AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


FORUM FERME
Retrouvez nous sur Whispers of Dawn, la V2 de Réversa! :
http://whispersofdawn.forumactif.com/

Partagez | .
 

 C'est l'histoire d'un mec...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Métier/Etudes : Bijoutière
Nombre de messages : 57
Opinions Politiques : Celui de la paix
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 14 Juin - 11:25, vous pouvez

Joignant ses doigts au-dessus de sa tête, Eliott les pousse vers le haut, s’étire, faisant délicieusement craquer ses vertèbres. Elle se dégourdit, réveille son corps, en sommeil d’être resté trop longtemps dans la même position, et, ceci fait, se lève. Debout, elle bâille et vient éteindre la petite lampe de bureau qui lui permettait, quelques minutes encore auparavant, de travailler. Tranquillement, elle range ses outils d’orfèvrerie et va mettre au coffre le moule sur lequel elle travaillait. En os de sèche, il est particulièrement friable, délicat, fragile… Mais elle préfère ça. Technique datant du moyen-âge, l’os de sèche est particulièrement aisé à travailler de par son caractère poreux, et sitôt le bijou réalisé, on le rompt et on est certain d’avoir un modèle unique. De plus, il donne à ses bijoux un éclat particulier, comme passé, qui les fait croire ancien alors qu’ils sont neufs. C’est sa marque de fabrique. Son ancien patron lui avait toujours répété de soigner sa particularité. En l’occurrence, et à sa connaissance, dans ces temps de profits à échelle industrielle, Eliott est la seule orfèvre à travailler des pièces uniques fondues dans des moules en os de sèche.

La fonte, en revanche, sera pour le lendemain. En effet, il est déjà plus de vingt heures et ce soir, elle aimerait cuisiner. Quoi encore ? Elle n’en sait rien. Peut-être un plat au curry. Tandis qu’elle enfile son foulard et sa veste en cuir, Eliott fantasme. Tellement de possibilités, tellement de goûts différents à découvrir et redécouvrir… Elle ne sait même pas encore ce qu’elle va manger, mais elle en salive déjà d’avance. Elle peut aussi s’arrêter, si elle veut jouer de flemme, chez le délicieux traiteur chinois sur sa route ? Aucune idée, elle se déciderait devant, mais ce qui est certain c’est que ce soit, elle aura le ventre rond ! Un plateau télé dans le cosy de son appartement… A cette simple pensée, son cœur est d’une légèreté incomparable. Il lui semble qu’elle ne s’est jamais sentie mieux que depuis quelques jours, depuis qu’elle a accepté sa décision et ses conséquences sous toutes ses formes. Elle est sereine, épanouie… Et comme il est de coutume dans ces cas-là, souhaite à tout un chacun de connaître un tel sentiment de plénitude.

Quand elle met le nez dehors, elle s’aperçoit que la nuit est déjà tombée en raison d’un mauvais temps persistant. Elle soupire. Toute cette grisaille… Et sourit. Quelques jours auparavant encore, elle n’aurait jamais cru se languir de l’astre diurne. Une idée la traverse, tandis qu’elle verrouille la porte de sa boutique… Pourquoi ne pas s’offrir des vacances ? Dans les caraïbes ? Elle se sent transcendée par cette idée. Ou Hawaii ! Tellement de possibilités, tellement de paysages autres que Réversa à découvrir, sans l’épée de Damoclès qu’est l’exposition solaire au-dessus de sa tête ! Un sourire béat de niaiserie aux lèvres, l’humaine ouvre son parapluie pour se protéger de la pluie, et prend la direction de son chez elle.

Le vent souffle, tirant à plusieurs reprises sur son ombrelle, mais rien ne pourrait entacher sa bonne humeur. Du moins en était-elle convaincue, avant qu’une rafale plus forte que les autres ne lui arrache son parapluie des mains et ne l’envoie dévaler la rue, balloté par les courants d’air. Ni une ni deux, Eliott se lance à sa poursuite. C’est que c’est dangereux, un parapluie abandonné à lui-même ! Ça peut blesser quelqu’un ou créer un accident de la circulation !

Déterminée, l’humaine poursuit son bien sur une centaine de mètres, et s’apprête à toucher au but quand, au coin de la rue, elle percute violemment, lancée à pleine course, un badaud qui arrivait à sa droite. Forcément, elle ne l’a pas vu. Forcément, le choc est rude, parce que c’est avec un homme qu’elle entre en collision, et un homme de solide constitution. Forcément, elle tombe lamentablement sur son derrière, qui, du coup, se rappelle douloureusement à son bon souvenir. Forcément, le parapluie tente de prendre la fuite. Comme montée sur ressorts, Eliott se redresse et s’apprête à faire les quatre pas qui la sépare de son bien mais, une voiture déboulant à toute allure la fait sauter en arrière et se cramponner au solide inconnu en un sursaut de pure terreur. La voiture a manqué d’un cheveu de la faucher, se contentant d’écraser le parapluie, le conducteur klaxonnant comme un forcené.

Il faut plusieurs longues, interminables secondes, à Eliott pour se regrouper, pour abandonner la vision de son parapluie en miettes au milieu de la rue, pour prendre conscience qu’elle est crispée de frayeur, son cœur battant à tout rompre, et surtout agrippée au cou d’un inconnu, inconnu précédemment bousculé, comme une moule à un rocher. Trop d’éléments à traiter en aussi peu de temps, quelques secondes à peine. Aussi, quand, plusieurs autres longues secondes plus tard, son cerveau a terminé de rattraper son retard, elle lâche vivement le pauvre homme et se recule de plusieurs pas, pour diminuer autant que possible l’oppression d’avoir quelqu’un à l’intérieur de sa bulle. Immédiatement, elle s’empourpre. « Pardon, veuillez m’excuser, je suis sincèrement désolée… » bredouille-t-elle en cascade. « Pour la bousculade et de vous avoir tenu. Vraiment, pardon. » Elle ne sait plus où se mettre, a beau respirer profondément, entre la course, la bousculade, la frayeur et maintenant l’humiliation des trois combinés, ça fait beaucoup à digérer… « Vous n’avez rien de cassé ? Je ne vous ai rien abimé ou salit ? Je paie les dégâts et le pressing si vous voulez. » C’est la moindre des choses après ce qu’il venait de se passer, non ?




La pensée qu'il puisse exister des anges m'a toujours faite suffoquer. Penser à eux, s'enivrant de nectar. Penser à eux, et leur arracher leurs dents fragiles. Penser à eux, et couper leurs ailes minuscules... Tout ce que tu diras pourra et sera utilisé contre toi, alors ne prononce que mon nom...
crédit : code par quantum mechanics || image/gif par Tumblr
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Noah S. Fleming
❝ Walk on Fire ❞
Métier/Etudes : Prof de maths
Nombre de messages : 476
Opinions Politiques : /
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 13 Juil - 21:26, vous pouvez
La pluie battait son plein à Réversa. La ville semblait être prise d’assaut par la grisaille et le mauvais temps depuis quelques semaines déjà, ce qui arrangeait tout de même bien les affaires des vampires. Une certaine anarchie régnait depuis quelques mois désormais, spécialement depuis qu’Hayden avait été destitué de son poste avec force et fracas. Le peuple vampirique n’avait jamais été aussi impuissant, aussi désorganisé et surtout aussi peu apprécié. C’était du moins le point de vue qu’adoptait le blond quant à son propre clan. Lui-même ne pouvait ressentir un mépris plus que prononcé lorsqu’il voyait les trop nombreux nouveaux-nés débarquer à nouveau en ville, sans que personne ne tente réellement de les contrôler. Et le maigre pouvoir qu’exerçait alors le Conseil des Anciens semblait s’être évanoui lorsque Kane avait pris la tête du bâtiment dans un carnage sans précédent. Le blond poussa un soupir alors qu’il écartait le rideau de sa chambre. Il était temps pour lui de quitter cet endroit de malheur. Il ne savait pas vraiment encore pourquoi il n’avait pas accepté la proposition de rituel que Perséphone ne cessait de lui rabâcher. Sa vie serait tellement plus simple et il savait que dès lors, ses parents lui ouvriraient à nouveau les portes du Paradis Familial. Plus besoin de trimer comme un prof sous-payé, papa et maman insisteraient pour que leur fierté puisse à nouveau reprendre le nom qu’il avait gagné à la naissance. Foutus bourges. Rien qu’à penser à eux et leur rejet, il ne pouvait que se rappeler pourquoi il avait décidé de rester vampire. Pourquoi il avait accepté de se nourrir de sang.

Il attrapa sa veste, l’enfila rapidement et se dirigea vers la sortie de l’Eden, haussant un sourcil devant le capharnaüm qui trônait joyeusement dans les salons et le hall d’entrée. Il ne pouvait décemment pas rester dans une telle situation c’était hors de question. Et puis, l’avantage d’un chez soi, c’était l’intimité que cela pouvait laisser à tout un chacun. Le Manoir l’avait gracieusement accueilli alors qu’il n’avait nulle part où aller, mais désormais les choses étaient beaucoup plus simples pour lui et il comptait bien en profiter. Le mathématicien poussa la porte sans regret, mit son capuchon sur son crâne et finit par aller braver la pluie qui martelait violemment le sol de Réversa.

Traverser la ville n’avait rien de mal en soi. Repérer des appartements qui acceptaient encore les nocturnes était quelque chose de plus compliqué malgré tout. Il était indéniable de remarquer que les vampires et lycans - mais c’était totalement justifié à leur sujet, les transformations impromptues pouvaient être un véritable chantier – ne cessaient de croître avec les jours passants. Déjà que ce n’était pas glorieux du temps d’Hayden, mais désormais il était presque impossible de trouver un logement sans avoir un garant humain ou elfe, qui pouvait attester de votre bon comportement et de vos bonnes mœurs. Ridicule. Dégradant. Et pourtant ils n’avaient aucun choix sinon que de s’y plier. Et pour quelqu’un d’aussi orgueilleux que Noah c’était réellement compliqué.

Il continua de déambuler dans les rues de la ville pendant plusieurs heures, jusqu’à atteindre un croisement et se faire bousculer par une jeune femme un peu typée qui ne prit même pas la peine de s’excuser et qui tenta de se ruer sur la rue pour pouvoir attraper un parapluie qui de toute manière était perdu d’avance. Et avant qu’il n’ait même pu réagir ou dire quoique ce soit, la folle furieuse s’agrippait à lui comme si sa vie en dépendait. En même temps, dans quel monde avait-elle crû qu’il serait intelligent de se lancer sur une route où se trouvaient des voitures, juste pour rattraper un parapluie qui allait quand même se faire écraser ? Il se le demandait sérieusement parce que lui n’avait pas vraiment saisi l’intérêt de base.

Le blond haussa un sourcil lorsque la demoiselle commença à bredouiller. Bon sang, les gens ne pouvaient-ils pas s’exprimer correctement de temps à autres ?

« C’est rien, je crois que je devrais survivre. »

Il dévoila un sourire poli avant d’hocher la tête et de se dégager de quelques pas. Sourire qui devint franchement amusé lorsque la jeune femme lui demanda s’il n’avait rien de cassé. Comme si c’était vraiment possible.

« Ne vous inquiétez pas, je suis plutôt solide et je peux vous assurer que même Wonder Woman aurait du mal à m’abattre. »

Noah baissa les yeux sur elle avant de reprendre.

« C’est plutôt à moi de m’inquiéter de ne pas vous avoir blessée d’ailleurs… Et ma question pourra vous sembler intrusive mais… Pourquoi courir après ce parapluie ? »




A Drowsery God
All those times before when I was just another face Among the others keeping secrets to save myself I could blend into the background and savor the unknown I could practice preservation and hide behind this shell - Stone Sour
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Narrateur
❝ Let me tell you a story... ❞
Nombre de messages : 2483
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Sam 16 Juil - 14:39, vous pouvez
Le sujet n'a pas eu de réponse depuis plus de quinze jours. Prévenez le staff si le sujet doit être archivé!

Le staff
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Narrateur
❝ Let me tell you a story... ❞
Nombre de messages : 2483
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Ven 21 Oct - 21:55, vous pouvez
Bonjour!

Le sujet n'a pas reçu de réponse depuis plus d'un mois. Merci de répondre au plus vite, ou de demander son archivage/sa mise en attente en cas d'absence ou de rp terminé. Au bout du troisième update, le rp sera archivé

Le staff
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Narrateur
❝ Let me tell you a story... ❞
Nombre de messages : 2483
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 6 Déc - 9:45, vous pouvez
Bonjour!
Le rp n'a pas reçu de réponse depuis plus d'un mois. N'oubliez pas d'y répondre dans les délais , ou en cas d'absence de demander à un administrateur de le déplacer dans les rp's en attente. Dans le cas où celui-ci serait terminé, n'oubliez pas de le faire archiver sur ce sujet, en cas d'absence, vous pouvez bien entendu le faire placer dans la section des rp's en attente. Il vous suffira d'envoyer un mp à un administrateur pour le déplacer par la suite dans la section où il se trouvait auparavant.
Merci d'avance =D
Le staff
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le , vous pouvez
Revenir en haut Aller en bas
 

C'est l'histoire d'un mec...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Petite histoire aux grandes aventures :D
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Une question d'opposé? :: Reversa City :: Wilde avenue-
Les Petits Plus

What's up?

REFONTE DU FORUM
La découvrir - La suivre

STATISTIQUES:
Anges: 7
Elfes: 7
Humains: 12
Conseil: 5
Prometheus: 3 Avalon: 3
Lycans: 8
Spectres: 4
Vampires: 8
Léviathan: 2
Mithra: 4 Gaïa: 1

Votez pour le forum ♥