AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


FORUM FERME
Retrouvez nous sur Whispers of Dawn, la V2 de Réversa! :
http://whispersofdawn.forumactif.com/

Partagez | .
 

 Lauren Saddler - Humaine | Noomi Rapace

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Narrateur
❝ Let me tell you a story... ❞
Nombre de messages : 2483
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 24 Juil - 20:00, vous pouvez


Lauren Saddler

J’ai été mise face à l’évidence : quand j’ai eu le choix entre rester au refuge avec mes camarades et braver le froid et la mort en marchant dans le blizzard, c’est le blizzard qui l’a emporté.


imagepv
Carte d'identité

Race: Humaine
Statut: libre
Âge: 30 ans
Métier: Journaliste indépendante
Particularité(s): Journaliste connue pour sa droiture, il semblerait qu’elle ait reçu les indications d’une source proche de l’armée que quelque chose de bizarre se tramait à Bristol. Cette source lui a paru suffisamment fiable pour qu’elle aille s’y installer peu avant la quarantaine.
Avatar & Copyright: Noomi Rapace et Clémentine
PV créé par: Lyle
Citation de: Daria

Caractère


Cynique – désabusée – sarcastique –moqueuse – intègre – brillante – misanthrope – je-m’en-foutiste - fidèle –pessimiste (réaliste selon elle) – têtue – imperturbable - sensible





C'est l'histoire qui nous fait
Issue d’une famille réversienne tout à fait classique, la jeune Lauren s’est rapidement distinguée par un comportement apparaissant comme un peu bizarre. Réservée, solitaire, les rares paroles qu’elle déniait prononcer ont fait croire qu’elle était en réalité autiste… Jusqu’à ce qu’un psy fasse comprendre à ses parents que si elle ne parlait pas, c’était tout simplement parce qu’elle n’en n’avait pas envie. Cette tendance s’accroissant en grandissant, elle fut d’abord victime de railleries par ses camarades avant qu’on ne la mette totalement à l’écart. Cette petite fille là inexpressive et silencieuse, toujours un livre à la main, avait un côté définitivement angoissant.

Elle grandit donc en marginale, les seules personnes comprenant qu’elle n’était pas qu’une gamine un peu bizarre étant ses parents. Pourtant ces derniers, surprotecteurs, étouffait Lauren qui s’éloigna de plus en plus. Une fois arrivée dans le secondaire, la jeune humaine ne tira qu’une seule conclusion de ses prises de notes mentales à propos de ses congénères : la plupart d’entre eux étaient des attardés. Vraiment. Elle ajouta donc la raillerie et les piques en douce à son arsenal intellectuel. Sans pour autant sortir de son attitude solitaire.

Quelques années plus tard, ses secondaires finies avec brio, elle décida de continuer ses études dans la capitale britannique. Une innocente magouille pour se débarrasser des inquiétudes de ses parents bienveillants mais définitivement encombrants, et elle était partie. Durant la fac, sa plume acérée et cynique la firent remarquer et elle fut engagée en tant que journaliste pour un mensuel économique et politique. Bonne enquêtrice, elle fit éclater un certains nombre de scandales politiques, jusqu’à celui de trop. Elle fut renvoyée de la rédaction, et elle toutes les portes des autres magazines lui fermèrent leur porte. Elle avait certes réussi à faire perdre des plumes à un politique véreux mais ce n’était visiblement pas sans conséquences pour les siennes.

Elle s’installa donc à son compte jusqu’à ce qu’un tuyau en provenance de l’armée l’emmena vers Bristol. Quelque chose s’y préparait en silence et cela lui parut suffisamment louche pour qu’elle aille s’installer là-bas. En outre, s’étant toujours informée sur la situation de Réversa pendant son absence, elle comprit rapidement que la situation était sacrément en train de déraper et que c’était peut-être en lien avec son info. Quelle ne fut pas sa surprise quand la quarantaine fut mise en place. Elle ne sait pas ce qui se passe, mais une chose est sûre : incarcérer des gens innocents – car c’est pour elle ce qui est en train de se passer – c’est un crime, nocturnes ou pas. Alors non seulement elle compte bien sortir, mais en plus des têtes vont tomber.


Les Grands esprits se rencontrent
Thimothy Robinson :Thimothy n’a jamais réellement aimé les journalistes. Ca fouille partout, ça ne pense qu’à faire du chiffre d’audience, et puis ça met des enquêtes en péril au dépend des victimes. Quant à Lauren, elle non plus n’a jamais porté la police dans son cœur. Ca s’achète facilement, ça ne remet jamais en question les ordres, et puis ça étouffe les conneries des collègues. Autant dire que leurs préjugés en ont prit un coup quand ils se sont rencontrés à Londres. Intègre, Lauren a toujours attendu de faire publier un papier si ça pouvait sauver une enquête. De son côté, Thimothy n’est pas du genre à penser que certaines personnes sont au dessus de la loi. Ils se sont finalement assez rapidement entendus, chacun étant une source d’informations fiable pour l’autre, tout en sachant qu’ils ne se causeraient jamais de tord mutuellement. Ils ont même fini par devenir amis, Thim sincèrement désolé à propos du licenciement de Lauren, et cette dernière ayant soutenu le policier durant son divorce. Un miracle quand on connait la misanthropie de Lauren. Leur retrouvaille à Bristol est un hasard, mais autant dire qu’ils sont franchement contents de cette découverte. Ca leur fait un allié de plus, et Lauren est familière de ces créatures réversiennes qui restent encore plutôt mystérieuse pour Thimothy.

Lyle S. Abrams :Les parents de Lauren étant surprotecteurs, ils n’auraient jamais accepté que leur fille quitte Réversa pour aussi grande ville que Londres, à ses 18 ans. Après avoir essayé de la manière douce, l’humaine a décidé d’utiliser la manière vicieuse. Lyle et elle étaient alors dans la même classe. Ils se parlaient alors très peu mais ils avaient plus ou moins sympathisés. Les piques cyniques de Lauren amusaient follement Lyle et ce dernier se démarquait par une attitude définitivement asociale et sarcastique qui le faisait remonter dans l’estime de Lauren. Ça aurait pu rester là, si Lyle ne transpirait pas alors le délinquant par tous les pores, ce qui donna une idée à Lauren. Il faisait semblant d’être son copain devant ses parents, et en l’échange elle le payait pour faire le comédien. Ils n’auraient pas supporté qu’un type dans son genre l’approche, et qu’elle parte à Londres leur aurait paru être un mal moins grand par rapport à ce qu’elle le fréquente. D’abord surpris, Lyle accepta. Et la mission d’environ une semaine s’avéra bien plus amusante qu’ils ne l’auraient pensé, leurs caractères respectifs semblables les rapprochant. En outre, cela marcha à merveille. Lauren partit donc à Londres, et Lyle resta à Réversa. S’il y eu une ambiguïté ? Possible, mais clairement non avouée par chacun des deux côtés. Au moins un début d’amitié, à laquelle ils eurent tôt fait de mettre un terme.

William Bower Dès son arrivée à Bristol, une des premières choses que fit Lauren a été de chercher un bon hacker. Elle savait d’expérience qu’ils pouvaient être de précieux alliés, et qu’il était préférable d’en avoir plusieurs, dont au moins un à une certaines proximité. Après avoir creusé et avec l’aide d’un de ceux qui étaient restés à Londres, elle entendit parler d’un type qui avait réussit à se faire connaitre dans le monde des hackers en dehors de la Grande-Bretagne. Un gros poisson très bien planqué. Elle finit néanmoins par retrouver sa trace, puis à le contacter, dans un premier temps via internet pour éviter de le brusquer. Après un certain temps, William accepta de la voir, puis de lui servir d’informateur, la journaliste lui semblant honnête et étant prête à le payer. Avec la quarantaine, William a rarement été aussi précieux pour elle et cette dernière permet à Will de rester informé sur les éléments qu’elle trouve en dehors de son expertise.

Thomas Parson : On pourrait faire n’importe quoi, Lauren reste quelqu’un d’aussi imperturbable qu’impassible. Il ne sait toujours pas ce qui lui a prit quand il a voulu à tout prix engager la conversation alors qu’elle était en train d’écrire quelque chose assise à une table d’un café. La seule chose qu’elle a daigné répondre fut quelques répliques cinglantes assortis de légers sourires narquois qui mettaient en cause ses capacités intellectuelles. Il se souvient qu’elle lui a même plus ou moins demandé s’il savait lire. Loin de se vexer, le mercenaire est revenu à la charge, mais dans ses rêves cette fois. Il a eu beau se montrer le plus charmeur possible, pas l’ombre d’un sourire, même avec la décontraction qui opérait habituellement dans le monde des songes. Il sait pas qui est cette nana, mais elle là elle n’est plus seulement rigide, il doit y avoir un autre truc. Tellement que quand il a reçu l’ordre de la faire disparaître de la part d’un député véreux, il a refusé. Voir son ton se contrarier un peu plus à chaque rêve et sa tête à chaque fois qu’ils se « croisent » en vrai est sans doute le jeu le plus rigolo qu’il a trouvé depuis très longtemps. Et puis, il aime bien sa plume. Lauren, elle, en a marre de ce pot de colle et est légèrement perplexe de le croiser régulièrement dans ses songes. Néanmoins, il ne change pas tellement de ses autres congénères humains et elle pense qu’il se lassera.


Faire face à la réalité
/

Revenir en haut Aller en bas
 

Lauren Saddler - Humaine | Noomi Rapace

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» SUJET TERMINE - Bombe Humaine - Caractère explosif? [Eris]
» Le Hobbit, une espèce humaine différente de l'homme moderne.
» Lassitude de la vie humaine -Terminé-
» La connerie humaine est sans limite !!!...
» Orks à la peau humaine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Une question d'opposé? :: From The Beginning :: Welcome To The Family :: À Bristol-
Les Petits Plus

What's up?

REFONTE DU FORUM
La découvrir - La suivre

STATISTIQUES:
Anges: 7
Elfes: 7
Humains: 12
Conseil: 5
Prometheus: 3 Avalon: 3
Lycans: 8
Spectres: 4
Vampires: 8
Léviathan: 2
Mithra: 4 Gaïa: 1

Votez pour le forum ♥