AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


FORUM FERME
Retrouvez nous sur Whispers of Dawn, la V2 de Réversa! :
http://whispersofdawn.forumactif.com/

Partagez | .
 

 Ça suffit [Ronan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Damian M. Cantrell
La ferme, célébrité.
Métier/Etudes : Prof de piano (Conservatoire)
Nombre de messages : 4191
Opinions Politiques : Membre du Conseil, il veut le meilleur pour les Réversiens. Et qu'on ne vienne pas l'emmerder aussi. Ou pas trop, va.
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 3 Jan - 21:21, vous pouvez
Encore un super concert de Noël au Conservatoire. Encore une très belle expérience, partagée avec mes élèves et avec les autres profs. Ça m'a fait du bien, je dois l'avouer. Me concentrer sur mon travail, sur ma passion. Me laisser porter par la musique, par la perfection d'un morceau bien joué... Ça m'a toujours aidé à oublier le monde autour de moi, surtout dans les moments les plus sombres de ma vie. Hélas, maintenant que c'est fini, c'est un peu frustrant. Comme si mes pensées avaient décidé de passer à autre chose. Autrement dit, au Conseil, et pire encore, à la situation plus que merdique de Réversa. Enfin, ça a toujours été une situation merdique, diraient certains, mais là... Je crains vraiment le pire pour l'avenir de la ville. Pour mon propre avenir. Pour l'avenir de mes gosses. Ça fait peur, vraiment.

Si je pouvais m'enfuir, si pouvais partir loin d'ici avec Noreen et Barney, je pense que je le ferais sans hésiter. Au diable le Conseil ; si ma mère voulait défendre le nom des Cantrell, eh bien, qu'elle reprenne ma place et qu'elle foute la paix. Puisqu'elle ne sait que me critiquer et me mépriser, peut-être qu'elle ferait mieux que moi, allez savoir. Je fais un effort, pourtant. Je n'ai jamais voulu représenter notre famille au Conseil, moi. Je voulais juste être un artiste, mener ma vie loin de toutes ces pressions, toutes ces magouilles... Mais la mort de mon frère il y a presque trois ans a fait de moi l'héritier de cette responsabilité, de ce poids que mes épaules supportent à peine. Alors j'assume ma place, mon nom. Et j'essaye de faire de mon mieux pour aider Réversa à devenir un peu moins mauvaise. Après tout, l'éducation et la culture peuvent changer le monde, non ? Enfin, si l'on voit les choses d'une perspective plus... optimiste. Mais Réversa et l'optimisme, ça fait deux, je suppose.

Quoi qu'il en soit, je sais que la vie continue, malgré l'incertitude qui plane sur l'avenir de Réversa. Le gouvernement a pris les choses en main, et le Conseil de Réversa est observé de près, sans doute. Non seulement par eux, mais aussi par la presse nationale, mais aussi mondiale qui s'intéresse à cette ville maudite. Quelque part, la quarantaine nous protège un peu d'une invasion de journalistes surexcités. Quoique, je suppose que certains ont déjà contacté des journalistes bristoliens pour qu'ils viennent se renseigner... Franchement, je ne sais pas trop. Peut-être que le gouvernement les surveille de près aussi, et qu'ils chercheront même à étouffer ce qu'ils racontent, qui sait. Une chose est sûre, en tout cas : On n'a pas le droit à l'erreur.

Du coup, j'ai du mal à dormir la nuit. Je suis fatigué, tendu, j'ai mal partout. Ma perpétuelle bonne humeur devient parfois - trop souvent - un sarcasme acerbe, un commentaire désagréable... Je ne cache pas mon mal-être, alors que je devrais peut-être le faire. Pour le bien de mes enfants. Et pour mon bien aussi, je suppose. Quoique, je ne suis pas sûr. M'enfin. Ce n'est pas la joie, ça, c'est sûr et certain. Alors il ne faut pas s'étonner que je lance un regard noir à un type qui m'insulte dans un supermarché, juste parce que je suis un Cantrell. Oui, parce que c'est pour ça qu'il s'en prend à moi, hein. Je suis un Cantrell, je fais partie du Conseil, alors c'est ma faute si la situation est en train de partir en vrille ! Mais, gros scoop : ce n'est pas ma faute. Et j'en ai marre de me faire insulter partout, ou de me faire baffer du regard du moins, sans rien dire.

Mais bon, l'année vient tout juste de commencer... Allez, je vais me taire. Je vais prendre sur moi. Mes courses sont à peu près finies, de toute façon. A moins que je n'ai oublié quelque chose, évidemment. Ce qui est fort probable, mais là, j'en sais rien. Faut pas trop demander non plus, hein. Ainsi, je me contente de tourner le dos à cet abruti, poussant mon caddie comme si de rien n'était, me dirigeant vers les caisses. Sauf qu'il revient à la charge. Le Conseil ci, le Conseil ça ! Tu devrais aller en prison, t'es corrompu, vous êtes tous corrompus ! Bref, vous voyez le genre de propos. Sans parler des noms d'oiseau qui volent. Non, pas les oiseaux. C'est les noms qui volent. Et, par conséquent, j'ai de plus en plus de mal à la garder fermée. Parce que le connard en chef a réussi à attirer l'attention d'autres personnes. Et, WOW, elles le soutiennent ! Qu'est-ce que c'est surprenant !

« Dégagez tous de notre ville ! »

« Réversa ne vous appartient pas ! »

« Tu vas payer, Cantrell, tu vas payer ! »

« J'espère que t'auras une mort lente et douloureuse ! »

Bon. Il va trop loin celui-là. Est-ce que je vais l'ignorer ? Oui ? Non ? Je sais pas. Finalement, je m'arrête. Je me retourne vers cette bande de connards surexcités, qui parlent de plus en plus fort. Puis je ferme les yeux, je serre la mâchoire. Et... J'explose.

« RAH, MAIS VOUS ALLEZ LA FERMER, BORDEL ! ARRETEZ DE VOUS PLAINDRE, BANDE DE... »

OUTCH ! Merde, ça fait mal ! Je... saigne. Mon Dieu, je ne vois plus rien. Le noir.


Wherever I go ~ Some people lie but they're looking for magic, Others are quietly going insane. I feel alive when I’m close to the madness, No easy love could ever make me feel the same - © Sian
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Ronan G. Nealson
❝ Immortal, but not for long ❞
Métier/Etudes : Garde du corps
Nombre de messages : 767
Opinions Politiques : Anti-Ange / Pro-Mithra
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 9 Jan - 11:23, vous pouvez

Ça suffit !
Ronan savait que depuis la Révélation, les choses se détérioraient peu à peu, pan par pan, pour ne laisser qu'un terrain miné propice à la révolte. Maintenant que le monde connaissait l'existence de Réversa et des créatures qui l'habitaient, la chasse aux sorcières en-dehors ne tarderait pas et, ici, ils feraient sans doute les frais d'une démonstration de pouvoir quelconque pour l'exemple. Oh, Ronan n'était pas devin. Il ignorait quand la débandade arriverait, mais elle viendrait. Il avait connu trop de situations similaires pour ne pas en reconnaître les signes et ses vieux cours d'Histoire avaient laissé quelques traces.

Et pourtant, se dit-il en scannant une boite de sous-vêtements sous le regard embarrassé d'une gamine de seize ans maximum, on se faisait à tout. Même, visiblement, à l'approche d'une catastrophe inéluctable à laquelle il ne voyait aucun moyen d'échapper tant que le conflit ne s'ouvrait pas pour de bon.

La vie continuait, son métier ne changeait pas vraiment, et son patron n'avait pas gagné en sympathie. Ronan encaissa la demoiselle avant de fermer sa caisse pour prendre sa pause et, sans surprise, quelque chose trouva le moyen de se passer alors qu'il s'apprêtait à aller fumer dehors. Des cris, d'abord. Des injures, de la colère qu'il respirait à plein poumons tant ils étaient nombreux à s'acharner sur l'un des clients. Ronan claqua la langue d'agacement avant de s'avancer à grands pas dans la direction, juste le temps de voir l'Elfe s'écrouler et les coups continuer de pleuvoir sur son corps immobile.

Bande de lâches.

Il en choppa un au collet qu'il souleva jusqu'à lui faire quitter le sol - non, se corrigea-t-il, le mec le touchait encore de la pointe des pieds - et en attrapa un autre qu'il repoussa plus loin. Ronan savait qu'il souriait. Il savait aussi qu'il dépassait d'une tête une bonne partie des agresseurs et que les gesticulations pathétiques de celui qu'il tenait toujours calmait déjà quelques ardeurs.

"J'ai pas envie de vous mettre dans le même état que lui, mais si vous vous calmez pas, je vous calme. Vu ?"

Et déjà son patron arrivait, téléphone en main, alors que l'une des autres caissières se penchait sur l'Elfe pour le réveiller.


Dernière édition par Ronan G. Nealson le Dim 15 Jan - 11:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Damian M. Cantrell
La ferme, célébrité.
Métier/Etudes : Prof de piano (Conservatoire)
Nombre de messages : 4191
Opinions Politiques : Membre du Conseil, il veut le meilleur pour les Réversiens. Et qu'on ne vienne pas l'emmerder aussi. Ou pas trop, va.
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 12 Jan - 19:45, vous pouvez
Une voix m'appelle. Je n'arrive pas à ouvrir les yeux, et encore moins à bouger. J'ai mal. Je laisse quelques secondes s'écouler, tandis que quelqu'un n'arrête plus de me secouer et de me tapoter le visage. Hé oh, c'est bon, j'ai compris ! Pas besoin de me baffer non plus, oh ! Je gémis, comme pour souligner mon mécontentement, puis finalement, mes yeux s'ouvrent. Pas pour longtemps, puisque je les referme aussitôt. Mais bordel, c'est quoi toutes ces lumières aveuglantes, là ?! Lentement, je porte une main à mes yeux, puis à mon front et...

« Aahh... Putain ! Ça fait mal, bordel. »

Je rouvre mes yeux, difficilement, puis j'essaye de me redresser un minimum. La jeune femme continue de me parler un peu trop hystériquement, mais au moins elle a arrêté de me baffer. C'est déjà ça. Je regarde mes doigts. Je saigne, apparemment. Je crois que mon arcade sourcilière n'a pas résisté à l'impact de la boîte que ce fils de p*te m'a balancé dessus, tel un sauvageon enragé. Putain, mais pourquoi je suis venu faire des courses ici ?! J'aurais pu parfaitement pu rentrer au manoir, passer du temps avec mes gosses, j'sais pas... Eviter les problèmes, pour une fois. Sauf que non, il fallait bien que je me retrouve dans une situation pareille.

Autour de moi, les gens murmurent, peut-être que tout le monde a déjà compris qui je suis et ce qui m'est arrivé. Il ne manque plus qu'ils appellent la police ou, pire encore, des journalistes. Alors là, ce serait le summum. Un nouveau scandale dans une période où le Conseil ne peut décidément plus se le permettre, impliquant un Cantrell en plus... Wow, vraiment, il ne manquerait plus que ça pour que je puisse dire que je suis réellement dans la merde jusqu'au cou. Bon sang, il faut que je sorte d'ici. Tant pis pour les courses, il va falloir que je demande à Louise, notre vieille mais charmante gouvernante, de passer ici. Ou ailleurs, peut-être. Histoire qu'on ne vienne pas lui poser des questions sur moi. La pauvre.

Lentement, je me relève. Le monde tangue sous mes pieds, je suis un peu confus. On m'appelle, quelqu'un me parle. C'est qui ce type ? Aucune idée, et franchement, je m'en fous comme de l'an quarante... Je sais juste qu'il faut que je sorte d'ici. On me demande si je vais bien, si j'ai besoin d'aller à l'hôpital. Puis quelqu'un dit qu'il va appeler une ambulance. Je le regarde alors, comme s'il venait de dire que ma mère est une folle furieuse et qu'elle a tué mon père. Non pas que ça me surprenne réellement, vous voyez, mais c'est le genre de chose qui, dite à voix haute, attire forcément votre attention même si vous êtes ensommeillé ou tout simplement... blessé et confus.

« Non. Pas d'ambulance. Je vais bien. Pas besoin. Merci.»

Un peu plus loin, je reconnais l'un des crétins qui m'ont insulté tout à l'heure. Il est en train de se relever, un peu amoché lui aussi. Tiens, est-ce que j'ai raté quelque chose ou bien... ? Est-ce que quelqu'un lui en a collé une ? Wow ! Mais pourquoi je me suis endormi pile quand ça devenait intéressant ? Ça m'aurait fait plaisir d'assister à cela, eh oui. Mais, visiblement, c'était trop tard.

« Ne vous inquiétez pas, je vais bien. Au revoir. Et désolé. »

Je me dirige alors vers la sortie, mon visage toujours couvert de sang d'un côté, même si l'hémorragie s'est déjà arrêtée. Plus de peur que de mal, rassurez-vous. Mais j'imagine que ça doit pas être très beau à voir, ouais. Encore un peu groggy, je m'assieds à même le sol, près de l'entrée du supermarché. L'air frais et le soleil me font du bien, mais ce n'est pas suffisant pour me rassurer. Je cache mon visage entre mes mains, pris de panique, comme si je ne me rendais compte que maintenant de l'ampleur de la situation. J'ai envie de pleurer, pleurer à chaudes larmes comme un con. J'en peux plus de tout ça, je veux quitter Réversa avec mes gosses et ne plus jamais remettre mes pieds ici. J'essaye de retenir mes larmes, mais au final, je ne peux même pas m'empêcher de sangloter comme une fillette. Je craque, tel un château de sable qui ne supporte plus les attaques de la mer. Puis je sens une présence derrière moi. Je ne suis pas seul, et... Etant donné ce qui vient de se passer, ça ne me rassure guère. Cependant, j'essaye de prendre un air plus sûr de moi, plus digne.

« Vous voulez m'insulter vous aussi ? Ou vous préférez carrément me casser la gueule ? C'est vrai que mon nez n'est pas encore cassé, ce n'est pas trop tard. »

Seigneur.


Wherever I go ~ Some people lie but they're looking for magic, Others are quietly going insane. I feel alive when I’m close to the madness, No easy love could ever make me feel the same - © Sian
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Ronan G. Nealson
❝ Immortal, but not for long ❞
Métier/Etudes : Garde du corps
Nombre de messages : 767
Opinions Politiques : Anti-Ange / Pro-Mithra
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 15 Jan - 10:56, vous pouvez

Ça suffit !
La situation s'apaisait. Ronan se plaisait à penser que l'humain toujours tenu à bout de bras n'y était pas pour rien, mais peut-être était-ce juste les renforts de son boss et de ses collègues qui avaient achevé la petite rébellion. Amy giflait leur blessé pour le réveiller et le patron, lui, finit par ordonner à Ronan de lâcher sa proie. Avec un soupir contenu, le lycan s'exécuta et regarda, placide, l'humain s'échapper du supermarché en courant comme si sa vie en dépendait. Run, Rabbit, run. Ca l'en aurait bien fait sourire si la situation s'y prêtait suffisamment pour ne pas aliéner ceux qui l'appréciaient encore.

"Cantrell.
- Hm ?
- Cantrell, répéta sa collègue à côté de lui - Emma - qui observait la victime comme un faucon sur le point d'attaquer sa proie. Damian Cantrell. Il est au Conseil.
- Ah."

Et Cantrell, donc, puisqu'il se nommait ainsi, sembla estimer que le moment était venu de se réveiller. Après ça, Ronan s'en désintéressa. Il ramassa quelques boites qui trainaient pour les remettre en rayon, repoussa un charriot en travers du chemin plus loin pour laisser la foule passer sans se masser autour de l'Elfe toujours par terre, et estima sa pause bien méritée après quelques minutes de plus. A grandes enjambées, Ronan rejoignit l'extérieur. Et bien sûr, bien sûr, que Cantrell attendait dehors. Bien sûr qu'il ne pourrait pas cloper en paix, seul avec lui-même et le vague espoir que Cleo changerait d'avis et l'embaucherait à plein temps juste pour le sortir de ce job de merde.

"Vous voulez m'insulter vous aussi ? Ou vous préférez carrément me casser la gueule ? C'est vrai que mon nez n'est pas encore cassé, ce n'est pas trop tard.
- C'est pas l'optimisme qui vous étouffe, vous."

Ronan fouilla dans ses poches pour en sortir un paquet de cigarettes avant de se décider - en l'allumant - à observer un peu mieux celui qui l'avait accueillit si aimablement à la sortie du magasin. Il pleurait. Voilà bien autre chose, encore ! Le choc, peut-être ? Voulait-il vraiment le savoir ? Non, pas franchement.

"Vous fumez ?" demanda-t-il enfin, paquet tendu vers le conseiller sans savoir quoi dire de plus pour le consoler.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Damian M. Cantrell
La ferme, célébrité.
Métier/Etudes : Prof de piano (Conservatoire)
Nombre de messages : 4191
Opinions Politiques : Membre du Conseil, il veut le meilleur pour les Réversiens. Et qu'on ne vienne pas l'emmerder aussi. Ou pas trop, va.
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 23 Jan - 15:36, vous pouvez
« Non, c'est cette... putain de ville qui m'étouffe. »

J'essuie rageusement mes larmes, comme si de rien n'était. Puis je me souviens que J'AI MAL, BORDEL ! J'ouvre ma bouche, retenant un gémissement de douleur. Putain, c'est fou tout ça... Maintenant on me balance des trucs dessus ? Et puis quoi encore, quelle est la prochaine étape ? Une grenade ? Une bombe lacrymo ? Bah oui, dîtes-moi, histoire que je me prépare d'avance ! Bon sang... Réversa a toujours été une ville de merde, mais là, ça commence à devenir beaucoup trop grotesque pour que je ne puisse le supporter. Ça n'a jamais été facile d'être un Cantrell, de faire partie du Conseil, ou tout simplement du milieu aristocratique, fait d'apparences et de méchanceté dissimulée. Mais je ne m'étais jamais fait agresser ainsi avant. J'ai presque du mal à croire que je ne suis pas en train de rêver, là...

Bon, enfin... j'ai mal, alors je suppose que ce n'est pas rêve. Mais voilà, vous avez compris le truc : ça devient du grand n'importe quoi, tout ça. Et j'en ai marre ! Je veux juste quitter Réversa avec mes gosses, m'installer dans une autre ville. Loin d'ici, loin de cet enfer. Ce n'est pas pour moi, ça. Je m'en fous de mon héritage, je m'en fous de mes responsabilités, je veux juste oublier tout ça, avoir un peu de normalité dans ma vie enfin ! Comme c'était le cas pendant mon séjour à Anguilla. Je donnerais tout pour pouvoir revivre ça, mais avec mes enfants cette fois-ci. Je ne les abandonnerai plus, je le leur ai promis.

Mais bon, la quarantaine rend cette option impossible, pour le moment. J'espère réellement que c'est temporaire, que le gouvernement anglais finira bien par lever la quarantaine et par redonner un minimum de liberté aux gens qui sont en ce moment coincés soit à Réversa, soit à Bristol. Vous me direz que ce n'est pas pour demain la veille... Bon, au fond, je m'en doute. Et ça m'agace sérieusement, ça me désespère même. Mais je veux croire, de toutes mes forces, que je pourrai un jour fuir tout ça. Laisser Réversa derrière moi, tourner la page. Vivre en paix, loin de cette bande de tarés. Bon Dieu, c'est mon plus grand rêve actuellement, croyez-moi.

Je tourne la tête vers l'autre homme, qui fume. Un lycan, vu cette aura incomparable. Je ne sais pas ce qu'il fout là ou d'où est-ce qu'il sort - enfin si, du supermarché, bien entendu -, mais peut-être que j'ai été un peu injustement désagréable vis-à-vis de lui. L'homme ne semble vouloir m'attaquer ou m'insulter, contrairement aux autres abrutis de tout à l'heure, loin de là. Il m'offre même une cigarette. Bon, faute de mieux, je tends ma main et je l'attrape pour la porter ensuite à mes lèvres.

« Eh bah, pourquoi pas ? »

Réponds-je, avant de me relever. Chancelant légèrement, je cligne les yeux. Le monde tangue encore un peu trop sous mes pieds, je me sens encore un peu confus. Puis ça s'arrête, tout revient à la normale. Je soupire, portant une main à ma tête douloureuse. Je ferme les yeux. Je suis fatigué, là. Fatigué et en train de fumer... Ça faisait des années, en fait. Dix ans, voire plus ? Oh, mais tant pis hein, pas de regrets. Aujourd'hui n'est pas un jour comme les autres, et j'ai bien besoin de m'accrocher à quelque chose en ce moment.

« Merci. »

Dis-je, sans le regarder. Je préfère juste ressentir la chaleur réconfortante du soleil sur ma peau. Au moins j'ai arrêté de pleurer, je me sens un peu plus calme. Peut-être que c'est la nicotine qui fait des siennes, ou alors je vais juste mieux maintenant. Ou les deux, je ne saurais vous dire exactement. Mais on s'en fout, pas vrai ? Au bout de quelques minutes, je finis par tourner la tête vers le lycan.

« En fait... Qu'est-ce qui est arrivé à ce type qui était par terre ? Quelqu'un a frappé ce fils de pute pendant que je dormais, sans me prévenir ? »

Un léger sourire narquois se dessine sur mes lèvres. Je n'ai pas la moindre idée de l'identité de la personne qui lui a fait ça, mais bon sang, ça m'a fait plaisir de le voir KO lorsque j'ai repris connaissance tout à l'heure, j'avoue. Bah quoi, on se console comme on peut, non ?


Wherever I go ~ Some people lie but they're looking for magic, Others are quietly going insane. I feel alive when I’m close to the madness, No easy love could ever make me feel the same - © Sian
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Ronan G. Nealson
❝ Immortal, but not for long ❞
Métier/Etudes : Garde du corps
Nombre de messages : 767
Opinions Politiques : Anti-Ange / Pro-Mithra
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 26 Jan - 16:02, vous pouvez

Ça suffit !
Ah, ça ! Réversa étouffait bien un peu tout le monde, à force. Pensionnaires d'une prison dont ils ne voyaient les murs que de loin et le monde au-delà de la barrière qu'à la télé, clairement, tous les habitants de Réversa comme Bristol manquaient d'air. De place. Plus simplement d'une liberté qu'ils étaient de moins en moins sûrs d'avoir s'ils parvenaient à foutre le camp. Les rumeurs avaient dû atteindre l'étranger, maintenant, leur laissant moins de chance encore de se faire oublier pour ceux qui n'auraient pas envie de mentir sur le CV. A cette simple pensée, Ronan soupira un nuage de fumée et rangea le paquet dès que l'autre se fut servi.

Sa remarque eût le mérite de le faire sourire - de cette exacte manière qui laissait entrevoir l'arrogance autant que la férocité - mais il ne répondit pas immédiatement et tira plutôt sur la cigarette entre ses doigts. Ça calmait les nerfs, mais pas assez pour le libérer de l'adrénaline qui lui courrait dans les veines.

"Il est tombé sur plus grand que lui."

Qu'est-ce qu'il foutait encore devant ce magasin ? Son monde n'avait rien à voir avec la vie d'un caissier médiocre. Il était fait pour l'action. Il l'avait toujours été. Frapper, il savait faire. Il le faisait bien. Protéger aussi, d'ailleurs. Cleo ne l'appelait pas pour rien après tout, même si leurs dernières entrevues avaient été un peu tendues.

"Vous savez, si vous avez tellement peur pour votre sécurité, vous pourriez embaucher quelqu'un pour vous protéger. Par les temps qui courent, c'est une idée sage."

Allez, demandez-moi si je me propose et je dis oui.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Damian M. Cantrell
La ferme, célébrité.
Métier/Etudes : Prof de piano (Conservatoire)
Nombre de messages : 4191
Opinions Politiques : Membre du Conseil, il veut le meilleur pour les Réversiens. Et qu'on ne vienne pas l'emmerder aussi. Ou pas trop, va.
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Ven 10 Fév - 3:04, vous pouvez
Il est tombé sur plus grand que lui. Ouais, visiblement. Cet abruti avait perdu toute sa férocité quand j'ai posé mon regard sur lui après m'être redressé. J'avais pu rapidement comprendre que quelqu'un avait calmé ses ardeurs, ce qui m'a d'ailleurs plu... Mais, en revanche, je ne savais pas encore qui est-ce qui l'avait fait. Cependant, maintenant que je regarde ce lycan, que je vois cette étincelle dans ses yeux, cette satisfaction subtile dans ses lèvres... Oh my Gosh. Je pose ma main sur ma bouche, tout en écarquillant les yeux. J'étouffe un rire qui menace de s'échapper d'entre mes lèvres.

« Et... vous êtes plus grand que lui. »


Oh putain, c'est énorme ! C'est donc lui qui a calmé ses ardeurs alors ? Wow, mon héros. Ou pas. Enfin, pour une fois qu'un lycan m'a en quelque sorte défendu, plutôt que de tenter de me bouffer ! Eh oui, je n'ai pas oublié ce qui s'est passé avec Matt quelques mois auparavant. En même temps, comment oublier une telle soirée ? Il faut dire que tout ce qui pouvait mal tourner a mal tourné ce soir-là. Enfin, sauf le fait qu'il aurait pu nous bouffer, sa femme et moi, mais qu'il ne l'a pas fait. Parce que je lui ai tiré dessus. Et... Bon, peut-être qu'on peut ajouter ça à la liste des choses qui ont mal tourné aussi, finalement...

« Eh bah, j'suis content que vous soyez plus grand que lui ! »

Dis-je avec un sourire en coin, preuve que je vais mieux quand même, avant de tirer sur la cigarette. Ça fait dix ans que je n'ai pas touché à cette merde, et pourtant, cette sensation me reste familière. Manquerait plus que je cède à la tentation et que je recommence à fumer, sérieux. Quoique, j'imagine que ce ne serait pas la plus grande tragédie du monde, surtout dans une ville pareille, qui vient de dévoiler son vrai visage aux yeux du monde. Et il est pas beau, le visage. Fermant les yeux, je me concentre sur la lumière et la chaleur du soleil, qui baignent mon visage - un visage qui n'est pas vraiment beau en ce moment lui aussi, il faut l'avouer.

Le loup reprend alors la parole, me disant que, puisque j'ai tellement peur pour ma sécurité, je pourrais embaucher quelqu'un pour me protéger. J'étire un léger sourire, blasé.

« Oh, je l'ai déjà fait. Mais j'aime pas être suivi partout par une ombre qui en fait n'est pas vraiment une ombre, puisque c'est un type baraqué et... Nope, j'aime bien gérer ma vie tout seul. Après... Bon, qui sait, peut-être que je devrai m'y plier à nouveau, si l'on continue de m'attaquer comme ça... Sait-on jamais. Mais pourquoi, ça vous dirait d'être mon garde du corps ? »

Dis-je avec un sourire amusé. J'ai l'impression que sa question n'est pas totalement innocente, curieusement.

« Vous savez qui je suis ? Si vous voulez devenir mon garde du corps, je vous préviens déjà : ma mère est la mère de Satan. Pire encore, elle possède en plus un chat diabolique. Et moi, humm... je suis bavard. Vraiment. Je parle même avec mes mains, à se demander si je n'ai pas de gènes italiens, moi. Je suis aussi prof de piano, mais surtout, j'ai une âme d'artiste, et je peux être un peu relou sans même m'en rendre compte. Comme tous les artistes, je suppose. Et puis, je suis un Réversien pure souche, donc je suis forcément un peu taré. Surtout quand le Conseil n’arrive plus à gérer quoi que ce soit. Et sinon... j'ai deux gosses aussi, qui, eux, sont les seules personnes normales dans ce manoir aristocratique où je vis. Ce qui en dit long sur l'ambiance qui y règne parfois. Voilà, le résumé est complet, je crois... »

Je hausse les épaules... avant de lever un doigt, toujours aussi théâtral. Ouais, les amis, je redeviens peu à peu moi-même, hallelujah.

« Ah, et si jamais je vous embauchais... Ce serait simplement temporaire. Dès que cette quarantaine sera levée, je quitte Réversa, et là où je vais, je n’aurai pas besoin de gardes du corps. Une décision irrévocable, je vous préviens déjà. Donc voilà, si ça vous tente toujours... Dîtes-moi, pourquoi devrais-je vous faire confiance, et vous embaucher ? »

Je connais pas ce type, et ce n'est pas vraiment prudent d'embaucher des gens que l'on ne connaît pas. Surtout pour un poste de garde du corps. Alors je veux bien qu'il me donne des arguments convaincants. Enfin, si cela le tente toujours, bien entendu.


Wherever I go ~ Some people lie but they're looking for magic, Others are quietly going insane. I feel alive when I’m close to the madness, No easy love could ever make me feel the same - © Sian
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Ronan G. Nealson
❝ Immortal, but not for long ❞
Métier/Etudes : Garde du corps
Nombre de messages : 767
Opinions Politiques : Anti-Ange / Pro-Mithra
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 16 Fév - 13:25, vous pouvez

Ça suffit !
Il ne dit pas oui, mais il ne dit pas non. En vérité, sa surprise parla pour lui tant elle se lisait sur son visage, la cigarette à quelques centimètres de sa bouche, parfaitement immobile. Il se reprit assez vite néanmoins et se contenta de quelques hochements de tête pour signaler qu'il écoutait. Oui, Ronan savait de qui il s'agissait. Depuis quelques minutes à peine, certes, mais ce n'était pas une information qu'il tenait particulièrement à dévoiler.

Le problème de ce bel exposé, c'est que Ronan n'avait, somme toute, absolument rien pour prouver qu'il était capable de le protéger. "Je sers de garde-du-corps à mon opposé à l'occasion, j'ai parfois été homme de main et je n'ai pas de scrupules à mettre quelqu'un à terre si ça signifie que la personne que je protège reste en sécurité" ne semblait pas particulièrement le meilleur moyen de se mettre en valeur. Que lui restait-il d'autre, pourtant ? Ni caissier, ni barman, ni les multiples autres travails du genre n'aideraient. Son casier judiciaire encore moins.

"Parce que je n'avais rien à gagner à vous aider, sinon me mettre ma hiérarchie à dos, et je l'ai fait quand même."

Finalement, il tira enfin sur sa cigarette et baissa le bras, les yeux rivés sur le nuage de fumée qu'il laissa s'échapper ensuite. Il en revint vers l'Elfe une fois les mots trouvés.

"Mais puisque vous êtes franc, je vais être direct aussi : je n'ai pas de réponse miracle pour vous. Je suis caissier, je peux difficilement prétendre avoir des années à bosser dans la sécurité sous le coude, et j'ai fait mon lot de conneries. Tout ce que je peux vraiment vous dire, c'est que ma carrure tient la plupart des menaces à distance, que je suis capable de gérer celles qui osent aller plus loin, vous en avez eu la démonstration tout à l'heure, et que s'il faut se prendre des coups pour s'assurer que vos enfants et vous n'avez rien, ça ne me freine pas. Vous m'avez l'air d'être quelqu'un de bien, c'est rare par ici. Si je peux faire quelque chose pour m'assurer que vous êtes en sécurité jusqu'à votre départ, c'est volontiers. Je préfère pouvoir me rendre utile que scanner les articles à la caisse d'un supermarché.

Voilà,
ajoute-t-il après une courte pause, la balle est dans votre camp, je suppose. J'aurais juste une question qui me vient : vu comment vous présentiez ça, ça impliquerait de vivre chez vous, non ? Parce que j'ai un chaton. Il n'est pas encombrant, il ne fait pas de dégâts, mais je ne le laisse pas derrière moi."
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Damian M. Cantrell
La ferme, célébrité.
Métier/Etudes : Prof de piano (Conservatoire)
Nombre de messages : 4191
Opinions Politiques : Membre du Conseil, il veut le meilleur pour les Réversiens. Et qu'on ne vienne pas l'emmerder aussi. Ou pas trop, va.
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 19 Fév - 22:30, vous pouvez
Embaucher un garde du corps, c'est utile. Je le sais. Alors pourquoi j'ai décidé de ne pas en embaucher un, me direz-vous ? Parce que je n'aime pas être suivi partout par un chien de garde. J'aime être libre, ne pas me sentir observé. Déjà que ma mère m'étouffe... Son regard réprobateur, ses commentaires acerbes, son envie de me pointer du doigt, de me détruire... J'en ai marre. Cela a toujours été comme ça ; mon grand frère Tommy a toujours été son chouchou, son cygne, tandis que moi j'étais le vilain petit canard. Depuis qu'il est mort dans cet accident de voiture, à cause de moi, ça a encore empiré. Je n'essaye même plus de comprendre désormais, je me contente de l'ignorer et de protéger mes gosses de la présence néfaste d'Alison Cantrell, dans la mesure du possible. Et de vivre ma vie avec un minimum de liberté et de santé mentale. Un vrai défi dans une ville telle que Réversa.

Alors pourquoi n'ai-je pas dit non à ce type ? Quelque part, je n'ai pas envie de refuser sa candidature, ou du moins, pas tout de suite. Il m'a bel et bien aidé, pas vrai ? Je ne le connais pas, je ne lui fais pas forcément confiance, je ne sais pas à quel point il a l'expérience requise pour le poste... Mais pourquoi pas ? Je lui demande alors de me dire pourquoi je devrais l'embaucher, je l'encourage à me servir des arguments convaincants, qui pourraient éventuellement jouer en sa faveur. La réponse du lycan est courte, mais claire et surtout, convaincante. Silencieux, pensif, je hoche la tête, alors que l'homme poursuit, toujours aussi direct.

Je l'observe, j'écoute ses arguments. Il ne cherche pas à mentir, à inventer des trucs pour que je le trouve super. Non, il préfère avouer qu'il n'a pas beaucoup d'années d'expérience, et même qu'il a fait son lot de conneries - bon, c'est un lycan, ça ne m'étonne pas tant que ça -, avant de m'assurer que, d'un autre côté, il a la carrure pour tenir la plupart des menaces à distance, qu'il est prêt à se prendre des coups pour me protéger moi et mes enfants. Des paroles qui me rassurent, en fait. Je ne sais pas vraiment pourquoi, mais mon instinct me dit de l'embaucher. Même si à la base je ne voulais plus de garde du corps et que je ne suis pas du genre à embaucher des gens sur un coup de tête. Surtout par les temps qui courent. Je souris légèrement lorsque le loup dit que j'ai l'air d'être quelqu'un de bien. Ah, enfin quelqu'un qui le voit ! Pour une fois, hein.

Je passe une main sur ma joue ensanglantée, avant de soupirer. En effet, la balle est dans mon camp maintenant. Dois-je suivre mon instinct ou me méfier ? Normalement, mon instinct ne se trompe pas, je peux remarquer les emmerdeurs et des tarés de loin. Ce lycan, quant à lui, il dégage quelque chose de fort, il en impose et il semble un type franc et direct. Ça, c'est un gros plus, parce que je préfère quelqu'un de franc plutôt qu'un faux-cul. Non, parce qu'ils sont si nombreux dans le milieu aristocratique... Limite si ça ne me fait pas plus peur que les prédateurs qui rôdent à Réversa. Par contre, la question que l'homme me pose par la suite me fait frissonner. J'ai un chaton. Normalement, c'est le genre de phrases qui suscitent des réactions positives, "aww, c'est trop mignon, oh j'adore les p'tits chatons moi aussi" - les p'tits satans, oui ! -, mais pas avec moi. Ecarquillant les yeux, j'essaye de garder un air imperturbable. Je crois que c'est plus ou moins raté. Respire, Dam'.

« Oui... Hum.. Je suis... allergique aux chats. » Enfin. Pas allergique. J'ai plutôt... une peur panique de ces créatures, à vrai dire. Mais la version officielle reste plus convenable, je suppose. « Mais bon, le manoir est grand. Et il y a déjà un chat, donc... Un ou deux, ça n'y changerait pas grand-chose. »

L'idée ne m'enchante pas, mais s'il tient vraiment à garder sa bestiole des enfers, why not ? Du moment qu'elle ne vient pas me miauler aux oreilles pendant la nuit, ça devrait aller. Histoire d'éviter les crises cardiaques. Je me redresse finalement, regardant l'autre homme d'un décidé. Je vais beaucoup mieux, et ça se voit.

« Vous aurez une semaine pour me convaincre. Si vous êtes à la hauteur, je vous embaucherai jusqu'à mon départ. »

Je luis tends alors ma main pour serrer la sienne.

« Bon, je m'appelle Damian Cantrell, et vous, vous êtes... ? »

Bah oui, je ne sais même pas comment il s'appelle, et pourtant je viens de lui ouvrir grand la porte pour qu'il obtienne ce poste. Ça me ressemble, j'imagine.


Wherever I go ~ Some people lie but they're looking for magic, Others are quietly going insane. I feel alive when I’m close to the madness, No easy love could ever make me feel the same - © Sian
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Ronan G. Nealson
❝ Immortal, but not for long ❞
Métier/Etudes : Garde du corps
Nombre de messages : 767
Opinions Politiques : Anti-Ange / Pro-Mithra
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 23 Fév - 15:53, vous pouvez

Ça suffit !
Allergique aux chats ? Alors qu'il en avait un ? Ronan avait entendu dire qu'on finissait par s'habituer à son chat, que les allergies du genre "disparaissaient" tant qu'il ne s'agissait que de lui, mais même en sachant ça, la surprise se lisait dans son regard. Il s'apprêtait à défendre la présence de son chaton, mais l'Elfe ne lui en laissa pas le temps. Le soulagement fit naître un sourire sincère sur le visage d'habitude sérieux du Lycan. Il pouvait emmener Yakko ! Et changer de métier ! La question se poserait bien de quoi faire ensuite, une fois Cantrell parti et lui de retour au chômage, mais le climat pouvait être propice à vendre à nouveau ses services. Après tout, avec les bonnes recommandations...

"Ronan Nealson, se présenta-t-il en serrant la main tendue. Vous ne serez pas déçu."

Ses précédents employeurs ne l'avaient pas été. Ceux qu'il n'avait pas lâché sur un coup de tête, mais ceux-là étaient souvent dans un domaine autrement plus légal et moins létal que ceux, moins accro au respect des lois, pour lesquels Ronan n'aurait jamais pris le risque de faillir à sa parole. Phase up ou pas. Un peu plus léger, donc, le Lycan jeta un coup d’œil derrière lui où une de ses collègues s'approchait pour faire signe que sa pause touchait à sa fin. Il se contenta de lui adresser un bref signe de tête, mais ne salua pas immédiatement son nouveau patron. Futur patron.

"Hum... Je vais quand même devoir finir au moins ma journée ici. Vous préférez que je vienne quand pour signer le contrat ?"

Et emménager, apparemment. La logistique de tout ça lui échappait un peu dans l'immédiat, mais il aurait l'occasion de s'y pencher plus tard. Il faudrait sans doute avertir Cleo, aussi, pour éviter que leur n'importe quoi habituel se poursuive trop. Considérant comme le dealer tentait de l'éviter la majorité du temps, il en serait sans doute soulagé.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Damian M. Cantrell
La ferme, célébrité.
Métier/Etudes : Prof de piano (Conservatoire)
Nombre de messages : 4191
Opinions Politiques : Membre du Conseil, il veut le meilleur pour les Réversiens. Et qu'on ne vienne pas l'emmerder aussi. Ou pas trop, va.
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 8 Mar - 15:57, vous pouvez
« J'espère bien. »

Réponds-je, souriant, alors que Ronan me promet que je ne serai pas déçu. Qui l'aurait cru, hein ? J'étais censé aller faire des courses, rien de plus, et au final... Eh bah, je me suis fait insulter et agresser, puis je me suis fait sauver par un lycan sans pour autant pouvoir y assister... avant de décider carrément de l'embaucher. Enfin, temporairement, et seulement s'il me convainc pendant cette semaine que je lui accorderai, mais quand même. C'est étonnant, même pour moi. Surtout que je ne voulais pas de garde du corps, moi. Mais bon, quand j'y pense... Peut-être que ce n'est pas une mauvaise idée, finalement. L'ambiance à Réversa devient de plus en plus tendue, les gens de plus en plus fous. Incontrôlables. Et moi, de par mon nom de famille, de par mon appartenance au Conseil, je suis une cible facile.

Alors voilà, peut-être que cet homme aura l'opportunité de me sauver à nouveau. Même si, à vrai dire, je préfère l'idée qu'il ne fasse que me suivre comme une ombre, faute de réel danger autour de moi. Utopie ? Peut-être bien, mais ça m'aide à ne pas péter un câble. Je veux pas me faire tuer avant-même d'avoir la chance de pouvoir quitter Réversa. Je partirai loin d'ici dès que je pourrai, loin de cette ville de merde, de ces tarés de merde, de ma famille de merde. Notamment de ma mère. Mes enfants, eux, ne lui ressemblent en rien, ils ne font pas partie de ce que j'appelle "ma famille de merde". Barney et Noreen, je les emmènerai avec moi, s'ils veulent bien de moi. Nous sommes bien plus soudés aujourd'hui que lors de mon premier départ aux Caraïbes, et encore plus que lors de mon retour en 2015... Alors je pense qu'ils viendront avec moi, et qu'ils voudront quitter eux aussi cette ville diabolique.

« Pas de soucis. Aujourd'hui, je ne suis plus bon à grand-chose de toute façon... Passez au Manoir Cantrell demain ou après pour qu'on se penche sur les détails. »

Je porte une main à la poche de ma veste pour en sortir une carte.

« Mon numéro. N'hésitez pas à m'appeler si besoin. Là, j'ai surtout envie de rentrer chez moi, de prendre une bonne douche et un Doliprane... »

Je serre alors sa main. Mon feeling me dit que je viens d'embaucher le bon type. Reste à savoir si c'est bien le cas ou non. Quoi qu'il en soit, je veux rentrer chez moi au plus vite, passer du temps avec mes gosses, prendre cette fameuse douche salvatrice, boire un verre... Oublier tout ça. Oublier Réversa.


Wherever I go ~ Some people lie but they're looking for magic, Others are quietly going insane. I feel alive when I’m close to the madness, No easy love could ever make me feel the same - © Sian
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Damian M. Cantrell
La ferme, célébrité.
Métier/Etudes : Prof de piano (Conservatoire)
Nombre de messages : 4191
Opinions Politiques : Membre du Conseil, il veut le meilleur pour les Réversiens. Et qu'on ne vienne pas l'emmerder aussi. Ou pas trop, va.
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 8 Mar - 22:51, vous pouvez
RP TERMINÉ


Wherever I go ~ Some people lie but they're looking for magic, Others are quietly going insane. I feel alive when I’m close to the madness, No easy love could ever make me feel the same - © Sian
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le , vous pouvez
Revenir en haut Aller en bas
 

Ça suffit [Ronan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» DON&JULIET Il suffit parfois d'une seule personne pour se sentir heureux
» Harry J. Potter | «On peut trouver du bonheur même dans les endroits les plus sombres. Il suffit de se souvenir d’allumer la lumière»
» Ça suffit.
» Il suffit d'un rien pour être heureux [pour élèves]
» Ca suffit d'être gentille (PV AMY)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Une question d'opposé? :: Reversa City :: Longroad avenue :: Supermarché-
Les Petits Plus

What's up?

REFONTE DU FORUM
La découvrir - La suivre

STATISTIQUES:
Anges: 7
Elfes: 7
Humains: 12
Conseil: 5
Prometheus: 3 Avalon: 3
Lycans: 8
Spectres: 4
Vampires: 8
Léviathan: 2
Mithra: 4 Gaïa: 1

Votez pour le forum ♥