AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


FORUM FERME
Retrouvez nous sur Whispers of Dawn, la V2 de Réversa! :
http://whispersofdawn.forumactif.com/

Partagez | .
 

 Traquenard [Diane]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Métier/Etudes : Membre de l'Ordre
Nombre de messages : 125
Opinions Politiques : Ordre
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 9 Aoû - 17:06, vous pouvez
Il était fatigué. Il avait passé la nuit au poste, incapable de rester chez lui afin de profiter du repos durement mérité après une journée de travail plus ou moins mouvementée. Tandis qu’il cherchait le sommeil, les images de l’enquête sur laquelle il travaillait actuellement avait fait irruption dans son esprit, le faisant se tourner et retourner sans cesse dans son lit. Il avait fini par capituler. Se rhabillant rapidement, il avait pris la direction du poste, récupéré son arme dans le casier à son nom, c’était dirigé vers son bureau et avait commencé le long et pénible rituel qu’il ne pouvait maitriser dans des moments comme celui-là. Démonter son arme, remonter son arme, démonter son arme, remonter son arme… Cette nuit, son TOC avait été plus fort que d’habitude et il n’avait pu s’empêcher de répéter encore et encore ce même mouvement au fil des heures, s’entendant entre chaque crise psalmodier un verset guerrier de la bible, toujours le même, s’exaspérant lui-même car il ne croyait pas en cette divinité. Mais là encore, tenter d’empêcher cela était comme tenter de vivre sans respirer, impossible.

C’est seulement lorsque l’aurore pointa le bout de son nez que sa crise passa, mais il était maintenant trop tard – ou trop tôt – pour qu’il puisse espérer dormir à sa convenance et il abandonna bien vite cette idée. Tout en mettant son arme de poing dans le tiroir de son bureau, il regarda le tableau qui se trouvait en face de lui et sur lequel figurait des photos, une liste de nom, une chronologie d’évènement et un immense point d’interrogation en son centre. Il se leva et se positionna en face de ce post-it géant pour enquêteur. Scrutant chaque photo tour à tour, chaque nom et indice qu’il avait récolté méticuleusement chaque jour depuis que l’affaire lui avait été confié à lui et son collègue de l’Ordre. Il recula de quelques pas pour avoir une vue d’ensemble du schéma qui se présentait devant lui et resta là sans bouger, les mains dans le dos. Ses yeux seuls étant actif, cherchant quelque chose qu’il aurait pu ne pas voir les autres jours.

Lorsque les autres membres de l’Ordre arrivèrent pour reprendre leur travail, Wyatt n’avait pas changé de place, comme une statue, une gargouille guettant perchée sur ses hauteurs le passage du temps. Perdu dans ses pensées, il n’entendit pas la porte de son bureau s’ouvrir, ni son collègue qui tentait en vain de capter son attention.

« Wyatt !... Wyatt !! »
Il sursauta enfin et tourna la tête vers la source de la voix. Émergeant difficilement de ses songes, il se passa une main sur le visage avant de lui prêter attention.
« Il y a du nouveau ?
- Un autre corps a été trouvé cette nuit. On rentre à peine, le corps est entre les mains du légiste.
- Des témoins ?
- Un seul. Il dit avoir vu quelqu’un partir précipitamment – c’est lui qui nous a appelé – et il donne une description qui correspond à ce qu’on a déjà. »
Wyatt soupira tout en se tournant vers son bureau. Il prit un petit carnet qui paraissait avoir déjà vécu et un stylo avant d’indiquer la sortie à son collègue. Il devait voir le légiste.

Tout en descendant au niveau de la morgue du poste, Wyatt dû subir les récriminations de l’homme qui lui aussi suivait cette enquête. D’après ce dernier, toutes les preuves pointaient vers une seule et unique personne. La presse commençait à y mettre son grain de sel et accusait implicitement les Vampires, car ils avaient eu – Dieu seul sait comment – la copie de l’autopsie d’une des victimes. En conséquence de quoi il fallait boucler l’affaire rapidement pour éviter le buzz médiatique. Mais Wyatt n’était pas sûr. Il ne savait pas pourquoi, après tout, les preuves étaient ce qu’elles étaient. Et la raison pour laquelle il restait debout chaque matin devant son tableau pendant des heures était cette impression qu’il loupait une incohérence et qu’il cherchait à mettre le doigt dessus. Son comparse quant à lui avait déjà tranché et décidé que le suspect – qui ne savait même pas qu’il l’était – ne pouvait être autre chose que coupable.

« Bonjour docteur. Que pouvez-vous me dire sur notre nouveau pensionnaire ?
- La même chose que pour les trois autres. Autrement dit, rien de neuf j’en ai peur, répondit-il tout en se penchant vers le cadavre, vous voyez ici ? Marque de morsure. Identique aux autres, il se releva, pas de traces de coups, la victime ne s’est pas défendue. »
Wyatt resta quelques secondes à observer le corps blafard étendu sur la table d’autopsie. Il plissa un instant les yeux avant de se faire la réflexion que tout cela était trop propre. Trop net. Il nota une observation dans son carnet et regarda une nouvelle fois le corps. Le légiste lui donna une photo qu’il allait ajouter à son dossier d’enquête et Wyatt lui demanda de le prévenir s’il trouvait autre chose avant de sortir.
« Tu peux me dire ce que tu cherches ?
- Je te le dirai lorsque je l’aurai trouvé. »

De retour à son bureau, il s’installa et regarda sa montre. Il avait envoyé la veille une convocation à remettre en main propre à son suspect. Il voulait éviter que la presse ne s’agglutine aux portes du poste, chose qui se serait certainement produite s’il avait lui-même été chercher la personne concernée. Elle devait arriver en début de soirée, il passa donc le reste de la journée à revoir ses dossiers. La nuit était tombée et il n’avait pas encore décidé s’il allait inculper ou non son suspect. On toqua à sa porte avant de l’ouvrir.

« Monsieur, elle est arrivée.
- Très bien faites la entrer. »
Il se releva, et lorsque la personne entra il lui présenta une chaise
« Bonjour madame Cordwel »

Oui qu’allait-il faire…
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Diane Cordwell
❝ Devil Inside ❞
Métier/Etudes : Sous intendante de l'Eden's Manor
Nombre de messages : 4357
Opinions Politiques : Celui des vampires
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Sam 20 Aoû - 0:59, vous pouvez
Encore une nuit.
Encore un combat.
Encore un coup.


Depuis l'affaire du carnaval, la jeune femme vivait au jour le jour, sans prévoir le lendemain, sans faire de projet. Chaque jour lui paraissait dur de l'instant où elle ouvrait les yeux jusqu'au moment où elle se couchait. Elle avait régressé par rapport à quelques mois plus tôt. Avec Kane, elle avait cru qu'un changement serait possible, qu'elle allait pouvoir s'impliquer dans un mouvement qui lui tenait à cœur et pour lequel elle avait envie de se battre. Les vampires, les siens. Pour quelques mois, elle avait eu un but, une cause en laquelle croire et donner un sens à sa vie d'immortelle. Diane avait cru pouvoir changer les choses pour ses semblables dans une ville qui se scindait en factions. Elle n'avait pas cherché à instaurer la paix dans la ville, simplement améliorer la situation des Vampires, les aider à être indépendants et à pouvoir être eux-mêmes sans crainte de représailles. Était-ce si terrible ? Si exigeant ? Apparemment oui si on en croyait ce qui avait été dit à son procès. Et sans Kane nulle part en vue, elle s'était laissée aller au désespoir.

Diane était dans le même état que lorsque Kyng-Soon avait passé le Rituel et s'était enfuie en Corée. Tout ce travail qu'elle avait fait sur elle-même pour s'en remettre, pour l'oublier et se reconcentrer sur sa propre vie. Fichu en l'air du jour au lendemain. En à peine un jour. Ça l'avait rendue malade. Du coup, elle avait renoué avec ses vieilles habitudes. Elle rasait les murs au Manoir et bâclait ses corvées pour filer à l'Arène de Mithra. Elle y passait le plus clair de son temps à enchainer les combats avec tous ceux et celles qui se présentaient, à prendre un verre dès qu'elle s'ennuyait ou commençait à avoir soif et à flirter avec celles qui lui montrait un peu d'intérêt. Elle ne cherchait rien, ne voulait rien sauf passer le temps et se distraire. Tous les moyens étaient bons, même si ça signifiait rentrer dans un état lamentable pour essayer de grapiller quelques heures de sommeil avant de repartir pour un tour. Son dernier vrai repas, posé, tranquille, à la banque du sang remontait à des semaines. Elle s'était débrouillée jusqu'ici avec des restes d'autres vampires ou les rations que lui mettait son père adoptif sur sa table de chevet quand elle oubliait de se nourrir. Wyatt était là pour elle. Wyatt, son grand ami, son géant blond rien qu'à elle, celui qui l'avait « élevée » après sa transformation et qui la voyait se faire du mal. Il désapprouvait, elle le voyait dans son regard et il l'avait bien engueulée une fois mais n'avait pas insisté. Bien lui en avait pris.

Diane esquiva. Elle se baissa et se redressa avec un peu de mal avant d'attraper le bras de la lycanne en face d'elle et tirer de toutes ses forces pour l'envoyer au sol. Elle avait l'impression d'être à l'extérieur de son corps, comme une spectatrice de sa propre vie.

Un solide coup dans la mâchoire la ramena sur le plancher des vaches. Diane tituba et se laissa tomber dans les cordes, complètement sonnée. Elle se laissa tomber par terre et quelques secondes plus tard, le combat était terminé par l'arbitre. C'était une des rares choses qui la stressait dans ces combats, le fait qu'on les arrête dès que quelqu'un développait un bleu. Pourquoi est-ce qu'on ne les laissait pas se taper dessus jusqu'à ce qu'un k.o. emporte un des concurrents ? Diane grinça des dents et se laissa aider par un vampire – un qui ne lui tenait pas rigueur de son "coup d'état" – à descendre. Elle accepta l'offre de shoot d'un petit groupe et, voyant l'heure, décida qu'il était temps de rentrer à la maison. En début de soirée, alors qu'elle venait d'atteindre les grilles de l'Eden, quelqu'un – non belligérant, dieu merci – s'était avancé à sa rencontre pour lui remettre une convocation à venir au poste de l'Ordre. Si elle voulait avoir l'air fraiche, il fallait qu'elle dorme le plus possible. Elle monta quatre à quatre les escaliers, remplit un évier plein d'eau glacée pour y plonger son visage, espérant réduire les contusions. Une bonne couche de fond de teint et elle devrait réussir à paraitre normale. C'était un pari à faire et puis de toute manière, qu'est-ce qu'elle pouvait bien en avoir à faire de ce que pensait un flic de son apparence ?

***

L'heure avançait. Diane mit un point final à son maquillage – on ne voyait presque pas ses bleus qui auraient disparu au petit matin si elle ne s'en faisait pas de nouveaux d'ici-là –, réajusta son tailleurs bleu poudré et sortit récupérer le taxi qu'elle avait commandé pour éviter d'avoir à abimer sa panoplie. Dix minutes plus tard, elle était devant le poste et cinq minutes encore près, elle fut introduite dans un bureau où l'attendait un homme blond entre deux âges qui se leva pour lui désigner la chaise en face de son bureau. Presque malgré elle, son regard dériva sur le mur où un tableau affichait tout un tas de papiers. Est-ce que cela avait un rapport avec elle ? Elle espérait que non. Pour le moment, il était grand temps de reprendre le visage de Diane Cordwell, celle d'avant. Elle se redressa, mit ses épaules en arrière, bomba la poitrine et s'avança vers l'homme avec un sourire Colgate pour serrer la main au policier.

_ Elle-même. Bonsoir.

Elle ne serra pas trop fort sa main pour ne pas lui faire mal et s'installa sur la chaise en croisant les jambes. Il s'agissait de ne pas avoir l'air d'être coupable de quoi que ce soit tant qu'elle ne savait pas avec précision ce qu'elle faisait là. C'était pourtant l'impression qu'elle avait. Que ce soit à cause des récents événements ou de vieilles histoires toujours présente, Diane aurait pu avoir une pancarte sur le front qui disait "Coupable" que ça aurait été la même chose. Pourtant, elle s'était tenue à carreaux depuis son procès, comme quoi, elle allait vraiment mal.

_ Vous vouliez me voir, monsieur… ?

Monsieur comment d'abord ? Qui était-il et que lui voulait-il ?


[HJ : Vraiment désolée pour le retard, j'ai eu une semaine chargée ><
J'espère que ça te va et si tu manques de rebond, n'hésite pas à me MP]


   
J'irai voir tôt au tard si les sirènes insistent. Sous les flots qui m'entrainent je suivrai leur piste, car nul ne résiste au charme doux de leur chant d'amour . (⚡) le chant des sirènes.
mobilis in mobile
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Métier/Etudes : Membre de l'Ordre
Nombre de messages : 125
Opinions Politiques : Ordre
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 29 Aoû - 17:54, vous pouvez
« …Blake. »

Il s’installa à son tour derrière son bureau et croisa le regard de son invité tout en laissant planer un silence de mort pendant quelques secondes. Il ne savait pas encore par quel bout il allait commencer cette entrevue. Et d’ailleurs, fallait-il aller droit au but ou passer par des chemins de traverse pour atteindre la vérité sur cette affaire ? Il se racla la gorge tout en laissant son regard dévier vers le tableau qui se trouvait sur le côté. Quatre victimes. Il avait attendu aussi longtemps avant de la convoquer et il se demandait si finalement son collègue sur cette affaire n’avait pas raison. Il fallait en terminer avec cette enquête, les preuves étaient là et il ne serait pas difficile de la faire condamner. Reportant son attention sur madame Cordwell, il laissa échapper un léger soupir autant du à la fatigue accumulée cette nuit qu’aux ennuis qu’il pressentait venir. Il venait de décider de s’entêter et il savait que bientôt on lui poserait des questions. Il sortit un dossier de l’un de ses tiroir avant de croiser les mains sur son bureau.

« Je vous ai demandé de venir car j’espère que vous pourrez m’aider à y voir plus clair dans une affaire sur laquelle j’enquête actuellement. »
Wyatt ouvrit le dossier qu’il avait sorti et prit une feuille où figurait la photo de la Vampire. Il parcourra rapidement le document et reprit.
« Je vois que ce n’est pas la première fois que vous avez affaire à l’Ordre, dit-il presque dans un murmure, vous êtes actuellement, d’après les informations que j’ai, l’une des personnes qui êtes en charge de l’Eden’s Manor. »
Il reposa la feuille et avec lenteur prit la suivante, vraisemblablement une liste de nom. Certains noms appartenaient à des Vampires que l’Ordre savait résider en ce moment dans la demeure attribué à cette race. Il posa la liste volontairement à la vue de madame Cordwell pour voir sa réaction tout en continuant son petit manège.
« Si je vous parle de votre fonction, ce n’est pas sans un certain intérêt. J’enquête sur une série de meurtre et tout porte à croire qu’un Vampire en serait la cause, il montra le tableau sur le côté et continua, et j’aimerai savoir si vous n’auriez pas, à tout hasard, remarqué quelque chose ? Des rumeurs ? Un comportement différent ? »

Wyatt avait finalement décider d’avoir une approche tout en douceur. Examinant avec grande attention la personne en face de lui tandis qu’il lui posait ses questions. Réfléchissant déjà à la suite des opérations. Tout dans cette histoire désignait la femme assise devant lui comme coupable. Un signe, un geste, une expression sur le visage, une de celle qu’il avait l’habitude de voir sur les coupables cherchant à détourner l’attention des enquêteurs, finirait par le convaincre lui aussi. Allait-elle lui servir sur un plateau un autre Vampire ? Oui la réaction de son interlocuteur serait sans doute décisif pour Wyatt. De plus, il attendait toujours les résultats définitifs de l’autopsie de la dernière victime, tout comme les réponses à quelques questions qu’il avait chargé son collègue de trouver.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Diane Cordwell
❝ Devil Inside ❞
Métier/Etudes : Sous intendante de l'Eden's Manor
Nombre de messages : 4357
Opinions Politiques : Celui des vampires
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Ven 2 Sep - 19:14, vous pouvez
Pour qu'elle se retrouve convoquée de la sorte au poste de l'Ordre c'est qu'il devait se passer quelque chose de grave. Vu la manière dont étaient traités - et seraient toujours, ajouta t-elle in petto - les nocturnes à Réversa, elle pouvait difficilement imaginer être ici pour recevoir une médaille d'honneur. Peut-être que le manoir avait décidé d'extérioriser le problème et de s'en remettre à l'ordre pour gérer ses trublions. Si c'était bien le cas, le conseil tout entier venait de descendre considérablement dans son estime, déjà qu'ils étaient bien bas... À moins qu'ils n'aient finalement attrapé la cinglée qui l'avait mise dans une cage comme une bête de foire et c'était amusée à l'affamer et à ouvrir les rideaux pour que le soleil la brûle. Il était grand temps ! Savoir que cette tarée avait pu se promener tranquillement dans les rues de Réversa, libre comme l'air alors que les siens étaient traqués et punis pour tout et rien la révulsait. Le soupir fatigué de l'inspecteur installé en face d'elle en disait long sur l'embarras de leur cas. Diane me dira un instant l'idée de les attaquer publiquement et éventuellement les traîner en justice pour leur incompétence en puissance. Si ça ne jouait pas un peu pour le cas des Nocturnes ça !

Diane se redressa et prit inconsciemment une moue hautaine sous l'influence de ses pensées. La moindre des choses serait de lui présenter publiquement des excuses pour n'avoir pas réglé rapidement l'affaire de l'autre malade mentale. En bonne et due forme. Vu son humeur du moment, ce serait indubitablement un rayon de soleil dans son quotidien. Ensuite la jeune femme verrait ce qu'elle ferait d'eux. Pourtant la phrase suivante du blond la fit légèrement tressaillir. En cours ?! Comment ça en cours ? Ils ne l'avaient toujours pas attrapée ? Mais sans rire ! Ils étaient ainsi décidé à ne pas aider les nocturnes le moins du monde. C'était logique de toute manière, ils voulaient mettre tous les vampires et les lycans dans le même moule que les humains et avec le soutien du conseil en plus ! Alors qu'est-ce que ça pouvait bien faire si l'un d'entre eux, un fervent réfractaire au Rituel de surcroît, venait à disparaître de la main d'une dangereuse déséquilibrée ? Rien apparemment.

Non Diane, on ne s'énerve pas. Inspiration, expiration.

Rongeant son frein tant bien que mal, la brune se força à reporter son attention sur l'inspecteur Blake. Écouter ce qu'il avait à lui dire était encore la meilleure chose qu'elle pouvait faire. Son regard tomba sur la feuille qu'il avait reposé négligemment et déchiffra à l'envers des noms qu'elle connaissait. Elle eut soudain l'impression qu'une main glacée venait d'attraper ses entrailles pour les serrer de toutes ses forces. Une certitude la prit. La cinglée s'en était pris à d'autre. Dans son délire pseudo-médical, elle avait dû kidnapper d'autres vampires et les soumettre au même calvaire qu'elle.

La surprise succéda à l'angoisse sur son visage, vite suivit par une colère sourde et froide. Diane se mordit la lèvre et baissa la tête pour reprendre une certaine contenance. C'était ça ou assassiner le policier du regard. Il n'enquêtait pas du tout sur l'affaire de sa désaxée ! Mais pas du tout ! Au contraire, ils avaient déniché un cas pour enfoncer les vampires encore un peu plus. C'était révoltant ! Profondément révoltant ! Quand elle fut certaine qu'elle n'allait pas explosé au premier mot qui sortirait de sa bouche, Diane releva le regard, une lueur de défi dans les yeux.

_ Rien. Absolument rien du tout.

Comme si elle allait collaborer pour confondre un des siens en justice. Même si son clan l'avait mal récompensée en la traitant comme une criminelle pour avoir pris le parti de quelqu'un qui voulait changer les choses et rétablir les vampires à leur juste place, elle ne serait pas assez petite pour faire une telle chose. Désolée monsieur l'inspecteur mais vous devrez trouver un autre couillon pour votre affaire.

_ Contrairement à ce que tout le monde semble penser, les vampires ne posent pas tant de problèmes que ça.

Ajouta t-elle d'un ton perfide avec un sourire de peste.

_ Surtout en ce moment, ils ont d'autres chats à fouetter à l'Eden et n'ont pas le temps de s'amuser à abandonner bêtement des cadavres dans la ville.

Wow. Deux conneries dans la même phrase. Elle était décidément bonne à rien sous le coup de la colère ! Ils... Elle aurait du dire "nous" et ne pas s'amuser à sous-entendre que personne ne retrouvait les cadavres qu'il arrivait aux vampires de semer dans leurs pas. Espérons qu'il ne tique pas. De toute manière, elle ne devait être là que parce qu'il croyait qu'elle allait moucharder. Peut-être que l'inspecteur Blake était parfaitement au courant de sa position bancale dans le clan et qu'il croyait que ce serait une raison suffisante pour la faire parler. Erreur mon cher Watson. Il avait parié sur le mauvais cheval.


   
J'irai voir tôt au tard si les sirènes insistent. Sous les flots qui m'entrainent je suivrai leur piste, car nul ne résiste au charme doux de leur chant d'amour . (⚡) le chant des sirènes.
mobilis in mobile
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Métier/Etudes : Membre de l'Ordre
Nombre de messages : 125
Opinions Politiques : Ordre
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Ven 9 Sep - 0:39, vous pouvez
Bien qu’elle tentait de cacher ses émotions le plus possible, de garder une certaine contenance devant l’agent de l’Ordre, ce dernier vit tout de même toute une palette d’expression défiler sur le visage de la femme en face de lui. Il lut de la surprise, cela ne faisait aucun doute, mais il n’aurait pas su dire qu’elle était l’objet de son étonnement. D’autant plus que cette stupéfaction ne dura que le temps d’un soupir avant de laisser place à autre chose, de la colère, de ce qu’il pouvait en déduire. Mais là aussi, elle ne dura pas. S’il n’avait été dans un cadre aussi formel, il aurait félicité son interlocutrice pour sa parfaite maîtrise de soi. Il ne fut donc pas surpris de l’entendre nier, affirmant n’avoir rien vu, ne rien savoir. Même s’il était difficile de croire qu’une femme dans sa position puisse ne pas être au courant d’un évènement lié à sa race, Wyatt n’insista pas sur ce point. Il écouta d’ailleurs à peine sa seconde intervention, tout occupé qu’il était à réfléchir sur le pourquoi des expressions qu’il avait pu voir.

Cette réflexion fut de courte durée, ramené à la réalité par la dernière phrase de la Vampire. "Ils ? Ah… c’est vrai qu’il y a eu du grabuge chez les Vampires dernièrement". Mais qu’impliquait ce Ils ? Pourquoi ne pas se considérer dans le groupe. Et s’il trouvait une réponse à cette question, cette dernière avait-elle un lien avec son enquête ou n’était-ce qu’un évènement parmi tant d’autre jonchant le fil de la vie ? La suite de sa phrase confirma ce que tous savaient – ou pour le moins soupçonnaient –, les cadavres ne devaient pas être retrouvés. Wyatt en poussant un peu cette idée, n’eut aucun mal à imaginer les affaires de disparition soudaine que ses collègues n’arrivaient pas à résoudre – malgré toute la volonté du monde et une sacrée dose de patience. Il s’enfonça lentement dans le dossier de sa chaise tout en tapotant son bureau du bout des doigts de sa main gauche.

"S’ils cachent les cadavres alors pourquoi quatre d’entre eux crèchent actuellement dans notre frigo ?", se questionna-t-il tout en fronçant les sourcils. Il y avait une logique derrière tout cela qui échappait encore à Wyatt. Il ne doutait pas cependant d’y voir plus clair très prochainement. Stoppant net le mouvement de ses doigts, il lança sa main en avant pour attraper l’une des feuilles du dossier, toujours ouvert, et la fixa longuement. Quelques informations sur Diane étaient présentes, mais aussi – et cela le frappa – la mention d’une plainte suite à une agression plutôt violente dont elle fut la victime. Relevant la tête, il regarda la Vampire un instant puis se leva.

« Je reviens tout de suite. »

Il sortit du bureau et se dirigea dans une autre pièce afin de prendre un dossier qu’il pensait pouvoir trouver ici. Revenant après quelques minutes, lisant ledit dossier tout en marchant avant de reprendre place derrière le bureau. Il l’examina encore quelques instants, tournant frénétiquement les pages pour finalement le reposer sur son bureau.

« Je vois…, murmura-t-il, vous pensiez être ici pour cela ? »
Il montra le dossier qu’il venait de refermer. Inconsciemment, il avait fait la relation entre les différentes expressions de la dame avec la plainte – toujours non résolue – qu’elle avait porté auprès de l’Ordre. Surprise qu’on lui parle d’autre chose, énervée sans doute de voir que rien ne semblait être fait.
« Un Vampire a certainement quelques préférences dans le choix de ses victimes ? »
Il avait radicalement changé le sujet de la conversation pour en revenir à ce qui l’intéressait. Immédiatement après avoir posé sa question il sortit les photos des victimes qu’il plaça en ligne devant Diane Cordwell.
« Ça vous dis quelque chose ? »
Toutes les victimes avaient plus ou moins le même profil physique. Il espérait une réaction de la part de son suspect tout en se demandant si les deux dossiers pouvaient avoir un lien quelconque entre eux. Il ne croyait toujours pas à sa culpabilité, mais il ne fallait pas dévoiler son jeu trop vite au cas où, pour une fois, son instinct se serait trompé.

"Allé docteur, appelez-moi. Dites-moi que vous avez trouvé quelque chose depuis ce matin qui puisse me conforter dans mon égoïste entêtement sur cette affaire."

Si comme il le pensait, madame Cordwell n’était pas à l’origine des tracas causés par la mort de ces différentes personnes, alors qui pouvait l’être et pourquoi ? Si elle n’était pas la solution, alors elle devait être la clef de cette énigme, l’outil qui permettrait de décrypter ce code flou et nébuleux et de mettre, si ce n’était un visage, une réponse en lieu et place de cet immense point d’interrogation qui trônait fièrement – pour le moment et pour peu de temps encore il l’espérait – au centre de la toile tissée autour de la Vampire.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Diane Cordwell
❝ Devil Inside ❞
Métier/Etudes : Sous intendante de l'Eden's Manor
Nombre de messages : 4357
Opinions Politiques : Celui des vampires
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 17 Oct - 15:54, vous pouvez
Il avait intérêt à revenir vite ! Diane ne s'était pas coltiné la route jusqu'au poste de l'Ordre en faisant des tours et des détours pour perdre quiconque aurait eu la bonne idée de la suivre (c'est qu'elle aurait eu du mal à s'expliquer pourquoi on l'avait fait demander au poste alors qu'elle avait reçu la consigne de se tenir tranquille) pour être laissée en plan au bout de cinq minutes d'entretien. D'autant que c'était loin d'être son bâtiment préféré de la ville, il la mettait même très mal à l'aise. Sûrement sa mauvaise conscience qui lui faisait des tours au pire moment pour faire des tours à quelqu'un qui n'était pas aussi blanc qu'il/elle le prétendait. Certes la justice de Réversa lui avait fait tort en ignorant sciemment le kidnapping et l'agression dont elle avait été victime, mais elle aurait quand même pu la coincer pour quelques « mésaventures », dirons-nous à défaut d'un terme plus juste dans le cas présent. De toute manière, il s'agissait dans son cas d'accident de parcours ou de léger débordement de jeune vampire, pas d'une volonté expresse, tout le contraire de ceux qui s'étaient empressés d'oublier son dossier sous une montagne d'autres dossiers simplement parce que la cinglissime tarée de Barjowland qui s'en était prise à elle était une Ange. Ah et après ça venait dire que les Anges n'avaient plus du tout de pouvoir dans cette ville et qu'on ne craignait rien d'eux… Et bah comme quoi Léviathan n'avait pas entièrement tort pour une fois !

Diane soupira profondément en sentant la nervosité reprendre ses droits sur chaque cellule de son corps et s’efforça de prendre l'air le plus dégagé possible. Enfin, autant qu'elle pouvait le faire, du moins. Deux-trois respirations tirées des séances de yoga qu'elle s'appliquait à suivre plus tard et elle pouvait commencer à se redemander ce qu'elle était vraiment venue faire là. Son regard retomba automatiquement sur la liste de résidents de l'Eden, des noms qui lui étaient familiers, qui avaient des visages et des souvenirs liés dans son esprit. Pas des noms mais des personnes en ce qui la concernait. Trouver quelqu'un qui sortait de l'ordinaire avec tout ce qui s'était passé dernièrement, ce serait compliqué…. Pour autant qu'elle sache, elle-même aurait pu se mettre dans la liste de personnes suspectes pour des meurtres. Mais encore une fois, qui serait assez idiot pour abandonner des cadavres derrière soi ? Il fallait être inconscient ou très mal instruit sur ce qu'il convenait de faire ou de ne pas faire quand on dérapait… La brune se releva et fit quelques pas dans la pièce pour évacuer la nervosité qui l'habitait et se retrouva face à un tableau digne d'une série policière avec des noms et des photos. Sûrement ceux des victimes, mais quel lien tout cela avait avec elle ? Comment en était-il venu à tomber sur son nom et à la faire demander ? Était-ce simplement parce qu'elle était la sous-intendante de l'Eden ou pouvait-il y avoir une autre raison ?

Des bruits de pas dans le couloir la rappelèrent à l'instant présent et un battement de cil plus tard, elle était de nouveau nonchalamment assise sur sa chaise en arborant un air étudié d'ennui. Côté mondanité et accueil, on pouvait repasser. Le détective, l'inspecteur, l'officier – ou quel que soit son titre – Blake resta à feuilleter un dossier quelques instants avant de le reposer devant lui et de lui montrer une déclaration qu'elle avait signée quelques temps plus tôt. Allelujah ! Les informations commençaient à circuler ! Diane acquiesça d'un mouvement de menton sans dire plus de mot. Inutile de se donner l'occasion d'être désobligeante envers quelqu'un qui pourrait finalement se mettre à l'aider…

Ou pas. Non, visiblement, il ne comptait pas l'aider mais continuer à la travailler au sujet de son affaire stupide ! La jeune femme le contempla silencieusement avec un air mi-étonné mi-dépité et finit par secouer la tête. D'accord, c'était de sa faute si elle avait eu beaucoup trop d'espoir en ce policier et au fait qu'il allait faire quelque chose pour elle ! Diane leva les yeux au ciel, sombrement résignée et entreprit de répondre pendant qu'il s'agitait pour sortir des photos qui lui semblaient vaguement familières… Ah oui, le tableau de détective.

_ J'imagine… C'est-à-dire qu'ils ne nous laissent pas vraiment le choix à l'hôpital… Et qu'ils ne nous font pas un descriptif du donneur avant de nous tendre les rations. Pour ce qui est de « l'ancienne façon de faire », certains trouvent leur bonheur auprès des Mordus qui squattent le Blood Zilla, dans le « choix » qu'il y a.

Après, elle n'avait pas la moindre difficulté à imaginer certains de ses congénères avoir assez de retenue pour pouvoir faire la fine bouche et se contenter d'un seul profil. Diane n'avait jamais eu assez de retenue avant qu'on ne distribue les rations, tout ce qui lui tombait sur la main était bon à prendre. Quelqu'un au sang chaud passait par là, c'était suffisant pour qu'elle se jette dessus, elle n'avait pas le temps de jouer à « Oh non, il est brun, je préfère le sang des blonds » … Mais encore une fois, il fallait vraiment être stupide pour faire l'erreur de semer des cadavres sur sa route, encore plus quand on avait un type particulier.

Diane jeta un coup d’œil aux photos qu'il avait étalées devant elle et eut un petit soupir d'ennui calculé. Elle arracha son regard d'une des photos en particulier pour relever les yeux sur le policier.

_ Non. Ça devrait ?

Demanda t-elle un poil plus sèchement qu'elle ne le voulait. En même temps, il fallait s'y attendre. Elle ne s’appelait pas Miss Marple et elle était loin de retenir tous les visages qu'elle croisait alors qu'espérait-il d'elle ?

_ Vous avez dit que tout portait à croire qu'un vampire était coupable des meurtres sur lesquels vous enquêtez mais il ne vous est pas venu à l'esprit une seconde que ça pouvait être un coup monté ? Je ne sais pas moi, par Prometheus, par exemple ? Qui a tout à gagner à ce que les Vampires aient une mauvaise image et excusez moi mais un tueur en série chez les Vampires, ce serait comme du pain béni pour eux!

Inutile d'occulter l'évident plus longtemps. Il cherchait un vampire, elle était un vampire. Il cherchait un vampire capable de faire des erreurs, dieu seul savait qu'elle avait fait des erreurs et même si elles avaient été cachées en partie par les siens, il devait forcément en rester quelque chose. Sinon, elle ne serait pas là. Devait-elle lui confier ses pensées sur la contradiction évidente que représentait un tueur en série vampire bordélique ? Peut-être pas, il serait capable de lui retourner que c'était le propre des tueurs en série de partager avec le monde leurs méfaits. Ou qu'elle essayait de l'éloigner du sujet. Parce que malgré tout ce qu'elle pouvait dire, un ou deux des hommes sur les photos avaient bien le style bouseux de ceux qu'elle avait volontairement expédié ad patres quelques temps auparavant.

Alors qu'est-ce que je viens faire là?


[HJ : Vraiment désolée pour le retard × Je me rattraperai, promis!]


   
J'irai voir tôt au tard si les sirènes insistent. Sous les flots qui m'entrainent je suivrai leur piste, car nul ne résiste au charme doux de leur chant d'amour . (⚡) le chant des sirènes.
mobilis in mobile
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Narrateur
❝ Let me tell you a story... ❞
Nombre de messages : 2483
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 6 Déc - 9:57, vous pouvez
Bonjour!
Le rp n'a pas reçu de réponse depuis plus d'un mois. N'oubliez pas d'y répondre dans les délais , ou en cas d'absence de demander à un administrateur de le déplacer dans les rp's en attente. Dans le cas où celui-ci serait terminé, n'oubliez pas de le faire archiver sur ce sujet, en cas d'absence, vous pouvez bien entendu le faire placer dans la section des rp's en attente. Il vous suffira d'envoyer un mp à un administrateur pour le déplacer par la suite dans la section où il se trouvait auparavant.
Merci d'avance =D
Le staff
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le , vous pouvez
Revenir en haut Aller en bas
 

Traquenard [Diane]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» henri II à Diane de poitiers( lettres inédites)
» Exploits de Diane Richter
» L'ACNE
» Les Salons
» diane Xboxer (evreux 27)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Une question d'opposé? :: Reversa City :: Reversa square :: Poste de l'Ordre-
Les Petits Plus

What's up?

REFONTE DU FORUM
La découvrir - La suivre

STATISTIQUES:
Anges: 7
Elfes: 7
Humains: 12
Conseil: 5
Prometheus: 3 Avalon: 3
Lycans: 8
Spectres: 4
Vampires: 8
Léviathan: 2
Mithra: 4 Gaïa: 1

Votez pour le forum ♥