AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


FORUM FERME
Retrouvez nous sur Whispers of Dawn, la V2 de Réversa! :
http://whispersofdawn.forumactif.com/

Partagez | .
 

 Blue sky smilling at me || Arwenn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Diane Cordwell
❝ Devil Inside ❞
Métier/Etudes : Sous intendante de l'Eden's Manor
Nombre de messages : 4357
Opinions Politiques : Celui des vampires
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 18 Jan - 22:07, vous pouvez
Les miracles, c’est comme les boulettes de viande en sauce : nul ne sait de quoi c’est fait, ni d’où ça vient, ni à quelle fréquence c’est censé revenir.

— Lemony Snicket

De mémoire, le manoir n’avait jamais été aussi silencieux. Du moins depuis que Diane s’y était installée. Cela dit, la situation se comprenait. Entre ceux qui avaient baissé les bras et s’étaient inscrits pour passer le Rituel et ceux qui avaient préféré se faire oublier en se désolidarisant du Manoir, sans compte le couvre-feu, le peu de gens qu’il restait n’avaient pas le cœur à faire une fête de tous les diables dans le salon. Pourtant, faire la fête aurait sans doute été le meilleur moyen de remonter le moral des troupes et d’envoyer le reste du monde se faire voir tous ensemble, et à défaut de se mettre minable en se serrant les coudes. Au lieu de ça, la plupart des résidents étaient cloitrés dans leurs chambres, probablement à fixer le plafond ou à refaire le monde autour de discutions stériles. Avec le couvre-feu, ils n’avaient que quelques heures de liberté avant d’être cloitrés dans leurs quartiers. Alors qu’ils vivaient la nuit. C’était débile.

Diane faisait partie de la première catégorie. Ceux qui fixaient le plafond en déprimant. Sauf qu’au lieu de le faire dans sa chambre, la jeune femme avait migré dans le salon avec un recueil de Sylvia Plath pour coller à son humeur. La faute à ses voisins de chambre qui, eux, faisaient partie de la deuxième catégorie et le faisaient à grand renfort de cris mécontents. Cela faisait une semaine que ça durait et après avoir enduré le même discours braillé quatre ou cinq fois de suite (parce qu’il y avait toujours des petits nouveaux venus par curiosité), la brune avait laissé tombé et décidé d’arrêter de s’infliger ça pendant ses heures de « journée ».

En plus, il n’y avait plus personne dans le salon, ou presque. Diane avait eu vite fait de se trouver une bergère et de s’y avachir avec sa poésie déprimante à souhait. Entre sa lecture et les soupirs à en fendre le cœur des pierres, il aurait été difficile d’ignorer son état d’esprit. D’ailleurs, la seule personne qui s’était décidé à descendre finit par l’abandonner en éteignant la lumière principale, la laissant seule avec une petite lampe de chevet qui éclairait à peine mais suffisamment pour qu’elle puisse continuer à lire. Forte de cette opportunité inespérée, la vampire tira son siège vers le bar, se cachant sans le vouloir de la porte par le grand canapé et passa une bonne heure et demie plongée dans sa lecture en sirotant un verre de whisky sec. Elle aurait sans doute été engloutie par ses pensées noires (comme s’en était son objectif) si un craquement de parquet n’avait pas attiré son attention. Un grincement court, comme si quelqu’un ne voulait pas se faire entendre et avait retiré son pied dans l’espoir de faire taire ce qui paraissait être un vacarme de tous les diables quand on essayait d’être discret. Comme, par exemple, quand on essayait de faire le mur alors qu’un couvre-feu était installé depuis un bon mois. Par exemple.

Discrètement, la jeune femme huma l’air, un peu par flemme de faire marcher ses abdominaux pour se redresser. L’odeur était indubitablement féminine et elle mit bien dix secondes à reconnecter ses neurones pour la rattacher à un visage. La progéniture de Lawrence. Évidemment.

_ Si j’étais toi, je mettrai des clochettes à mes chevilles pour être encore plus discrète quand j’essaie de m’esquiver.

L’interpella t-elle en haussant la voix sans se donner la peine de se révéler à Arwenn après avoir poussé un profond soupir. Qu’est-ce qu’elle espérait faire ? Passer par la fenêtre et disparaître par les derrières du manoir pour éviter d’essayer la porte d’entrée ? Diane n’avait rien de particulier contre elle, si ce n’était d’avoir été créée par Lawrence (même s’il était légèrement remonté dans son estime en s’alliant à Kane dans leur tentative ratée de prendre le pouvoir pour mettre les vampires à leur juste place dans la ville) mais les consignes étaient claires : personne ne pouvait sortir. Ce n’était pas le moment d’attirer l’attention sur eux. Et pour une fois, à sa grande détresse, Diane était parfaitement d’accord avec les directives du conseil des Anciens. Ils n’étaient absolument pas en position de force, encore moins avec leurs effectifs réduits, ils ne pourraient pas se défendre efficacement si on venait les prendre pour les obliger à passer le Rituel. Une perspective pas des plus réjouissantes que Diane préférait ne jamais voir se réaliser. Peut-être qu’ils auraient pu se battre si Kane n’avait pas disparu mais puisque c’était le cas, ils ne sauraient jamais ce que serait leur situation s’ils avaient eu un chef digne de ce nom à leur tête. Et qui avait les ressources matérielles et humaines pour se battre.

_ On peut savoir où tu espérais aller comme ça ?

Dieu ce que faire le gendarme pouvait l’épuiser ! D’ailleurs, elle n’épuisait pas ses forces à le faire pleinement puisqu’elle était toujours enfoncée dans sa bergère, en train de siroter son whisky et feuilletant son livre.


   
J'irai voir tôt au tard si les sirènes insistent. Sous les flots qui m'entrainent je suivrai leur piste, car nul ne résiste au charme doux de leur chant d'amour . (⚡) le chant des sirènes.
mobilis in mobile
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Métier/Etudes : Photographe Animalière
Nombre de messages : 2657
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Ven 20 Jan - 23:09, vous pouvez
Je tourne en rond dans ma chambre, comme d’habitude en fait. Je déteste être cloitrée dans un bâtiment. Je déteste ce couvre-feu. Je déteste qu’on m’interdise des trucs. Mes colocataires doivent en avoir marre de me voir tourner en rond. Je les comprends, je m’énerve moi-même en fait. Je prends mon téléphone, et envoie un sms à un ami « RDV au parc dans 1h, ça te dis ? Je m’emmerde, comme d’habitude ». A peine le temps de reposer mon portable que je reçois déjà une réponse. « Deal ». Je souris, prête à faire une nouvelle fois le mur. En espérant que ça se passe aussi bien que les deux dernières fois…

Je commence doucement à descendre la première partie de l’escalier. Personne en vue pour le moment. Je fais attention à ne pas faire de bruit, les vampires ont l’ouïe fragile. Et ça serait fâcheux que je ne puisse pas sortir à cause d’un de mes congénères… Je descends encore un peu plus. Le salon semble plongé dans le noir. Personne donc. Heureusement pour moi car le bois vient de craquer sous mon pied, que je retire aussi vite que possible.

_ Si j’étais toi, je mettrai des clochettes à mes chevilles pour être encore plus discrète quand j’essaie de m’esquiver.

La voix féminine me fait sursauter. Et merde… Je reconnaitrais cette voix entre mille… Diane Cordwell… Je soupire intérieurement. La sortie, c’est foutu pour ce soir. Continuant de descendre tranquillement, sans faire attention cette fois vu que ce n’est plus la peine, je sors mon portable de ma poche de jean. « Désolé, foutu pour ce soir… On reporte ».

_ On peut savoir où tu espérais aller comme ça ?

Arrivée en bas de l’escalier, je tourne la tête vers le bar, et voit effectivement une petite lumière allumée. Je l’avais loupé tout à l’heure, me fixant sur mon objectif. Dommage, je ferai plus attention la prochaine fois. Je m’approche du bar, et donc de Diane, et me sers un verre de rhum ambré avant de lui répondre.

« Je suis venue prendre un verre… Ce couvre-feu m’ennuie vraiment, alors je viens boire pour oublier… Enfin essayer parce que je crois que c’est peine perdue… Tu m’accompagnes ? »

Je me laisse tomber dans un fauteuil, non loin d’elle, faisant tinter mon verre contre le sien, puis en bois une gorgée. Pas sûr qu’elle gobe ça vu comment je descendais doucement, mais tant pis. Au moins, je ne persiste pas à lui demander de sortir. Je me suis fait prendre, j’accepte. Je regarde, pensive, mon verre de rhum. Le liquide ambré me fait toujours penser à l’ange. Pourtant j’en buvais déjà avant de m’amuser avec lui, mais maintenant il a une connotation… Angélique disons. Je souris toute seule rien que d’y penser. Je reprends une gorgée et regarde à nouveau Diane et son livre. L’occupation du moment quand on s’ennuie…

« Pardon… Je te dérange peut-être ? Tu veux peut-être continuer à lire ? Je peux remonter si tu le souhaites… »

Mes paroles n’ont rien d’ironique. Je peux tout à fait remonter si elle souhaite être seule. Remonter oui. Je ne compte plus sortir vu que de toute façon maintenant elle va être aux aguets. Et puis Diane je l’aime bien, même si je ne suis pas toujours d’accord avec elle. Je fais doucement tourner mon rhum dans mon verre, attendant patiemment sa réponse.
HJ:
 


Come on...

Be Yourself


Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Diane Cordwell
❝ Devil Inside ❞
Métier/Etudes : Sous intendante de l'Eden's Manor
Nombre de messages : 4357
Opinions Politiques : Celui des vampires
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Sam 21 Jan - 16:12, vous pouvez
Prendre un verre… mais bien sûr. Prends moi pour une conne pendant que tu y es, songea Diane avec un air sardonique. Et sa petite tentative de se la jouer Ninja style, c’était juste pour s’assurer que prendrait l’opportunité pour la rejoindre autour d’un verre ? Bien sûr, c’était pourtant évident ! Sans rien répondre, la jeune femme la regarda seulement s’installer et faire tinter contre le sien. Diane ne se donna pas la peine de se redresser et avala une nouvelle gorgée de son verre.

Peut-être qu’elle allait demander des fonds pour installer des alarmes sur les fenêtres sans prévenir personne. Pour être sûr que personne ne sortirait pendant le couvre-feu. Enfin, c’est ce qu’elle devrait faire si elle voulait sérieuse dans sa tâche. Sauf qu’elle n’avait pas envie de faire le moindre effort en ce qui concernait le Manoir et qu’installer des alarmes lui coupait toute possibilité de sortir si elle se mettait à avoir la bougeotte. Mieux valait prétendre que cette idée lumineuse ne lui était jamais venue. Ce n’était pas comme s’il y avait masse de personne dans la ville qu’elle pourrait avoir envie de voir pendant le couvre-feu mais juste la perspective d’être bloquée si elle avait envie de se dégourdir les jambes ou respirer l’air de la nuit ne lui plaisait absolument pas.

_ Tu m’excuseras, je ne t’ai pas attendue pour commencer.

Finit-elle par répondre avant de poser son verre par terre pour tourner une page de son recueil. Oh chouette, un poème sur la dépression. C’était vraiment dans le ton. Diane haussa les sourcils en se demandant si quelqu’un avait déjà eu une meilleure technique pour broyer du noir aussi efficacement qu’elle le faisait. Probablement, mais pas avec autant d’élégance qu’elle. Arwenn s’était installée sur un fauteuil en face du sien et la brune se demanda ce qu’elle attendait. Est-ce qu’elle allait vraiment se forcer à avaler un verre de rhum comme ça alors qu’elle avait été prise ? Attendait-elle que la jeune femme lui assurer qu’elle garderait sa petite tentative de prendre la tangente pour elle ? Parce que si c’était le cas, elle perdait son temps. Diane n’avait aucun intérêt à aller cafarder, au contraire. D’ailleurs, ne pas attirer l’attention sur elle, que ce soit en bien ou en mal, était sa priorité première depuis l’année précédente. Quelque chose lui disait qu’elle avait épuisé son quota de chance pour essayer quoi que ce soit avant un moment.

Oui, c’était peut-être ça qu’elle attendait. La brune referma son livre dans un claquement sec et le balança par terre avant de se redresser dans son siège.

_ Pitié non. Si je lis un vers de plus de ce bouquin, je vais finir par me tirer une balle.

En un quart de seconde, elle se plia pour attraper son verre par terre et le vida pour se relever et se resservir. Au lieu de retourner dans sa bergère, Diane alla poser ses fesses sur l’accoudoir du fauteuil de la blonde. La cuisiner ne faisait pas partie de ses devoirs de la soirée mais elle en avait terriblement envie. La curiosité, vous savez ?

_ Alors ? Qu’est-ce que tu voulais faire dehors ? Voir un ami ? Un amant ? Tu avais une petite faim ?

C’était peut-être un peu méchant, mais elle avait un peu envie de lui faire peur. Par ce genre de comportement, elle mettait en danger les vampires, et ce n’était pas vraiment le moment.


   
J'irai voir tôt au tard si les sirènes insistent. Sous les flots qui m'entrainent je suivrai leur piste, car nul ne résiste au charme doux de leur chant d'amour . (⚡) le chant des sirènes.
mobilis in mobile
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Métier/Etudes : Photographe Animalière
Nombre de messages : 2657
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 26 Jan - 17:08, vous pouvez
Je rigole légèrement suite à sa remarque sur son bouquin. Cela ne m’étonne pas du tout vu la couverture… La poésie et moi, ça n’a jamais fonctionné. J’ai toujours trouvé ça d’un ennui mortel… Aussi ennuyeux que les couvre-feux… Je la regarde re-remplir son verre une fois celui-ci vidé, puis venir s’asseoir à mes côtés, sur l’accoudoir du fauteuil. Elle n’hésite pas à me questionner, pour en savoir plus. Je souris, réfléchissant un instant. Est-ce que je lui mens ou pas ? A quoi bon de toute façon. Au pire elle me sermonnera, ça passera par une oreille et ressortira par l’autre. Enfin, je prendrai peut-être en compte ses remarques, je ne sais pas, tout va dépendre de ce qu’elle va dire.

« A vrai dire je comptais aller faire un carnage en ville pour me défouler de ce couvre-feu… » Je souris sarcastiquement avant de poursuivre. « Je te rassure, aucun carnage en vue… Je voulais juste sortir voir un ami, l’amant étant déjà occupé ce soir. Je n’en peux plus de rester enfermée ici. Certains vampires me donnent juste envie de leur taper dessus à force d’être H24 avec eux. Mais bon, j’ai beau n’en faire souvent qu’à ma tête, j’accepte sans broncher quand je me fais prendre. Tant pis je le verrai plus tard. »

Mon portable vibre. Je regarde vite fait. Un MMS d’une photo de la nuit étoilée, prise du parc (je reconnais cette prise de vue, une de mes préférées). Je souris, il a donc réussi à sortir lui. Tant pis, ce sera pour une autre fois de mon côté. Je range mon portable, et bois une gorgée de rhum. ‘L’amant étant déjà occupé ce soir’… Je n’en ai strictement aucune idée en fait, vu qu’on ne s’écrit pas souvent. Vu l’heure, l’amant en question doit certainement dormir lui. Seul ou pas, telle est la question. Je suis censée n’en avoir rien à faire d’ailleurs vu que nous sommes complètement libres, et pas en couple. Mais à cette idée j’ai quand même un léger pincement au cœur j’avoue. Harper avait peut-être raison finalement, on finit peut-être forcément par s’attacher. Mouais, bon, je n’espère quand même pas dans un sens. S’attacher à un ange, quelle idée… Je regarde à nouveau Diane.

« Je trouve quand même ce couvre-feu injuste… Les diurnes ont toute la journée pour sortir, et nous, nous avons seulement quelques heures… Enfin… Tu n’as jamais fait le mur pour échapper au couvre-feu ? Comment tu fais pour t’occuper ? A part ton livre de… Poésie ? Pas d’amant à aller voir d’ailleurs ? »

A mon tour de faire ma curieuse. Après tout, autant que cette soirée serve à quelque chose si je suis bloquée ici. Je m’entends plutôt bien avec Diane en règle général, mais je me rends compte que nous ne savons finalement pas grand-chose l’une de l’autre. Pourquoi ne pas profiter de cette nuit pour en apprendre plus ? Je ne sais même pas depuis combien de temps elle est vampire, ni si c’était voulu ou non. Il faudra que je pense à lui demander, mais pour le moment je vais déjà la laisser répondre à mes questions précédentes.


Come on...

Be Yourself


Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Diane Cordwell
❝ Devil Inside ❞
Métier/Etudes : Sous intendante de l'Eden's Manor
Nombre de messages : 4357
Opinions Politiques : Celui des vampires
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 1 Fév - 16:25, vous pouvez
Difficile d’imaginer la blondinette semer le chaos et la mort en ville. C’était peut-être dû à son air angélique pour lequel on donnerait le bon dieu sans confession, à moins que ce ne soit la discrétion dont elle faisait preuve en toute circonstance qui la discriminait d’office dans l’élection de la figure de carnage. Apparemment, elle en avait parfaitement conscience puisqu’elle changea de cheval deux secondes plus tard, tirant à Diane une œillade ironique.

Après, Arwenn avait une très bonne raison de vouloir filer à l’anglaise. Ses raisons étaient exactement les mêmes que celles de Diane. Aucune des deux n’appréciaient avoir à supporter la présence imposée des autres résidents de l’Eden. Que personne n’ait craqué ou lancé un esclandre tenant véritablement du miracle. La brune était certaine que tout l’Eden se tenait sur une poudrière et qu’il suffirait d’une étincelle pour que tout dégénère. Depuis les événements de janvier, les choses semblaient s’être calmées, mais seulement en apparence. Pour ceux, comme Diane, qui n’avaient pas eu gain de cause, il ne restait que la rancune, et elle était tenace. Alors maintenant qu’ils étaient obligés de se terrer comme des souris dès que le couvre-feu se mettait en place, le fait d’obéir restait en travers de la gorge de nombreuses personnes.

Diane se redressa sur le repose-bras et prit une gorgée de son verre. À moins que ce ne soit cet endroit qui déprimait les occupants et qu’Arwenn n’avait pas encore été touchée par le marasme sombre qui progressait entre les murs.

_ Demain par exemple ? Entre le lever du soleil et le couvre-feu ? Ou tu vas juste attendre que je quitte le salon pour réessayer ?

Demanda t-elle d’un ton sardonique tandis qu’Arien baissait la tête pour regarder son téléphone qui venait de vibrer. L’appel de l’ami sûrement. Si cet ami voulait des ennuis, il était sur la bonne route. Au moins la blonde éviterait une rencontre avec une équipe de l’Ordre cette nuit. Diane eut un rire sans joie en l’entendant dire que le couvre-feu était injuste.. Quand est-ce que cette ville avait cessé un jour d’être injuste envers les Nocturnes ? Ça, elle aurait bien aimé le savoir.

_ Je crains que mon humeur actuelle ne décourage qui que ce soit en ce moment.

Elle n’avait pas eu d’histoire sérieuse depuis un sacré bon bout de temps et sa dernière conquête lui avait demandé d’oublier son numéro tellement elle en avait soupé de l’entendre râler.

_ Malheureusement, ce n’est pas dans la politique de l’Eden d’encourager ses occupants à braver le couvre-feu. Si tu veux t’occuper, je peux te recommander les puzzles ou la lecture. La bibliothèque n’a pas que de la poésie, tu sais ? Ou sinon, je peux toujours t’inscrire sur des corvées si tu t’ennuies tant que ça.

Ajouta t-elle avec une moue malicieuse. Elle se redressa et retourna s’assoir dans sa bergère. Elle resta silencieuse un instant en faisant tourner sa vodka dans son verre. Depuis quand n’avait-elle pas eu de discussion avec quelqu’un qui ne tournait pas autour du quotidien de l’Eden ou de services extérieurs. Dingue, elle ne pouvait même pas s’en rappeler.

_ Si tu veux un conseil, 4h du matin c’est l’heure parfaite pour faire le mur. Quand ils sont posé le couvre-feu, ils n’ont pas pensé une seule seconde au fait que les Vampires ne pouvaient pas sortir le jour.

De toute manière, les Vampires, et plus généralement les Nocturnes, n’avaient jamais fait des priorités de la ville. Les Lycans étaient déjà mieux lotis qu’eux. On leur avait carrément construit un terrain de chasse, rien que pour eux!

_ Ils se fichent de nous. Et ce n’est pas aujourd’hui que ça va changer.


   
J'irai voir tôt au tard si les sirènes insistent. Sous les flots qui m'entrainent je suivrai leur piste, car nul ne résiste au charme doux de leur chant d'amour . (⚡) le chant des sirènes.
mobilis in mobile
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Métier/Etudes : Photographe Animalière
Nombre de messages : 2657
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 12 Fév - 0:40, vous pouvez
Je souris à sa question me demandant quand est-ce que je comptais ressortir. Non, pas ce soir. L’envie m’en était passée d’ailleurs. Mais un autre soir oui, certainement. Je ne supporterai pas de rester coincé à l’Eden vraiment tous les jours. Aller, une fois par semaine au moins… Enfin tout va dépendre de comment évolue la situation en ville évidemment. Si ça devient vraiment trop dangereux, je devrai pouvoir réussir à me contenir. J’espère. Mais l’Eden a intérêt à payer ses factures d’électricité dans ces cas-là, parce que mon portable tournera certainement à plein régime. Si je ne peux pas les voir, il faut que je puisse être en contact avec eux au moins, que je sois sûre que tout ailles bien pour eux aussi.

Aucun prétendant en vue pour la vampire. C’est vrai que nous sommes tous un peu à cran en ce moment à cause de plusieurs raisons. Le couvre feu en premier. Mais toute la tension extérieure est palpable, et ça nous impacte. Qu’on ne le veuille ou non d’ailleurs. La ville est seulement un amas de problèmes et le dernier en date est la révélation du surnaturel qui englobe Reversa, au monde entier…

Des puzzles… Mouais, ça m’ennuie vite quand même les puzzles, je ne vois pas trop l’intérêt en fait. La lecture m’intéresse plus, mais j’ai eu le temps d’en lire pas mal quand même depuis les quelques mois que je suis ici. Je rigole à sa dernière remarque.

« Tu sais, si c’est pour m’occuper, je ne dis pas non à une ou deux tâches de plus, si en plus ça peut t’aider… Bon si je pouvais éviter les toilettes ça serait cool quand même… Mais aucun problème pour le reste ! »

Je la regarde retourner sur son fauteuil, quittant mon accoudoir. Je l’écoute me donner un conseil sur l’heure parfaite pour faire le mur. Ah ah, c’est marrant un conseil pareil sortant de sa bouche. Ouais… Ils se fichent complètement de nous. Je savais que les vampires étaient un peu les « rebus » de Reversa avant de me faire transformer, mais je ne le pensais pas autant tout de même… Maintenant, je me rends vraiment compte de ces inégalités. Je finis mon verre de rhum, avant de le poser par terre.

« Merci pour le conseil, je retiens. Mais je surveillerai quand même, des fois que tu me dirais ça exprès pour me piéger ! » Je rigole, sachant très bien que ce n’était pas vraiment son style. « Je peux te poser une question, Diane ? Comment… Comment es-tu devenue vampire ? C’était il y a longtemps ? »

Je suis curieuse de nature. Et j’avoue que j’aime bien découvrir les histoires de chacun, ça rapproche.
HS:
 


Come on...

Be Yourself


Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Diane Cordwell
❝ Devil Inside ❞
Métier/Etudes : Sous intendante de l'Eden's Manor
Nombre de messages : 4357
Opinions Politiques : Celui des vampires
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 14 Fév - 16:20, vous pouvez
Sa réponse lui arracha un petit rire. Étrange, personne ne voulait jamais s’occuper des toilettes, voilà un mystère qu’elle n’avait à ce jour toujours pas résout. Mais d’un autre côté, elle pouvait coller encore Lawrence à cette tâche. Le regarder récurer ou déboucher les toilettes étaient en quelques sortes un de ses petits plaisirs dans la vie. Quant à savoir ce qu’elle pourrait lui refiler comme corvée, elle allait devoir y réfléchir avec le programme sous les yeux. Parce que si elle avait toujours été motivée et investie à ses débuts dans le Manoir, l’investissement avait cédé la place à l’ennui puis à la sensation de punition. Encore une fois, les récents événements jouaient un rôle majeur à cette sensation.

_ Ne t’inquiète pas pour ça, je préfère mille fois garder les toilettes pour ton créateur.

Répondit-elle avec un sourire sardonique. Elle devait vraiment s’ennuyer pour accepter et même chercher à récupérer des tâches en plus alors que tous les autres résidents cherchaient à les éviter et faisaient montre d’une créativité sans limite lorsqu’il s’agissait de trouver des excuses pour s’y souscrire. À moins que ce ne soit une tactique pour essayer de lui faire oublier le fait qu’elle l’ait prise en train d’essayer de faire le mur.

Bon sagn, rien que l’idée de retourner dans le bureau de l’intendant la fatiguait. Diane se laissa glisser dans sa bergère jusqu’à se retrouver allongée, les jambes repliées sur le bord du siège. Il n’y avait pas assez d’alcool dans toute cette fichue baraque pour l’aider à traverser tout ce qui se passait en ce moment. Elle en était même certaine : femme avait déjà vérifié. Et elle savait qui en avait ou non dans sa chambre. Peut-être qu’elle faisait une dépression, c’était peut-être pour cette raison qu’elle avait l’impression de se trainer et de n’avoir plus d’énergie pour quoi que ce soit en ce moment.

La voix d’Arwenn la coupa dans ses inquiétudes sur sa santé mentale et elle eut un petit sourire mielleux qui criait « Moi ? Jamais ! ». Mais ce n’était qu’une façade, elle ne l’aurait jamais vendue. Même si elle était aussi molle qu’une limace oubliée au soleil, elle refusait cordialement de coopérer avec ceux qui avaient repris la place de Kane. Jamais, non jamais, elle ne coopérerait à ce point avec eux.

_ Je croyais que l’avantage d’être vampire, c’était justement de ne plus avoir à s’inquiéter de son âge…

Son ton n’était pas méchant, presque sans intonation. Elle se tut un instant pour faire le calcul dans sa tête.

_ Ça fait 5 ans si je me souviens bien. Pourquoi ? Tu fais une étude ?

Demanda t-elle avec un sourire en relevant la tête. Elle détourna le regard vers le bar et contempla avec tristesse son verre vide.

_ Tu me resservirais pas un autre verre ?

HJ : j'ai oublié de répondre à ton MP mais il n'y avait pas de soucis I love you !


   
J'irai voir tôt au tard si les sirènes insistent. Sous les flots qui m'entrainent je suivrai leur piste, car nul ne résiste au charme doux de leur chant d'amour . (⚡) le chant des sirènes.
mobilis in mobile
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Métier/Etudes : Photographe Animalière
Nombre de messages : 2657
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 21 Fév - 16:20, vous pouvez
Finalement, Diane ne répond qu’à la moitié de ma question. Je souris suite à sa petite remarque sur le fait de ne pas vieillir. Vrai, ça sera bien agréable plus tard de ne pas s’inquiéter à savoir si on a une nouvelle ride, ou un nouveau cheveu blanc… Cinq ans… Je ne sais pas pourquoi, je m’étais imaginé que cela faisait plus longtemps qu’elle avait été transformée. Elle n’aborde pas le comment de sa mort. Peut-être préfère-t-elle ne pas en parler. Je comprends parfaitement, lorsque cette transformation n’est pas voulue. Ce qui d’ailleurs est le cas le plus souvent. Les vampires qui ont voulu la transformation, comme moi, sont rares… Je n’insiste pas plus sur la question, respectant son choix.

Je regarde nos deux verres vides lorsqu’elle me demande si je veux bien lui resservir un verre. Je hoche la tête en signe d’accord. Après tout, nous n’avons que ça à faire. Je prends les deux verres, et me lève de mon fauteuil, me dirigeant vers l’arrière du bar. Je lui sers un whisky, puis me sers un rhum ambré. Mon coude tape dans la bouteille de whisky qui se serait écrasée violemment par terre si mes nouveaux réflexes vampiriques n’avaient pas été là pour la rattraper. Bien pratique ça quand même. Je range les deux bouteilles, et lui rapporte son verre. Je m’assois en travers dans mon fauteuil, adossé à un accoudoir, les jambes passant par-dessus l’autre, mon verre à la main.

« Aucune étude, promis. Je me suis juste rendue compte qu’on ne se connaissait pas tellement. Enfin personnellement je ne sais pas grand-chose de toi… Alors bon, pourquoi ne pas profiter d’être cloitrées ici pour en apprendre plus ? »

Je prends une gorgée de rhum. Le liquide ambré me réchauffe la gorge. Je ne sais pas pourquoi, mais ça me rappelle la chaleur des rayons du soleil sur ma peau. J’ai beau dire que je suis heureuse maintenant, le soleil me manque quand même. C’est vrai que je suis heureuse. Mais certaines sensations me manquent. C’est peut-être pour ça que je n’en fais qu’à ma tête en sortant pendant le couvre feu. Peut-être que je recherche des sensations. Je sors de mes pensées et regarde à nouveau Diane en lui souriant.

« Vas-y, demande moi ce que tu veux »


Come on...

Be Yourself


Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Diane Cordwell
❝ Devil Inside ❞
Métier/Etudes : Sous intendante de l'Eden's Manor
Nombre de messages : 4357
Opinions Politiques : Celui des vampires
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Particularités:
Opinions:
Autres Comptes & Copyright:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 30 Mar - 22:53, vous pouvez
Tiens, est-ce qu'elle ne lui avait pas aussi demandé comment c'était arrivé? Ce n'est pas qu'elle avait de grands mystères à cacher sur la manière dont elle avait été transformée, bien qu'il devait y avoir de meilleurs sujets de discussion possible, mais elle ne voyait pas l'intérêt de revenir légèrement en arrière pour remuer le passé. Transformée, elle l'était, et ce n'était pas demain la veille que cela changerait. Contrairement à certaines ombres de son passé dont le souvenir lui laissait un goût amer sur la langue, la jeune femme ne se résoudrait jamais à passer le Rituel. Il faudrait qu'on la traine pieds et poings liés devant ces crétins de Spectre pour qu'elle redevienne humaine. Diane se renfrogna légèrement, en proie à ses pensées, tandis qu'Arwenn les resservait toutes les deux. Son souvenir était loin, et il s'en était passé des choses depuis son odieuse trahison, assez pour écrire un livre d'aventure et connaitre le succès littéraire, mais pourtant, la morsure du souvenir était toujours aussi vive lorsqu'il avait le malheur de ressurgir. Peut-être aurait-elle eu moins de difficulté à tourner la page si ce n'avait pas été aussi soudain, si elle ne l'avait pas gardé en travers de la gorge.

Diane abandonna son visage renfrogné pour la blonde en récupérant son verre plein. De rhum. Bon, ce n'était pas ce qu'elle préférait, loin de là, et peut-être qu'elle aurait du préciser sa préférence pour la vodka – histoire de varier un peu les plaisirs –, mais pour ce qu'elle avait prévu pour son foie, le liquide ambré ferait parfaitement l'affaire. De toute manière, ce n'était pas comme si elle allait le recracher. D'abord parce qu'elle aimait ça, même si elle avait tendance à la jouer cosmopolite, et ensuite parce que c'était elle qui commandait les bouteilles. Elle savait que c'était du bon.

_ Merci.

Diane croisa une jambe sous ses fesses et prit l'équivalent de deux doigts de son verre. Peut-être pourrait-elle s'offrir un autre défi, plus amusant maintenant qu'Arwenn était là. Jouer à la bouteille ou à action et vérité risquait d'être compliqué voire très vite ennuyant vu qu'elles n'étaient que deux, mais une autre alternative serait tout à fait distrayante. Surtout que la blonde tenait pour une raison obscure à la connaître mieux. Pourquoi pas ? La brune se fendit d'un sourire malicieux et se leva pour attraper les deux bouteilles qu'avait reposé sa comparse et les ramener entre elles deux.

_ Tu sais ce qui serait amusant ET nous permettrait de faire connaissance ? Un bon vieux « Je n'ai jamais »… Tu es partante ?

Elle leva un sourcil dans une expression de défi, son sourire toujours au beau fixe. Peut-être qu'Arwenn ne serait pas très chaude pour la suivre dans son délire alcolisé, surtout pas un soir de semaine –oh mon dieu mesdames et messieurs !– mais au pire du pire, elle retrouverait juste le calme de sa lecture après avoir essuyé un refus poli.


   
J'irai voir tôt au tard si les sirènes insistent. Sous les flots qui m'entrainent je suivrai leur piste, car nul ne résiste au charme doux de leur chant d'amour . (⚡) le chant des sirènes.
mobilis in mobile
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le , vous pouvez
Revenir en haut Aller en bas
 

Blue sky smilling at me || Arwenn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Summer Davis - Devil behind blue eyes
» San Jose Sharks && Columbus Blue Jackets (2)
» Blue max
» 03. Pink or blue, there the moment to know
» Oh Jhonny, si tu savais. [East Blue, rang C, Révolutionnaires, Aide & Elimination]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Une question d'opposé? :: Reversa City :: Preachers street :: Eden's Manor :: Salon-
Les Petits Plus

What's up?

REFONTE DU FORUM
La découvrir - La suivre

STATISTIQUES:
Anges: 7
Elfes: 7
Humains: 12
Conseil: 5
Prometheus: 3 Avalon: 3
Lycans: 8
Spectres: 4
Vampires: 8
Léviathan: 2
Mithra: 4 Gaïa: 1

Votez pour le forum ♥