AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


FORUM FERME
Retrouvez nous sur Whispers of Dawn, la V2 de Réversa! :
http://whispersofdawn.forumactif.com/

Partagez | .
 

 Stranger in a strange land [Edana]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Métier/Etudes : Etudes d'ingénieur
Nombre de messages : 1067
Opinions Politiques : Neutre
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 15 Juin - 0:28, vous pouvez
Ca faisait une semaine qu’il était sortit de l’hôpital. Les souvenirs revenaient, petit à petit. Du moins, certains revenaient, parfois comme si c’était une évidence, comme pour son opposé, Thea, Maë, Will. Certaines choses ne semblaient n’avoir jamais disparues. Il y en avait d’autres, qui lui revenaient de manière étrange. Nettes, mais comme s‘il voyait tout d’un point de vue extérieur, comme dans un film.

Puis il y en avait d’autres. Du genre qui lui revenaient brusquement dans la gueule. Il était en train de rentrer chez lui quand une elfe lui fonça dessus. Une alarme retentit dans sa tête, mais il n’eut pas le temps de faire quoique ce soit. Un soutient gorge – celui de l’elfe – se matérialisa brutalement entre ses mains et la jeune femme se mit à hurler au pervers. L’étudiant ouvra la bouche, littéralement sidéré, avant de lâcher le sous-vêtement comme si ce dernier l’avait brûlé. Son expression devait bien valoir tout l’or du monde. Il n’eut même pas le temps de répliquer que la jeune femme dégageait, visiblement très satisfaite. Lui, en revanche, hésitait entre mourir de honte, la panique, et la sidération. En fait, les trois se bousculaient dans sa tête sans lui laisser de répit. Le pire était sans doute que des flashs lui revenaient, succins, lui rappelant que c’était pas la première fois que cette nana lui faisait un coup pareil. En revanche, sa mémoire ne lui expliquait pas ce qu’il avait bien pu foutre pour la mettre dans une rogne pareille. L’humain déguerpit rapidement.

Ce n’était pas la première fois qu’il lui arrivait quelque chose dans ce genre. Des regards noires par-ci, des insultes par là, des comportements clairement méfiants voir hostiles à son égard. Ca allait d’une certaine crainte jusqu’à la détestation pure et dure. Il ne se souvenait certes de rien en sortant de l’hôpital, mais il avait vite comprit quelque chose d’essentiel.

Il n’était pas quelqu’un de bien.

Vraiment pas. Alors, autant pour ne pas foutre la merde vis-à-vis du Rituel que pour sa propre survie, il jouait un rôle. Gardait la mine fermée, essayait d’avoir l’air mal-aimable. Ca revenait étrangement facilement. Comme un vieux masque qu’on remettait et qui vous allait comme un gant à force de l’avoir si souvent mit. Tant qu’il n’aurait pas comprit qui il était, tant que sa mémoire n’était pas revenue – Maë ne pourrait pas lui dire quand exactement, mais pour elle ça allait de court à moyen terme – c’était nécessaire. Mais tout cela lui paraissait totalement absurde. Complètement dingue. Son vrai lui était un parfait étranger. Tellement que quand il était trop surpris par quelque chose, le masque tombait et il ne pouvait s’empêcher de poser la question ultime. Celle qui faisait vaciller de stupeur son interlocuteur tant sa surprise à lui semblait sincère : « Nan mais sérieux, t’es qui ? »

La première fois qu’il était arrivé dans son appartement, il avait espéré sans trop y croire – sans savoir pourquoi – que ce dernier lui donnerait des indications, des pistes pour se souvenir. Parfois, un simple contact visuel le ramenait à des réminiscences. Il avait reconstitué une partie de ces cinq dernières années comme ça, en une semaine. Mais l’appartement était vide. Glacial à crever. Totalement impersonnel. Quatre meubles dans le salon. Un lit et une armoire dans la chambre. Une cuisine qui faisait fonction de cuisine. Pas de photos. Le strict minimum. Bref, le néant. Autant que sa mémoire.

Son ancien « lui » lui paraissait facilement aussi insaisissable qu’il avait dû l’être pour les autres. Sans mémoire, impossible de comprendre. Il avait l’impression d’avoir déjà lu un truc sur les propriétés empruntées, ou quelque chose du genre. On est par ses souvenirs, or on avait viré toutes ses bases de son crâne. Ses treize premières années étaient inexistantes pour lui. Pire, dès qu’il essayait de creuser, il y avait cet instinct diffus qui apparaissait. Celui qui disait : Laisse tomber. Tu es beaucoup mieux maintenant que tu as baissé les armes.

Mais il n’étais pas « beaucoup mieux » : il était perplexe, paumé, et en plus pas moyen de se rappeler de toutes les crasses qu’il avait faite et surtout à qui il les avait faite. Rentrant dans un bar quelconque, il s’installa au comptoir où il commanda à boire. Il ne se sentait pas triste pourtant. C’était bordélique, et en même temps il se sentait bizarrement apaisé. Et puis, il ne pensait pas rester comme ça longtemps. Après tout, des automatismes étaient revenus dès qu’il avait vu Will ou Thea. Des vannes, des comportements. C’était fragmenté, mais c’était un début. Le reste reviendrait bien assez vite. Il reviendrait le salaud qu’il avait l’air d’être et peu de personnes auront comprit ce qu’il s’était passé. Après tout, il était visiblement solitaire. Et avec ou sans souvenir, cet aspect de sa personnalité n’avait de toute évidence pas disparu.

Tournant la tête, il croisa le regard d’une humaine brune aux yeux bleus qu’il avait la sensation de connaître. Voyant que cette dernière se dirigeait vers lui, l’étudiant tourna prestement le regard. Et merde. Il savait qu’il la connaissait. Mais bordel il ne savait pas d’où, il ne savait pas comment, et il en avait ras le bol de se faire engueuler voir quasi tuer par des filles qu’il avait de toute évidence beaucoup énervé au préalable. Pourtant, il avait toujours eu un sentiment de « danger » en les voyant qu’il n’avait pas avec elle. Ca ne l’empêchait pas de se creuser les méninges d’un air visiblement très emmerdé.

Mémoire de merde.


img

Je n’ai jamais été fidèle Et je n’ai jamais été quelqu’un de confiance Limite schizophrène Et fouteur de merde indiscutable Je n’ai jamais été loyal Si ce n’est à mon propre plaisir Je suis un marginal à jamais Le résultat d’un foyer brisé Je n’ai jamais été fidèle Et je n’ai jamais été quelqu’un de confiance Limite maniaco-dépressif Toujours à te casser les couilles Je n’ai jamais été reconnaissant C’est pourquoi je passe mes journées seul Je suis un marginal à jamais Le produit d’un foyer brisé

Traduction Black-Eyed - Placebo
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Edana J. May
❝ But Still I Rise ❞
Métier/Etudes : Directrice du Reversa's Press Agency
Nombre de messages : 10720
Opinions Politiques : Conseil Aristocrate
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 4 Aoû - 9:22, vous pouvez
Les semaines se précipitaient. Après son escapade forcée à l'hôpital, Edana avait été obligée de subir de nombreux examens complémentaires afin d'écarter toute thèse de possibles problèmes neurologiques. Aucun résultat ne revenait concluant et au fur et à mesure des jours, les symptômes s'étaient allégés, pour finir par complètement partir. Certes, de temps à autres, une migraine perçait son crâne plutôt violemment, mais la brune avait réussi à ne pas céder à ses pulsions. Certes, la moitié de son travail se faisait désormais à domicile et elle tentait de rester le moins longtemps possible en compagnie de personnes, mais son contrôle sur elle-même revenait progressivement, malgré l'ombre fugace de cette noirceur qui prenait de plus en plus de place en elle. Présentement, elle se trouvait dans sa salle de bain, s'observant sous toutes les coutures. Son regard azuré avait pris une couleur beaucoup plus foncée, plus dangereuse. Les saphirs qui lui faisaient face en arrivaient même à l'effrayer à son tour.

La brune poussa un soupir long avant de décoiffer ses cheveux et de se passer de l'eau sur le visage. Faire semblant n'était pas quelque chose de très compliqué pour l'humaine mais ces derniers temps les sautes d'humeurs ne semblaient que plus que présentes et sa nouvelle colocation avec son grand-père et son opposé en arrivaient parfois à de longues heures de solitude dans sa chambre. Difficile pour la jeune femme de réintégrer le foyer familial, dans l'endroit même où sa vie avait pris un tournant des plus sinistres. Il lui arrivait même par moment de passer la main sur des traces de sang invisible, contemplant les ruines d'un passé qui ne cesserait jamais de la hanter. Durant ces instants précis, la jeune femme s'apparaissait comme absente, comme une ombre d'elle-même, réellement effarante. C'est pourquoi elle avait pris la décision de retrouver d'anciennes habitudes de sorties. Multiplier les moments en dehors du Manoir et en dehors de toute pression familiale. La culpabilité la rongeait par vague alors, mais la brunette n'en avait pas grand chose à faire. C'était ça ou... mieux ne valait pas y penser.

L'aristocrate enfouit son visage dans la serviette qui pendait le long du mur de sa salle de bain privée, plus longtemps qu'il ne le fallait réellement. Elle enfila une robe noire, moulante, dévoilant ses hanches bien trop saillantes et ses formes moins généreuses que quelques semaines auparavant. N'importe qui la voyant devinait un malaise profond, comme si une maladie l'étreignait désormais. Pourtant aucun des tests qu'elle avait effectués n'avaient été concluants. Comme si tout ça était normal.

Arriver à St James ne fut pas bien long, trouver une place de parking par contre fut beaucoup moins aisé. La jeune femme souffla plusieurs fois avant de trouver un endroit où se ranger avant de sortir et de rentrer dans le premier bar qui lui passait sous la main. Présentement elle n'avait besoin que d'une chose : boire pour oublier. Et cet endroit lui semblait tout indiqué. Elle s'assit dans un coin de la salle, peu désireuse d'être emmerdée par un quelconque inconnu si elle trouvait un tabouret au bar. Sa vodka double en main, la brune observait les alentours, avide de trouver une bonne raison de s'être plantée dans cet endroit particulier. Et ses orbes bleutées tombèrent alors sur une silhouette plus que connue. Son hésitation dura quelques instants avant qu'elle ne se lève pour rejoindre l'homme, trouvant par la même occasion la possibilité de ne pas se faire emmerder par un illustre inconnu. Et si la soirée pouvait se terminer mieux qu'elle n'avait commencé alors la brune n'allait certainement pas se plaindre. Bien loin de là.

Un sourire fugace et bien rare s'étira sur les lèvres de la télépathe tandis que Lyle croisait son regard avant de le détourner rapidement. La brune marqua un arrêt soudain, se demandant s'il n'était pas accompagné. Mais les quelques secondes passées à analyser la situation lui confirmèrent le contraire et la jeune femme s'approcha alors, déposant son verre à ses côtés et faisant signe au barman de le servir.

« Hey. Ce n'est pas bien de disparaître de la circulation Trésor. Je me suis inquiétée tu sais. Tu aurais pu donner des nouvelles. »


You know I love it when you say you're afraid But you hate it when I'm making you shake Hang the truth from a noose Put a hit man on the loose Now you're countin' on me makin' you dead Shinedown, it all adds up

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Métier/Etudes : Etudes d'ingénieur
Nombre de messages : 1067
Opinions Politiques : Neutre
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 7 Aoû - 23:25, vous pouvez
L’étudiant la regarda fixement, les yeux écarquillés, tout en gardant le silence. Trésor. Il ne se serait vraiment pas attendu à ça. Le surnom raisonnait étrangement dans sa tête, mais il avait du mal à poser un doigt dessus. Continuant de la fixer, il la laissa s’assoir à côté d’elle. Pour quelqu’un qui le connaissait, il avait l’air définitivement bizarre. Perdu, mal à l’aise. Des expressions de visage qu’on voyait très rarement chez lui à l’état normal. Ce visage lui disait définitivement quelque chose, sans qu’il arrive à trouver quoi. La seule chose qui lui parvint à l’esprit, ce fut une question.

« Ca va mieux ? »

Il n’avait aucune idée d’où cela pouvait bien sortir, ni de ce qui avait bien pu se passer. Pire que ça, il se sentait un peu inquiet pour elle. Elle lui paraissait trop maigre, trop pâle, trop fatiguée. Tout ça sans avoir le moindre souvenir de l’avoir vue un jour. Tout cela restait au stade d’intuition diffuse, floue. Mais c’était quand même présent, et elle lui paraissait sincère. Dans ce genre de situation, il ne voyait qu’une seule alternative. La franchise. Même s’il allait encore passer pour un taré. Tu parles d’un secret bien gardé. N’importe qui lui ayant parlé plus d’une fois comprendrait que quelque chose cloche. Tout simplement parce que dans une conversation normale, il faut être deux. Et que quand l’un des deux est totalement largué, alors on sent très vite qu’on se la joue schizophrène. Il y avait autre chose aussi. La lumière dure qu’il avait toujours eue dans le regard. Elle aussi envolée, en même temps que sa mémoire.

« Avant toute chose, faut que je te dise un truc. Ca va te faire bizarre, je te préviens. Lyle la fixa une nouvelle fois avant d’inspirer à fond. Je n’ai absolument aucune idée de qui tu es. Je ne sais même pas d’où est sortie la question précédente. En fait, c’est toute ma vie qui s’est transformée en gruyère dans ma tête. Alors… Qui es-tu ? »

Demanda-t-il avec un petit sourire très gêné. Bon sang il avait un sens du tact absolument pourri. L’être humain la regarda d’un air désolé.

« Mais y a pas que toi, hein… La majorité des gens que je connais ont disparus eux aussi de ma mémoire. Il eu une petit sourire au coin, amusé. Remarque que toi, tu n’as pas l’air d’avoir envie de m'en coller une. Et ca c’est pas mal, parce qu’au moins je n’aurais pas à chercher ce que je t’ai fait comme crasse.»

Au moins, on ne pouvait pas lui retirer le fait que c’était très franc. On ne pouvait pas dire qu’il ne l’était pas en temps normal, mais là, il paraissait gentil… Dans la lune, un peu ailleurs. Pas la même personne dans un même corps. En fait, pour l’instant il s’acharnait surtout à retrouver son prénom. Ca commençait par un E. Ou peut-être par un A… Il pourrait toujours courir pour retrouver. Mémoire sémantique correcte, ben voyons. Il ne se souvenait même pas du nom de ses parents… Ni de leur visage d’ailleurs. Un mal de tête intensif lui vrilla le crâne quand il y pensa. Pas touche. Ne pense pas à ça. Et son prénom c’est Ed…

« Edana May ! s’exclama-t-il avant de se reprendre et de la regarder, virant au cramoisie. Il avait l’impression d’avoir l’air de plus en plus con. Enfin, je crois que tu t’appelles comme ça, non ? »

L’humain soupira. Il se sentait également gêné vis-à-vis d’elle. Lyle lui fit un petit sourire.

« Je te paye le prochain verre. La mémoire me revient petit à petit pour les choses les plus récentes. L’étudiant marqua une pause. On se connait d’où ? L’espace d’un instant, il eu le souvenir d’une chute dans l’eau, bientôt suivie d’une autre. C’était un flash rapide, très imprécis. L’humain décida de ne pas en parler. Ses yeux détaillèrent rapidement le visage de la jeune femme face à lui avant qu’il ne fronce ses sourcils, inquiet. T’es sûre que ça va ? »


img

Je n’ai jamais été fidèle Et je n’ai jamais été quelqu’un de confiance Limite schizophrène Et fouteur de merde indiscutable Je n’ai jamais été loyal Si ce n’est à mon propre plaisir Je suis un marginal à jamais Le résultat d’un foyer brisé Je n’ai jamais été fidèle Et je n’ai jamais été quelqu’un de confiance Limite maniaco-dépressif Toujours à te casser les couilles Je n’ai jamais été reconnaissant C’est pourquoi je passe mes journées seul Je suis un marginal à jamais Le produit d’un foyer brisé

Traduction Black-Eyed - Placebo
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Edana J. May
❝ But Still I Rise ❞
Métier/Etudes : Directrice du Reversa's Press Agency
Nombre de messages : 10720
Opinions Politiques : Conseil Aristocrate
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 17 Aoû - 9:28, vous pouvez
La réaction du brun était on ne peut plus... étonnante. Le regard de la brune se fit plus insistant, les orbes bleutées commençant à manifester d'autant plus d'inquiétude et de discernement qu'elles ne le faisaient au départ de cette rencontre fortuite. Sa main se glissa automatiquement autour du verre que le barman venait de lui servir, ses doigts passant sur le rebord dans un geste purement naturel. Lyle était étonnamment expressif. Comme lorsqu'il était totalement bourré, ou qu'il laissait tomber le masque pour quelques infimes secondes. Sauf qu'ici, aucun masque d'aucune sorte. Juste un visage réellement surpris et concentré. Étonnant.

La télépathe hocha la tête à la question avant d'hausser les épaules. La plaie qu'il lui avait collée dans les pattes s'assurait qu'elle allait bien, mais Edana savait pertinemment que c'était loin d'être le cas. Vraiment loin. Mais à Réversa, tant qu'on était vivants, il fallait supposer que oui, tout allait comme sur des roulettes. Mais par contre, le sentiment perçant dans la voix ne lui avait pas échappé. Si Lyle n'était pas aussi dur avec elle qu'avec d'autres, il n'en était pas moins que la situation était déconcertante. Ou il avait une sacré cuite, ou quelque chose clochait. Dans l'un ou l'autre cas, il fallait se dire que quoiqu'il se fut passer... ce n'était pas rien pour qu'il en vienne à être dans un tel état.

La jeune femme ouvrit la bouche avant de la refermer sous les informations fournies par l'humain. Ah oui, quand même. Un court instant, elle se revit à sa place, totalement perdue et les idées en vrac. Et un fort sentiment de compassion l'agita tandis qu'elle hochait la tête et vidait un grand trait de son verre. Sa compassion avait des limites que sa compréhension n'avait pas. Et dans ces moments-là, un peu d'aide ne faisait vraiment pas de mal. Et alors qu'elle s'apprêtait à répondre, il se chargea de la rassurer, autant qu'il le pouvait. Un sourire vaguement amusé prit place sur les traits de la britannique tandis qu'elle avalait une nouvelle gorgée. Pour la compréhension voyez.

Toujours amusée, la brune secoua la tête en guise de réponse. Non, elle n'avait pas spécialement envie de lui arracher la tête, bien loin de là. Les seules choses qu'elle lui avait arraché c'était des vêtements et la situation était déjà suffisamment confuse pour qu'elle n'en rajoute pas une couche. Alors qu'elle s'apprêtait à nouveau à ouvrir la bouche, il la fit sursauter en sortant son prénom, comme ça. Enfin, c'était normal. Pas comme si on pouvait facilement oublier son plan cul régulier.

« C'est ça. »

Le ton était clairement amusé, la voix un peu rauque. La jeune femme en profita pour avaler une nouvelle gorgée du nectar transparent avant de sourire à nouveau.

« On couchait ensemble. »

C'était peut-être un peu brutal, mais difficile d'enrober la chose en même temps. Et puis, Edana n'était pas forcément la reine du tact alors... Pourtant, la brune jugea bon de rajouter.

« Occasionnellement. Rien de sérieux. Juste... comme ça. Parce qu'on s'entendait plutôt bien. Enfin j'en avais l'impression. »

Nouveau hochement de tête.

« Mieux, ne t'en fais pas. »

La brune étira un sourire franc, croisant les jambes sur le tabouret haut.

« C'est le Rituel ? L'effet est permanent... ou tu pourrais retrouver la mémoire ? »

Elle lui offrit un clin d'oeil avant de se désigner de bas en haut.

« Il faut avouer, ce serait dommage d'oublier ça pas vrai ? »


You know I love it when you say you're afraid But you hate it when I'm making you shake Hang the truth from a noose Put a hit man on the loose Now you're countin' on me makin' you dead Shinedown, it all adds up

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Métier/Etudes : Etudes d'ingénieur
Nombre de messages : 1067
Opinions Politiques : Neutre
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Sam 27 Aoû - 23:23, vous pouvez
Regardez-le. Tout content comme un écureuil au pays des glands d’avoir retrouvé le prénom et le nom de son interlocuteur. C’était suffisamment rare que cela arrive aussi rapidement pour le souligner. Aussi fut-il encore plus surpris quand la réponse tomba, lui faisant ouvrir la bouche, mi choqué mi surpris. Il ne s’attendait pas tout à cette dernière. Il referma la bouche, sa peau recommençant à s’empourprer. On ne pouvait pas réellement pas dire qu’il était timide. En revanche, s’il la croyait autant sur parole, c’était que dès qu’elle avait dit ça, les images lui était revenus à l’esprit sur le champ. Il avait l’impression d’avoir un film porno dans sa tête. Le problème était que le second protagoniste de celui-ci était juste devant lui. Et qu’il ne lui était toujours pas insensible.

« J’imagine oui. »

Articula-t-il lentement. En fait, il l’imaginait sans peine. S’ils se fréquentaient, même « de temps en temps », c’était déjà pas mal pour l’ours qu’il semblait avoir été. Elle avait au moins dû être supportable … Vu les images qui passaient dans sa tête, il avait eu l’air de tout à fait s’accommoder de sa présence. L’humain souffla en comptant dans sa tête et en se frottant les yeux d’une main pour que ces foutus flash disparaissent. Déjà, parce qu’il avait beaucoup de mal à se concentrer, ensuite parce qu’il avait très peur que ça se mettre à régir sous sa ceinture sans qu’il le veuille.

Aussi leva-t-il ses yeux de sa main pour la foudroyer du regard quand elle en remit une couche. C’était de la provoc’, et d’un côté ce genre de comportement de sa part ne l’étonnait pas. Vu son – ancien – caractère de merde, il s’était essentiellement entouré de personnes qui savaient lui tenir tête. De toute façon, si elles n’avaient pas su le faire elles se seraient fait éjecter comme les autres. Mais ça restait quand même de la provoc’.

« C’est sans doute le Rituel oui. Normalement c’est temporaire. Ca devrait durer jusqu’à moyen terme, mais on ne peut être sûr de rien. » Lyle marqua un silence avant de la dévisager de haut en bas. « Et ne t’inquiète pas tu m’as suffisamment rafraichit la mémoire. Un petit peu trop même peut-être. »

Un sourire nerveux étira les commissures de ses lèvres vers le haut, absolument contre son gré, tandis qu’il luttait contre un fou rire au moins tout aussi convulsif. Bataille vaine. Son rire finit par exploser et il mit bien entre cinq et dix minutes à se calmer. Les yeux pleins de larmes, il finit par articuler difficilement ce qu’il voulait dire.

« Tellement que ça fait comme des petits films dans ma tête. » Sa peau rougit un peu plus sous l’effet des nerfs et de la gêne. « Et que du coup je vais arrêter de te regarder juste deux ou trois minutes, parce que pour le moment c’est un tout petit peu perturbant. »

Il se sentait définitivement stupide. Il n’était pas timide, et ne l’avait jamais été, certes. Mais rajoutez l’effet de surprise et c’était suffisant pour lui faire perdre les pédales. Ouais, il avait l’air con. En même temps, en moins de cinq minutes il se retrouvait avec des images mentales d’une parfaite inconnue qui avait de toute évidence été son amante. Lyle finit par se calmer avant de la regarder. C’était presque bizarre qu’elle soit restée. Il devait être à des kilomètres de ce qu’il avait été auparavant.

« Je dois t’avouer que c’est… toujours un petit peu bizarre. Même quand les souvenirs reviennent, la majorité du temps j’ai l’impression de regarder la vie de quelqu’un d’autre. »

Dit-il en faisant pensivement tourner l’alcool dans son verre avant d’en avaler le contenu cul-sec. Lyle fit signe au barman de les resservir.

« Deux personnes dans un même corps. » Souffla-t-il doucement. « Mais je tiens toujours aussi bien l’alcool. Par contre toi vu ta tête, j’éviterai à ta place, gamine. »

Termina-t-il avec un sourire malicieux. Moins moqueur dans cette version de lui-même, certes. Mais il y avait toujours ces trucs bizarres qui revenaient. Des bribes de son ancien lui, en quelque sorte, qu’il ne captait que lorsque qu’il ne les avait dites. Dont le surnom. L’humain fronça les sourcils quand une autre pensée de ce genre lui parvint à l’esprit. Incompréhensible.

« D’ailleurs, c’est quoi cette histoire de frère ? »

Dit-il en la regardant d’un air interloqué. En fait, lui-même ne comprenait pas réellement la question, n’étant pas rattaché à un événement dont il se rappelait de l’existence.


img

Je n’ai jamais été fidèle Et je n’ai jamais été quelqu’un de confiance Limite schizophrène Et fouteur de merde indiscutable Je n’ai jamais été loyal Si ce n’est à mon propre plaisir Je suis un marginal à jamais Le résultat d’un foyer brisé Je n’ai jamais été fidèle Et je n’ai jamais été quelqu’un de confiance Limite maniaco-dépressif Toujours à te casser les couilles Je n’ai jamais été reconnaissant C’est pourquoi je passe mes journées seul Je suis un marginal à jamais Le produit d’un foyer brisé

Traduction Black-Eyed - Placebo
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Edana J. May
❝ But Still I Rise ❞
Métier/Etudes : Directrice du Reversa's Press Agency
Nombre de messages : 10720
Opinions Politiques : Conseil Aristocrate
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Sam 17 Sep - 16:16, vous pouvez
Un sourire amusé prit place sur son visage tandis qu'Edana observait le brun s'empourprer à la suite de sa réponse un peu directe. En même temps, les autres expressions ne semblaient pas beaucoup plus appropriées. «  Nous nous envoyions régulièrement en l'air et nous apprécions beaucoup cela. » ou « nous étions sexuellement attirés l'un par l'autre et nous satisfaisions cette attirance autant de fois que nous le jugions nécessaire » soit beaucoup plus indiqué. Au moins, il ne pouvait pas se faire d'idée mal conçue sur ce qui se passait entre eux. La jeune femme avala une nouvelle gorgée de son verre, l'observant à la dérobée. Certes, elle aurait peut-être mettre un peu plus de formes dans son aveu, ça aurait été un peu moins embêtant pour lui. Mais elle devait avouer que la réaction qu'elle percevait chez Lyle avait tendance à l'amuser. Le regard noir qu'il lui lança acheva de lui faire émettre un léger gloussement sarcastique avant qu'elle n'aborde un sujet un peu plus sérieux, histoire de ne pas non plus se foutre de lui royalement. Aussi marrant que cela soit.

La brune étira un sourire mi-figue mi-raisin à son explication. C'était le problème de l'amnésie, c'était plutôt instable et imprévisible. On pouvait recouvrer rapidement ses souvenirs et sa façon d'être ou être totalement paumé pendant des mois voire des années. Si tout se remettait en place.

« Ravie d'avoir pu aider. »

Edana May la samaritaine. C'était bien connu. Elle-même ne put résister d'étirer un nouveau sourire sarcastique avant de boire une nouvelle gorgée. Et alors que Lyle se mettait à rire, la télépathe ne put s'empêcher de rire à son tour, plus discrètement que lui cependant. Avant qu'un éclat de rire spontané ne sorte de sa bouche lorsqu'il lui avoua ce qu'il se passait dans sa tête. Sérieusement, il fallait avouer un truc... C'était tordant.

« J'imagine que ça doit être perturbant. Oui. »

En fait, elle le savait. Pour simplement avoir été dans la même situation quelques années auparavant. De voir tout un monde évoluer autour de vous, savoir que vous en faîtes partie mais en être totalement détaché... C'était un sentiment assez étrange. Son rire s'éteignit lorsqu'il lui confessa la manière dont il vivait les choses. Oui, c'était perturbant. Ahurissant. Invivable par moment. Elle posa sa main sur la sienne quelques instants dans un geste de soutien avant de la retirer et de boire à nouveau.

« Ça te passera. Et tout finira par revenir. Si tu as déjà des bribes c'est bien. Ce sera moins violent par la suite . »

Elle termina son verre tandis qu'il la vannait gentiment. Ah ouais ? Vraiment ? C'était ce qu'il croyait ?

« Oh.  C'est ce que tu penses grand père. Tu vas voir si je ne tiens pas l'alcool. »

Alors que le barman venait les resservir, la brune lui signifia de leur laisser la bouteille. Si c'était un défi, elle était plus que prête à le relever. Et à lui foutre la pâté. Parce que personne ne pouvait dire qu'Edana May ne tenait pas l'alcool. Personne. Enfin si. Peut-être quelqu'un. Mais il n'était plus là pour le dire... Et tandis qu'elle avalait cul sec son verre pour lui prouver ses dires, il en profita pour poser LA question. Ce qui bien entendu la força à avaler de travers. Parce que sérieusement, ce genre de choses ne se faisaient pas. Tout simplement.

« Euh... C'est... con en fait. Très con. Je t'ai confondu avec mon frère. En fait, vous vous ressemblez un peu super fort. »

Elle marqua une pause, détournant le regard et les resservant.

« Bref, rien de bien anormal quoi. Je propose de boire pour oublier ça d'ailleurs. »


You know I love it when you say you're afraid But you hate it when I'm making you shake Hang the truth from a noose Put a hit man on the loose Now you're countin' on me makin' you dead Shinedown, it all adds up

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Métier/Etudes : Etudes d'ingénieur
Nombre de messages : 1067
Opinions Politiques : Neutre
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Ven 21 Oct - 18:30, vous pouvez
Il tressaillit très légèrement quand Edana posa sa main sur la sienne, ne s’étant pas attendu à ça. Seulement un plan cul ? Ca lui paraissait bizarre. Clairement pas de sentiments amoureux entre eux mais au moins une certaine affection. Difficile de dire quand de toute façon, vous n’avez plus le contexte de départ. Un sourire amusé revint sur son visage quand elle l’appela grand-père. Cette phrase lui rappelait quelque chose.

« On a pas déjà vécu ça ? »

Des vannes récurrentes entre eux, des moments aussi. C’était tellement possibles. Certains gestes automatiques lui étaient bien revenus avec les – rares- personnes qui avaient comptées pour lui. Là, il n’avait juste qu’une vague réminiscence. Mais c’était déjà un début. La suite le fit écarquiller les yeux.

« Comment ça ton frère ? »

Lâcha-t-il, interloqué. Il trouvait ca vaguement gore. Une autre réminiscence très vague lui revint à l’esprit. Ce n’était pas la première fois qu’ils parlaient de ça. Il avait juste la sensation que la première fois, ca l’avait à peine perturbé. Rien à foutre. Mais maintenant qu’elle le lui redisait, ça le faisait beaucoup plus réagir. Il se contenta d’acquiescer vivement et de finir son verre rapidement avant de les resservir.

« Pour une fois, je suis assez d’accord pour oublier un truc ! »

***

« On arrête pas de dire que la vérité est dans l’alcool. Mais en fait moi, je pourrais boire jusqu’au coma éthylique que j’aurais toujours pas plus de souvenirs qui me reviendraient. Enfin je crois. »

Dit-il avec la voix un peu trainante du mec qui a beaucoup trop bu pour son propre bien. Vu le peu de monde qu’il restait dans le bar, ils devaient être assez proches de la fermeture. Pourtant ils restaient là, contre le bar, comme s’ils en étaient les piliers principaux. Alors qu’en fait si ce dernier n’était pas là, ça serait sans doute eux qui se seraient ramassés depuis longtemps. A vu de nez, il dirait qu’Edana était à peu près dans le même état.

« Mais bizarrement je crois que c’est mieux pour mon état mental. L’étudiant marqua une pause. Tout à l’heure, y a une fille qui m’a foutu son soutif dans les mains et qui a hurlé au pervers. J’ai pas tout compris mais je crois qu’elle m’en veut un tout petit peu. Termina-t-il en finissant son verre cul sec et de faire la grimace. Il commençait à saturer un peu. Au point où il était, son corps n’était plus fait à 90% d’eau mais de vodka. Enfin, il pensait que c’était de la vodka. Ils avaient tellement bu qu’il en avait les papilles endormies. Mais je crois que je suis pas un violeur. Je suis un salaud mais j’ai été jusqu’à là. Et ça c’est une super bonne nouvelle. Y a déjà l’état de mon appart qui me laisse penser que j’étais un sociopathe hautement fonctionnel, je vais quand même pas cumuler toutes les tares nan ? »

On ne pouvait pas dire qu’à l’état normal il était quelqu’un de bavard. Mais l’amnésie combinée à l’alcool avait rectifié sa sale manie de répondre par monosyllabe.

« Par contre toi, t’es suuuuper bizarre. Enfin je crois. Déjà parce que déjà tu te tapes un mec qui ressemble à ton frère et ça c’est méga glauque. Ensuite parce que tu continues à me parler alors que je ressemble pas du tout à celui que j’étais quand j’avais… euh… le truc là, qui aide à se souvenir. L’humain marqua une pause quelques instants pour réfléchir. C’était assez dur, il avait l’impression que chaque son extérieur résonnait dans sa tête. Mais il allait y arriver. Parce que je crois que ce que tu cherches, c’est les mauvais garçons. Enfin pas les mecs biens. Sinon t’aurais pas continué à me parler pendant six ans. »

Lyle eu un moment de blanc, le temps qu’il comprenne lui-même ce qu’il venait de dire. Ah, peut-être bien que la vérité était vraiment dans l’alcool finalement. L’étudiant la regarda d’un air surpris.

« Six ans ?! Nan mais t’as quel âge en vrai ? Plus jeune, ça il était à peu près sûr. Enfin bref. Du coup me demande pourquoi tu continues de me parler, parce que je suis la version jumeau sympa de moi-même. Alors que je pense que tu préfères la version jumeau maléfique. Lyle fronça les sourcils. En fait on est deux dans ma tête. Ou ptetre pas d’ailleurs. »

L’humain eu un moment de réflexion et suivit du regard les voitures qui circulaient à l’extérieur. Oh, des lumières qui bougent.

« Tout ça pour dire que ! Euh, bah je sais plus. On a carrément bu je crois, mais ça j’en suis pas tellement sûr. »



img

Je n’ai jamais été fidèle Et je n’ai jamais été quelqu’un de confiance Limite schizophrène Et fouteur de merde indiscutable Je n’ai jamais été loyal Si ce n’est à mon propre plaisir Je suis un marginal à jamais Le résultat d’un foyer brisé Je n’ai jamais été fidèle Et je n’ai jamais été quelqu’un de confiance Limite maniaco-dépressif Toujours à te casser les couilles Je n’ai jamais été reconnaissant C’est pourquoi je passe mes journées seul Je suis un marginal à jamais Le produit d’un foyer brisé

Traduction Black-Eyed - Placebo
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Edana J. May
❝ But Still I Rise ❞
Métier/Etudes : Directrice du Reversa's Press Agency
Nombre de messages : 10720
Opinions Politiques : Conseil Aristocrate
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 6 Nov - 20:02, vous pouvez
Elle étira simplement un sourire avant de hocher la tête. Sa relation avec Lyle devait sans doute être la plus saine qu'elle entretenait et surtout la plus évidente. La brune plongea ses lèvres dans son verre avant de soupirer légèrement. Une part d'elle était heureuse qu'il ne l'aie pas oubliée, qu'il se rappelle quelque chose qu'ils avaient partagé. Parce que c'était suffisamment rare pour la jeune femme, alors si les seules personnes qui arrivaient à percer son monde l'oubliaient ou lui tournaient le dos... C'est que les choses tendaient vers la pente négative alors. Ses joues se colorèrent à l'évocation de sa ressemblance avec Damien et la télépathe préféra avaler son verre derechef plutôt que de répondre à sa question. Dit comme ça, les choses semblaient réellement tordue. Ce n'était pas sa faute si elle avait un type d'homme plutôt particulier... Ou que le hasard faisait mal les choses. À vrai dire, avant sa chute mentale, la jeune femme n'avait même jamais remarqué cette ressemblance entre les deux hommes. Et elle n'avait pas cherché à aller plus loin dans ces pensées non plus. Parce que ça devenait beaucoup trop tordu pour elle.

La brunette étira alors un sourire avant de vider de nouveau son verre d'un geste. Il lui faudrait au moins ça...

***

L'aristocrate glissait son doigt le long du bord de son verre, tout en souriant. Elle laissa échapper un gloussement sous la réflexion de Lyle. Son amnésie à elle avait été beaucoup plus simple, il fallait l'avouer. Déjà parce que les souvenirs étaient revenus assez rapidement et que par la suite elle avait juste profité de celle-ci pour pouvoir manipuler son entourage. Et cela avait été assez révélateur, il fallait l'avouer.

« Sociopathe, c'est clair. Mais c'est quoi le mal dans ça ? Si tu veux mon avis, c'est mieux que d'être un psychopathe. Déjà, c'est moins salissant. Donc c'est quoi le problème ? »

Edana porta son verre à ses lèvres comme pour saluer son propos, grimaçant en sentant qu'elle commençait à atteindre sa limite. C'était triste parce qu'elle avait toujours eu l'habitude de plutôt bien tenir l'alcool avant... Ses sourcils se froncèrent sous l'attaque déguisée et elle reposa son verre un peu plus brutalement qu'elle ne l'aurait fait en temps normal. Sa bouche s'étira un en rictus avant que son visage ne récupère des traits sérieux.

« Wow. T'es carrément devenu comme un psy là. Pas le psychopathe hein. Non non, l'espèce de thérapeute. En fait, je préfère quand tu l'es pas je crois. Et j'ai pas couché avec toi parce que tu me rappelais mon frère. Ce serait dégueulasse. J'ai jamais capté que tu lui ressemblais nuance. Note que lui était un psychopathe. Tu vois... Y'a une différence ! Yeaaaah »

Elle leva les yeux au ciel.

« On ne parlait pas tant que ça non plus... On cherchait pas trop la conversation si tu vois ce que je veux dire ? »

Elle étira un sourire.

« Si tu veux rajouter pédophile à ta liste, sache que c'est pas le cas. On t'a jamais dit que c'était mal de demander l'âge d'une demoiselle ? »

Avant de reprendre.

« Honnêtement, c'est pas ton mental qui m'intéressant. Six ans, c'est juste que t'es un bon coup au lit, c'est tout. Arrête de te prendre la tête là-dessus. »

L'humaine finit par éclater de rire devant le restant de sa phrase.

« Je t'avais dit que tu ne tiendrais pas la route, Papy. »

Nouvelle pause...

« Je crois que j'ai quand même un souci avec la famille tu sais. Parce que si tu ressembles à mon père et que je t'appelle grand-père... Il doit y avoir un complexe caché quelque part. »

La jeune femme fit signe au barman de leur apporter quelque chose de plus léger pour terminer la soirée. Parce que la vodka aurait leur peau sinon.

« Note que t'es pas mal dans ton genre aussi. Non pas physiquement, Casa Nova. 'Fin si, ça aussi. Mais je veux dire... Tu as couché avec moi pendant six ans et on peut même pas dire qu'on pratique l'amitié améliorée. Plutôt... ouais non y'a même pas de mots. On va dire que je suis une régulière. Mais en six ans je t'ai jamais vu avec une fille plus de deux jours gars ! Alors si on parle de mes soucis familiaux, je crois qu'on doit parler de ça aussi... ça nous fera du bien... »


You know I love it when you say you're afraid But you hate it when I'm making you shake Hang the truth from a noose Put a hit man on the loose Now you're countin' on me makin' you dead Shinedown, it all adds up

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Métier/Etudes : Etudes d'ingénieur
Nombre de messages : 1067
Opinions Politiques : Neutre
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Sam 10 Déc - 19:07, vous pouvez
« T’es une grande malade. »

Fut la seule chose qu’il répondit quand elle affirma qu’il n’y avait aucun mal à être un sociopathe. Il n’était pas du tout en état de rentrer dans une grande discussion sur le nombre de désavantages qu’il voyait très aisément et qu’il payait encore aujourd’hui de façon très forte. Lyle lâcha un rire quand elle lui dit que la conversation n’était pas vraiment ce qu’ils avaient cherché pendant tout le temps qu’ils s’étaient côtoyés. Ca ne le surprenait pas. Ce qui le surprenait, c’était plutôt qu’elle lui parle maintenant, dans la mesure où ce n’était de toute évidence pas ce qu’ils avaient cherchés durant tout ce temps. Il partit de nouveau à rire quand elle lui assura que ce qui avait fait tenir cet ersatz de relation, c’était surtout ses performances sexuelles. Alors là, ils étaient mal barrés.

« Et si ça se trouve, même ça j’ai oublié. J’en sais rien, c’pas comme si j’avais eu beaucoup d’occasions de vérifier depuis ma sortie de l’hôpital. »

C’était dit sans arrières pensées. Pas comme s’il n’avait eu que ça à se préoccuper ces derniers temps. Cet aspect là de sa vie passait clairement au dernier rang pour l’instant, surtout tant qu’il n’aurait pas d’estimation à peu près correcte sur le nombre de filles voulant sa peau. L’humain fronça les sourcils quand elle se mit à rire à son tour.

« Je te rappelle que t’ai au moins aussi bourrée que moi ! »

Il ne savait pas d’où venait ce sursaut de protestation soudain, mais ca ne provenait pas de son lui actuel en tout cas. Ou peut-être qu’un peu, si. Peut-être qu’il devrait arrêter de se concevoir comme deux personnes distinctes, quand bien même elles étaient terriblement différentes. C’était plutôt deux versions de lui-même qui, de toute évidence, n’avaient jamais eu l’occasion de se côtoyer. Quoi de plus normal quand on évoluait « normalement » ? Au final, il n’était rien de plus qu’un énorme retour en arrière. Et pourtant de ce qu’il pouvait voir, il avait la sensation de pouvoir plus avancer désormais qu’auparavant. Mais ce n’était qu’une sensation après tout.

« Ton père et ton grand-père maintenant ? S’étouffa-t-il pour se moquer d’elle. Ca sent le complexe d’Œdipe pas réglé, t’en as conscience ? »

Quand la jeune femme mentionna ses parents, un mal de crâne pointa. Il avait remarqué que certains sujets provoquaient ce type de réaction, et que toute poussée en ce sens augmentait de façon exponentielle l’intensité de la douleur. Il savait d’avance que cela ne servait pas à grand-chose de creuser plus. Sa mémoire resterait muette pour l’instant.

« Je n’ai aucun souvenirs d’eux. En fait, mes vrais souvenirs commencent à 18 ans. Avant, ce sont deux ou trois miettes qui ne remontent même pas à en dessous mes 13 ans. Je n’ai strictement aucune idée d’où je peux bien venir. »

Et il n’en tirait étrangement aucune tristesse. Il avait la certitude absolue que c’était bien mieux comme ça.

« Ce que je retire de l’espèce d’alter ego qui est sensé être moi, c’est que je pense que je me fichais de tout le monde, ou presque. Ca revient presque à détester le monde entier de façon plus sereine, nan ? Un ricanement s’échappa de sa bouche. Si on peut dire que j’étais du genre serein. »

L’étudiant sortit un paquet de cigarette de son blouson, en sortit une et tendit le paquet vers Edana pour lui en proposer une si elle en voulait. L’allumant calmement – il était toujours calme en ce moment de toute façon -, il en tira une bouffé puis la rejeta dans l’air. Il avait la certitude un peu diffuse qu’ils pouvaient en consommer à l’intérieur, et il l’aurait quand bien même il n’aurait pas vu la jeune femme faire avant lui.

« En fait, je ne suis pas vraiment sûr de vouloir retrouver la mémoire… Sa phrase resta en suspend un moment. Ca ne vaut pas le coup, pas vrai ? »

Termina-t-il en la tournant la tête vers elle. On y arrivait. Ce dont il évitait de parler quand il discutait avec Will, Maë ou Anthea, quand bien même il avait la sensation que la petite elfe punk soupçonnait ce qui se passait. Pour Anthea, il comptait seulement sur le fait que Leviathan accaparait son temps, parce qu’il savait de façon certaine que si elle s’attardait trop, elle comprendrait que quelque chose clochait. Et il n’était pas sûr qu’elle le prendrait très bien. De toute façon, ça ne changeait rien. Il n’avait aucune envie de redevenir comme avant car il avait l’intuition diffuse qu’il serait toujours cette espèce de plaie béante qui préférait détruire tout ce qui l’entourait plutôt que de se laisser approcher de trop près.



img

Je n’ai jamais été fidèle Et je n’ai jamais été quelqu’un de confiance Limite schizophrène Et fouteur de merde indiscutable Je n’ai jamais été loyal Si ce n’est à mon propre plaisir Je suis un marginal à jamais Le résultat d’un foyer brisé Je n’ai jamais été fidèle Et je n’ai jamais été quelqu’un de confiance Limite maniaco-dépressif Toujours à te casser les couilles Je n’ai jamais été reconnaissant C’est pourquoi je passe mes journées seul Je suis un marginal à jamais Le produit d’un foyer brisé

Traduction Black-Eyed - Placebo
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Edana J. May
❝ But Still I Rise ❞
Métier/Etudes : Directrice du Reversa's Press Agency
Nombre de messages : 10720
Opinions Politiques : Conseil Aristocrate
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Ven 20 Jan - 11:24, vous pouvez
La brune lui adressa un sourire éblouissant avant de se perdre dans son verre. C'était sans doute le cas oui. Parce qu'elle pensait réellement ce qu'elle venait de lui avouer. Sans détour, Edana pensait sincèrement qu'il était normal d'avoir une part de sociopathie en soi. Chacun était pourvu d'une noirceur qui vous dévorait plus ou moins selon les cas. Pourquoi la réfuter ? Qu'avait-il de mal à montrer qui l'on était vraiment dans le fond ? Parce qu'il n'était pas socialement correct d'être attiré par la face obscure de la force, on était forcément mauvais. Non... C'était simplement une question de différences, voila tout. La conversation s'allégea tout de même, la jeune femme retenant le fond de sa pensée. Son regard descendit de haut en bas sur l'homme avant qu'elle n'éclate de rire à son tour.

« Je pense que c'est intégré à ta personne même tu sais... Ce n'est pas la mémoire qui définit les prouesses sexuelles après tout. Bien que je ne sois pas une spécialiste du sujet.. »

Nouveau sourire, nouvelle gorgée. La télépathe déposa son verre, le gardant cependant dans ses doigts alors qu'un ricanement s'échappait de ses lèvres. Mais bien sur... Comme si c'était seulement possibles.

« Tu aimerais, Trésor, tu aimerais... »

Ses yeux se levèrent au ciel devant la remarque qu'il lui fit. Mais bien entendu... Comme si elle avait jamais eu un complexe à la base. Son index frôla le rebord de son verre tandis qu'elle haussait un sourcil dans sa direction, sans relever pourtant le moindre mot. Son air dubitatif devait servir de réponse à quoique ce soit. La conversation s'alourdit légèrement tandis qu'ils entraient dans un territoire qu'ils n'avaient jamais pratiqué. Et en toute franchise, Edana devait admettre que ce n'était pas si désagréable. Elle appréciait ce nouveau Lyle. Plus calme, plus posé, tout aussi sarcastique mais beaucoup moins blindé. Oh, c'était le cas également mais celui-ci avait quelque chose de plus accessible que la version emplie de souvenir. Comme s'il était déchargé de ses peines.

Elle lui offrit un hochement de tête, le laissant continuer le fil de ses pensées. C'était la moindre des choses après tout. Un sourire amusé se glissa sur son visage tandis qu'elle soufflait en prenant une cigarette qu'il lui offrait.

« Tu ne l'étais pas. Du moins je ne pense pas. Mais tu n'étais pas non plus d'un genre nerveux. Enfin tu ne paraissais pas l'être en tout cas. Tu étais... plutôt unique en ton genre. »

Mais ce n'était pas forcément l'aristocrate qui était la mieux placée pour parler de lui non plus. Elle tira sur sa cigarette, diffusant un léger nuage de fumée avant de le regarder et de pencher la tête sur le côté, attentive. Elle le laissa continuer et laissa planer quelques instants de silence pour être certaine qu'il eut terminé.

« Ça dépend du point de vue. Ne pas savoir... c'est à la fois libérateur et frustrant. Mais des souvenirs ne définissent pas forcément qui tu es ou qui tu veux être. Tu es le seul maître de ton destin et c'est ça qui importe. Pas ce que tu étais. Que tu te souviennes ou non, qu'est-ce que ça peut bien changer après tout ? On ne peut pas changer le passé. »

Sa main glissa sur la bouteille pour les resservir alors qu'elle poursuivait.

« Tu n'auras pas forcément le choix. Autant que tu le saches. De te souvenir, je veux dire. Mais si jamais tu as besoin d'aide à ce niveau, tu as mon numéro. En attendant, tu ne tiens pas la distance Papy. Tu pourrais regretter quelques unes de tes anciennes capacités quand même. »

Elle lui lança un coup d'oeil amusé et vida son verre d'un trait, défiante.


You know I love it when you say you're afraid But you hate it when I'm making you shake Hang the truth from a noose Put a hit man on the loose Now you're countin' on me makin' you dead Shinedown, it all adds up

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Métier/Etudes : Etudes d'ingénieur
Nombre de messages : 1067
Opinions Politiques : Neutre
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Sam 4 Fév - 21:49, vous pouvez
« Mouais, enfin quand tu débutes, caractère ou pas t’es souvent un manchot. Plus de souvenirs, alors retour sur la banquise. »

Marmonna-t-il avant de se resservir. Il se contenta de ricaner et de lui adresser un petit sourire narquois quand elle nia être raide morte. Elle se casserait la gueule dans l’eau si elle se mettait sur… Hein, quoi ? Comment ça dans l’eau ? L’humain haussa un sourcil, puis grogna en signe de lâcher prise. Il trouverait demain, ou alors il oublierait de nouveau à cause de la cuite, pas grave. Pendant qu’Edana parlait, Lyle, lui, jouait au foot avec des cacahuètes avec deux bouteilles faisant office de but et ses doigts en guise de joueur. Et ses doigts avaient cet avantage non indéniable de ne pas demander un salaire mirobolant. De toute façon, il ne savait même pas vraiment jouer au foot. Il trouvait ce jeu con à mourir. Il arrêta ses conneries quand elle argua qu’il était unique en son genre, et lâcha de nouveau un petit rire.

« C’est pas un truc qu’on dit aux cinglés et autres cas sociaux ? »

Répliqua-t-il avec un large sourire malicieux, pas vexé pour un sou. La suite lui fit un peu perdre le sourire. Elle avait l’air de s’y connaître un peu sur le sujet. Il n’était pas sûr de pouvoir aborder le sujet maintenant, même bourré. Il ne se souvenait pas de tout à son sujet après tout. Lyle soupira.

« Disons que visiblement, quelque chose a bien contribué à ce que je devienne un… salaud. Je ne sais pas quoi. Je ne sais pas pourquoi. C’était peut-être, voir sans doute, de la faiblesse, ou juste un déclencheur qui a fait que je me suis blindé, de plus en plus. En tout cas, ça m’échappe complètement. »

Termina-t-il. Avait-il eu le choix ? Sans doute. Avait-il pu suivre les autres choix ? Là, la réponse paraissait plus complexe. Il avait tout bonnement à faire avec une autre personne. Une autre personne qui serait lui. La suite lui tira un petit sourire.

« En fait si. J’ai peut-être une solution pour l’empêcher. Mais selon une fameuse petite elfe punk, c’est pas une super bonne idée. »

Répliqua-t-il en ricanant. Saboter son retour à la mémoire. Anticiper la chose et faire en sorte que rien ne revienne de manière naturelle. Garder les souvenirs comme faisant partie de ceux de quelqu’un d’autre. Il ne préférait juste pas détailler son plan. Bourré mais pas complètement con non plus, manquerait plus qu’elle essaye de tout faire capoter. Une autre musique passa sur le jukebox, le faisant se réveiller définitivement et chassant ses idées plus ou moins déprimantes ou débiles – selon la minute. Wouldn’t it be good. Se redressant et se levant d’un bond – ce qui le fit un peu tanguer, il tendit une main à Edana.

« Alors là, je peux pas résister. Une chanson kitch à souhait revisitée par un groupe de travelos dont le meneur a la voix de Mickey Mouse. S’il y a pas deux types bourrés en train de danser là-dessus, alors le tableau peut pas être complet. On peut pas décemment laisser les choses se passer comme ça, hein ? »

Dit-il avec un énorme sourire. C’était ironique bien évidemment. Mais c’était aussi une façon de tourner la page sur une conversation définitivement trop sérieuse. Et puis bon, être taré avait cet avantage de pouvoir faire n’importe quoi, non ?


img

Je n’ai jamais été fidèle Et je n’ai jamais été quelqu’un de confiance Limite schizophrène Et fouteur de merde indiscutable Je n’ai jamais été loyal Si ce n’est à mon propre plaisir Je suis un marginal à jamais Le résultat d’un foyer brisé Je n’ai jamais été fidèle Et je n’ai jamais été quelqu’un de confiance Limite maniaco-dépressif Toujours à te casser les couilles Je n’ai jamais été reconnaissant C’est pourquoi je passe mes journées seul Je suis un marginal à jamais Le produit d’un foyer brisé

Traduction Black-Eyed - Placebo
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le , vous pouvez
Revenir en haut Aller en bas
 

Stranger in a strange land [Edana]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Stranger in a strange land ? Raf && Tempy
» loar + stranger in a strange land
» djidane + stranger in a strange land [finie]
» tutorial chariot de guerre sur base de land raider
» land speeder dark eldar

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Une question d'opposé? :: Reversa City :: St james place-
Les Petits Plus

What's up?

REFONTE DU FORUM
La découvrir - La suivre

STATISTIQUES:
Anges: 7
Elfes: 7
Humains: 12
Conseil: 5
Prometheus: 3 Avalon: 3
Lycans: 8
Spectres: 4
Vampires: 8
Léviathan: 2
Mithra: 4 Gaïa: 1

Votez pour le forum ♥