pas prêt de s’arranger.


img

Je n’ai jamais été fidèle Et je n’ai jamais été quelqu’un de confiance Limite schizophrène Et fouteur de merde indiscutable Je n’ai jamais été loyal Si ce n’est à mon propre plaisir Je suis un marginal à jamais Le résultat d’un foyer brisé Je n’ai jamais été fidèle Et je n’ai jamais été quelqu’un de confiance Limite maniaco-dépressif Toujours à te casser les couilles Je n’ai jamais été reconnaissant C’est pourquoi je passe mes journées seul Je suis un marginal à jamais Le produit d’un foyer brisé

Traduction Black-Eyed - Placebo
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Narrateur
❝ Let me tell you a story... ❞
Nombre de messages : 2483
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 22 Oct - 15:41, vous pouvez
Le sourire torve de leur tortionnaire ne laissait plâner aucun doute sur son appréciation du moment. Le fait que chacun semblait se méfier de l'autre lui laissait un sentiment de victoire qu'elle ne cherchait même pas à dissimuler derrière son écran d'ordinateur. La zizanie règne, la méfiance tout autant et... il ne lui manquait plus que leurs réactions soient exactement ce qu'elle avait prévu pour que tout se passe au mieux. Son petit indice commença à doucement faire mouche – et bon sang qu'il était temps – et ils finirent enfin par trouver la bonne réponse. Sa main actionna alors l'ouverture de la porte, tandis que le boîtier bipait afin de leur indiquer la bonne réponse.

Le lourd métal se déplaçait avec une lenteur agaçante, grinçant sans pour autant que les choses ne s'accélèrent. Celle-ci s'ouvrit sur une salle à l'allure plus décontractée, où trônaient quelques fauteuils et une télévision, ainsi qu'une machine à café et des tasses encore remplies où la moisissure – cela devrait plaire à certains dans la pièce – s'ancrait, montrant un départ précipité quelques temps auparavant. L'éclairage néon était faible, mais permettait de distinguer des photos de groupes, attachées sur une corde au mur.

Soudain, la télé se mit à grésiller avant de s'allumer et qu'un visage caché dans l'ombre n'apparaisse à l'écran. La voix modifiée parvint donc au petit groupe.

« Votre périple continue mes jeunes amis. Vous avez – non sans mal il faut l'avouer – trouvé le code de sortie. Celui de cette pièce est d'un tout autre genre. Voyez-vous, nous avançons péniblement vers ce sauvetage improvisé – vous êtes médiocres par ailleurs, ils ont eu le temps de mourir dix fois au moins – et une nouvelle étape s'impose à vous. L'un d'entre vous doit mourir. »

L'écran s'éteignit soudainement, durant quelques secondes, avant qu'un rire ne retentisse et que l'image ne revienne.

« Ne soyez pas si effrayés, je plaisante. Non, vous devez simplement choisir de laisser quelqu'un derrière. Tout le monde ne pourra pas entrer dans la prochaine salle. Pour vous aider, quelques photos sont accrochées dans la pièce. Comme vous le savez, à Réversa, le savoir est le vrai pouvoir. Les quelques secrets révélés devront vous aider à faire le bon choix. »

L'écran s'éteignit définitivement et l'éclairage s'améliora alors. Le jeu du sacrifice commençait enfin. Et oui, elle allait bien s'amuser.


NOTE AUX JOUEURS:
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Invité
❝ Invité ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 28 Oct - 8:29, vous pouvez

Oui, pour elle, cette situation était louche. Il était quand même très étrange que la solution ait été trouvée aussi facilement et aussi rapidement. Alors elle avait dit ce qu’elle pensait a voix haute, elle s’en fichait de paraître pour une remueuse d’emmerdes ou quelqu’un de médisant. Il était dans sa nature de dire les choses comme elles l’étaient, et la, la situation n’était pas tout a fait clair a son avis. Et les quelques regards qu’elle lança autours d’elle confirmèrent qu’elle n’était pas la seule à penser ca. Leur chef d’infortune proposa d’essayer le code. Par prudence, elle allait se tenir a l’écart de cette porte, juste au cas ou. Pour elle, être coincés dans cette pièce, ou une autre, face a une menace de mort, ou une autre, cela ne changeait pas grand chose. Elle était en train de se demander s’ils allaient seulement sortir d’ici en un seul morceau. L’affaire commençait à ressembler à une chasse au trésor, à la liberté, ou chaque indice ne faisait que mener a un nouveau. Ainsi de suite, jusqu'à ce que l’un des parties se lasse. Des groupes s’étaient formés, ils étaient clairement visibles, et ca non plus Bailey n’aimait pas trop ca. Et puis le code fut entré, suivi d’un long son aigue. Génial, la porte était ouverte… Une nouvelle salle, un nouveau décor. Lentement, la scientifique y pénétra et commença a regardé autours d’elle. Beaucoup de choses pour rien du tout au final. Et pourtant, son regard fut attiré par un lot de tasse qui semblait ne pas avoir bougé depuis un bon petit moment. En leurs centres la magie de la nature et des micro-cultures avait commencé. Elle serait bien restée le nez plongé dedans lorsque la télé attira leur attention. Qu’est ce qu’elle disait… Un indice qui conduisait a un autre indice, comme c’était originale. Plus une blague… De très mauvais gout, avant de leur annoncer que l’un d’entre eux devait rester derrière. Secrets… La voix avait parlé de secrets. Son regard fut de nouveau attiré par les photos au mur. Elle n’y avait pas prêté attention plus tôt, mais a présent, elle put reconnaître sa chevelure sur l’une d’elle. Elle n’était pas seule dessus, l’autre humaine était la aussi, elle aurait pourtant pu jurer de ne l’avoir jamais vu, et la dernière fois qu’elle avait posé pieds dans ce café remontait a…. Longtemps. Étonnement, elle n'était pas menacé par ce cliché. Elle haussa les épaules avant de retourner contempler les tasses, Bailey n’avait que faire des secrets de cette pièce. Elles au moins lui apprendraient des choses.

    Vous n’avez qu’à me laisser derrière.


Elle ne leur offrirait pas d’explication.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Blerim D. Troshani
the Balkan wolf
Métier/Etudes : Aide-cuisinier au Roma's Restaurant
Nombre de messages : 5269
Opinions Politiques : Du moment qu'on lui fout la paix, il fera de même.
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Ven 30 Oct - 2:06, vous pouvez
Cette sensation d’impuissance était de plus en plus intense. D’un regard blasé, l’ange observa la réaction de la brunette, sans pour autant esquisser le moindre sourire. James réfléchissait, essayant de trouver une solution, mais la vérité était qu’ils étaient tout simplement des pions, alors que R. était le maître du jeu. Ce dernier les manipulait à sa guise, et il fallait avouer ils n’y pourraient grand-chose pour l’en empêcher. Le membre de l’Ordre aurait préféré être en colère, avoir envie de tout casser, mais même sa redoutable colère semblait l’avoir abandonné. La porte s’ouvrit lentement, arrachant un soupir las au blond. Une nouvelle salle à découvrir, un peu moins lugubre cette fois-ci. Le regard clair du policier voyageait dans la pièce et venait tout juste de remarquer les photos sur le mur quand la télévision se mit à grésiller avant de s’allumer et de leur montrer un visage caché dans l’ombre. Le visage de R., cet enfoiré.

L’un d’entre vous doit mourir. L’écran s’éteignit. Les paroles de R. flottaient encore dans l’air. Pendant quelques secondes, James ne réagit pas, les sourcils froncés. Puis un rire retentit et l’image revint. Une mauvaise blague ? Visiblement, oui. Encore une. C’était justement ce dont l’ange avait besoin pour chasser cette léthargie qui commençait à s’emparer de lui. Taylor lança un regard noir vers la télé après que l’écran se soit éteint.

« Non, sérieux, et si tu allais te faire foutre, connard ?! »

Les yeux de l’ange se dirigèrent vers le plafond, à la recherche de la moindre caméra. Il devait y en avoir quelque part, et probablement en haut. Parce qu’on les observait, sans aucun doute. Cependant, il ne vit rien. Les caméras devaient être très bien cachées.

« T’as pas assez de cran pour venir nous narguer en face, hein ? Evidemment… Car tu sais parfaitement que tu ne ferais pas long feu dans la même pièce que moi, espèce de lâche ! J’ai hâte de te rencontrer, crois-moi ! Tôt ou tard, on le fera, n’en doute pas. Enfoiré ! »

Taylor soupira. Bon sang, cela faisait du bien de se lâcher. Et tant pis s’il perdait le contrôle, s’il explosait alors que tout le monde l’observait. Ce R. se croyait intouchable juste parce qu’il se cachait derrière un écran, mais la vérité était qu’il n’était qu’un lâche, un misérable insecte que l’ange écraserait dès qu’il découvrirait son identité. Taylor lança un bref regard aux autres membres du groupe, puis il s’approcha du mur, comme si de rien n’était. R. les avait observés tout ce temps, avait pris des photos, savait qu’ils avaient des secrets… Lui aussi en avait, évidemment. Légèrement inquiet, Taylor observa les photos, histoire de voir si son visage était sur l’une d’entre elles. Son sang se glaça lorsqu’il vit sur une photo deux hommes égorgés dans une ruelle sombre. Il reconnaissait leur visage ; c’était lui qui avait tué ces deux lycans lors d’une chasse nocturne il y a quelques mois. La seule chose sur la photo qui pouvait les relier à James, c’était l’ombre qui révélait la silhouette de l’ange.

Le blond soupira, puis observa les autres photos, en silence. Celle d'un café que l’Ordre savait souvent fréquenté par des partisans de Prometheus attira particulièrement son attention. La brunette était sur cette photo, tout comme la blonde qui ne semblait pas porter les Nocturnes dans son cœur… Intéressant. Elles ne semblaient pas se connaître, pourtant. Simple coïncidence ? Il ne pouvait pas en être sûr, il faudrait donc qu'il les observe plus attentivement. Un peu surpris (ou pas tant que ça, finalement) James se tourna vers la blonde en l’entendant dire qu’ils n’avaient qu’à la laisser derrière. Comme ça. Sans aucune explication. Si Taylor avait quelques soupçons vis-à-vis de l’humaine, ce qu’elle venait de dire sonnait presque comme un aveu de culpabilité. Soutenait-elle donc Prometheus ? Faisait-elle partie du groupe ? L’ancien milicien se doutait qu’elle ne comptait absolument pas en parler. Le policier s’arrêta devant Bailey, la regardant d'un air parfaitemente neutre.

« Vous êtes sûre ? Ça pourrait être un piège, vous savez. N’étions-nous pas censés rester tous ensemble ? Selon ce brillant R. nous a dit tout à l’heure, s’il arrivait malheur à l’un d’entre nous, il faudrait trouver un autre chef, vous vous en souvenez ? » Il regarda les autres d’un air déterminé. « Mais, voyez-vous, je ne compte pas le permettre. Nous sortirons tous d’ici. » James posa son regard sur la blonde à nouveau. « Alors, peu importe quel est votre secret, ou ceux de vous tous, on s'en fout, on restera ensemble et on sortira d'ici ensemble. On ne fait qu’obéir à ce crétin pendant qu’il s’amuse. Réfléchissons, plutôt. Il a dû mettre ces photos ici il y a quelques minutes seulement, non ? Il ne pouvait pas savoir que nous, et pas quelqu’un d’autre, viendrions ici ce soir, même s’il avait toutes ces photos. Et puis, il y a un autre groupe aussi, quelque part dans le manoir... Y'a pas que nous qui sommes entrés ici. Autrement dit, R. n’a pas que nous à surveiller et à manipuler… C'est peut-être une faiblesse qui pourrait s'avérer fatale pour notre génie. »

Bah oui, il avait plus envie de se rebeller qu’autre chose. Ce jeu à la con, il en avait assez. Il était temps qu’ils prennent les rênes, franchement.


Spoiler:
 


where are you now ~ These shallow waters, Never met what I needed. I'm letting go, A deeper dive. Eternal silence of the sea. I'm breathing. Alive. Where are you now ? Where are you now ? - © Sian


Eh oui, je mords hmf:
 
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Invité
❝ Invité ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Sam 31 Oct - 22:06, vous pouvez
[/justify]Une porte ouverte. Une nouvelle opportunité. Un nouveau danger. Cet endroit est un véritable purgatoire qui parvient à alimenter l'incertitude pas après pas. Après avoir entendu le message et observé les diverses photos se trouvant contre le mur, je pousse un bref soupire. R. est fort, je dois l'admettre. Plus d'une photo de moi se trouve contre la paroi en fin de compte. Heureusement, les autres photos sont plus masquées que la première où l'on me voit dépecer des personnes vivantes à l'aide d'une lame et de mes propres mains. Je reconnais surtout le cadre de ma chambre froide. L'endroit où je me permets de me défouler gratuitement sur la vie d'un être dans le but de le punir et de souiller la vie qu'il ou elle mène. J'observe le boucher de Black Alley à l’œuvre d'un regard indifférent. Je soupçonne également une photo où l'on peut me voir dévorer la moitié d'un tronc d'un corps humain avant de l'éviscérer. Cette photo doit être récente car je reconnais la victime. Sans être le plus fameux, C'était d'ailleurs mon premier repas.

Tout en accompagnant l'ange, le tabac du cigarillo parvient à ajouter un nouveau parfum dans l'air en remplissant mes poumons de sa matière toxique. Nous étions désormais les deux un peu loin des problèmes qui nous entourent en nous permettant de prendre une pause syndicale mais nécessaire pour garder notre sang-froid et éviter d'handicaper le groupe en pétant un plomb. Tiens, en parlant de pétage de plomb .. James revient à la charge comme à son habitude. Ca lui passera un jour. Probablement. Moi, je me concentre plutôt sur la femme blonde qui s'empresse de prendre les devants quant à cette nouvelle décision.

"Pas si vite ma belle."

Je la vois venir de loin. Elle qui a été si discrète et professionnelle s'empresse de se jeter dans la gueule du loup ? Non. Il y a d'autres éléments qui entrent en jeu si l'on suit le contexte.

"Dans une situation comme celle-ci, la solitude est un luxe. Moi aussi j'aimerai m'écarter de ce fardeau en suivant individuellement mes propres méthodes de survivaliste ... Ou au moins mourir plus dignement que par la maladresse d'un de mes camarades."

Pas besoin de porter un regard sur le dénommé. Les mots sont suffisants pour désigner spécifiquement la personne qui doit se sentir concernée. Même si je refuse pour autant de lui péter la gueule pour avoir commis cette erreur contrairement à d'autres ...

"Mais cette décision ne nous appartient pas. En fait, elle n'appartient à personne sauf à James. C'est son défi. Si quelqu'un d'autre que James décide de quitter le groupe et de mourir ensuite, lui aussi subira les conséquences. Impuissant, il crèvera comme un chien sans honneur au milieu du groupe sans avoir l'opportunité de pouvoir se défendre et surtout à cause d'un connard qui n'a pas eu les tripes d'aller jusqu'au bout. Le moins que l'on puisse faire est de lui laisser la liberté de choix de faire ce qu'il veut sous peine de mettre simultanément deux vies en jeu."


[/justify]
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Métier/Etudes : Editrice
Nombre de messages : 544
Opinions Politiques : Ange
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 1 Nov - 17:30, vous pouvez
    Malgré les soupçons à l'égard du « génie en énigmes incompréhensibles » tous suivaient désormais ce moment de destinée tracé par le fameux R. Il savait mener sa barque, un tel berger ne pouvait être qu'admirer si nous n'étions pas ses propres proies. L'intelligence de cette mise en scène me laissait bouche bée.
    Mon cigarillo se termina au rythme de mes observations. La nouvelle salle se voulait plus accueillante et paradoxalement, ce décor me laissait plus angoissée que le dernier. De plus, les photographies se voulaient invasives et mon intimité n'était que très rarement dévoilée. J'y voyais une salle de punition où cette aventure ingérable tournerait une nouvelle page. Il fallait dire que le message délivré n'avait rien de rassurant. R. se jouait à la perfection de nos sentiments et notre chef improvisé fût le premier à en payer le prix. La colère l'envahit et il n'eut le choix de la laisser s'exprimer. Un pas en arrière, je cru qu'il allait nous péter un plomb, heureusement il se ressaisit aussi vite qu'il s'était emballé et ses réflexions sonnaient le glas d'une sagesse certaine.
    Quant à l'autre, la blondinette, soit elle était écervelée, soit elle n'avait plus la force d'esprit nécessaire pour vaincre ses peurs. D'ailleurs mon allié des dernières minutes ne tarda pas à lui expliquer sa logique, celle définie, par nous même, depuis le début de cette épreuve.

    Les questions se bousculaient dans ma tête, comment R. avait-il bien pu nous épier de la sorte chacun à notre tour. Depuis combien de temps nous trace t-il ? Avait-il pu prévoir chacun de nos agissements, chacun de nos pas ? Je décidais ainsi de faire part de mes interrogations au groupe puis de me faire violence en proposant cette idée qui d'ordinaire allait à l'encontre de ma personnalité...

    Attendez un peu, le vampire à sûrement raison, il s'agit peut être là d'un test pour notre chef de groupe et il me semble également que ces photos sont là pour nous monter les uns contre les autres mais je me demande... Comment notre manipulateur hors pair a-t-il pu réunir autant d'information sur nos vies ? Avons nous une connaissance commune ? Partageons nous un même secret sans le savoir ? Personnellement j'aimerais vous proposer une sorte de trêve entre nous, histoire d'essayer de nous livrer au jeu de la vérité, sans concession, aucune, et ainsi peut être découvrir la façon de combattre notre ennemi commun.... Qu'en pensez vous ? Êtes vous prêts à laisser nos rancunes de côtés et accorder un peu de votre confiance pour cette cause?

    Peut être faisais-je fausse route ou bien je me montrais trop naïve pour convaincre chacun des protagonistes ? Mais oui, je souhaitais assurément que cette mise en scène macabre cesse et pour cela j'étais bien décidée à me rendre utile, quitte à en subir les conséquences...


“Quand on tue de grands rêves il coule beaucoup de sang.” Milan Kundera

(c) acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Invité
❝ Invité ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 1 Nov - 22:28, vous pouvez
Cela faisait quelques temps que je m’étais écarté du groupe. Je me sentais bien trop mal pour prendre à la conversation et à la peur de la maladie qui se développait dans les esprits. Chacun y allait de ses hypothèses ou tentait de calmer les hystéries, le fait était que cela ne semblait pas servir à grand-chose puisque cela semblait être la même chose à chaque fois qu’ils avançaient. Ils croyaient avancer vers leur but. Mais au final, que devenait leur but ? Ils étaient entré pour sauver quelqu’un. Qui ? Marius se le demandait à présent. Plus ils avançaient, plus il avait l’impression que cela ne menait à rien que la discorde et la mort. Alors quoi ? Entrer dans leur jeu ? Il était beaucoup trop âgé pour cela. Il avait passé l’âge de perdre du temps avec des discussions inutiles. Et si R. finissait par le tuer ? Allait-il le regretter ? Il avait suffisamment vécu pour n’avoir rien à regretter, mise à part le fait d’être venu la première fois à Reversa durant ce XIXe siècle décadent.

Mais la jeunesse avait du bon. Elle était persévérante. Tandis que l’âge rend passif, attentiste et prudent. Les jeunes trouvèrent donc le moyen de se sortir de là. Enfin rectification : de se sortir de cette pièce. Car dans la pièce suivante, une nouvelle vidéo les attendait. Un mort ? Ah non. Enfin avec ce R. on ne savait jamais vraiment s’il plaisantait ou non. La vérité n’était pas forcément une habitude pour lui ou elle. Ou cette chose. Qui qu’elle soit.

Des photos étaient affichées, ils y étaient tous dessus. Chacun d’eux. La sienne, celle de Marius, il se trouvait devant le bar qu’il fréquentait souvent. Celui où il avait rencontré Jared surtout. Quel secret pouvait donc se cacher derrière ces photos ? Peut-être autant que derrière la sienne : aucun. Mais l’ange avait raison. Ils avaient été prévenus dès le début que personne ne devait rester en arrière. Ils avaient raison la dessus.

« Je suis d’accord. C’est un test. Comme la totalité de ce que nous vivons ici. Peu importe les épreuves. Si R. voulait nous tuer, il l’aurait déjà fait. Il veut simplement jouer avec nous. Notre but n’est plus de sauver je-ne-sais-qui mais de sortir d’ici tous vivant. Peu importe ce qui nous oppose en dehors de ce manoir. »

Il avisa une porte derrière l’écran et se décida à agir. Marius avait passé l’âge de jouer. Il actionna la poignée mais une décharge électrique le traversa de part en part, suffisamment forte pour le faire tomber à genou.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Elias Coverdale
❝ Stranger in a Strange Land ❞
Métier/Etudes : Traducteur et chroniqueur au Reversa's Paper
Nombre de messages : 1410
Opinions Politiques : Le camp "Foutez-moi la paix"
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 2 Nov - 13:48, vous pouvez
Une nouvelle pièce. Elias soupira. Il se demanda sérieusement s'ils allaient sortir un jour de ce merdier. Condamnés à répondre aux défis d'un taré, inlassablement. Sauf que le Lycan avait perdu depuis longtemps son optimisme infatigable. Il avait peur, il était effrayé même. Il fallait qu'ils sortent de là bientôt. Il observa la salle sans s'arrêter sur les détails de l'ameublement et de la décoration, essayant de repérer une menace. La vidéo le tira vite de son étude. Peut-être aurait-il préféré qu'une lame tombe du plafond. Il aimerait encore tellement pouvoir dire qu'il n'avait aucun secret... L'ex-milicien insulta R. à sa place.

Inquiet, il alla examiner les photos, non pas pour découvrir ce que cachaient ses compagnons d'infortune mais pour savoir ce qu'on révélait de lui. Au même titre que les sms, ces images n'avaient pour but que de les monter les uns contre les autres et Elias ne comptait pas se laisser manipuler de la sorte. Il tenta de ne pas s'attarder sur celles qui ne le concernaient pas, mais, dans ce cas-ci, il ne pouvait pas se contenter de supprimer avant même qu'elles ne s'affichent. Certaines lui donnèrent la nausée. Il glissa à un moment un regard vers le fumeur de cigares, un autre vers la blonde et la paniquée... Sur une photo, il reconnut un Lycan ; il avait été égorgé. Pourquoi avait-il l'impression qu'il était le bouc-émissaire tout désigné ?

Il y en avait plusieurs le concernant bien entendu. Il aperçut même Œil-de-Nuit en plein repas... Comment était-ce seulement possible ? Une autre le présentait avec sa femme, qui fut ministre de l’Éducation dans le gouvernement angélique, et leur fille, encore un bébé. Donc, en plus de se mettre à dos les pro-prometheus, il risquait d'avoir aussi les pro-léviathan... Puis il remarqua Morgane sur une autre photo, plus jeune et accompagnée de Lyle. Ce R. croyait-il que ça lui donnerait envie de taper son opposé ? Finalement, il aperçut celle qui le montrait en forêt. Il déglutit. Il reconnaîtrait cet endroit entre mille dorénavant.

Alors que les autres débattaient de l'épreuve, il se mit à arracher les cordes sur lesquelles tenaient les photographies, furieux et paniqué. Imbécile ! Il s'était laissé avoir, R. l'avait atteint. Quand il n'y eut plus de cordes à arracher, il se retourna vers les autres. Ses mains tremblaient légèrement et il avait une furieuse envie de cogner quelqu'un. Pas eux. Certainement pas eux, même si, en d'autres circonstances, il ne se serait pas gêné.

"Comment vous voulez le contrer ? On est enfermés dans sa salle de jeu ! Il maîtrise tout de A à Z, on peut faire quoi face à ça ?"

Il n'avait pas crié, mais son ton était brusque et agité. Pour toute réponse, le vampire discret chercha à forcer la porte. Il ne gagna qu'un coup de jus. Aussitôt, le lycan courut à ses côtés, s'agenouilla et s'assura qu'il ne retombe pas sur la porte.

"Ça va aller ?"

Il imaginait qu'un vampire encaisserait relativement bien, mais on ne savait jamais.


Some kind of monster This is the moment that needs to breathe. These are the screams that pierce your skin. This is the voice of silence no more. This is the test of flesh and soul. This is the feel that's not safe.
❝This is the face that you hide from.❞


Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Métier/Etudes : Etudes d'ingénieur
Nombre de messages : 1068
Opinions Politiques : Neutre
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 4 Nov - 22:20, vous pouvez
Cette salle avait l’air plus normal, mais elle n’en demeurait pas moins anxiogène. C’était limite pire dans la mesure où il ne pouvait s’empêcher de se demander de quelle façon perverse ils allaient être manipulé par ce malade. La réponse ne tarda pas. L’humain se tendit à l’extrême, mortifié par la petite blague, avant de se décontracter. Du moins juste un peu. Et juste un instant, jusqu’à ce qu’il voit les photos accrochées. Lyle s’approcha un peu à contrecœur, et grimaça en les regardant. Des gens morts. Des lieux pas fréquentables. Tout était fait pour qu’ils se montent les uns contre les autres. Il n’était sûr que d’une chose : ça allait fonctionner. Enfermés, avec toutes leurs conneries dévoilées, ils allaient craquer. Plus le temps passait, et plus l’étudiant se disait qu’ils ne ressortiraient jamais d’ici vivant.

Lyle essaya de se recentrer sur les photos, et non sur ses pensées pessimistes ou les réactions des autres, et se coupa suffisamment pour ne plus les entendre parler un instant. Il y avait des photographies le concernant évidemment. Une avec Maë et William, une autre avec Anthea, une photo de Robb, même une de lui devant chez Cordwell. L’humain serra les poings. Il voyait les photos de ses amis comme une menace à peine déguisée, et le fait de penser que quelqu’un d’autre en savait long sur lui lui donnait envie de dégueuler. Mais la photo devant la maison, si elle le faisait flipper également, lui faisait penser que ce malade n’attendait juste qu’ils craquent sans réfléchir avant. Après tout, ils n’avaient jamais prit rendez vous devant chez elle. Beaucoup trop risqué. Avec un peu de chances, certaines de ces photos, même si ce n’était pas le cas pour toutes, était surtout le fruit d’une certaine extrapolation. Ca ne changeait pas tant de choses que ça au final, à part qu’ils avaient un minuscule contrôle sur la situation. Du moins s’ils restaient calmes.

L’humain abandonna pourtant définitivement l’idée en voyant une vieille photo de lui avec Morgane, où leur complicité était visible. Son sang se glaça dans ses veines. Comment était ce possible ? Il n’aimait pas les photos, n’en gardait pas, mais il se souvenait de celle là. Et se demandait comment ce type pouvait y avoir eu accès. Il n’en n’avait pas la moindre putain d’idée. Ce fut à ce moment là que l’ange décida de parler. Lyle la regarda d’un air exaspéré et incrédule. Elle déconnait ou quoi ?

« Et la petite maison dans la prairie, tu la prends par intraveineuse ? » Répliqua-t-il sèchement. « Ces photos ont étés choisies soigneusement, je sais pas comment il a fait mais si on parle, on peut être à peu près sûr qu’on va se foutre sur la gueule. »

En plus… C’était l’ancienne maire angélique. Neutre ou pas, il ne pouvait nier le fait qu’elle était loin d’être la personne la plus honnête du monde. Et il ne faisait confiance à personne. L’humain haussa les sourcils devant la réaction d’Hélias. Il sentait à travers le lien à quel point il pouvait être paniqué et en colère mais ne réagit pas. Franchement, il ne pouvait pas lui en vouloir. Il était dans le même état. De plus, il était lucide dans ses paroles. L’électrocution de Marius les ramena à l’ordre. Il fallait qu’ils fassent un truc, et la blonde avait été la seule à proposer quelque chose de concret pour l’instant.


img

Je n’ai jamais été fidèle Et je n’ai jamais été quelqu’un de confiance Limite schizophrène Et fouteur de merde indiscutable Je n’ai jamais été loyal Si ce n’est à mon propre plaisir Je suis un marginal à jamais Le résultat d’un foyer brisé Je n’ai jamais été fidèle Et je n’ai jamais été quelqu’un de confiance Limite maniaco-dépressif Toujours à te casser les couilles Je n’ai jamais été reconnaissant C’est pourquoi je passe mes journées seul Je suis un marginal à jamais Le produit d’un foyer brisé

Traduction Black-Eyed - Placebo
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Blerim D. Troshani
the Balkan wolf
Métier/Etudes : Aide-cuisinier au Roma's Restaurant
Nombre de messages : 5269
Opinions Politiques : Du moment qu'on lui fout la paix, il fera de même.
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Ven 20 Nov - 17:02, vous pouvez
Il n'avait rien fumé et il n'avait pas été acheter des champignons magiques aux Elfes de la forêt, et pourtant c'était à croire qu'il avait des hallucinations. Ce foutu vampire fumeur de cigares était-il vraiment en train de le défendre ? Eh bien, la définition du mot 'impossible' venait de prendre une nouvelle dimension. Cela dit, ce n'était pas pour lui déplaire, évidemment, surtout que les autres semblaient soutenir les propos du buveur de sang. En tout cas, James ne comptait pas mourir ici. Non, il avait encore bien des criminels à buter. Il nettoierait Réversa, il supprimerait ces enflures avec plaisir. Et là, soyez-en sûrs, R. était tout en haut de sa liste ! L'ange garda un air serein, même s'il avait envie de rire à gorge déployée et de demander au barbu où est-ce qu'il s'était cogné la tête, mais il se retint de le faire. Le fait d'avoir libéré sa colère tout à l'heure l'aidait désormais à réfléchir plus sereinement. Contrairement à Miss Preston. Au final, c'était peut-être elle qui s'était cognée sa tête quelque part. Eh non, il ne fallait pas compter sur lui pour parler de ses secrets. Et d'ailleurs, il n'était pas le seul à ne pas vouloir le faire. Le membre de l'Ordre ne put s'empêcher de laisser un sourire amusé prendre place sur sa bouche suite au commentaire de Lyle, avant de se reprendre.

« Il a raison. C'est ce que R. veut. Diviser pour mieux régner, ça marche souvent. D'ailleurs, ces sms tout à l'heure avaient le même but, tout comme ces photos. Il faut qu'on reste soudés et qu'on ne cède pas face à la panique. On va tous sortir d'ici, d'une manière ou d'une autre. »

Il refusait ne serait-ce que de penser à l'option contraire. Ces corps mutilés les avaient conduits jusqu'ici, non ? Alors ils conduiraient l'Ordre ici également. Surtout que plusieurs de ses membres ne pouvaient répondre à aucun appel ici. Et puis, tout le monde n'était pas entré ici, il y avait des témoins qui les avait vus entrer ici. Quelqu'un viendrait les aider, oui, il voulait y croire. Il le fallait. Le vampire venait de prendre une décharge électrique en essayant de forcer une porte et le lycan, lui, commençait à montrer sa colère. Il ne manquait plus qu'il lâche la bête aussi, hein ! Il le tenait à l’œil, celui-là...


where are you now ~ These shallow waters, Never met what I needed. I'm letting go, A deeper dive. Eternal silence of the sea. I'm breathing. Alive. Where are you now ? Where are you now ? - © Sian


Eh oui, je mords hmf:
 
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Invité
❝ Invité ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Ven 27 Nov - 23:35, vous pouvez
L’orgueil de mes camarades et la rébellion émotionnelle est en train de nous tuer. Personne ne prend de décision, mais tout le monde se permet de geindre, de sangloter son impuissance, d’hurler sa colère. Moi-même, je commence à perdre patience mais je me résous de ne rien dire et de garder mon sang-froid. James, dans sa prise du leadership, parle de rester soudé alors qu’il se dégage totalement du groupe. Il appelle les nôtres à se mobiliser mais il ne se risque pas à proposer une piste en contrepartie. Sa position est maudite car s’il continue ainsi, il va probablement vite devenir la tête de Turc du groupe. Je ne pense pas que l’on a besoin d’un psychologue improvisé … Car les mots ne suffisent plus ce soir. Et dans le pire des scénarios, si quelqu’un commence à péter un plomb, je me porte garant pour fracasser sa petite gueule avec un bon poing dans la figure pour désamorcer sa crise. Car la crise est contagieuse si personne ne l’arrête … Et ça, sans modestie, je connais cette manifestation.

L’ange a qui j’ai offert un cigarillo a proposé quelque chose de concret. Même si cela aurait été difficile, j’aurai remis ma rancune et ma fierté de côté pour m’ouvrir un peu plus. Mais les autres n’ont pas envisagé cette éventualité. Pire, ils l’ont trop rapidement mise de côté. Les membres du groupe pensent que les sacrifices doivent obligatoirement être physiques … Peut-être qu’il est aussi temps de sacrifier notre orgueil et de se mettre à nu. Face au désarroi de l’ange, je la regarde et la comprend. Je me permets d’hocher négativement la tête pour la désister à exploser ou à remettre sa solution sur le tapis. Ils ne veulent pas s’ouvrir, laisse-les. Nous envisagerons une autre possibilité.

L’humaine aux cheveux blonds s’est également avancée pour faire bouger les choses. A ce stade, j’ai presque envie de lui annoncer un feu vert pour qu’elle entre dans cette salle et ferme un peu la gueule à ceux qui recherchent à nous stabiliser émotionnellement. A force d’être dans l’émotionnel, mes camarades de jeux commencent à oublier la réflexion. Et face à cette situation ridicule, je peine également à trouver une démarche. Je suis aussi démuni qu’eux et je dois les suivre dans leur souffrance. Marius a envisagé une possibilité sur la porte mais il fut rattrapé par une conséquence assez électrique.

Je me dirige vers le mur et commence à décrocher les photos les unes après les autres. Inutile de les laisser contre le mur, elles ont joué dignement leur rôle en faisant péter un plomb au lycanthrope et en augmentant l’envie de rébellion pour d’autres. A ma grande surprise, il y a des inscriptions derrière ces photos. L’écriture est élégante et la couleur ressemble beaucoup à du sang. Je regarde au verso des photos qui me correspondent et lis des messages comme « A torturé une vampire dans le cadre d’une expérience » (=Callie) ou « Tentative de suicide en se projetant sous une voiture » (=James). Cependant, je parviens à lire un message qui me concerne mais qui ne se trouve sur aucune de mes photos à moi. En effet, derrière la photo du lycanthrope, on peut y lire « Cannibale ». C’est tout moi. Et pourtant, il est inscrit dans la photo du lycanthrope ? Qu’est-ce que cela veut dire ?

« Il y a des inscriptions derrière les photos mais elles sont en désordre. Chaque définition au verso correspond à un petit secret que chacun garde précieusement ... »

Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Narrateur
❝ Let me tell you a story... ❞
Nombre de messages : 2483
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Sam 28 Nov - 15:06, vous pouvez
Pour quiconque qui aurait pu voir notre corbeau en cette soirée, l'agacement sur ses traits aurait valu tout l'or du monde. Il mettait en place un cadeau et ils voyaient ça comme si c'était un piège. Son doigt appuya sur le système de communication avant que sa voix trafiquée ne parvienne à nouveau aux oreilles de ses captifs.

« Que de conspiration et d'ingratitude ! On vous offre gratuitement des informations en récompense de vos efforts et vous y voyez forcément une manipulation. Diantre ! »

Un soupir perça les baffles de la salle tandis que le geôlier reprenait.

« Oui, derrière chaque photographie, il y a une explication. Vraie ou fausse d'ailleurs... Les images parlent souvent d'elles-mêmes mais leurs commentaires sont souvent à côté de la plaque. Peut-être que c'est un cadeau empoisonné, peut-être pas. Peut-être serez-vous stupide au point de croire ce qu'il y a derrière ou peut-être aurez-vous raison ? Qui peut bien le savoir ? Oh oui. Moi. »

Nouvelle pause, un peu plus longue avant que la voix trafiquée ne se fasse réentendre.

« Votre unité soudaine me fait chaud au coeur mais... ne vous mènera nulle part. Vous pensez sérieusement que je vais vous torturer ou que sais-je ? Avez-vous seulement pensé que la pièce suivante n'a juste pas la place pour quelques âmes sensibles ? Parce que j'ai quelque chose qui va vite vous faire changer d'avis. Dîtes-vous que vous ferez même un cadeau à la personne qui restera derrière. »

La télévision s'alluma, pour donner une image provenant de toute évidence d'une caméra infrarouge filmant des événements qui se passaient au même moment dans le Manoir. On distinguait quelques silhouettes, tantôt féminines tantôt masculines, occupées à fouiller à travers une pièce à l'allure délabrée. De temps à autres, quelques insectes grimpaient le long de la caméra, obstruant la vision de cette salle des horreurs. Des morceaux de corps étaient largement visibles sur le sol, tandis que des traces de sang étaient dès lors visibles grâce à la vision infrarouge. Aucun doute possible quant aux protagonistes, il s'agissait bien des autres personnes enfermées dans l'endroit... Et on pouvait lire sur tous les visages qu'ils n'avaient pas vraiment ce qu'on pouvait appeler une partie de plaisir.

« Comme vous pouvez le voir, ils vont bien. Plus ou moins. Honnêtement, le truc des bidons était un peu dégueulasse... Mais ils étaient déjà là, autant ne pas faire de pertes ! Voyez-vous, j'ai comme l'impression que vous oubliez un peu votre but. Certes je vous ai fait un cadeau – un second si on considère que vous savez que certaines de vos connaissances vont bien et qu'en plus vous n'avez pas eu leur malchance – mais vous ne me donnez rien en retour. Je veux un nom. Sinon, ils n'iront plus très bien, et vous non plus quand vous verrez ce qui va leur tomber sur le coin de l'oreille. »

Un rire froid et mécanique s'éleva alors tandis qu'elle reprenait.

« Vous avez cinq minutes pour décider de qui reste en arrière. Soyez un peu logique et rappelez-vous des conditions. Faîtes ce qu'on attend de vous, et tout le monde sortira d'ici vivant. C'est déjà bien non ? Tic Tac, Tic Tac...»

Le bourdonnement du haut parleur s'éteignit alors, tandis que les images continuaient de défiler sur la boîte sans qu'aucun membre de l'autre groupe ne remarque quoique ce soit.

NOTE AUX JOUEURS

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Métier/Etudes : Editrice
Nombre de messages : 544
Opinions Politiques : Ange
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Sam 28 Nov - 18:57, vous pouvez
    Ils commençaient réellement à me gonfler. Tous avaient un mot à dire mais si nous parlions du fond et bien, celui-ci était tout simplement inexistant. Ils me prenaient pour une imbécile, trop naïve et refusaient catégoriquement de se prêter au jeu de la vérité. Pauvres petits agneaux égarés dans leurs tourments, ils sentaient tous la peur, malheureusement le courage, qui normalement s'engendrait après la terreur, restait bien enfoui sous leurs carcasses misérables.

    Des paroles, toujours des paroles ! Quelqu'un aurait quelque chose d'autre à ajouter peut être? Franchement vous me faites pitié ! Depuis le début vous suivez les remarques, vous laissant guider par vos émotions, pauvres pantins colériques, votre fierté est donc inexistante ? Vous vous enlisez dans votre misère, vous vous en réjouissez même, et quand l'heure vient de résoudre un problème vous réfutez toutes formes de décisions sous peine de perdre le merdier qui vous sert de prison émotionnelle !
    Allez y, faites donc, répétez sans cesse vos erreurs, partagez donc vos bonnes paroles ! Oui nous savons que R. veut nous liguer les uns contre les autres, on a compris, mais à part le constater que faites vous pour l'enrayer? Bah rien, nada, bravo les chéris mais votre confiance n'est que néant puisque vous êtes incapables de sortir le drapeau blanc quand on vous le demande ! Bande d'hypocrites fourbes et minables...


    Je finis par envoyer un cracha de haine au pied du groupe, ils me répugnaient presque jusqu’à me donner des envies de meurtres. Bien évidemment, j'étais plus intelligente que la plupart de ces moutons et je gardai désormais mes distances avec chacun d'entre eux.
    Le vampire, seul, me fit comprendre son soutient d'un simple regard. Étonnamment, un nocturne, en qui j'avais un dégoût certain si ce n'était une crainte particulière m'intéressait bien plus que le reste du groupe. C'est alors que la voix résonna encore une fois accompagnée d'une vidéo mortifiante. Légèrement blasée après ce coup de gueule, je ne pus m'empêcher de rappeler au groupe les derniers soupçons concernant l'humain, qui lui même avait commencer par attaquer mes idées. Je désirai simplement me débarrasser de cet homme trop fier et trop simplet, qui, pour moi, se satisfaisait par sa seule et bancale branlette intellectuelle. Puis j'avais le mérite de proposer encore là une solution concrète !

    Pour moi le choix est simple, laissons donc l'humain ! Vous savez, celui qui nous a tous surpris quand il nous fallait découvrir le code? Après tout, si nous tenons tous un rôle, apparemment, moi je suis l'abrutie de service ; n'est ce pas le sien de nous faire découvrir d'autres pièces ?


“Quand on tue de grands rêves il coule beaucoup de sang.” Milan Kundera

(c) acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Invité
❝ Invité ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 29 Nov - 20:06, vous pouvez
Sonné, Marius ne calcula pas immédiatement la personne qui était venue l’aider. Quelques secondes passèrent où il préféra maintenir le bras de la personne dans le silence et dans le calme. Lorsque son cerveau reprit une activité normale, il prit conscience de la force de la décharge électrique qui circulait dans la poignée de la porte. Un mortel humain n’y aurait pas survécu, il en était certain.

Il se releva et remercia le seul qui avait le petit doigt pour voir s’il allait bien. Il s’agissait du loup, et il en sourit. Oui, Marius savait qu’il avait raison de mettre son espoir en Mithra et en une entente minimum entre toutes les races de Reversa. Mais pour être crédible, il devrait lui-même travailler sur son problème avec les anges. Il aurait tout le temps de travailler là-dessus une fois dehors.

En les écoutant tous parler les uns après les autres, rien ne bougeait. Des mots des mots des mots. Des actes ? aucun. Il y avait ceux qui voulaient cacher des choses en retirant les photos étendues. Il y avait ceux qui parlaient. Et ceux qui voulaient agir mais ne faisaient rien.

R. fit une nouvelle « apparition ». De sa voix nasillarde, il se faisait maintenant plus menaçant et exaspéré. Se pouvait-il qu’en ne faisant pas ce qu’il disait, nous touchions un point sensible de notre fortuné kidnappeur ? Peut-être. Peut-être pas. La vidéo montrait l’autre partie du groupe, qui ne semblait pas vraiment s’amuser. Le groupe de Marius semblait mieux s’en sortir de ce côté-là. Du moins, tant qu’ils n’énervaient pas R. Sans doute.

Alors quoi ? Marius observa les visages de chacun des membres du groupe. L’exaspération allait sans doute pousser tout le monde à la haine ou l’auto-désignation. Marius était sûr qu’ils ne parviendraient pas à s’entendre, ils n’avaient pas pris beaucoup de décision commune jusqu’à présent. Alors pourquoi est-ce que cela changerait maintenant ? Après un moment, il finit par s’avancer.

« Pour une fois, mettons-nous d’accord. Je reste ici. Et il n’y a pas d’argument contre. Je suis vampire et la plupart d’entre vous exécrez les nocturnes. Concernant le loup et toi – dit-il en regardant Kane-, je suis trop âgé et pacifique pour vous être utile dans la suite du parcours. Si vous êtes contre ce choix, apportez un bon argument. Sinon, ne discutez plus et avancez. »
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Elias Coverdale
❝ Stranger in a Strange Land ❞
Métier/Etudes : Traducteur et chroniqueur au Reversa's Paper
Nombre de messages : 1410
Opinions Politiques : Le camp "Foutez-moi la paix"
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 1 Déc - 21:33, vous pouvez
Il resta auprès du vampire électrocuté le temps que celui-ci s'en remette ; le choc semblait avoir été violent. Pendant ce temps-là, les autres continuaient de discuter sans se répondre. Cependant, Elias n'avait pas tendance à juger. Il faisait partie de ceux qui ne trouvaient pas surprenant que la communication se révèle difficile en pareille situation... Il faisait partie de ceux qui comprenaient que chacun encaissait comme il le pouvait cette histoire d'un sadisme à toute épreuve. En revanche, il saisissait difficilement le plaisir que prenait leur bourreau. L'image sur laquelle s'alluma la télévision le fit s'approcher quand il y aperçut Edana. La scène était terriblement glauque. Les paroles du connard amplifiaient sa peur pour la jeune femme. Il sortit son portable mais remarqua l'absence de réseau. Au moins, elle n'avait pas l'air blessée. Pour l'instant.

Le comportement de l'ancienne maire était une autre chose avec laquelle le Lycan avait du mal à composer. Elle n'avait pas volé son ancien statut : la reine des connasses. Quand elle eût fini son discours soi-disant éclairé, Elias ne put s'empêcher de l'agresser à son tour - uniquement verbalement.

"Je peux savoir quelles décisions t'as prises jusqu'ici pour nous sortir de là ? Qu'est-ce que t'as proposé de vraiment pertinent ? J'ai pas l'impression que tes interventions aient été très utiles, à part pour nous casser les oreilles. Alors, ouais, t'as proposé qu'on s'avoue tous nos petits secrets, woaw, quelle idée ! C'est sûr que ça va nous aider à nous supporter mutuellement ! Et ça veut dire quoi de pointer du doigt celui qui nous a fait avancer vers la sortie ? Ton ego ne supporte pas que quelqu'un ait trouvé la solution avant toi ? Et garde tes insinuations vaseuses pour toi, la seule personne qui essaye de monter les gens contre les autres et de grappiller leurs secrets, c'est toi."

Il voulait bien prendre sur lui, mais il y avait des limites à la connerie. Jusque là, personne ne s'était énervé contre personne. Le groupe n'était peut-être pas soudé, mais ses membres n'essayaient de pas s'entre-tuer. La vue des photos n'avait pas même éveillé l'ombre d'une bagarre. Alors que Preston fasse passer sa solution pour le miracle qu'ils attendaient tous en leur crachant à la gueule s'apparentait plus à de la frustration mal placée. Entre-temps, Elias s'était approché de Lyle, comme pour le défendre des soupçons de l'ange. Avant qu'il ne puisse ajouter quoi que ce soit, le vampire discret prit la parole, apparemment déterminé à mettre fin au débat.

"Comme plusieurs personnes l'ont rappelé, s'il arrive malheur à l'un d'entre nous, Taylor en subira les conséquences. Son rôle veut qu'il nous garde unis... Alors peut-être que le simple fait de séparer quelqu'un du groupe lui vaudra une sanction. Ce putain de corbeau vient de le dire, on peut tous sortir d'ici vivants. Je pense donc que c'est le flic qui devrait rester en arrière... " Il se tourna vers l'ange en question. "Je pense que c'est ta meilleure chance de ne pas te faire exploser. Mais ça reste ton choix, à toi de voir. A moins que l'on fasse un vote ? Entre toi et deux personnes qui se sont déjà portées volontaires, on n'est pas là de sortir si on continue comme ça." Elias lança un regard inquiet vers la télévision. "En tout cas, on doit se décider rapidement."

Spoiler:
 


Some kind of monster This is the moment that needs to breathe. These are the screams that pierce your skin. This is the voice of silence no more. This is the test of flesh and soul. This is the feel that's not safe.
❝This is the face that you hide from.❞


Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Métier/Etudes : Etudes d'ingénieur
Nombre de messages : 1068
Opinions Politiques : Neutre
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Ven 4 Déc - 22:06, vous pouvez
Et l’Ange qui devenait parfaitement tarée. Bravo l’ancienne maire. Lyle haussa un sourcil en lui envoyant un regard sarcastique. Oui, elle avait l’air conne. En même temps, elle n’avait pas fait une seule proposition correcte. Il fallait croire que les chevilles façon bibendum n’aidaient pas spécialement à réfléchir. Une histoire de circulation du sang sans doute. Sa tirade laissa place à un nouveau message de R, chez qui on pouvait sentir l’exaspération. L’étudiant croisa les bras en l’entendant. Ca lui faisait presque plaisir de savoir que leurs réactions n’étaient pas également celles qu’il attendait, et que cela l’emmerdait sec. Au moins ça. Son cœur rata tout de même un battement en voyant la video de l’autre salle, ainsi que les conditions. 5 minutes. Autant dire que pour les mettre tous d’accord, ça allait être infernal.

La suite de la diatribe de Preston lui fit écarquiller les yeux. Il rêvait où elle était en train d’essayer de le plomber là ?

« Je t’emm… »

Commença-t-il avant de se couper quand Elias prit la parole. Et ne la reprit plus par la suite. Il fallait dire qu’il ne s’attendait pas spécialement à cette réaction là, quand bien même il savait qu’ils étaient liés et que s’il mourait, le lycan s’en retrouverait gravement touché. En tout cas il était du genre efficace. Tellement qu’il n’avait plus rien à dire. Il soupira juste légèrement en entendant la fin de ses paroles. Ca se tenait comme raisonnement. Restait à savoir si les autres marcheraient. Lui, il voulait juste sortir de là.


img

Je n’ai jamais été fidèle Et je n’ai jamais été quelqu’un de confiance Limite schizophrène Et fouteur de merde indiscutable Je n’ai jamais été loyal Si ce n’est à mon propre plaisir Je suis un marginal à jamais Le résultat d’un foyer brisé Je n’ai jamais été fidèle Et je n’ai jamais été quelqu’un de confiance Limite maniaco-dépressif Toujours à te casser les couilles Je n’ai jamais été reconnaissant C’est pourquoi je passe mes journées seul Je suis un marginal à jamais Le produit d’un foyer brisé

Traduction Black-Eyed - Placebo
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Invité
❝ Invité ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 10 Déc - 7:16, vous pouvez

Le ricanement qui s’échappa d’elle n’avait rien d’amusé. Non, il exprimait son mépris le plus totale, aussi bien pour la situation, que pour les gens qui l’entourait. Elle se dévouait pour rester seule, elle qui n’avait en tête que son simple intérêt, pas de malice, pas de culpabilité, non, rien que de l’ennuie et un intérêt bien plus piqué par les moisissures présentes que par les cris a présent bien oubliés- et la on questionnait, la soupçonnait d’avouer des crimes qu’elle n’avait pas commis. Mais maintenant que R et sa voix de robot avait résonnée dans la pièce, ils se battaient presque pour proposer d’autres noms. Pitoyables… Alors elle haussa les épaules, puis les yeux, avant de se diriger dans un coin de la pièce, attrapant une tasse de café et y plongeant son regard, essayant de repérer les différentes cultures. Tout, tout était mieux que leur voix. Elle avait jeté un coup d’œil rapide a la télévision lorsque les images de l’autre groupe étaient apparues, et elle avait pu y apercevoir Nicholas. Chose qui ne lui avait pas plus du tout. Mais il n’était pas avec elle, elle ne pouvait rien y faire. Déjà qu’elle ne pouvait pas faire grand chose pour elle même. Bailey finit par pousser un soupire d’agacement.

    A ce rythme la on va finir par tous rester dans cette pièce. Elle détacha lentement son regard des cultures afin de fixer James dans les yeux. Alors Chef… Qui va avoir l’honneur de rester en arrière ? Toi et ton épée de Damoclès ? Le vampire trop vieux et trop pacifiste ? Le traitre en qui personne n’a confiance ? Ou moi et mes activités extrémistes secrètes ? Tic tac tic tac le temps passe.


Un léger sourire c’était installé sur ses lèvres, et il était là pour rester.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Blerim D. Troshani
the Balkan wolf
Métier/Etudes : Aide-cuisinier au Roma's Restaurant
Nombre de messages : 5269
Opinions Politiques : Du moment qu'on lui fout la paix, il fera de même.
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Sam 12 Déc - 16:33, vous pouvez
James s'était calmé depuis tout à l'heure, après avoir libéré sa colère. Désormais, il était plus blasé qu'autre chose. Cependant, une lueur d'inquiétude brilla malgré lui dans son regard clair lorsque la télé s'alluma et qu'il vit son opposée. Elle était toujours vivante, du moins pour l'instant. Taylor grimaça face aux menaces de R, contrarié. Ils devaient choisir quelqu'un ? Eh bien, ils le feraient. En même temps, ils ne contrôlaient strictement rien ici. Se faire confiance les uns les autres, cela n'arriverait pas. L'idée de dévoiler chacun ses plus grands secrets était vouée à l'échec, d'ailleurs. L'autre solution, la rébellion, ne semblait pas être viable non plus... Autant laisser quelqu'un derrière et c'est tout.

Après le coup de gueule du lycan envers l'ancienne maire, le vampire pacifiste proposa de rester, avant que le loup ne lui rappelle qu'il serait peut-être puni si les autres se séparaient. Donc il proposait que ce soit le policier qui reste là... Le blond le regarda, l'air pensif, avant de tourner la tête vers la blonde, qui avait été la première à se proposer. Peut-être que le Herrería avait raison, son raisonnement tenait la route, effectivement... A moins qu'il ne cherche à le piéger... Mais enfin, comment pourrait-il le savoir ? Il fallait prendre une décision au plus vite. Et puis, on ne pouvait pas dire qu'il serait davantage en sécurité dans une autre pièce qu'ici, pas vrai ?

James s'assit à même le sol, pas loin des photos. Cela semblait intéressant, il allait jeter un oeil. S'il sortait d'ici vivant - et il l'espérait bien quand même - eh bien, il restait un flic. L'ange leva son regard vers les éléments du groupe.

« Eh bien, on a déjà perdu trop de temps... Je reste là. Quant à vous, évitez de vous faire tuer bêtement. »


where are you now ~ These shallow waters, Never met what I needed. I'm letting go, A deeper dive. Eternal silence of the sea. I'm breathing. Alive. Where are you now ? Where are you now ? - © Sian


Eh oui, je mords hmf:
 
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Invité
❝ Invité ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 13 Déc - 22:55, vous pouvez
Dans ma situation actuelle, je me sens bien plus proche de R. que l’ensemble du groupe réuni. Nous sommes tous deux malades de ce monde et je peux comprendre les symptômes qui l’habitent en nous poussant à participer à un tel jeu. Je l’ai déjà fait, mais pas d’une manière aussi méticuleuse. S’il commente que la chambre est salutaire pour celui qui resterait à l’intérieur, je lui fais confiance. Pourquoi ? Les règles de son jeu sont très claires. Ses consignes sont également limpides. Il nous amène des pistes sur un plateau d’argent afin de nous permettre d’avancer. Il adopte un rôle de sauveur. Il n’a pas besoin de jouer au bourreau. Car notre groupe suffit largement à nous punir et nous châtier mutuellement devant ses yeux avides. Tel un enfant poussant le corps fragile d’un oiseau en agonie avec un bâton. Cela réchauffe mon cœur. Il ne recherche qu’à s’amuser, pas à nous tuer. Un élan d’amour m’envahit soudainement. J’aimerai enlacer cet enfant dans mes bras et le bercer pendant toute une nuit. Puis, lorsque l’aube commencerait à se lever, mes mains se fermeraient autour de son cou avant de rompre brusquement ses cervicales.

Le groupe commence à manquer de cohésion. L’ange à mes côtés s’emporte violemment. Je comprends son dédain et traduit sa colère par une grande impuissance très frustrante. Placer sa vie devant des êtres aussi fiers est un suicide. A croire qu’ils ont le droit de revendiquer le luxe de se rebeller. J’admire sa soudaine férocité car elle n'est pas gratuite. Elle exprime réellement ce qu'elle détient au fond d'elle, sa ténacité à survivre par tous les moyens quitte à le faire toute seule. Mais je reste retrait, évitant de prendre parti tout de suite alors que la neutralité me permet bien plus de manœuvres. Même Marius, qui est pourtant un vampire patient et adroit, commence à cracher ses paroles à son tour en jouant le martyr. Je ne peux m’empêcher de lui sourire avec honnêteté et de glousser un peu. Il est adorable. Je pense que c’est la première fois que je le vois avec autant d’assurance dans son regard. Marius est sage et inestimable pour le groupe. C’est un bon pion. Lui aurait dû être notre leader. Mais il a tort sur ce point et le lycanthrope se permet de rappeler mon argument de tout à l’heure. Ce défi, c’est à notre leader et à lui seul que revient la décision.

James désire rester. Sage parole. Il fait honneur à sa notion de la justice mais également au bon sens qui lui reste. Je l’observe longuement être assis sur le sol parmi les photos étalées. Lui nous suggère de ne pas crever inutilement. Je lui affiche un sourire humble et courtois en riant avec une voix caverneuse. Mourir bêtement … Je ne désire mourir qu’avec beaucoup de violence. Même s’il me répugne, je vais le couvrir du mieux que je peux. Je me retourne et fais face à l’ensemble du groupe :

« Bon, vous avez entendu notre leader ? Inutile de continuer à jouer les martyrs. Il reste ici. »

Je l’envie beaucoup. J’aurai voulu rester car je ressens ce besoin d’affronter les défis de R. Je suis également conscient que si je m’oppose à lui, je risque de souffrir d’une manière atroce. Mais si j’ai correctement traduit ses mots, il perdrait beaucoup trop à me tuer si vite car dans le fond, il ne recherche qu’à se divertir et y ajouter un peu de « douceur » à ce monde hypocrite. C’est un jeu funèbre. Un sport mortel. Je suis le seul à considérer notre situation comme cela. Et je vais lui montrer que je partage le même esprit sportif que lui. Que je peux être tout autant redoutable. Au nom de ma seule survie. Les autres peuvent continuer à se gueuler dessus. Je ne les entends déjà plus. Je suis désormais seul.

« R. ? Nous sommes prêts. Tu peux lâcher les fauves sur l’ange. »
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Narrateur
❝ Let me tell you a story... ❞
Nombre de messages : 2483
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 17 Déc - 19:59, vous pouvez
Un sourire victorieux se dessina sur les lèvres du Corbeau tandis qu'il tendait la main pour activer le bouton d'ouverture de la porte menant à la pièce suivante.

« Mon petit Monsieur Taylor, je vais te demander de patienter durant quelques instants, le temps que je m'occupe de tes compagnons... »

Quiconque aurait pu apercevoir son regard victorieux tandis que la porte se refermait sur les différents protagonistes se serait douté que quelque chose de mauvais finirait par arriver. La jubilation marquait les traits du maître chanteur alors que son regard variait entre les deux écrans qui lui faisaient face.

Ils purent alors pénétrer dans une nouvelle salle, sombre, dénuée de lumière et de décoration, où un silence effrayant pouvait presque faire écho à la lente angoisse qui devait commencer à les saisir. La vision y était impossible, et il fallait bien avouer qu'il n'y avait rien à voir, rien à faire, si ce n'était qu'attendre les nouvelles instructions de Raven. Pourtant celle-ci décida de les laisser encore quelques minutes dans un calme relatif et inquiétant et de s'occuper de James.

« Et bien Monsieur Taylor, si l'entente fut difficile... Elle te sera bénéfique. Vois-tu je ne suis pas encore complètement sans coeur, et si je pourrais tous vous mener à l'abattoir, je ne le ferais pas. »

Elle marqua une légère pause avant de reprendre.

« À ta droite, tu pourras apercevoir une trappe. Lorsque tu soulèveras celle-ci, prends l'escalier qu'elle te dévoilera et suis-le. Tu sais ce qu'on dit du bout du tunnel... En général, on voit une lumière blanche. Mais les règles de départ tiennent toujours, bien entendu. »

Le son se coupa et un rictus amusé prit place sur ses traits tandis qu'elle glissait son siège devant l'autre écran, se désintéressant totalement de James.

« Mes amis, votre voyage continue. Ne vous en faîtes pas d'ici quelques instants, cette phrase prendra une toute nouvelle signification. »

Et alors qu'elle terminait sa phrase, une trappe s'ouvrit sous les pieds des protagonistes. Ces derniers atterrirent dans une cuve géante remplie de sang, où bien sur, ils n'avaient pas pied.

NOTE AUX JOUEURS :

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le , vous pouvez
Revenir en haut Aller en bas
 

The Rabit Hole | Event groupe 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» The Rabit Hole | Event groupe 2
» [Event] Groupe Mitsu
» [EVENT] Groupe Dernier étage 1
» [EVENT] Groupe Noburo
» [EVENT] groupe Rituel - Morgan, Albin, Elisa, Aly

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Une question d'opposé? :: Flood Times :: Events-
Les Petits Plus

What's up?

REFONTE DU FORUM
La découvrir - La suivre

STATISTIQUES:
Anges: 7
Elfes: 7
Humains: 12
Conseil: 5
Prometheus: 3 Avalon: 3
Lycans: 8
Spectres: 4
Vampires: 8
Léviathan: 2
Mithra: 4 Gaïa: 1

Votez pour le forum ♥